Un aperçus de l’espace des tombes à passage irlandaises.

Newgrange mount – (free of right, from hbieser, user of pixabay)


       Les tombes mégalithiques comptent parmi les plus anciennes structures connues à ce jour en Europe. 4 Types sont actuellement comptabilisés, dolmen, court-cairn, wedge-tombs et passage-tomb.   Les plus anciennes remontent à plus de 7000 ans avant notre ère, considérées comme des lieux sacrés,  ces structures connurent une évolution, et une monumentalisation progressive. En Irlande, ces structures sont extrêmement nombreuses, rythmant le paysage dans lesquelles elles s’insèrent avec naturel.

Le site le plus connu est Bru na Boinne, la vallée de la Boyne, ou vallée des rois, ancien centre des royaumes d’Irlande. Aujourd’hui inscrite au patrimoine de l’Unesco1 , ce site permet une première approche de la question des tombes à passage, univers passionnant et cependant aujourd’hui encore profondément mystérieux, et emplis d’interrogation. Ce site documenté et visitable, reconnu de taille et préservation exceptionnelle fourmille d’informations en ce qui concerne à la fois l’aspect technique des ces batîts, leur nature de monument, mais également en ce qui concerne les sociétés humaines, il y a de cela des milliers d’année.


Concernant cet article , il s’agira de se cantonner à une observation générale des tombes à passage en tant qu’objet architecturaux, soit leur occupation dans l’espace. Ainsi donc de brèves observations vont être présentées sur leur topographie,orientation, structure et enfin architecture.

Topographie et distribution dans le territoire irlandais.

Plus de 236 tombes à passage sont à ce jour découvertes en Irlande (les conditions météos particulières de cet été ont d’ailleurs exposé de nouveaux sites prometteurs) . La distribution de ces bâtis dans le territoire irlandais semble être majoritairement ciblée sur la partie Nord-Est de l’île, avec une concentration de 63% de ces monuments dans une bande large de 30 kilomètres entre la source de la Boyne jusque Sligo.

Le nombre de ces monuments n’est cependant pas quantifiable avec précision de nos jours, vu le potentiel archéologique immense de l’Irlande dans ce domaine.2

Parmi ces cairn situés en proéminence, dans le sud-ouest de l’Irlande, certains interrogent quand à la présence de tombe à passage dissimulée, questionnement dont le fondement se voit renforcé par la présence de la tombe à passage de Killickaforavane à Clear Island (county Cork), ou encore une version particulière de tombe à passage à Ballycarty (countyKerry).

Ce type de tombe se voit souvent regroupé en groupe, ou nécropole. Ces ensembles sont variables, pouvant aller de trois ou quatre monuments, jusqu’un ensemble de plus de soixante, à l’image de la célèbre nécropole de Carrowmore (county Sligo). La vallée de la Boyne par exemple montre plus de quarante sites sur un périmètre de 16 kilomètres². Les sites connu de Knowth et Newgrange possèdent quand à eux, respectivement vingt sites (Knowth) et quatre ou cinq sites(Newgrange), plus au sud, Loughcrew possède 25 monuments […]

Il semble qu’en contexte de site, les tombes possèdent une hiérarchie entre tombes ‘majeures’ et’mineures’, qui se reflète dans la disposition des monuments. Ainsi,la tombe la plus importante se trouvera placée sur un haut relief ,symboliquement, tandis que les tombes satellitaires se trouveront de chacun de ses cotés, ou du moins, dans une position moins rayonnante. Il y a donc une évaluation et une utilisation raisonnée de la disposition du terrain afin de hiérarchiser la disposition des tombes, avec des observations pouvant éventuellement faire office d’exception, comme pour le site de Loughcrew, colline ouest, ou,si la tombe la plus grande est en flanc de colline, les deux tombes plus petites se trouvent, elles, sur des monticules individuels.

Intéressant également est le site de Carrowmore, avec la tombe 51 , nommée Listoghil, qui se trouve en terrain plat, mais sur laquelle une explication de construction est assignée.


Il est ainsi intéressant de remarquer que la distribution de ces tombes à passage, bien que semblant majoritaire dans la partie nord-est du pays3, la distribution et disposition de ces tombes n’est pas un fruit du hasard, et semble régit par une première idée d’importance, à la fois du site, mais également entre elle. Une mise en valeurs de certaines tombes, ou de points particulier dans leur paysage est à retenir.

schéma de la répartition des sites majeurs aux tombes remarquables

La question de l’orientation des tombes

L”orientation des tombes n’est donc pas une donnée anodine. Ces orientations varient énormément, et ne semblent pas dépendre de points cardinaux précis, mais plutôt de deux possibles données que sont l’environnement, et l’astronomie.

