Enseignement du breton : la variation graphique comme frein ?

Ecole : photographie de presse / Agence Rol. Crédits : Bibliothèque nationale de France

Deux des orthographes du breton actuellement utilisées ont été créées au moment où l’enseignement du breton à l’école devient possible et où, par conséquent, la variation graphique pose problème. En quoi sont-elles le reflet de conceptions différentes des liens entre pédagogie et norme orthographique ?

Les conditions de naissance du peurunvan (orthographe complètement unifiée) et du skolveurieg (orthographe universitaire), deux des trois systèmes graphiques du breton existant actuellement, mettent en évidence leurs liens étroits avec la question de l’enseignement du breton et de sa pédagogie. Nous évoquerons ici les positions sur ce sujet des promoteurs de ces deux systèmes, Roparz Hemon pour le peurunvan et François Falc’hun pour le skolveurieg. D’un côté, le peurunvan semble avoir été pensé comme un outil politique1 rendant légitime l’enseignement du breton dans les écoles et, de l’autre, le skolveurieg comme un outil pédagogique au service de l’enseignement du breton. Pourtant, les deux hommes se rejoignent sur l’idée que la variation graphique du breton serait un frein à son enseignement.

Autorisation de l’enseignement du breton à l’école : avec quel système graphique ?

Quelques mots, tout d’abord, au sujet de ces deux hommes dont les noms sont associés au peurunvan et au skolveurieg. Roparz Hemon (1900-1978), fondateur de la revue Gwalarn promouvant une refondation de la littérature bretonne, dirigeait l’Institut celtique pendant l’occupation allemande et a supervisé les travaux visant à l’unification de la graphie du breton, ayant donné naissance au peurunvan –ou orthographe complètement unifiée –en 1941. Le régime de Vichy accepte en effet l’idée d’un enseignement facultatif du breton à l’école, mais un système graphique commun à l’ensemble des dialectes bretons est un pré-requis. Or, à cette date, l’orthographe unifiée en vigueur, appelée KLT pour Kerne, Leon, Treger (Cornouaille, Léon, Trégor), n’englobe pas le dialecte vannetais. Les travaux menés en 1941 visent donc à parachever l’unification de la graphie.

François Falc’hun (1909-1991), linguiste et phonéticien, par ailleurs chanoine, a été professeur de celtique à l’Université. Au début des années 1950, alors professeur à l’université de Rennes, il propose un nouveau système graphique qui sera appelé skolveurieg ou orthographe universitaire. Pour apaiser les esprits2, d’une part, car le fait que le peurunvan ait été mis en place pendant l’Occupation le discrédite3. D’autre part, il s’agit de répondre aux nouveaux besoins pédagogiques posés par la loi Deixonne qui autorise à partir de 1951 l’enseignement des langues régionales à l’école.

Reflets de la dimension politique contenue dans la graphie d’une langue, de vives tensions sont nées de la coexistence de ces deux systèmes graphiques – on a parlé de « la querelle des orthographes » – et ont perduré durant tout la deuxième partie du XXe siècle.

“Ur yez trec’h a rank beza ur yez unvan” (Roparz Hemon)


Roparz Hemon, photo publiée le 23 mai 1942 par L’Heure Bretonne. Source : Wikimedia commons.

A partir des années 1930, des revendications pour l’enseignement du breton dans les écoles, interdit jusqu’alors, s’expriment. Elles sont contrecarrées par des discours mettant en avant l’impossibilité d’un tel projet du fait de la diversité dialectale de la langue et de la multiplicité des graphies. Quand la possibilité de l’enseignement du breton apparaît en 1941, cette opportunité politique est saisie et l’unification des quatre dialectes du breton parachevée afin que son enseignement se fasse sur des bases similaires sur l’intégralité du territoire bretonnant, vannetais compris. L’extrait du communiqué de presse diffusé après la signature de l’accord sur le peurunvan le 13 juillet 1941, cité par Iwan Wmffre dans Breton orthografies and dialects. The twentieth century war in Brittany4, est très clair : « L’adoption de cette réforme lève la dernière objection que l’on aurait pu formuler à l’encontre de l’enseignement de la langue bretonne dans les écoles. Dès maintenant, des manuels scolaires sont en préparation. Ils pourront être mis en usage dans les écoles de toute la Basse-Bretagne. » Quand Roparz Hemon répond « Eur yez trec’h a rank beza eur yez unvan5 / Une langue victorieuse doit être une langue unifiée » à la question « Perak e oa ezhomm eus eun doare-skriva nevez ? / Pourquoi une nouvelle orthographe était-elle nécessaire ? » qui débute son ouvrage An doare-skriva nevez, publié en 1942, revenant sur la toute nouvelle réforme orthographique, il indique au préalable :

