Brediah er Fé (1843-1940), une traduction des Annales de Propagation de la Foi en breton vannetais

Mgr de Guébriant (1860-1935), supérieur général des Missions étrangères de Paris (avec la barbe blanche) au milieu de candidats bretons au départ, in Mgr de Guébriant, Paris, éd. séminaire des Missions étrangères de Paris, 1935

En 1843 paraît pour la première fois une version bretonne des Annales de propagation de la foi. Ce périodique intitulé à ses débuts Brediah er Fé eit Chervige d’er Vretonèd a Escobty Guénèd est destiné a être lu par les bretonnants du pays de Vannes. À cette époque la langue parlée par le peuple est majoritairement le dialecte vannetais.

Le périodique s’adressant en premier lieu à cette population, il est par conséquent rédigé en breton vannetais. C’est le diocèse de Vannes qui voit paraître la première traduction en breton des Annales de Propagation de la Foi, mais Quimper et Saint-Brieuc auront leur propres versions par la suite. Cette traduction se fit à l’initiative des prêtres Mgr Joubioux et l’abbé Le Diot. Mais c’est principalement l’abbé Corneille Le Diot qui est chargé de la traduction des lettres durant les premières années du périodique. Plusieurs traducteurs seront chargés de la traduction à tour de rôle durant la longue vie du périodique. En effet, une des caractéristiques qui distingue tout particulièrement ce périodique est son extrême longévité et stabilité. Hormis l’arrêt complet de la publication entre 1916 et 1919 en raison du conflit mondial, la publication est éditée sans interruption de 1843 à 1940. De plus, c’est le même imprimeur, l’imprimerie diocésaine Galles qui est chargée de l’impression durant ces quatre-vingt-quatorze années.

Brediah er Fé est d’abord une traduction des Annales de Propagation de la Foi. Ce périodique contient des traductions de lettres écrites par des missionnaires à leur famille, leurs confrères, leur supérieur. Ces lettres sont des témoignages de natures diverses sur les lieux où sont les missionnaires exécutent leurs missions. Les missionnaires y font état de l’avancée de leur mission, des difficultés ou des succès qu’ils ont rencontrés, de leurs curiosités ou de leur fascination à l’égard des cultures qu’ils côtoient. Ils décrivent parfois en détail certaines pratiques religieuses ou culturelles des peuples qu’ils essaient de convertir, ce qui constitue par ailleurs une précieuse source ethnographique. De nature religieuse et prosélyte, ces témoignages dépendent d’un prisme particulier, et servent bien souvent à glorifier l’Église catholique et la foi ou à insister sur la nécessité de convertir ces peuples. Mais ils procurent néanmoins aux bretonnants lettrés du Morbihan une source d’information sur le monde qui leur étaient inaccessible jusqu’alors. Car ces lettres proviennent du monde entier, et couvrent par conséquent une importante diversité de cultures tout à fait différente de ce que connaissait la plupart des gens à cette époque.

BEF constituant avant tout une traduction des APLF, il nous est nécessaire d’établir un historique de ce périodique et de l’institution qui la régit, l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Le P. Charles Langlois fut à l’origine de l’Association de Propagation de la Foi en donnant de l’impulsion en 1816 à une fondation de prière au séminaire des Missions Étrangères dont il était le directeur à cette époque. C’est à Lyon que cette fondation prit de l’ampleur en ajoutant aux prières que demandait cette association pour les missionnaires, des aumônes. C’est Pauline Jaricot1, fondatrice de la Propagation de la Foi, qui est à l’origine de l’organisation ces collectes de fonds à destination des Missions Étrangères. Ayant gagné en ampleur et en influence, l’Association pour la Propagation de la Foi s’affranchit le 3 mai 1822 de la Société de Missions Étrangères. Pendant un siècle, cette institution fut administrée par les conseils de Lyon et de Paris, tous deux égaux sur le plan décisionnel. Cette institution prit rapidement de l’ampleur et s’étendit sur l’ensemble des pays catholiques avec pour objectif l’extension de l’église catholique dans le monde. Bien qu’internationale, cette institution était gérée par les conseils centraux de Lyon et de Paris. La Propagation de la Foi fut érigée en Œuvre pontificale en 1922 sous l’impulsion du pape Pie XI. Le siège fut alors transféré à Rome, et l’administration confiée à la Congrégation de la Propagande2.

