Lionel Rocheman et le Centre américain : l’émergence du mouvement folk en France

À travers cet article, nous allons découvrir comment le mouvement musical folk, issus des Etats-Unis, fait son arrivée en France grâce à un homme, Lionel Rocheman et un lieu, le Centre américain. Un mouvement musical qui va aider à remettre à l’honneur le répertoire traditionnel français et va influencer le renouveau musical breton dans les années 1970 passant par la création du festival de Kertalg, un “woodstock breton”.


« Un lieu de passage, voilà ce qu’était avant tout l’American center. Un espace de circulation entre les idées et les cultures. Une terre d’asile aussi pour tous ceux qui avaient quelque chose à fuir et une place à trouver. Un lieu ouvert[1]. »

Le Centre américain est fondé en 1934 grâce au révérend Beekman, envoyé à Paris par son église pour s’occuper des marins et artilleurs de l’armée américaine. À l’entre-deux-guerres, avec la montée du communisme et du fascisme à Paris, le quartier de Montparnasse attire particulièrement la jeunesse américaine et le Centre devient progressivement un club social pour les étudiants, « un nid de contestations, de recherches, d’inventions et très sensible à un discours de gauche. » Progressivement, le Centre et sa direction artistique deviennent franco-américain et favorise les partages et échanges artistiques. Le lieu est un précurseur dans le répertoire des musiques traditionnelles puisqu’il accueille des cours de danses traditionnelles enseignés par Alick-Maud Pledge. Il possède également une bibliothèque, un bal, un théâtre, des leçons de judo données par Yves Klein, un Centre de musique fondé par Keith Humble qui confie :

« Il y avait parmi nous des musiciens, des chanteurs, des peintres, des sculpteurs, des poètes, des gens de théâtre, nous nous retrouvions jour et nuit à l’American Center où nous répétions aussi longtemps que nous le jugions nécessaire ! Les locaux étaient à notre disposition, on ne coûtait rien et on rendait service en participant à la vie du Centre. Une manière de troc, en somme… [2]»

En 1960, après avoir découvert le travail de Keith Humble, Marc’O décide d’y fonder le Centre de théâtre et d’expérimentation du jeu de l’acteur qui accueille, entre autres, André Breton, Henry Miller, Yves Klein, Jean-Charles François ou encore Pierre Clémenti.  Dans ce début des années 1960, le lieu est un espace de circulation d’idées et de cultures et un refuge pour les Noirs américains fuyant l’Amérique ségrégationniste ou pour les écrivains censurés. « Il fallait comprendre que les Américains de cette époque détestaient l’Amérique. […] Cette façon de vivre, l’American way of life, ils détestaient ce mode de vie et adorait le mode de vie de Paris[3]. » Cette jeunesse américaine va permettre de faire découvrir à la jeunesse parisienne des artistes tels que Roger Mason, Steve Waring ou Graeme Allwright issus et inspirés du modèle des folksingers.

C’est en 1963 que le premier hootenanny parisien est créé par un duo d’américain célèbre au Greenwich Village, Sandy Darlington et Jeanie McLerie. Ils rencontrent Lionel Rocheman, séduit par ce nouveau modèle de rencontre et partage musical et le présente aux responsables du Centre américain, David Davis et Joseph Lus. Les deux artistes reprennent la route et confie l’organisation de ces hootenanny parisiens à Rocheman. Grâce à la promotion par des tractations artisanales distribuées dans les rues et aux abords des facultés, ces soirées musicales attirent de plus en plus de parisiens alors en pleine libération des mœurs et fascinés par ce nouveau genre musical. Dès lors, le Centre américain et avec lui les café alentours dynamisent l’ensemble du quartier où l’on voit émerger, pour la première fois en France, le mouvement folk avec ses propres artistes francophones.

François Gasnault, « Hootenanny au Centre américain », L’Homme, 2015.

Les hootenanny parisiens de Rocheman accueillent en moyenne de 100 à 300 personnes[4] et débutent en 1964 jusqu’en 1972. Ils évoluent en passant d’une soirée mensuelle à hebdomadaire, chaque mardi soir avec une interruption durant l’été pour reprendre dès septembre. Le déroulement et l’organisation se base sur « des relations non hiérarchisées mais très partagées et donc une atmosphère assez nouvelle ce partage des tâches où tout le monde avait à peu près les mêmes responsabilités et un amour de ce que c’était le bonheur d’écrire, de jouer, de chanter et la liberté d’expérimenter[5] ». Lionel Rocheman qui tenait le rôle de Master of ceremony en déterminant l’ordre de passages des artistes se fait aider par son assistant, Nicolas Cayla (fondateur de la revue l’Escargot Folk), qui s’occupe de la caisse. Au cours de la soirée, on peut être aussi bien le spectateur, l’observateur et l’intervenant. C’est une innovation totale puisque, à l’image du folk, la frontière entre public et artistes disparait. Rocheman explique en effet « que depuis le début, je m’étais fixé cette obligation d’accueillir absolument quiconque se présentait[6]. ».  Chaque personne est libre de s’inscrire au début de chaque hoot pour présenter ses chansons qui ne doivent pas excéder 5min afin de permettre à tous les artistes amateurs ou non de se représenter. La soirée débute aux alentours de 20h30 et se termine, sur le papier à 23h mais s’éternise régulièrement jusqu’à minuit, voir, 1h du matin pour se prolonger ensuite de l’autre côté du boulevard, au Raspail vert. C’est dans ce bar que Catherine Perrier a été approché par Rocheman pour chanter au hootenanny :