« Kemmet e voe penn d’ar vaz gant an darvoudou c’hoarvezet abaoe 1940. Niver ar Vrezoned dihunet a yae war gresk en eun doare souezus, tra ma’z ae galloud hon enebourien war vihanaat. Ar skoliou, evit d’ezo beza c’hoaz e dalc’h estrenien pe Breiziz aet da estrenien, an darn vuia anezo, a rank lezel tamm-ha-tamm er brezoneg da blanta e zaoudroad, er porz-c’hoari da genta, er saliou-kelenn da c’houde. Eus a yez trec’het emañ o tremen da yez trec’h. Hag eno emañ an dalc’h : eur yez trec’h a rank beza eur yez unvan. Ret d’ezi argas diouz e c’hreiz pep gwrizienn a wander.6 / Le sens du vent changea du fait des évènements intervenus depuis 1940. Le nombre de Bretons réveillés croissait d’une façon incroyable, tandis que le pouvoir de nos ennemis s’affaiblissait. Les écoles qui sont encore dépendantes d’étrangers ou de Bretons devenus des étrangers, pour la majeure partie, doivent petit à petit laisser s’implanter le breton, dans les cours de récréation d’abord, puis dans les salles de classe. De langue vaincue, celle-ci va devenir langue victorieuse. Et là est l’enjeu : une langue victorieuse doit être une langue unifiée. Il faut qu’elle expulse de son sein tout ce qui trahit une faiblesse.7 ».

On comprend que l’enseignement du breton n’est pas une fin en soi mais qu’il est au service d’un projet politique nationaliste pour la Bretagne8. Au moment de la création du peurunvan, il apparaît donc que la revendication politique du droit à l’enseignement du breton prévaut sur la réflexion sur les conditions de sa réalisation en termes pédagogiques. C’est sur ce terrain de la pédagogie que va contre-attaquer François Falc’hun dès 1953 avec le skolveurieg.

Faciliter l’enseignement du breton (François Falc’hun)


Falc’hun copiant un chant auprès de M. Gouriou en 1939. Crédits : Jeannine Auboyer, collection de photographies du MNATP conservée aux Archives nationales

Né à la suite du vote de la loi Deixonne autorisant en 1951 l’enseignement des langues régionales à l’école, le skolveurieg entretient un tout autre lien avec l’enseignement puisqu’il se place sur le terrain de ses modalités, non pas sur celui de sa possibilité. Falc’hun présente le skolveurieg comme un outil pédagogique au service des apprenants, notamment ceux dont ce n’est pas la langue première, et de leurs enseignants9. Dans sa « Note sur l’orthographe » en postface de An tri aotrou du père Médard, Falc’hun met en avant deux arguments : l’orthographe du breton doit être simple par opposition à celle du français et elle doit permettre une prononciation correcte, ce qui nécessite « une étude approfondie des rapports entre la prononciation et l’écriture10». On comprend en filigrane que les autres orthographes – jamais explicitement nommées, mais le peurunvan est bien sûr visé – ne remplissent pas, selon lui, ces deux caractéristiques essentielles d’un point de vue pédagogique.

Il conclut sur la souplesse du skolveurieg vis-à-vis des dialectes : « La même doctrine est valable pour représenter aussi fidèlement que possible la prononciation de n’importe quel parler ou dialecte, aussi bien que d’une langue commune choisie comme norme littéraire11. » Le skolveurieg s’affiche donc comme étant au service de l’apprentissage de la langue bretonne et de ses dialectes.

La variation comme frein à l’enseignement

Malgré les divergences d’approche chez Roparz Hemon et François Falc’hun, on retrouve chez les deux hommes l’idée de la nécessité d’un langue unifiée (Hemon) ou commune (Falc’hun), qui fait écho à l’argument s’opposant à l’enseignement du breton du fait de sa variation. Sur quels présupposés repose cette vision des choses ? Il semble d’une part y avoir l’idée que la variation linguistique pourrait constituer un obstacle logistique : l’édition de manuels de référence assurant le même enseignement pour tous est un pré-requis dans le modèle scolaire français. D’autre part, la variation semble être considérée comme un obstacle pédagogique à l’apprentissage. Cette idée n’apparaît pas dans les extraits des textes de Hemon et Falc’hun qui viennent d’être évoqués, elle est cependant régulièrement avancée. Ainsi, Iwan Wmffre indique, dans l’introduction de son étude sur la querelle des orthographes au XXe siècle, que la profusion des orthographes a été une source constante de confusion pour les personnes qui ont tenté d’apprendre la langue aussi bien que pour le petit nombre de locuteurs natifs ayant lutté pour apprendre et lire leur langue12.