Bien que beaucoup de sites (une sensible majorité), demeurent orientés vers est/sud-est,l’environnement est donc un des facteurs d’orientation des tombes à passage, qu’il s’agisse d’un autre ensemble de monuments, ou bien une spécificité significative du paysage.

A Carrowmore et Knowth, deux sites pourtant éloignés, les tombes font principalement face à un autre espace ou artefact central. A Newgrange, les quatre tombes sont tournés en sud-est et sud-ouest, vers la rivière. Les ensembles de Carrowkeel ainsi de Keshcorran dans le county Sligo, font tout deux face au nord-ouest, soit sont dirigés vers les monuments de la péninsule de Cuil Irra4.

Autre facteur d’orientation, le plus impressionnant certainement, est la dimension astronomique de cette orientation dans quelques exemples spécifiques, résultant par des jeux de lumière aux équinoxes et-ou solstice, et soulignant une connaissance et observation de l’écoulement du temps et ses conséquences physique par les contemporains bâtisseurs, soulevant également de nombreuses questions en terme d’utilisation de ces monuments.

Le plus célèbre exemple de cette orientation à visée astronomique est le site de Newgrange. Dans sa construction y fut glissé un mécanisme de «plafond-boite »situé a 2,3 mètres de l’entrée du passage.Il s’agit d’une dalle horizontale, supporté de bas mur et positionné en insertion entre deux linteaux du couloir.

Durant les jours de mi-saison hivernale, un faisceau de lumière se forme en passant par cette boite, traversant le passage et entrant dans la chambre. Ce phénomène dure environs une semaine, et le jour du solstice d’hiver, ce faisceau lumineux arrive et frappe la fin de la chambre funéraire. Pour le site de Dowth, à 2 kilomètres à l’est de Newgrange, ce même type de phénomène est observé, ainsi le coucher du soleil vient briller dans la plus petite des chambres funéraire au solstice hivernal. Knockroe également (situé dans le Kilkenny) possède cette orientation permise par l’observation astronomique. Les deux tombes du cairn sont orientées l’une sur le lever, et l’autre sur le coucher du soleil.

Concernant l’équinoxe, il est présent sur les sites de Knowth, ainsi qu’à Loughcrew, dans le cairn constituant le point le plus haut de son groupe de tombe (lecairn T). A Loughcrew, cette capture de l’équinoxe est particulière puisqu’elle se voit par l’illumination d’une série de motif de ligne radiale gravées dans les pierres le log de l’axe de la tombe.

L’orientation des tombes se révèle donc élément d’étude à la fois passionnant mais peut-être également frustrant.

Cette orientation n’est pas liée, semble t-il aux directions cardinales, mais plutôt à la symbolique spirituelle. Symbolique d’un élément naturel ou artefact, comme rivières ou montagnes, monuments précédents ou plus important, mais encore fortement lié à la lumière et l’astre solaire. Cet aspect des choses qui ne peut malheureusement pas être déterminé avec précision soulève donc plus encore de question quand à la façons que les bâtisseurs de ces monuments mirent en œuvre pour parvenir à un tel degrés de compréhension et d’observation, et plus encore de mise en application de leurs connaissance, afin de bâtir ces tombes à passage. Se pose aussi la question de l’usage de ces tombes, qui apparaissent dès lors bien plus que simple lieu de dépôt funéraire, dont les témoignages absents nous laissent seulement dans l’espoir d’éléments de réponse à découvrir ultérieurement.

La structure et son architecture

Arrivons donc à la question de l’architecture et la structure du bâtiment en lui même, passée la question de son contexte et son orientation. Les tombes à passages sont constituées de deux architectures, externe et interne.

La partie externe est ce qui va être appelé le cairn, soit la colline artificielle qui surmonte la tombe.Ce terme, ‘cairn’, désigne en général une construction de pierre. Cependant les fouilles sur divers sites tendent à montrer que beaucoup de ces cairns sont constitués d’un grand pourcentage de terre et mottes végétales utilisées en couche entre les pierres.

Cette colline artificielle est en général d’un plan circulaire, un travail de relief sur le relief du rebord au niveau de l’entrée de la tombe est remarquable ,ayant alors tendance à s’incurver comme pour former une forme de cour semi-circulaire à l’entrée.

Le rebord du cairn est délimité d’un péristalithe5 , qui peut également comprendre plusieurs variations.

A Newgrange, les fouilles montrent la présence de ce péristalithe, avec l’estimation d’une inclinaison des pierres de 40°, et d’une hauteur de 3 mètres de haut,cependant, il advint que ce péristalithe se soit effondré peu après qu’il fut monté. De nombreux exemples de tombes montrent la présence de ce péristalithe, particulièrement dans le county Sligo, ou encore à Loughcrew.

