Master civilisations, cultures et sociétés Site

0

La dictature de Sylla dans les Guerres Civiles d’Appien : les ambiguïtés de la « τυραννίδα ὁμολογοῦσαν »

Dans les derniers paragraphes du livre I des Guerres Civiles, Appien d’Alexandrie (95?-161?) traite de la fin du régime mis en place par Lucius Cornelius Sylla en 82 avant notre ère à Rome. L’historien décrit comment, de manière abrupte, l’ancien maître de Rome avait finalement quitté la scène politique en 79 pour redevenir simple particulier. Alors qu’il résidait désormais dans sa villa, Sylla laissait un goût inachevé à l’historien et aux lecteurs. Quelles sont les hypothèses d’Appien sur les raisons de l’abdication de Sylla et quelles leçons l’historien semble tirer des ambiguïtés de la nature de sa « tyrannie » ?

0

La connaissance cartographique et géographique des officiers de la Marine Royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Au-delà du fait que la cartographie et la géographie furent inventées et utilisées pour faire la guerre, les cartes et la géographie devinrent de véritables sciences et même un art en ce qui concerne la cartographie. Le quotidien pour des officiers de la Marine Royale à la fin du XVIIIe siècle. Contexte La deuxième moitié du XVIIIe siècle est marquée par des guerres, essentiellement entre la France et l’Angleterre. Avec le jeux des alliances, beaucoup d’autres nations se retrouvent entraînées dans ces guerres qui coûtent de plus en plus chères. Cette période s’ouvre avec la guerre de Sept Ans (1756-1763)....

0

L’évolution des liens entre la ville et les artistes d’art urbain

Les graffeurs et les villes ont eu une relation très conflictuelle, a commencer par un article du New York Times sur un certains Taki 183.1  Ces relations entre les graffeurs et municipalité évolue jusqu’à reconnaître certains de ces graffreurs comme de véritables artiste. La ville : le terrain d’expression des graffeurs en conflit avec les municipalités L’artiste d’art urbain souhaite avant tout se faire voir par ses pairs. Il faut alors penser aux points stratégiques afin de montrer sa technique et sa maîtrise, il faut attirer l’œil au sein de la ville. Ce point de vue permet de mieux comprendre...

L’antisémitisme dans la chronique philosophique d’Il Regime Fascista. 0

L’antisémitisme dans la chronique philosophique d’Il Regime Fascista.

Il Regime Fascista, journal dirigé par Roberto Farinacci, un des hiérarques du régime fasciste, est un des organes de presse de l’Italie dans sa période fasciste. Si de nombreux journaux sont publiés sous le régime, Il R.F. est un des plus importants, et il participe a la diffusion des informations aux italiens, mais il est aussi le lieu de rencontre et de discussion de certains intellectuels du régime, participant ainsi de manière importante aux débats internes au fascisme. La tache d’organiser la chronique philosophique du régime échoit à Julius Evola, philosophe proche du Parti National Fasciste, qui organisera le Diorama...

0

Enseignement du breton : la variation graphique comme frein ?

Deux des orthographes du breton actuellement utilisées ont été créées au moment où l’enseignement du breton à l’école devient possible et où, par conséquent, la variation graphique pose problème. En quoi sont-elles le reflet de conceptions différentes des liens entre pédagogie et norme orthographique ?

0

La réactivation des rites chamaniques lors des manifestations démocratiques de 1987 en Corée du Sud

« Les jeunes coréens de la génération 368 sont motivés par une forme de nationalisme et d’attachement à la culture traditionnelle coréenne qui motivent et accompagnent le mouvement de lutte pour la démocratie dans les années 1980. On observe alors un paradoxe intéressant entre mondialisation, démocratisation et retranchement identitaire au travers d’un revival culturel. La réappropriation de pratiques religieuses traditionnelles par les manifestants étudiants démontre un lien entre l’exaltation du sentiment national et la défense des droits du citoyen sud-coréen. »

0

Le voyage du duc d’Aumont, ambassadeur du Royaume de France, un périple entre Boulogne et Londres (1712-1713)

En décembre 1712, le duc d’Aumont, pair de France et gouverneur du Boulonnais, est nommé ambassadeur du Roi de France auprès de la Reine de Grande-Bretagne et d’Irlande, Anne Stuart (1702-1714). Il est donc envoyé à Londres pour tenter de réaliser la paix entre le royaume de France et celui de Grande-Bretagne, en parallèle du Congrès d’Utrecht qui regroupe l’ensemble des représentants des États d’Europe occidentale. Le duc d’Aumont est envoyé à Londres dans le but d’assurer un accord de paix bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne, dans le cas où la conclusion d’une paix générale en Europe s’avérerait...

0

Les fêtes et célébrations paysannes et ouvrières dans la propagande nationale-socialiste (1933-1938)

Le national-socialisme est, comme nombre de régimes totalitaires, un régime qui se met en scène lors de grandes cérémonies aux accents militaires, auxquelles toute la population est invitée à participer, en hissant fièrement le drapeau à croix gammée sur les balcons des maisons et en criant “Heil”, en signe de soutien au parti.

0

Rohan, Laval et le roi de Navarre (1576-1579)

La correspondance qu’entretiennent le vicomte de Rohan [René II] et le roi de Navarre [Henri III] ne fait pas l’impasse sur l’un des conflits internes majeurs au parti huguenot. Il s’agit d’une rivalité qui oppose les maisons de Laval (avec Guy XIX à sa tête) et de Rohan, deux des familles les plus importantes en Bretagne au xvie siècle, et qui impose un climat délétère dans la noblesse protestante.

Portrait d'Henri Paschal de Rochegude, musée Lapérouse à Albi. 0

Henri de Rochegude : un officier de la Royale au temps des Lumières

Cette étude se base sur le fonds 94S des archives municipales de Brest. Ce sont des correspondances passives (envoyées à Rochegude). Elles traitent de sa vie de marin au XVIIIe siècle et permettent, en prenant l’exemple précis d’Henri de Rochegude de se faire une idée d’une carrière que l’on pouvait mener au siècle des Lumières.

0

Roger Vercel, l’Ouest-Éclair et les femmes d’Algérie

Une entreprise masculine La colonisation algérienne est, à première vue, une entreprise masculine, laquelle a été largement racontée par des hommes. Qu’elle soit colonialiste ou anticolonialiste, l’histoire de l’Algérie n’a « jusqu’ici fait aucune place aux femmes1 », déplorent les historiennes Yvonne Knibiehler et Régine Goutalier. Il est vrai que les images des habitants de l’Algérie sont, dans l’Ouest-Éclair, véhiculées majoritairement par des hommes, lesquels célèbrent en grande pompe essentiellement des hommes, comme le gouverneur général Pierre Bordes ou le cardinal Lavigerie. Et lorsqu’il s’agit de vilipender le comportement de certains indigènes, les journalistes s’attaquent directement aux hommes musulmans. Seule...

0

La création en 1945 du Centre d’Études Saint-Louis de France par Jacques Maritain.

Jacques Maritain, ambassadeur de France près le Saint-Siège de 1945 à 1948, prend la décision de créer, en 1945, le Centre d’Études Saint-Louis de France. La nomination de Jacques Maritain à ce poste est porteuses de grandes promesses pour l’avenir des relations entre l’Église et sa Fille Ainée. Selon ses vœux, cette fondation permet de doter l’ambassade d’un centre intellectuel et de proposer un service culturel français au cœur de la Rome catholique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search