La graphie du breton a beaucoup évolué au cours des siècles, avec une entreprise de normalisation qui débute au XVIIe et aboutit à une volonté d’unification au XXe siècle. Mais c’est bien quand la possibilité de l’enseignement du breton à l’école apparaît que la normalisation s’impose, la variation de la langue – dialectale, graphique – étant considérée comme un frein à l’enseignement, frein logistique d’abord (quel système graphique pour les manuels ?) mais également obstacle à l’apprentissage. Aujourd’hui, de fait, cette unification de la graphie est réalisée puisque le peurunvan est majoritairement utilisé, dans tous les domaines où le breton existe, notamment à l’école, et la querelle des orthographe semble s’être apaisée. L’occasion de faire un pas de côté en se demandant en quoi l’existence de plusieurs systèmes graphiques en breton peut à présent, de façon ponctuelle, constituer un outil pédagogique pour les enseignants.



Citer ce billet
mpuillandre (2023, 29 novembre). Enseignement du breton : la variation graphique comme frein ? Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9rc

  1. “Cette unification des deux graphies, dictée par des impératifs plus politiques que pédagogiques, c’est-à-dire décidée dans le but avoué d’assurer la généralisation d’un enseignement en langue bretonne aura bien lieu mais dans l’urgence (…). ». Favereau Francis, « Les orthographes du breton » in Codification des langues de France, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 117. []
  2. « Le présent article voudrait contribuer à faire œuvre de paix, qui exigera de tous un effort de renoncement et de rapprochement. » écrit Falc’hun dans l’article « Autour de l’orthographe bretonne » paru en 1953 dans le tome 60 des Annales de Bretagne (p. 48-77). []
  3. « Il est vrai que la proposition d’une orthographe commune lancée entre 1936 et 1938 avait été rejetée, et ce n’est qu’en 1941, sous l’Occupation, qu’elle fut adoptée. Roparz Hemon écrira à Meven Mordiern, un de ses mentors opposé à cette orthographe, que l’ordre en fut donné par les Allemands. Après que Mordiern eut publié cette lettre, les débats firent rage quant au réel rapport entre cette orthographe et les troupes d’occupation. Alors que ses promoteurs tentent de le minimiser en mentionnant qu’il ne s’agissait que d’une manière pour Hemon de se dédouaner auprès de son ancien maître, ses détracteurs font abondamment mention de la circonstance historique pour la discréditer. On retrouve ainsi cet argument dès les premiers textes où François Falc’hun présente les bases de son orthographe, jusqu’aux interventions de Françoise Morvan aujourd’hui. ». Morvan Malo, « La skrivadeg, une communion en paradoxes », Glottopol, n°26, juillet 2015 []
  4. Wmffre Iwan, Breton Orthographies and dialects : The twentieth Century war in Brittany, Oxford, Peter Lang, 2007, vol. 1, p. 155. []
  5. « Une langue victorieuse doit être une langue unifiée », phrase extraite de An doare-skriva nevez rédigé par Roparz Hemon en 1942, six mois après l’accord autour du peurunvan, pour expliquer les raisons de la création de ce nouveau système graphique et son fonctionnement. Notons qu’il n’utilise pas le peurunvan dans ce texte, mais le KLT. Hemon Roparz, An doare-skriva nevez, Rennes, Imprimerie centrale de Rennes, 1942, p. 4. []
  6. Hemon Roparz, An doare-skriva nevez, Rennes, Imprimerie centrale de Rennes, 1942, p. 4. []
  7. La traduction est de nous. []
  8. Voir Calvez Ronan, « 1941 : le breton, langue d’État » in Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Brest, éditions du CRBC, 2002, p. 207-221. []
  9. Falc’hun présente son orthographe comme « l’œuvre d’enseignants soucieux avant tout de faciliter un enseignement du breton qu’ils auraient à donner eux-mêmes. ». Falc’hun François, « Note sur l’orthographe », in Medar Tad, An tri aotrou, sl, se, 1981, p. 233. []
  10. Falc’hun, art. cit., p. 233. []
  11. ibid., p. 241. []
  12. Wmffre, op. cit., p xxiv. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search