Concernant la façade, une fois de plus à Newgrange, il y a été apporté un soin particulier (dont une impressionnante et connue pierre d’entrée) visible par l’utilisation ici de quartz blanc provenant probablement des Wicklow Mountains, ainsi que de granit noir provenant lui,probablement de la Dundalk Bay, 30 kilomètres plus loin sur la côte.

Le reste du bâti est en pierre locale, qui est d’usage dans le cairn également. La présence de quartz semble assez récurrente près des entrées, retrouvé sur d’autres tombes à passage, suggérant un rôle ou une signification particulière à ce matériaux,actuellement toujours utilisé dans les tombes.

Considérant désormais l’architecture interne, il est à retenir qu’à l’image de beaucoup d’éléments entourant la question des tombes à passage, elle est extrêmement diversifiée. On peut cependant en retrouver les grandes tendances en prenant séparément les éléments que sont couloirs, chambres et leurs possibles ‘découpages’.

Les couloirs passent donc du simple au complexe, à l’image de la question. Leur longueur peut être de 1 à 2 mètres, jusque 40 mètres pour l’exemple de Knowth est-1. Ce couloir est composé d’orthostates, et chapeauté de linteaux en guise de toit (présentant parfois un mécanisme auparavant nommé « plafond-boite »dans les cas de phénomène lumineux inhérent à l’architecture,dont l’exemple de Newgrange est visible plus haut et ci-dessous) .

Dans les monuments les plus complexes, le couloir se voit lui-même divisés par diverses dalles de seuils, pierres latérales ou linteaux, parfois même cette division se voit par la formation de ces dalles en petites voûtes successives couvrant l’espace. A Newgrange, il va être possible de comparer cette mise en forme du couloir à une antichambre entre couloir d’accès et chambre principale.

La chambre principale montre le même spectre de variation que le couloir en terme de forme et taille,pouvant être polygonale , ronde ou rectangulaire, et passer d’un petit diamètre de 1 à 2 mètres, jusqu’aux impressionnants 42 mètres de diamètre visibles à Fourknocks. Généralement située au centre du tumulus, elle peut elle-même donner sur des cellules ou alcôves annexes, disposées dans ou en sus de la chambre. Ces cellules se trouvent soit dans la chambre, étant pour alors délimitées par des dalles verticales placées en perpendiculaire de la paroi latérale (on parlera alors de tombe compartimentée), soit à son extérieur, dans la masse tumulaire, ou elles vont être construites à l’image de petites chambres au couvrement abaissé (et on parlera ici de tombe transeptées).Leur entrée est marquée fréquemment d’une pierre de seuil.

Ces alcôves peuvent parfois davantage ressembler à des niches quand leur taille est réduite, et leur niveau surélevé comparé au niveau de la chambre. Elles sont l’espace privilégié des dépôts funéraires, sans pour autant être la seule option.6

Concernant le couvrement de ces chambres, là encore l’archéologie fait face à un panel intéressant de variations. Fournocks de par ses fouilles, révèle semble t-il l’existence d’un couvrement en charpente de bois soutenu de poteaux, par la découverte de trous de poteaux en centre de chambre.

Knowthest-1 et Newgrange quand à elles donnent de magnifiques exemples de toit en encorbellement, atteignant respectivement 5,9 et 6 mètres de haut. Le toit de Newgrange montre une autre spécificité intéressante :  la taille de rainures ou caniveaux dans les linteaux du passage, ceci afin que l’eau de pluie ruisselle vers extérieurs de chaque coté du couloir, afin que la tombe demeure sèche, ceci jusque nos jours. Ces entailles étaient large de 5 cm et profondes d’1 cm.

Il est également démontré que des installations furent présentes sous les monticules de plusieurs tombes à passage. Knowth notamment est marqué de la présence d’au moins 5 maisons de bois construites après 4000BC. Peu après, de nouvelles structures, incluant une double palissade, furent également construites, suivis d’au moins 9 maisons circulaires associées à de la poterie décorée datée d’environs 3500-3300BC.7

Concernant le déroulement de chantier d’une tombe à passage, il n’y a guère de certitude, cependant la tombe n°51 de la nécropole de Carrowmore, county Sligo, nous permet une approche malgré son statut particulier.

Cette tombe surnommée Listoghil se situe dans le centre du cimetière mégalithique, et est le ‘centre focal’ de ce cimetière, elle possède donc une signification particulière du monument. Malheureusement, durant 2 siècles, cette tombe servit de réserve de pierre et fut donc particulièrement endommagée, abandonnée jusqu’aux fouilles de 1996. En partie fouillée par une équipe suédoise entre les années 1996-1998, une hypothèse de son déroulement de construction fut avancée et peut nous permettre d’appréhender le processus de chantier d’une tombe à passage.