 « On allait au Raspail vert après, au bistrot et là il arrivait que au tour de la table on chante. Et Lionel m’a dit mardi prochain tu chantes. Et c’était comme ça que je me suis plus posé de questions après. J’avais une chanson nouvelle pour chaque mardi.[7] »

Les artistes qui se représentent sont exonérés du modeste prix d’entrée et une pause est accordée au milieu de la soirée. Sous la direction de Rocheman, le répertoire musical, qui était à l’origine exclusivement américain et britannique, s’élargit aux chansons traditionnelles françaises. Au total sur leurs 9 années d’existence, les hootenanny parisiens recevront en moyenne plus de 10 000[8] participants-interprètes dont 5 000[9] qui ont réussi à se distinguer. Ces hootenanny parisiens vont permettre à des jeunes artistes d’interpréter un répertoire de musiques traditionnelles accompagné d’instruments traditionnels et dans des langues régionales. C’est lors d’une de ses soirées qu’Emmanuelle Parrenin découvre la vielle à roue :

« Le Hootenanny de Lionel Rocheman nous a permis de tous nous rencontrer et m’a permis d’entendre une vielle pour la première fois[10]. »

Parmi ces jeunes artistes qui font leur début au Centre américain, Alain Cochevelou, prenant comme nom de scène Alan Stivell. Lionel Rocheman s’est souvenu :

« Il avait assisté au Hootenanny plusieurs fois, et puis, un jour, il vient et me glisse à l’oreille : ‘‘Moi c’est en breton et c’est pas une guitare, c’est de la harpe !’’ Je lui réponds : ‘‘Tu viens quand tu veux, c’est ouvert aux Bretons et c’est ouvert à la harpe !’’[11] ».

 Alan confie « lorsqu’au mois de janvier, le mardi fatidique arrive, je me présente à Rocheman dûment bardé de tout l’attirail folk : en plus de ma harpe, j’aborde un harmonica à la Dylan. J’ai aussi pris soin d’inscrire sur le socle de ma harpe un fier ‘‘BZH’’[12]. »

Laurent Bourdelas, Alan Stivell, Le Telegramme Eds, 2012.

En septembre 1968, Stivell fait la première partie d’un concert de Steve Waring et marqua directement les esprits avec sa volonté de se raccrocher à ce mouvement mondial folk et de l’allier avec la culture bretonne et celtique. Pour Gabriel Yacoub, membre fondateur du groupe Mélusine, qui rencontra Stivell pour la première fois en 1969 à l’occasion de l’un de ces hootenanny :

 « […] Cette apparition s’apparenta à la révélation d’un OVNI ! Un garçon, normal, élégant, super bon chanteur, interprétait des chansons en Breton, en s’accompagnant à la harpe bardique…Difficile à croire ![13] ».

Au cours de ces soirées, Lionel Rocheman se constitue un entourage qu’il nomme le Hoot Club dans lequel on retrouve le plus fréquemment : Steve Warring et Roger Mason (jazzmen-folksingers-bluesman), John Wright (violoniste-joueur de guimbarde, chanteurs de chants marins anglophone et français), Alan Stivell, Catherine Perrier, Claude Lemesle (chanteur et parolier), Marcel Dadi (guitariste), Tran Quang Hai (ethnomusicologue), Graeme Allwright (folksingers d’origine néo-zélandaise) ou les Escholiers, groupe formé de Jean-François Dutertre, Jacky Benhaïm dit Ben et Jean-Loup Baly qui confie :

« Alors moi je suis arrivé la première fois au Hootenenanny je pense que c’était courant 1967. C’est Jean-François Dutertre qui m’y a emmené et moi en plus le hootenanny je ne savais pas du tout ce que c’était. Et les chansons des folksingers américain je ne m’y connaissais pas je savais pas qui était Woody Guthrie, je savais pas qui était Tom Paxton. […] Première fois que je vois des gens étranges, y’avait Alan Stivell qui chantait, y’avait tous ces gens-là y’avait Ben aussi qui chantait et puis d’autres. En plus de ça y’avait John Wright et Catherine Perrier qui chantait aussi ces chansons qui m’étaient plus familières[14]. »

Chaque mardi soir s’est aussi l’occasion de créer des groupes, duo ou trio pouvant être éphémère ou non comme le confie Catherine Perrier :

