L’impact du Home Rule dans les relations anglo-irlandaises : De sa création en 1870 à la guerre civile en 1923

“England’s difficulty is Ireland’s opportunity”, Daniel O’Connell

La présence anglaise sur le territoire irlandais ne date pas d’hier. Il faut remonter au XIIème siècle mais plus précisément au XVIème siècle sous le règne d’Henri VIII. Par la conquête militaire les souverains ont imposé leur autorité politique et spirituelle[1]. Les catholiques qui refusaient de se convertir au protestantisme voyaient leurs terres confisquées au profit des protestants.

Mais en 1870, Isaac Butt, député protestant conservateur unioniste fonde le mouvement du Home Rule en la Home Government Association “pour défendre une relation de type fédéral entre les deux îles Britanniques, qui s’appuierait sur un parlement national compétent en matière de politique intérieure et ouvert aux catholiques.” [2]

C’est en 1886 que le Premier ministre William E.Gladstone présente au Parlement, le Home Rule Bill qui prévoit que le parlement de Westminster garde le contrôle sur les relations étrangères, l’armée, le commerce, la sécurité, l’essentiel des impôts et le gouvernement britannique conserverait sont droit de veto sur les lois votées par le parlement irlandais. Ce projet échoue car il n’a pas réussi à avoir le soutien du parti libéral et parce que ça ne correspondait pas aux protestants du Nord-Est de l’Ulster. Il est donc rejeté à faible majorité par la chambre des communes. Le leader conservateur Randolph Churchill rejette ce projet de loi et se prononce au nom de l’Ulster qui fera naître l’unionisme : “Ulster will fight and Ulster will be right.”

En 1912, le Premier ministre libérale Herbert Henry Asquith(1908-1916) propose le Home Rule pour la troisième fois. La chambre des communes vote le projet mais la chambre des Lords refuse encore une fois, selon la Parliament Act de 1911 leur veto ne peut être respecté que si un délai de deux ans s’est écoulé entre la deuxième et la troisième lecture. Ils ne leur reste plus qu’à accepter.

 Opposés au Home Rule, à la création d’un parlement autonome pour toute l’Irlande siégeant à Dublin. Les Unionistes exigeaient  notamment le maintien des quatre provinces irlandaises au sein du Royaume-Uni. Menés par Carson et Craig, ils avaient créé en décembre 1904, l’Ulster Unionist Council et avaient décidé de former une armée réunissant 100 000 hommes. cette armée sera rebaptisée en 1913, l’Ulster Volunteer Force.

Par peur de guerre civile, le roi George V demande un compromis entre les unionistes et les nationalistes. Le Chambre des Lords dépose une déposition de remaniement, le Amending Bill demandant que l’Ulster soit exclu du champ d’application du Home Rule mais aucun accord n’est trouvé. La Première guerre mondiale éclate et la question du Home Rule reste en suspens et est entérinée jusqu’à la fin du conflit. Nationalistes et Unionistes se retrouvent unis dans la Grande Guerre contre un ennemi commun l’Allemagne.  

Ce sont 200 000 soldats irlandais volontaires qui combattirent pendant la Grande Guerre. L’engagement volontaire des Irlandais dans la Première guerre mondiale apparaît comme un apaisement des tensions avec la Grande-Bretagne. Les Irlandais pensaient que le chemin vers l’indépendance commençait par un effort de guerre auprès des troupes britanniques.[3] 

“The Republic which was declared at the rising of Easter week, 1916 was Ireland’s expression of the freedom the aspired to. It was our way of saying that we wished to challenge Britain’s right to dominate us”, Michael Collins

1916 a aidé à donner naissance à une période agressive du nationalisme irlandais et le succès des élections du Sinn Fèin[4] de 1917 amène au triomphe du nationalisme. Un soulèvement nationaliste est décidé par les nationalistes de l’IRB (Irish republican Brotherhood créé en 1858). Un cargo allemand chargé de munition devait arriver à Cork est sabordé le 21 avril, jour du vendredi saint au large de Queenstown. Le 23 avril, dimanche de Pâques, le conseil militaire de l’IRB et James Connolly décident de passer à l’action dès le lendemain, le 24 avril, le lundi de Pâques contre les ordres. Ils occupent dont le poète Patrick Pearse plusieurs bâtiments au centre de Dublin, dont la poste, l’hôtel de ville, le Palais de Justice et des gares. Un affrontement avec l’armée britannique qui allait durer une semaine. C’est un putsch minoritaire condamné par la majorité de la population qui a réussi”[5] 

Les autorités britanniques réagissent en imposant la loi martiale 26 avril et arrêtèrent 3 500 soldats “suspects”, avant de procéder à l’exécution de quinze leaders de l’insurrection le mois suivant.

