Les films de Stanley Kubrick

 “La question est de savoir si l’on donne au public quelque chose qui vise à le rendre plus heureux, ou quelque chose qui corresponde à la vérité du sujet.”  Stanley Kubrick, journal Le Figaro.

Stanley Kubrick est un cinéaste de talent du XXème siècle et est reconnu comme autodidacte dans plusieurs domaines comme la photographie dès son plus jeune âge. Il est considéré comme un auteur majeur même si ces œuvres ont souvent été contestées. Au travers de son engagement politique et humain, ces œuvres sont le reflet de son opinion sur le monde. En quoi les films de Stanley Kubrick permettent au spectateur de se remettre en question sur sa propre société?

Pour ma part, on peut voir trois sortes de thèmes récurrents dans ces films : la nature humaine, la violence collective et le thème de l’amour.

La nature humaine

A) La guerre dans Full Metal Jacket

L’arrivée au camp

Dans le film Full Metal Jacket de 1987, Stanley Kubrick met en scène trois personnages principaux, des amis, qui décident de s’engager dans l’armée  en Caroline du Sud pour faire la guerre au Vietnam. Dès leur arrivée au rang de l’armée, ils sont sous les ordres du Sergent Hartman, qui traite ses soldats comme des moins que rien, d’ailleurs dès le début, ils renomment ses soldats avec des surnoms, ainsi nos trois acolytes se voient appelés Guignol, Cowboy et Baleine à cause de leur caractère respectif. On constate que les soldats sont déshumanisés à leur arrivée au camp. En effet, on leur rase les cheveux, on leur donne un numéro et ici un surnom. Ils doivent obéir quel que soit les ordres de l’instructeur. Guignol est le narrateur durant tout le film, c’est lui qui explique ce qu’il vit depuis qu’il est à l’armée. Désormais ils vont devoir affronter la mort et ses conséquences.

Poster du film
Source : Wikipédia

Les punitions du Sergent Hartman

Le sergent Hartman est dépourvu de tous sentiments humains, on est à l’armée après tout et on ne rigole pas. D’ailleurs, il le dit lui-même « je vais faire de vous des machines à tuer » , il cherche à remodeler ses soldats, à les rendre forts et surtout à ne plus craindre la mort à laquelle ils seront trop souvent confronter. Comme dans tout camp de l’armée, les entraînements sont d’une importance capitale car on forge les soldats mentalement et physiquement. La violence dans les œuvres de Stanley Kubrick est importante car je cite: “l’homme n’est devenu homme qu’en découvrant la violence” 1. Baleine, lui est un peu rond et a du mal à suivre le rythme dictateur du Sergent, celui-ci le traite de « gros ». Baleine sera battu par ses camarades pour ne pas avoir été à la hauteur des exercices donnés par le Sergent Hartman et avoir condamné le régiment aux travaux forcés.

La guerre, une expérience traumatisante

En 1955, la guerre du Vietnam fait rage, les soldats meurent par milliers surtout du côté asiatique. Guignol, nous fait part de son engouement pour « aller tuer des Viets » mais rapidement il se rend compte de la valeur des soldats aux yeux de leur pays. Il se rend compte de la réelle existence d’un soldat : donner la mort ; En effet, il perd des amis au combat donc Cowboy, qui sera tué lors d’un assaut. De plus, la guerre n’est pas que une expérience difficile pour les soldats, il y a aussi les civils qui deviennent de la « chair à canon » surtout les femmes, qui deviennent des proies du côté américain car elles servent d’esclaves sexuelles quand elles le peuvent sinon elles sont agressées par les soldats américains et tuées par leur propre armée. La guerre ne favorise que les gouvernements pas les hommes, Guignol le comprends sur place mais trop tard lorsque qu’il doit tuer une jeune snipeuse vietnamienne pour ne pas se faire repérer. La fin de Full Metal Jacket est donc une morale sur le comportement des soldats. Nos jeunes protagonistes sont naïfs et pensent pouvoir être assez solides psychologiquement pour affronter la guerre et surtout ses conséquences. Finalement, les soldats se rendent compte, particulièrement Guignol de la triste situation dans laquelle il se trouve.2. Après avoir perdu ces compagnons de route, Guignol va devenir photographe de guerre En effet, ils sont « lobotomisés » pour devenir les mains armées du Gouvernement américain.