Deux publications sont rattachées à l’œuvre de Propagation de la foi : les Annales de propagation de la foi et Les Missions catholiques.3 Les APF furent fondées à Lyon en 1822 par l’œuvre de propagation de la foi de Pauline Jaricot. Le premier titre de ce périodique était Nouvelles reçues des missions, le nom d’APF sera adopté en 1825. Ce périodique peut être considéré comme le successeur des Lettres édifiantes et curieuses4 des Jésuites. Les Annales de Propagation de la Foi rassemblent des lettres de missionnaires envoyés en mission dans le monde entier, mais principalement dans les colonies européennes. Le dernier numéro parut en 1974, ce qui montre que cette publication en langue française bénéficiait d’une importante longévité. Les APL seront traduites en plusieurs langues : les annales allemandes nommées Annalen der Gesellschaft zur Verbreitung des Glaubens seront publiées en Suisse à Einsiedeln de 1832 à 1850. Une version anglaise nommée Annals of the propagation of the faith est publiée à Paris. La version allemande ne fut pas publiée pendant très longtemps en comparaison avec les versions bretonnes. Bien que similaires par leur contenu, on peut supposer que ces publications avaient des objectifs différents, la version allemande évoluant dans un milieu bien plus protestant que les versions bretonnes.

Au XIXe siècle, le nombre de publications de périodiques augmente de façon très significative en Bretagne comme dans de nombreux autres pays. Ces écrits de plus en plus nombreux sont aussi variés et véhiculent différent courants de pensée. Comme le montre Yves Le Berre dans La littérature de langue bretonne, Livres et Brochures entre 1790 et 1918, on peut distinguer trois groupes de périodiques en Bretagne à cette époque.5 Certains s’inscrivent dans le courant régionaliste : on peut citer par exemple Spered ar Vro (l’Esprit National) de Tanguy Malmanche, qui n’eut pas beaucoup de succès, et dont seulement quatre numéros furent publiés. La relève du premier vint avec Ar Vro (La Nation), et Ar Bobl (Le Peuple) de François Jaffrennou.

La majorité des périodiques s’inscrivent à la fois dans les courants catholique et régionaliste de l’époque. Les auteurs sont bien souvent des prêtres mais sont aussi des laïcs. Les textes de ces périodiques sont souvent à caractère religieux, mais aussi politique, et comprennent également des actualités et des textes de fiction. On peut citer à titre d’exemple Le courrier du Finistère, Kroaz ar Vretoned (La Croix des Bretons), Feiz-ha-Breiz (Foi-et-Bretagne) et Dihunamb, Bretoned ! (Réveillons-nous, Bretons !). Ce dernier périodique, rédigé entièrement en vannetais et contemporain à BEF, est co-fondé par Loeiz Herrieu (ou Louis Henrio) en 1905 et est au coeur du mouvement régionaliste du pays de Vannes au XXe siècle.

Enfin, il y a les périodiques rédigés exclusivement par les membres du clergé. Le périodique qui nous intéresse ici, Brediah er Fé, fait partie de ce groupe. Les deux autres versions bretonnes des Annales de Propagation de la Foi, les Liziri breuriez ar feiz de Quimper (1844-1968) et celles de St Brieuc Liziri breuriez ar feiz (1865-1918), font elles aussi parti de ce type de périodiques. On peut citer aussi une traduction quimpéroise du Messager du Sacré Coeur, Kannad ar Galoun Sakr (1888-1951), et un périodique en vannetais Trivet Urh Sant Franséz, Le Tiers-Ordre de Saint-François (1899-1921).