Vers une Guerre d’indépendance 

Dès la fin de la guerre, la question de l’Irlande revint au centre des préoccupations des dirigeants anglais. Le nationalisme irlandais connaît toujours un succès au suffrage des élections générales de décembre 1918. Le Sinn Fèin remporte 73 sièges contre 25 pour les Unionistes, 6 pour L’Irish Parliamentary et 1 pour l’independant Unionist. 

Le 21 janvier 1919, les députés du Sinn Fèin élus en 1918 créés un parlement alternatif à Dublin, le Dail Eirann. 

Independent.ie, John Dorney, 2016

Les membres du Sinn Fèin élus aux élections générales de décémbre 1918 au premier Dail créés par le Sinn Fèin le 21 Janvier 1919

1er rang : L. Ginell, Michael Collins (leader of the Irish Republican Army), Cathal Brugha, Arthur Griffiths (founder of Sinn Fein), Eamon de Valera (president of the Irish Republic), Count E. MacNeill, William Cosgrave and E. Blythe; 2ème rang: P. Maloney, Terence McSwiney (Lord Mayor of Dublin), Richard Mulcahy, J. O’Doherty, J. O’Mahony, J. Dolan, J. McGuinness, P. O’Keefe, Michael Staines, McGrath, Dr. B. Cussack, L. de Roiste, W. Colivet and the Reverend Father Michael O’Flanagan (vice-president of Sinn Fein); 3ème rang : P. War, A. McCabe, D. Fitzgerald, J. Sweeney, Dr. Hayes, C. Collins, P. O’Maillie, J. O’Mara, B. O’Higgins, J. Burke and Kevin O’Higgins; 4ème rang: J. McDonagh and J. McEntee; 5th row: P. B 1919 Ireland

Ils lancent un appel pour l’indépendance de l’île. Ce Dail devient pour les républicains la seule autorité légitime de l’Irlande. Une déclaration d’indépendance est lue proclamant les irlandais, un peuple libre. Le Dail choisit un cabinet incluant un commandement militaire dont Michael Collins, Cathal Brugha et Richard Mulcahy joueront un rôle majeur dans le commandement de l’IRA (Irish Republican Army). 

 L’IRA pendant la guerre d’indépendance. Seán Hogan’s (NO. 2) Flying Column, 3rd Tipperary Brigade, IRA, 1920-1921

L’IRA opérait énormément localement et était une sorte d’agrégation de groupes locaux variés. C’était une organisation révolutionnaire paramilitaire. Des membres de l’IRA décident de tuer des policiers unionistes et déclencheront la guerre d’indépendance. 

Après s’être évadé de prison Eamon de Valera en février 1919, le leader du Sinn Fèin est élu par le Dail comme président du conseil des Ministres et compose un nouveau cabinet. Griffith devient le ministre des affaires intérieures, Plunkett, le ministre des affaires étrangères, Brugha, le ministre de la défense, MacNeill, le ministre de l’industrie, la comtesse Markievicz, la ministre du travail, Cosgrave le ministre du gouvernement local et Collins[6] aux finances.

Le 12 septembre, le Dail par lequel De Valera et l’IRA proclamait la République est déclaré illégale par les autorités britanniques. C’est une déclaration de guerre. 

Pendant plus de deux ans, par des successions d’escarmouches l’IRA affronte les forces de répression britannique. Face à l’IRA, s’oppose l’armée régulière britannique, la police locale, la royal Irish Constabulary et les 16 000 Blacks and Tans (des anciens hommes de services britanniques recrutés pour renforcer la police en Irlande.)

Le 23 décembre 1920, le parlement britannique vote une solution à l’indépendance de l’Irlande, le Government of Ireland Act qui divise l’île en deux entre le Nord et le Sud selon un partage qui ne respectait ni les limites provinciales, ni les clivages confessionnels et qui prévoyait la création de deux gouvernements, un à Belfast et un à Dublin avec des pouvoirs limités. D’un côté on avait, le parlement de Dublin avec les 26 comtés de l’Irlande du Sud des 3 provinces, le Leinster, le Munster et le Connacht et 3 des comtés de l’Ulster, Donegal, Cavan et Monaghan. Puis de l’autre côté, l’Ulster aurait 6 comtés comprenant 4 comtés à majorité protestante et 2 comtés le Fermanagh et le Tyrone à majorité catholique. Mais les britanniques et les unionistes avaient peur de voir une majorité catholique nationaliste dans un Ulster à 9 comtés d’où l’abandon des 3 comtés catholiques. 

La naissance de l’Etat libre d’Irlande 

Après des siècles de domination anglaise en Irlande, son indépendance ne s’est pas fait sans drame, ni douleur. David Lloyd George essaie de sortir de l’impasse par la négociation et se rallie à la trêve du 10 juillet 1921 qui met fin à la fin de la guerre d’indépendance irlandaise entre les forces britanniques et l’IRA et permet de faire des négociations entre le gouvernement britannique et les dirigeants républicains irlandais. 

Eamon de Valera

Le 14 juillet 1921, De Valera ci-dessus à la tète du gouvernement républicain irlandais rencontre le premier ministre David Lloyd George (1916-1922) ci-dessous  au 10 Downing Street à Londres sans grand résultats. 