B) La folie dans Docteur Folamour

Docteur Folamour, dramatique et comique

L’impact du film aux USA a été très fort,3”ce film a été signalé aux autorités du Pentagone à sa sortie, qui ont affirmées”avoir toujours pris les précautions nécessaires contre ce genre d’attaques”,on change de bord, côté dirigeants, le film Docteur Folamour est une allégorie du pouvoir et de la folie humaine. Docteur Folamour est un homme qui travaille comme secrétaire d’état aux USA. La guerre entre les USA et les Russes est imminente. Le président des Usa appelle à la vigilance et convoque l’état-major pour régler le conflit. C’est le drame aux USA durant la Guerre Froide, la Russie mène la grande bataille contre les américains. En effet, le Gouvernement russe a donné l’ordre d’empoisonner l’eau potable et réclame l’arrêt des troupes américaines. Le président des Etats-Unis est mécontent et il fait donc appeler Docteur Folamour. Le nom du docteur n’est évidemment pas choisi au hasard : en version anglaise, « Strangelove » car ce personnage drôle à l’humour grinçant, a un amour inconditionnel pour les bombes nucléaires… Le docteur est un personnage ambigu avec un style vestimentaire particulier et surtout il est réputé pour adorer la guerre. Le plan de Docteur Folamour est de sélectionner la population.

La sélection du Docteur

Pour régler les problèmes liés à la guerre froide, Docteur Folamour estime que l’utilisation de la Bombe Nucléaire est la solution des Etats-Unis contre les russes. Mais pour éviter que son plan ne soit refusé par le Conseil, il explique qu’une sélection de la population, en fait des meilleurs éléments du Gouvernement américains. Pour le Docteur Folamour, la population américaine n’est que secondaire, il faut sauver l’honneur du pays avant tout. Le Docteur Folamour est en fait un nostalgique, il est un ancien nazi caché par les USA après la Seconde Guerre Mondiale. Il rêve que l’ancien régime d’Adolphe Hitler revienne désespérément… Il va donc réussir à convaincre tout le monde et à le ramener pour sa cause.

La finalité catastrophique et ironique du combat

Il a enfin sa guerre ! Il va pouvoir apprécier sa bataille et ses idéaux. A la fin du film, Docteur Folamour est montré sur sa fameuse bombe nucléaire en criant et hurlant « yaaahoooo ! » heureux de détruire la planète. Son « fol amour » nous condamne tous… Ici, Stanley Kubrick montre son inquiétude vis-à-vis du pouvoir au sein du Gouvernement et de ses fins perverses quand les personnes sont malhonnêtes. Il dénonce aussi le principe du « va-en-guerre » des USA est nocif pour la population et alimente les questions entre les pays. Le personnage du Docteur Folamour montre au combien l’être humain peut être manipulateur quand ses désirs personnels sont en jeu.

La violence collective

A) La violence psychologique dans Orange Mécanique

Orange Mécanique, une société dystopique

L’univers d’Orange Mécanique nous plonge dans une société futuriste britannique et rétro. Les grandes villes repoussent les classes sociales pauvres en dehors du centre-ville. Des groupes délinquants se forment et sèment la panique dans les banlieues chics. Alex, est le personnage principal, c’est un jeune homme de 18 ans qui dirige son groupe d’amis « les droogs ». Alex et sa bande ne suivent pas d’études scolaires, ils se déguisent et tabassent les personnes qu’ils croisent la nuit et se livrent à des actes d’une extrême violence.4 En effet, le cinéaste : “C’est son époque qu’il condamne en la filmant violente, ce sont les prisons de son temps qu’il caricature, ce sont les politiciens de son époque qu’il ridiculise”)) Durant tout le film, Stanley Kubrick montre le dysfonctionnement grandissant dans une société sans règles.

La thérapie forcée d’Alex

Ce qui va faire « chuter » Alex, c’est son dépassement de limites le soir où lui et sa bande entrent en forçant la porte d’un riche écrivain, le tabassent et tuent sa femme. Les droogs sont retrouvés et jugés, Alex se retrouve séparé de ces droogs et il est envoyé en prison. Là-bas, il suit une « thérapie » ordonnée par les Gouvernement britannique qui consiste à utiliser une passion du prisonnier et de l’associé à des situations psychologiquement choquantes et difficiles. Il se trouve que la passion d’Alex c’est la musique du célèbre compositeur Beethoven. Les scientifiques à la prison entament donc la thérapie dans le but de guérir Alex de ses pulsions de violence.

La libération d’Alex face à la société

Alex est très réactif à la thérapie, et celle-ci est un succès… pour un temps. En effet, Alex est libéré de la prison et devient victime de sa thérapie. Arrivé en ville, Alex est perturbé il ne reconnait plus la société dans laquelle il a grandi il se fait rejeter et les sans-abris le tabassent. Le bourreau est devenu la victime. Il retrouve ses droogs mais ils ont bien changé : l’un est marié et les autres sont devenus policiers. Ironie du sort ! Les anciens délinquants sont les nouveaux visages de la Justice. Alex s’enfuit loin de chez lui, de la ville, il arrive chez une personne vivant en campagne. En fait, c’est l’ancien écrivain que Alex avait aggressé lui et ses droogs, il a reconnu Alex et est au courant du traitement dont il a bénéficié. Manque de chance pour Alex, l’écrivain l’enferme et met de la musique de Beethoven. Pris par la panique, Alex est traumatisé par la musique et fini par se suicider par la fenêtre de l’étage de la maison.