« Et petit à petit on s’est mis à se rencontrer et à faire des choses ensemble. Alors comme chez Lionel on avait le droit qu’à une chanson et bien on faisait des combinaisons pour arriver à passer sous une forme de duos, trio[15]. »

Outre les soirées du mardi soir et aux vues de leur succès, Lionel Rocheman tente de mettre en place différentes choses au long de la semaine animé par la volonté de faire découvrir tout ce répertoire traditionnel. Il fonde une école de guitare dans son ancien atelier de tricot avec pour enseignants Mason, Waring puis Marcel Dadi. La Folk Singing Workshop est aussi créée afin d’initier les jeunes français au folk et d’acquérir les termes techniques. Enfin, le Centre américain accueille chaque semaine une conférence d’environ 1h15 concernant l’histoire, l’origine et l’évolution de la chanson populaire en France mais elles rencontrent très peu de succès :

« J’avais décidé d’organiser à l’American Center, en marge du hootenanny une série de conférences sur la chanson faute d’expérience l’aventure tourna court. Mieux valait m’instruire que tenter d’instruire autrui (…)[16]. »

L’année 1968 voit la création au Centre américain d’un spectacle unique pour le bicentenaire de la mort de Chateaubriand, produit par le Comité national du bicentenaire sous le patronage de Georges Pompidou et d’André Malraux. En effet, le Centre américain possède dans sa cours un cèdre planté par Chateaubriand lui-même à proximité d’un terrain qui appartenait à sa femme et qui a donné celui-ci à l’archevêché de Paris pour fonder une maison de retraite pour les prêtres du diocèse. Ce spectacle est par ailleurs enregistré et filmé par la télé pour cette première représentation au Centre et il est reconduit, sous la forme d’une tournée, dans d’autres lieux en France liés à l’écrivain avec la présence de Waring, Mason, Wright et Lemesle. Lors de ces concerts on y chante des ballades américaines et britanniques, des chants de marins, des chansons traditionnelles françaises, des complaintes bretonnes ou encore des romances du XVIIIe siècle.

À la fin des années 1960, les hootenanny évoluent en banlieue au sein des MJC où cette fois-ci les artistes touchent une rémunération puis en région dans les villes comme Lyon ou Rouen. Dans les années 1970, victime de son succès il donne naissance à des folk clubs. En 1972 changement de gestion et le Centre change avec puisque le montant des cours payés au Centre est reversé en pourcentage aux artistes et le principe de gratuité disparait. Au début de l’année 1973, Lionel Rocheman reprend, à l’Olympia, les hootenanny, chaque mardi soir jusqu’en 1975. Ainsi ce Centre américain et ses hootenanny ont définitivement été le creuset du mouvement folk en France :

« Un endroit merveilleux que rien n’a jamais remplacé. Là-bas, les spectateurs ont appris ce que Duchamp répétait, à savoir que l’art n’est pas quelque chose qui vaut de l’argent. Il se définit par le choix du créateur[17]. »


[1]Philippe BRESSON. (Journaliste). (2008, 18 juillet). Surpris par la nuit : Ceux qui ont fait l’American Center [podcast]. France Culture. 75min.

[2] Philippe Bresson, (s.d). Ceux qui ont fait l’American Center. Les périphériques vous parlent, N°28.

[3] Propos de Marc’O. Philippe BRESSON. (Journaliste). (2008, 18 juillet). Surpris par la nuit : Ceux qui ont fait l’American Center [podcast]. op.cit

[4] Chiffre de François Gasnault, dans François Gasnault, « Hootenanny au Centre américain », L’Homme, 2015.

[5] Philippe BRESSON. (Journaliste). (2008, 18 juillet). Surpris par la nuit : Ceux qui ont fait l’American Center [podcast]. op.cit

[6] François Gasnault, op.cit, p.153.

[7] Montagut jean louis. (2018, 20 juin).  Conférence rocheman, [vidéo]. Youtube. 169 min.

[8] Chiffre de François Gasnault, dans son ouvrage, François Gasnault, op.cit.

[9] Ibid.

[10] Emmanuelle Parrenin, (2022, 14 avril).  [Interview] (1ere partie) : une enfance baignée dans la musique [Interview]. Dans Benzine de Greg Bod. 51min.

[11] Laurent Bourdelas, Alan Stivell, Le Telegramme Eds, 2012. p.62.

[12] Ibid.

[13] Ibid, p.118-119.

[14] Montagut jean louis. (2018, 20 juin).  Conférence rocheman, op.cit.

[15] Ibid.

[16] François Gasnault, op.cit.

[17] Pierre Descargues, journaliste. Philippe BRESSON. (Journaliste). (2008, 18 juillet). Surpris par la nuit : Ceux qui ont fait l’American Center [podcast]. op.cit


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Manon Herpe-Calais (16 mai 2023). Lionel Rocheman et le Centre américain : l’émergence du mouvement folk en France. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9r0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search