Ainsi, avant la construction du monument, le sol originel et sa végétation sont entièrement otés et arasé. Une couche de moraine (substrat stérile, léger et de couleur brun qui est le ‘reste’ après le retirement d’un glacier) est étalée sur l’aire de construction, sur une épaisseur d’environs 25cm d’épaisseur. Durant cette procédure,des activités rituelles ont lieu, comprenant des feux étendus. Il est documenté d’importantes aires carbonisées, et lié à cette couche archéologique, la découvertes d’artefacts. C’est dans ce contexte que fut construite la chambre et que les orthostates furent placées, sur, ou partiellement dans, cette couche.

Une série de datation au radiocarbone place ces événements entre 3650BC et 3400 BC. Ont également été découvert des puits, qui furent creusés dans cette couche durant ces dites-activités rituelles, et dans l’un desquels fut placé une grande quantité de charbon. Ce charbon par datation confirme une activité contemporaine aux alentours des 3550 BC.

Le cercle de pierre semble également avoir été érigé dans ce contexte. Les rochers du cercle étant placés directement sur la couche de moraine, il ne peut avoir construit avant le dépôt même de cette couche. Au même moment, 2 crémations contenant un certains nombre de restes humains furent déposées dans le cercle, derrière les pierres de bordure Est et Ouest. Le stade final de la construction concernerait enfin la construction du cairn en lui-même.

Il n’est pas possible de déterminer avec précision l’écart temporel entre la montée de la chambre centrale et du cairn, cependant, la datation de 3500BC d’un morceau de crâne humain semble montrer que les inhumations prirent place durant la période initiale de construction de Listhogil.

Concernant la spécificité de la tombe n°51 , qui justifie peut-être également sa position en un terrain particulièrement plat, est la possible présence d’un site pré-existant sur son emplacement. Le suggère la présence de trois larges rochers qui ne semblent pas faire partie de manière fonctionnelle de la tombe, retrouvés pourtant près de la chambre centrale. Ces rochers seraient donc potentiellement les résidus d’une construction précédente détruite. Un tas de rocher également présent sur le coté sud du monument, en dehors du cercle de pierre y serait joint. La datation radiocarbone rattachée à ces indices donnant un résultat de 4100BC tend à confirmer cette hypothèse.8

Il apparaît donc que la tombe à passage se voit régie de nombreuses réflexions. Ces réflexions sont portées à divers niveaux. Tout d’abord l’inscription du monument dans son environnement, et sa situation qui indique un désir de marquer le paysage, tout en gardant une communication avec ce dernier. La tombe à passage cherche à s’inscrire en résonance avec son environnement naturel,ainsi que des symboles territoriaux divers pouvant être d’autre bâtis symboliques. Cette pensée sur l’emplacement est donc un premier indice quand à la place intellectuelle du monument ,soulignée par l’approche également astronomique de la tombe,questionnant et remettant en question à la fois l’utilité du monument,( est-il simplement une tombe, destinée à une élite, ou plus que ça ? ), mais également, questionnant sur l’approche de cette société antique sur ses approches de la vie, du temps et de la mort.9

  1. https://whc.unesco.org/en/list/659 []
  2. Beaucoup de cairns situés en haut-relief nécessiteraient des fouilles demanderaient des techniques géophysiques, afin de vérifier la présence de chambre mégalithique, et potentielle tombe à passage, ces cairns de sommet étant également construit durant l’âge de bronze afin de contenir des tombes. []
  3. qui est une observation à nuancer cependant par l’abondance des sites dans le pays, et le peu de cette quantité réellement étudiée []
  4. site important puisqu’y demeure notamment le cairn de la reine Medb en haut de la Cnoc a Ri Mountain, probablement la raison de cette orientation []
  5. une bordure de dalles dressées, le plus souvent contiguës,mais on peut retrouver l’usage de fosses, pierres sèches ou dalles espacées également []
  6. rapport de fouille de E. Shee Thowig []
  7. EOGAN George , Knowthand the passage-tombs of Ireland,édition Thames and Hudson, RDA ,1986 []
  8. BURENHULTGöran, The illustrated Guide to The Mégalithic Cemeteryof Carrowmore co. Sligo ,Hässleholm,2009 []
  9. ROBINGuillaume, D’ANNA André, SCHMIDT Aurore et BAILLY Maxence,Fonctions, utilisations et représentations de l’espace dans lessépultures monumentales du Néolithique européen ,presses universitaires de Provence, Aix-Marseille , 2016 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.