Stanley Kubrick met en scène une violence non seulement de la population mais aussi de la société elle-même car pour lui, c’est la société qui provoque la violence chez la population. Alex n’est finalement que le produit de sa société, c’est un délinquant. Mais le personnage d’Alex révèle aussi que la société est dysfonctionnant et inefficace envers la population.

Présentation du film 
Source : Wikipedia

B) La violence fantastique dans Shining

Bienvenue à l’Hôtel Overloock

Dans Shining, célèbre best-seller de Stephen King, Shining sera le seul et  unique film dit “d’horreur”5 : “Kubrick nous invite à une nouvelle forme d’horreur : celle qui célèbre la peur par insinuation, celle qui joue avec notre subconscient à son degré le plus intense. Kubrick, en nous introduisant à sa vision du genre, nous explique en réalité qu’il ne suffit pas de « voir » la peur pour la sentir”. Le fait que Stanley Kubrick est “modifié” le degré de peur du film a peut-être été la cause de la déception de Stephen King.

  Jack est un écrivain en plein syndrome de la page blanche. On lui propose de passer quelques mois à l’hôtel Overloock avec sa famille, il accepte. Tout se passe bien, même si l’hôtel est un peu angoissant… Néanmoins la petite famille trouve sa place, le fils de Jack, Danny est un petit garçon de très spécial, «c’est un enfant lumière » il a le shining : il peut voir dans le passé et l’avenir. Il y a un mystère qui plane sur l’hôtel, qui est démoniaque.

Danny, l’enfant prodigue

Le comportement de Jack se dégrade avec le temps. Il n’arrive toujours pas à écrire et commence à voir des apparitions dans l’hôtel, en particulier dans la  chambre 237… Jack devient de plus en plus étrange. Danny ressent cette puissance malsaine dans l’hôtel mais il remarque surtout le changement d’attitude de son père. Danny sait que la chambre 237 cache un terrible secret  mais il ne serait pas l’expliquer car personne ne le croirait.

Les démons de Jack

 Jack pense qu’il est temps de tuer sa famille car c’est l’hôtel et les apparitions du passé qui l’empêchent d’écrire. Danny a donc des visions sur ce qui va se passer, d’ailleurs il écrit avec des cubes de jeu, le mot «  REDRUM » qui à l’endroit veut dire « MURDER ». Il va prévenir sa mère de leur assassinat programmé par son père, ils arrivent à se cacher.

Le personnage de Danny symbolise l’innocence mais les apparitions de Jack pervertissent l’esprit de l’enfant. Danny n’est plus en sécurité avec son père, il faut donc fuir. Stanley Kubrick pense que certaines informations sont cachées par le gouvernement américain à la population comme la chambre 237…

L’Amour

A) Le mariage dans Eyes Wide Shut

Eyes Wide Shut, une allégorie du Mariage

Bill est un riche et jeune médecin habitant à New York avec sa femme, Alice et leur fille, Héléna. Alice est une femme au foyer, elle s’occupe du grand appartement qu’ils ont pu avoir grâce aux finances de Bill. Leur vie est sans histoire, jusqu’au jour où Alice avoue, après avoir pris de la cocaïne, qu’elle a trompé Bill il y a quelques mois. Bill est furieux et déçu de cette révélation, il décide de sortir en ville changer d’air. S’imaginant la scène entre sa femme et son amant, Bill se balade, il rencontre une prostituée qui l’invite chez elle, il l’a suit mais fini par repousser ses avances. Bill aimerait faire payer à sa femme la traitrise qu’elle lui a fait subir.

La nuit de Bill

Affiche du film avec les deux acteurs principaux.
Source : Wikipédia

En marchant dans la rue, Bill tombe sur un bar : Le Rainbow, un café de nuit. Là, il discute avec un pianiste, qui lui explique qu’il doit travailler ce soir dans un manoir à l’extérieur de la ville. Il ne sait pas chez qui il va, il doit juste jouer les yeux bandés. Intrigué, Bill lui demande plus d’informations pour aller à cette soirée spéciale. Le pianiste lui donne juste le mot de passe pour y rentrer et il lui explique qu’il faut y aller déguiser avec une cape et un masque. Bill arrive au manoir mais cette soirée va être une drôle d’expérience pour lui, tout s’y mêle, religion, sexe, magie… Bill a l’impression d’être dans un autre monde où toutes les tromperies et les désirs les plus profonds peuvent être révélés mais les visages restent cachés.  Bill est curieux, trop même, il manque de se faire arrêter et on lui demande d’enlever son masque. Mais une jeune femme faisant parti de l’organisation arrive à temps pour l’aider à s’enfuir en acceptant de payer pour Bill.

