Contexte historique du duché de Bretagne au XIIe siècle, avant le règne du duc Geoffroy II Plantagenêt.

La Bretagne du XIIe siècle est un sujet d’étude assez peu traité par les historiens comparativement à d’autres périodes pour cette même région. Dans le cadre de mon mémoire de recherche sur « l’entourage des ducs de Bretagne à la fin du XIIe siècle », il m’a fallu faire de nombreuses recherches sur des sources de l’époque et un travail de contextualisation. C’est une partie de ce dernier travail qui se trouve en dessous et qui a été retravaillé pour cet article.

Sceau et contre-sceau équestre d’Arthur Ier de Bretagne,
fils de Geoffroy II Plantagenêt et de Constance de Bretagne. 1202. Source : Sigilla.org

Cet article a pour but de présenter le contexte historique et politique du duché de Bretagne de la fin du XIIe siècle, afin d’en faire l’étude. Il ne sera question que de la période qui précède l’accès au pouvoir progressif de Geoffroy, fils d’Henri II Plantagenêt, comme duc de Bretagne. La période suivant étant le centre de mon mémoire de recherche, qui sera achevé en juin 2021.

Au XIIe siècle, les coups d’éclat de l’ancien royaume de Bretagne, de Nominoë et de Salomon, du IXe siècle, sont bien révolus. La péninsule armoricaine a traversé les expéditions et raids scandinaves le siècle suivant, ruinant le royaume et sa cohésion. La période qui s’ensuit n’est pas beaucoup plus faste, si ce n’est que les raids vikings prennent fin peu à peu avec le retour d’Alain Barbetorte (+952) en Bretagne1. cette période qui suit la mort du comte de Nantes est marquée par les affrontements des maisons de Rennes et de Nantes pour le titre ducal, et par la menace constante des puissances à l’Est du duché (Normandie, Anjou…). Dès lors, s’ancre dans le duché la néfaste tradition de lutte pour le titre, les terres et l’héritage ducal. La maison de Rennes l’emporte finalement.

En 1066, cette dynastie laisse la place à celle de Cornouaille par le mariage de Havoise, sœur du duc Conan II (1047-1066), à Hoël de Cornouaille qui devint duc, pour la raison que Conan II n’avait pas d’héritier. A cette même date se produit un événement majeur pour les régions de la Manche, auquel certains seigneurs bretons prennent part. Le duc de Normandie, Guillaume le Bâtard, organise une expédition visant à s’emparer du trône d’Angleterre qu’il revendique face à Harold Godwinson (+1066). A la suite de son couronnement, le roi Guillaume récompense en terres, titres et rentes ceux qui l’ont accompagné. Ces aristocrates bretons2 reçoivent alors des terres et des rentes conséquentes, comme l’Honneur de Richemont qu’obtient Alain le Roux (+1089). C’est à partir de cet évènement que le duché de Bretagne se retrouve, pour au moins un siècle et demi, lié aux crises et évolutions du monde anglo-normand3. Ces nouvelles terres et rentes représentaient alors un important complément de revenu pour ces seigneurs bretons. Il y a par la suite d’autres distributions de terres et de titres qui lient encore plus le duché à la couronne d’Outre-Manche. A savoir, sous Henri Ier Beauclair (1100-1135) qui en donne à ses partisans dont quelques Bretons après la guerre civile faisant suite à la mort de son frère Guillaume II (1087-1100) ; le duc Alain Fergent (1084-1115?) lui-même participe à la bataille de Tinchebray en 1106, qui voit le camp de Henri Ier remporter définitivement la guerre, mais ce dernier contraint le duc de Bretagne à devenir son vassal4 en 1113. La seconde période qui lie d’autant plus la Bretagne à la couronne d’Outre-Manche est la guerre civile anglaise entre le roi Étienne5 (1135-1154) et Mathilde l’impératrice6 (+1167), la fille de Henri Ier ; et la dernière, celle qui concerne particulièrement mon mémoire de recherche, est la période des rois-ducs7 Plantagenêts dont Henri II (1154-1189) notamment. Il faut cependant revenir sur les successeurs d’Alain Fergent. Si le règne de son fils, Conan III (1115-1148) a été sans désastre, grâce à la guerre civile qui occupait Mathilde l’impératrice et Étienne de Blois, et ce, malgré le remariage de Mathilde avec Geoffroy Plantagenêt (1129-1151) qui provoque un dangereux rapprochement entre la Normandie et l’Anjou8, c’est à la fin de sa vie que ce duc prit une décision dangereuse pour l’avenir. Il écarte de la succession son fils Hoël, lui préférant sa fille Berthe (1148-après 1153) qu’il marie à Alain le Noir (+1146), comte de Richemont, qui présente l’avantage de rassembler les deux branches de la maison de Rennes9. Ce dernier s’était, au dépend de ses frères et de ses relations avec eux, taillé un important apanage dans le Penthièvre et le Trégor. Son alliance par mariage à la maison de Rennes-Cornouaille évite alors une contestation armée du titre ducal de la part de la branche cadette. Alain choisit le parti du roi Étienne face à la menace que représente pour le duché l’autre parti. Il s’illustre lors de la bataille de Lincoln en 1141, cette victoire du roi Étienne d’Angleterre, où il semble avoir joué un rôle important, lui vaut l’octroi du titre de Comte de Cornouailles10, titre que les ducs de Bretagne ne garderont pas malgré la relative clémence du futur Henri II face à ses anciens adversaires bretons. Alain le Noir meurt de façon prématurée en 1146, laissant sa veuve, la duchesse Berthe, et leur fils Conan dans une situation périlleuse. En effet, celle-ci doit se remarier à un puissant seigneur breton, le vicomte Eudon de Porhët (mort vers 1180), en vue de la crise de succession à venir, suite à la mort de son père le duc Conan III en 1148. Le fils de ce duc, Hoël, s’était alors emparé du comté de Nantes et conteste le titre ducal à Berthe.

