Auteur : Guichaoua Adrien

0

Nietzsche et la Vérité scientifique.

Dissipées les fausses valeurs, les valeurs réactives du Vrai (et du Faux), du Bien (et du Mal), la fin réelle (et suffisante) de la Métaphysique apparaît : c’est le nihil, le rien qui est, à la fois, la plus grande vérité, puisqu’il est la vérité de cela même qui est le fond de la civilisation dans laquelle nous sommes et le plus grand mensonge, puisqu’il drape sous des allures trompeuses : la Science, la Raison, le Progrès, le grand vide où nous sommes laissés. François Châtelet, « L’apathie libérale avancée » Il nous a toujours frappé à l’instar de Jean Granier que :« Jamais...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search