Le manoir, le rêve éveillé de Bill ?

Bill rentre chez lui, déboussolé par la nuit qu’il vient de passer. Il part se coucher dans la chambre conjugale où Alice dort profondément. Sur son oreiller, son masque est posé… Mais épuisé, Bill s’endort. Alice se réveille en sursaut car elle a fait un cauchemar, elle croyait être dans un endroit où tout le monde était nu et abusait sexuellement d’elle… Bill repense à la soirée, qui est très similaire au rêve d’Alice. Bill tente de reprendre contact avec le pianiste et retrouver la jeune femme qui l’a sauvé la nuit dernière mais personne ne répond… Plus tard il apprend que le pianiste à quitter la ville et que la jeune femme est morte… Plusieurs mises en garde sont adresser à Bill pour ne pas qu’il revienne au manoir. Bill, qui est intrigué mais aussi apeuré par le secret qui plane sur le manoir décide de se concentrer sur sa famille surtout avec Alice. Dans ce film, Stanley Kubrick nous montre à quel point la fleur du Mariage est fragile si elle n’est pas entretenue avec le temps. Tout est fait pour tenter, et mettre le couple à l’épreuve. Bill est une référence au mot « argent » en anglais, Bill a le pouvoir. Alice fait référence au célèbre conte « Alice au Pays des Merveilles » qui rêve de changer de vie de sortir du réel, elle se drogue pour atteindre cet objectif.6 Stanley Kubrick montre aussi que ce couple new-yorkais est trop égocentrique. Ils délaissent leur fille Héléna pour se concentrer sur leur couple uniquement. Stanley Kubrick évoque aussi les sectes américaines qui sont pour certaines toujours en action aux USA et soulignent leur dangerosité. Enfin, dans l’article ” Du Sommeil à l’état de Veille” en 2010 de Julien Marsa, il explique la finalité de l’amour dans un couple: ”  … le sexe, le désir, les fantasmes, la tentation, tout ce qui semble relever de l’infidélité, restent les meilleurs véhicules de la longévité en amour.”7

Conclusion 

Stanley Kubrick est incontestablement un des meilleurs cinéastes du XXème siècle, il a apporté sa touche personnelle à chaque adaptation de romans et laissé son empreinte dans l’Histoire du cinéma. A travers ces films, il critique la société américaine mais aussi remet en cause les autres sociétés, car elles sont faites par l’Homme, par conséquent elles ne sont pas parfaites et ceux depuis le début8. Le but ultime de ces films c’est d’interroger, d’intriguer, de proposer au spectateur de réfléchir sur sa condition de vie et ce qu’il peut faire pour s’améliorer.



Citer ce billet
lizacoic (2018, 28 octobre). Les films de Stanley Kubrick. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9oc

  1. Antoine Rensonnet, Full Metal Jacket, violence de l’Homme et de la société,synthèse, Blog de son cœur le vampire, 2009 []
  2. L’auteur de Full Metal Jacket,  “Le Merdier” en français, Gustav Hasford a été photographe de guerre et s’est représenté dans le personnage de Guignol []
  3. Loïc Blavier, auteur du blog Tortillapolis, Docteur Folamour-Stanley Kubrick, 2008 []
  4. L’article du Prieuré de Quimper, le blog “Voir Manger Lire Ecouter” de 2016, l’auteur n’est pas connu []
  5. Inès Baalouche, auteure du blog Oblikon, Shining: Analyse et explications de la fin,2018 []
  6. Lewis Carroll présente Alice comme un personnage curieux et gourmand, ici Stanley Kubrick parle de la gourmandise sexuelle []
  7. Julien Marsa, “Du sommeil à l’état de veille: Eyes Wide Shut“, site de Critikat.com, 2010 []
  8. Dans le célèbre film, 2001: Odyssée de l’espace, Stanley Kubrick évoque les origines de l’Homme et son avidité a repoussé ses limites pour tout réussir mais prendre le risque de s’y perdre []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. François Guillemot dit :

    Bonjour, le scénario d’Orange mécanique n’est pas exactement celui-ci. L’écrivain F. Alexander et sa femme sont violemment agressés. L’écrivain deviendra paraplégique et sa femme est violée. L’écrivain ne meurt pas puisqu’il recevra Alex plus tard dans le film et l’identifie finalement à l’un de ses agresseurs lorsque Alex se met à chanter “Singin’ in the rain” dans son bain. La femme qui meurt à la suite de ses blessures est la « femme aux chats », collectionneuse d’œuvres d’art érotiques. C’est ce meurtre qu’Alex apprend de son contrôleur judiciaire M. Deltoid, qui le mène en prison. FG

    • lizacoic dit :

      Merci pour votre commentaire FG, je n’avais pas vraiment bien expliqué ce passage du film.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search