S’ouvrait ainsi la période de la guerre civile bretonne de 1148-115611, qui se fit en deux temps. Elle eut la grave conséquence d’affaiblir le pouvoir ducal et l’unité du duché, et comme dénouement l’intervention et la mainmise progressive du roi Henri II Plantagenêt sur la Bretagne. Hoël, qui est déshérité à l’extrême fin du règne de son père, ne déclenche pas immédiatement de révolte, la noblesse et le haut clergé acceptant l’autorité de Eudon de Porhoët. La seule source qui traite de ce conflit est celle de la Chronique de Pierre Le Baud, qui se trouve être très tardive donc peu fiable12. Eudon, duc par mariage, est évidemment concurrencé par les droits à l’héritage de son beau-fils, le futur Conan IV, pour qui il gouverne le duché. Eudon tente alors de s’attirer les grâces des barons et du haut clergé du duché, peut-être espérait-il, comme l’avance l’historien Eric Borgnis Desbordes13, fonder sa propre dynastie à la tête du duché puisqu’il avait eu une fille avec la mère de Conan IV. Arrivé à sa majorité, en 1154, alors que des conflits semblent avoir éclaté, d’après l’analyse d’Eric Borgnis Desbordes14, entre Hoël et Eudon avant 1154, le jeune Conan réclame à son beau-père de lui céder le pouvoir, ce dernier refuse. D’après la Chronique de Pierre Le Baud, les grands barons bretons (Dinan, Léon, Vitré, Fougères, Dol…) préfèrent honorer le serment qu’ils ont prêté à Eudon et ne soutiennent Conan. Il y eut alors un affrontement et Conan, vaincu, est contraint de fuir en Angleterre. D’après la Chronique de Pierre Le Baud, Eudon semble l’avoir emporté sur Hoël15, dans une guerre civile à trois têtes16. La situation qui va suivre marque de nouveau la subordination de la Bretagne à la Couronne d’Outre-Manche. Conan, exilé en Angleterre, est très bien reçu par Henri II Plantagenêt, nouveau roi alors victorieux de l’ancien roi Étienne. Celui-ci lui remet le comté de Richemont qui avait appartenu à son père Alain le Noir, ce qui lui procure alors des revenus très conséquents17, mais cet avantage n’est pas sans contrepartie. Ceux qui possèdent en Outre-Manche deviennent de fait les vassaux d’Henri II. Par l’Honneur de Richemont, Conan IV devient ainsi le vassal d’Henri II, qui use de l’ambiguïté de la vassalité de Conan pour Richemont pour l’étendre au duché de Bretagne. En 1156, avec le soutien du roi-duc Plantagenêt, Conan revient en Bretagne, vainc son ancien beau-père et lui arrache le titre ducal. Dans cette campagne, Henri II, grâce aux redevances des bénéficiaires de rentes en Angleterre, fait pression sur quelques grands seigneurs comme Raoul de Fougères (+1194) afin de leur faire revoir leur allégeance. Conan IV obtient ainsi des soutiens conséquents. Si Conan IV devient bien duc, c’est au prix du comté de Nantes qui passe aux mains du frère de Henri II, Geoffroy(+1158?).