Mais début août, le gouvernement britannique finit par proposer à l’Irlande du Sud sous réserves, le statut de dominion. Fin août 1921, un second Dail est formé et en Octobre une délégation républicaine composée de Michael Collins et d’Arthur Griffith se rend à Londres pour négocier avec Lloyd George et W. Churchill. De Valera reste en Irlande. Il insiste sur le fait que la délégation irlandaise doit consulter le cabinet de Dublin avant de conclure un accord  avec les britanniques. Pour le 6 décembre 1921, sous d’intenses pressions britanniques, un traité anglo-irlandais est signé et ratifié. 

Les signatures du traité anglo-irlandais signé le 6 décembre 1921

Sur le traité ci-dessus, sont affichées à gauche les signatures des membres du gouvernement britannique : D.Lloyd George, Chamberlain, Birkenhead, Churchill, L Worthington-Evans, Hamar Greenwood et Gordon Hewart et à droite celles du gouvernent irlandais : Art O Griobhtha, Arthur Griffith, Michael O Coilleain, Riobard Bartun, E.S O Dugain, Seorsa Ghabhain Ui Dhubhthaigh. Par ce traité, l’Irlande du Sud devient le dominion du Commonwealth britannique sous le nom d’Etat libre d’Irlande (Irish Free State). Elle obtient plus d’autonomie sur le plan militaire et douanier. L’IRA est défaite l’été 1921. Après la négociation du traité, le Sinn Fèin se divise entre adversaires : De Valera, Cathal Brugha et la comtesse Markievicz et partisans Sinn Feiners pro-traité  : Griffith, Collins, MacNeill et Cosgrave. Les anti-traités se battaient pour une entière République au lieu de quelques compromis d’où la citation de Eamon de Valera : 

“If liberty is not entire it is not liberty”

L’opposition de ce traité se pose sur les atteintes à la souveraineté d’un Etat soi-disant libre. 

Dès le 26 mars 1922, des membres de l’IRA hostiles au traité se réunissent en convention spéciale à Dublin, se déclarant prêt à se mettre au service d’un gouvernement républicain sous la direction d’un ingénieur Rory O’Connor, les forces anti-traités de l’IRA s’emparent le 14 avril des quatre courts du palais de justice de Dublin par la rivière Liffey.

Le 16 juin 1922, De Valera et ses partisans républicains anti-traités ont perdu les élections générales face aux Sinn Feiners pro-traité qui l’emportent à 56 sièges contre 36 pour les anti-traités sur un total de 128 sièges. Il restait donc pour les républicains anti-traités la révolte par la voie militaire. C’est alors le début d’un nouveau conflit, la guerre civile. 

A la guerre civile dans un Etat libre

De Valera n’a pas d’autre choix que d’appeler l’électeur des élections du 16 juin 1922 à se rallier à une révolution et à une guerre civile de juin 1922 à mai 1923. le 28 juin 1922, la prise des quatre courts du palais de justice de Dublin et son bombardement du 26 mars 1922 marque le début de la guerre civile. Eamon de Valera s’affirme comme chef politique des républicains et affronte Collins et Griffith. 

Après quelques mois du début de la guerre civile, la résistance anti-traitée se trouve réduite du sud au sud-ouest face à des forces mieux organisées. le 24 mai 1923 marque la fin de la guerre civile. le chef de l’IRA, Franck Aiken donne l’ordre aux républicains de cesser le feu et de jeter les armes. Ce sont les pro-traités Sinn Feiners qui l’emportent. L’Irlande du Sud devient un Etat libre. 

La question irlandaise résolue, il ne restait plus qu’à une commission des frontières d’examiner puis confirmer en 1925 les limites entre les deux Irlandes malgré l’injustice d’avoir attribué à l’Ulster des zones et au moins deux comtés à forte majorité catholique. 

[1] Laurent Colantonio, « L’Irlande, les Irlandais et l’Empire britannique à l’époque de l’Union (1801- 1921) », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 14, mai-août 2011, www.histoire-politique.fr

[2] Slaby Alexandra., Histoire de l’Irlande de 1912 à nos jours, Tallandier, 2016

[3] Pennell C, Poncharal B,  « La Grande-Bretagne et l’Irlande dans la Première Guerre mondiale. Une entente cordiale ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2013/4

[4] Naissance du parti Sinn Fèin (‘Nous seuls’) par A.Griffith en 1905, prône un parlement national irlandais et une politique d’autodétermination nationale.

[5] Laurentin E, La fabrique de l’histoire, Irlande ¾, 53 min,  2014, https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/irlande-34

[6] Chef de services de renseignement de l’IRA


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Miss Teach dit :

    Merci pour cet article.. en revanche il faudrait peut-être revoir certaines phrases par rapport à leur syntaxe, et aussi parfois à l’orthographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.