Bien que le contenu de BEF soit toujours relatif à la religion catholique et rédigé exclusivement par des membres du clergé, certaines idées régionalistes sont elles aussi motrices des dynamiques internes à la vie du périodique. Ainsi, Jean-Marie Le Joubioux, cofondateur et rédacteur de BEF à ses débuts, partagea des relations et des idées politiques avec des personnalités aux idées régionalistes fortes, tels que Théodore Hersart de La Villemarqué, avec qui il entretint une correspondance épistolaire ou Auguste Brizeux et François Rioux, lesquels « demeurèrent toujours ses loyaux amis6 ». Bien que très proche idéologiquement de ces auteurs, le discours de Le Joubioux semble cependant diverger quant aux questions relatives aux dialecte de Vannes. En effet, l’existence en vannetais de nombreuses formes proches du français, y compris dans le langage populaire, pose problème aux défenseurs d’un breton « pur », dépouillé de toutes les « souillures » accumulées aux fil du temps au contact de la langue française. Cela est en tout cas l’idée qu’il semble avancer. Ainsi, on peut supposer que la création de BEF n’est pas le seul fait de motifs religieux, mais qu’il existe aussi une dimension politique et littéraire de promotion et de reconnaissance du dialecte de Vannes.

Cependant, cette dimension politique, bien que possiblement motrice de l’effort des auteurs de BEF, est rarement exprimée explicitement dans le contenu proposé par le périodique, celui-ci demeurant, rappelons-le, une traduction des APF. Bien que réduite, une place est faite à d’autres textes d’auteurs vannetais. On retrouve ainsi des textes de Le Joubioux dans les premiers numéros de BEF : Buhé en eutru Noury (1843), Er geah vam (1846) et la traduction de quatorze des chapitres du Fiorreti (1848-1849). Un petit extrait du Levr al Labourer de Joachim Guillome sera aussi publié dans la troisième partie de BEF en 18477 sous les titres de « Er bedenn noz » (la prière du soir) et de « Aviseu d’en dud a ziar er mézeu » (conseils aux gens des campagnes). Ces deux extraits sont présentés ainsi : « Er guerzeu-men a zou tennet ag ul livr kaër a vou mollet quênt pêl. En Eutru GUILLÔM, person Kgrist, en dès vennet, él livr-zé, disquein d’en dud a ziar er mezeu labourat arhat ha, drès peb-tra, santefiein ou labour. » (ces vers sont tirés d’un beau livre qui sera bientôt imprimé. Monsieur GUILLÔM, prêtre de Kgrist8, a souhaité, dans cet ouvrage, apprendre aux gens des campagnes à travailler, labourer, et, surtout, sanctifier leur travail.)

Ces publications, sans lien direct avec les lettres de propagations de la foi, nous montrent que BEF était aussi un outil pour publier et diffuser les productions littéraires de ce cercle de religieux du diocèse de Vannes. Pour Lucien Raoul, le Joubioux publia ces textes dans BEF pour aider au développement du périodique9, mais les arguments développés plus haut témoignent aussi des motivations idéologiques des directeurs de BEF.

  1. Marie-Pauline Jaricot (1799-1862) née à Lyon, est considérée comme la fondatrice de l’œuvre catholique de la propagation de la foi. C’était une laïque qui a joué un rôle de grande importance dans le développement du mouvement missionnaire français. []
  2. MICHEL Joseph, GADILLE Jacques, Missionnaires bretons d’Outre-Mer aux XIXème et XXème siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997. []
  3. Publié de 1868 à 1927, Les Missions catholiques est un périodique qui rassemble des lettres de missionnaires ainsi que des textes d’étude liés aux missions étrangères. []
  4. Publiés de 1702 à 1776 les Lettres édifiantes et curieuses rassemblaient des lettres de jésuites missionnaires envoyés, entre autre, en Asie et en Amérique. []
  5. LE BERRE Yves, La littérature de langue bretonne, Livres et Brochures entre 1790 et 1918, vol.1, Brest, Ar skol vrezoneg Emgleo Breiz, 1994, p.158. []
  6. RAOUL Lucien, Geriadur ar skrivagnerien ha yezhourien, Quimper, Al Liamm, 1992, p.243. []
  7. BEF, 1847 , troisième partie, pp. 211, 212. []
  8. Kergrist. []
  9. RAOUL Lucien, op. cit. p.243. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search