Mais le nouveau duc, légitime par le sang, sur le trône de Bretagne n’allait pas arrêter les agitations dans le duché. Les barons perçoivent alors très bien que Conan IV est sous le contrôle du monarque angevin, et se révoltent ainsi à plusieurs reprises, non pas contre le duc directement, mais contre son seigneur, Henri II. De fait, malgré quelques tensions à la mort de Geoffroy, frère de Henri II, où le duc breton voulut s’emparer du comté de Nantes, celui-ci était un vassal très docile qui se rendait proche du pouvoir du roi-duc Plantagenêt. La crise de succession de Conan III avait affaibli l’autorité ducale, Conan IV est alors incapable d’empêcher l’agitation dans le duché, l’une des plus graves de son règne est la révolte de 1163-1166, qui en marque d’ailleurs la fin18. Au cours de cette révolte, de grands seigneurs bretons se coalisent et réussissent en 1164 à résister à la répression d’Henri II retenu en Angleterre, qui avait envoyé Richard du Hommet, son connétable de Normandie. Cet échec face à la révolte menée par Raoul de Fougères a deux graves conséquences pour le roi-duc : déjà, elle sape beaucoup son autorité, du moins en Bretagne, ensuite, les révoltés parviennent à entrer en contact avec une autre coalition, dans le Poitou19. C’est seulement dans les premiers mois de 1166 qu’Henri II arrive en Bretagne avec une armée démesurée, qui force les révoltés bretons à se rendre. L’imposante forteresse de Fougères est rasée. La même année, ce roi force le duc à abdiquer et à fiancer sa fille Constance à l’un de ses fils : Geoffroy. En tant que Gardien de Constance, Henri II s’impose comme dirigeant du duché de Bretagne. Sa politique de répression est très violente, en particulier envers le vicomte Guiomarc’h IV de Léon, qui dirigeait un foyer de révolte très dynamique20. Malgré quelques seigneurs fidèles sur lesquels il s’appuie et récompense, le roi-duc Plantagenêt doit faire face à de nombreuses révoltes, parfois d’ampleur (1167, 1168, 1171), dont la plus grave est celle de 1173-1174 qui secoue tout l’Espace Plantagenêt.

Sceau royal en majesté d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre.
Seconde moitié du XIIe siècle. Source : Sigilla.org

Ce petit article de contexte historique est dans une forme proche de l’introduction de mon mémoire de recherche :
« l’entourage des ducs de Bretagne à la fin du XIIe siècle ».
Les ducs qui font l’objet de mon étude sont Geoffroy II, Constance Ière et Arthur Ier. Ces derniers n’ont pas été développé dans cet article qui avait pour but d’exposer le contexte historique du duché de Bretagne avant leur période (1176-1203).

J’espère que vous avez fait bonne lecture de ce court article,
Gabriel Le Goëc

—————————————————————————————————————————————–

1 Alain Barbetorte n’a pas vraiment été la providence qui chassa définitivement les vikings de Bretagne. Le comte de Rennes Juhel Béranger, son contemporain, eut aussi un rôle de premier plan face aux pillages et attaques. La fin des raids est surtout due aux crises qui secouaient le monde scandinave au Xe siècle. C’était alors le tout autant jeune que puissant duché de Normandie qui menaçait la Bretagne. Voir A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle, Ouest-France, Lorient, 1987, p. 25-30.

2 Et pas encore vraiment des nobles au sens juridique du terme, plus des guerriers de haut rang ou comme l’a analysé Marc Bloch « des hommes vivant noblement ». Voir M. Bloch, la Société féodale, rééd. Paris, 1989.

3 Même si, d’après les travaux de Keats-Rohan, quelques Bretons étaient déjà au service de monarques d’Angleterre avant la conquête de Guillaume de Normandie. Voir Katherine Keats-Rohan, Domesday descendants. A Prosopography of Persons occuring in English document, 1066-1166, t. II: Pipe Roll to « Cartae baronum », Woodbridge, 2002.

4 Cette vassalité est reconnue comme celle du duc de Bretagne (considéré comme comte par le roi des Francs) envers celui de Normandie par le roi Louis VI le Gros. Voir A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle, Ouest-France, Lorient, 1987, p. 68-69.

5 A noter que le roi Étienne est aussi nommé « King Stephen » par les historiens anglo-saxons, M. Jones et J. Everard par exemple, dont les travaux sont majeurs sur la région et la période étudiée, lui préfèrent son nom britannique.

6 La fille de Guillaume le Conquérant a été l’épouse de Henri V du Saint Empire Romain Germanique, c’est pourquoi beaucoup d’historiens l’appellent «l ‘impératrice » afin de l’identifier.

7 Il semble plus correct d’utiliser ce terme de « roi-duc » tel que le définit Amaury Chauou ( Voir A. Chauou, Les Plantagenêts et leur cour, 1154-1216, Presses Universitaires de France/Humensis, Paris, 2019) que de parler d’un « empire Plantagenêt » (ou angevin, anglo-normand…), étant donné que les Plantagenêt dirigeaient un ensemble de principautés et de territoires qu’ils considéraient avant tout comme des possessions personnelles ou familiales plutôt qu’un ensemble impérial et uni. Cette étude préfère ainsi utiliser des termes comme « possessions Plantagenaises » ou « espace Plantagenêt ». Voir Robert-Henri Bautier, « Conclusions. « Empire Plantagenêt » ou « espace Plantagenêt ». Y eut-il une civilisation du monde Plantagenêt? », Actes du colloque d’histoire médiévale de Fontevraud (1984), Cahier de civilisation médiévale, n°113-114, janvier-juin 1986, p. 139-147.

8 Voir A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle, Ouest-France, Lorient, 1987, p. 72.

9 Alain le Noir est alors l’un des plus puissants seigneurs de Bretagne, issu de la branche cadette des ducs de Bretagne, les Eudonides. Il a hérité de l’Honneur de Richemont de par son père Étienne (+1135), comte de Bretagne et de Richemont, qui lui-même tenait ce second titre de son frère, mort sans héritier, Alain le Roux (+1089). Voir le travail de généalogie de Frédéric Morvan, sur les Eudonides ici : F. Morvan, Les Chevaliers bretons, Entre Plantagenêts et Capétiens, du milieu XIIe au milieu XIIIe siècle, Coop Breizh, Kerangwenn, 2014, p. 253.

10 Voir Paul Dalton, Rosamond McKitterick, Christine Carpenter, Jonathan Shepard, Conquest, Anarchy and Lordship: Yorkshire, 1066-1154, Cambridge University Press, 2002, p.164-165. A noter aussi qu’en raison de rivalités avec sa fratrie, son frère Geoffroi II Boterel (+1148) combattait dans l’autre camp.

11 Voir Judith Everard, Brittany and the Angevins, Province and Empire (1158-1203), Cambridge University Press, 2000, p.27-33.

12 Voir sur le site Gallica de la BNF, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10568554/f8.image ; dernière consultation le 27/03/2020. Pages 184 à 186.

13 Voir E. Borgnis Desbordes, Constance de Bretagne, une duchesse face à Richard Cœur de Lion et Jean-sans-Terre, Yoran embanner, Fouesnant, 2018, p. 33.

14 Ibid, p. 31-32.

15 P. Le Baud: «maintint Eudon la guerre à l’encontre de Hœl Comte de Nantes, & molesta par courses & batailles les Nantois qui la soustenoient contre luy, (…) & pour plus contraindre lesdits Nantois à chasser & debouter ledit Hœl…», voir note 11, page 184, an 1154.

16 Les historiens N-Y Tonnerre et A. Chédeville, avancent que Hoël aurait eu des velléités à soutenir son neveu Conan. Voir des mêmes auteurs: La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle, Ouest-France, Lorient, 1987, p.85.

17 D’après les historiens N-Y Tonnerre et A. Chédeville, toujours, ce revenu était presque équivalent à ceux du domaine ducal, une rente très importante, donc. Voir Ibid, p.85.

18 Voir Judith Everard, Brittany and the Angevins, Province and Empire (1158-1203), Cambridge University Press, 2000, page 34 (Henry II and Brittany).

19 Voir A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale XIe-XIIIe siècle, Ouest-France, Lorient, 1987, p. 87.

20 Ibid, p. 91.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search