Sexualité et relations pédérastiques dans l’Antiquité grecque

L’histoire de la sexualité est un champ d’étude à l’historiographie très dense et dont l’interprétation connait beaucoup de controverses. Les réflexions antiques qui en découlent ont trop souvent été assimilées par les historiens à des enjeux contemporains et formatées au travers du prisme judéo-chrétien. Or cette définition de la sexualité est aux antipodes de la réalité antique. Michel Foucault, dans ses travaux(1), est le premier à faire un postulat de l’historicité de l’identité sexuelle. Pour lui, cette notion née tardivement, ne serait qu’une construction du XVIIème siècle, avec l’idée qu’elle détermine l’identité d’un individus. Effectivement, une opposition entre homosexualité et hétérosexualité n’est pas pertinente dans le monde grec, et ne relève que d’une construction moderne. De la même façon, le terme « homosexualité » ne convient pas puisqu’il insinue une dualité avec son contraire, l’hétérosexualité. L’idée même qu’il existait deux types de comportements sexuels dans la Grèce Antique n’existe pas pour M. Foucault. Selon lui, tous étaient guidés par un même appétit pour le beau et par un même désir nommé Eros(2). Autrement dit, le désir hautement divinisé ne relevait que d’une même pulsion, quel que soit le sexe de la personne désirée. De nombreux travaux poursuivent l’approche de Michel Foucault, notamment ceux de David Halperin(3) ou de Sarah Boehringer(4), pourtant d’autres ont tendance à les nuancer. Certains historiens considèrent que l’activité sexuelle ne doit pas être séparée des autres pratiques du corps allant de paire avec le banquet, l’alimentation et autres normes de la cité. Les travaux les plus récents mettent l’accent sur la diversité des contextes sexuels et des situations énonciatives. L’histoire de la sexualité est intimement liée à l’histoire du genre. Alors que le genre est une construction sociale, le sexe construit socialement, la pratique de la pédérastie en est très bon exemple.  

          Le mot pédérastie est une transposition du grec ancien : παιδεραστησ (paiderastès). La première partie du mot (παιδ) a pour signification l’enfant masculin.  La seconde partie (εραστησ), signifie l’amant. Étymologiquement parlant, le mot pédérastie a pour signification l’amant de l’enfant ou bien l’enfant en tant qu’amant.  D’après le Larousse, la notion de pédérastie désigne « pour un homme, le choix d’un jeune garçon ou d’un adolescent comme partenaire sexuel. Par extension abusive il décrit également toute pratique homosexuelle entre hommes ». Depuis le Moyen-Âge, l’histoire telle que nous la connaissons est organisée aux travers de la religion judéo-chrétienne. À l’arrivée de ce nouvel idéal religieux toutes les pratiques jugées immorales ont été balayées. La pédérastie devient alors un acte contre nature. Aujourd’hui encore, l’idée que nous avons de ce procédé dérange tant il se trouve aux limites de ce que notre société conçoit comme étant des crimes sexuels, tels que le viol et la pédophilie.
          Le terme de pédérastie est apparu dans l’Histoire lors de la Renaissance sous la plume de Jean Bodin(5). La pratique de la pédérastie est l’une des nombreuses redécouvertes de la culture antique. Pourtant ce n’est qu’en 1762, dans la quatrième édition du dictionnaire de l’Académie française(6), que le terme fait son entrée. La pédérastie a alors pour définition : « Passion, amour honteux entre des hommes ». C’est seulement au cours du XIXe siècle que le mot se répand dans les sociétés, en perdant sa signification première. Alors assimilé à l’homosexualité, ce mot est repris par la police  et remplace l’appellation « tante ». Or, il faut distinguer homosexualité et pédérastie. L’homosexualitéest définie comme une tendance à rechercher un plaisir par des contacts physiques avec des personnes de même sexe. La pédérastie est toute autre. Sa première caractéristique est qu’elle unit deux hommes d’un âge fondamentalement différent. L’un à l’esprit mûr pouvant transmettre son savoir à l’autre, simple garçon tout juste entré dans l’adolescence (l’âge fréquent se trouve autour des 15-16 ans). Ce phénomène n’est pas réprimé au sein de la société grecque et est au contraire ancré profondément dans les mœurs. L’une des particularités essentielle de cette pratique est qu’elle ne définit en rien la sexualité de l’homme qui la pratique. Il n’est pas gênant de manifester un amour, que l’on qualifierait aujourd’hui d’hétérosexuel et d’homosexuel à la fois ou l’un après l’autre.

De quelle manière la pédérastie influe-t-elle sur les sociétés grecques classiques et quels en sont les usages à respecter ?

          La pédérastie, rythmée par un code de comportement social et corporel s’ancre pleinement dans les mœurs du système social grec puisqu’elle est l’investigatrice d’une différenciation des rôles sociaux. Elle glisse deux hommes dans une dissymétrie totale, créant alors un rapport d’inégalité. K.J. Dover(7) distinguait ces deux hommes, l’un comme étant le « chasseur » et l’autre le « chassé ». Le jeune homme chassé, acteur plutôt passif et caractérisé de pais (παις), était également nommé Éromène, l’aimé. Face à lui, l’homme plus âgé, était appelé Éraste, l’amant, celui qui est actif. Les nombreux facteurs de cette dissymétrie au sein de la pédérastie découlent tous en partie de la différence d’âge séparant les deux êtres. Différence qui devait d’ailleurs être rapidement perceptible par l’ensemble des citoyens de la cité, au travers des corps des deux hommes. L’âge des deux hommes au sein de cette relation est un critère primordial.  De manière générale, cette pratique était grandement normée au vue de son but pédagogique, voire initiatique envers le futur citoyen. Nous ne connaissons que très peu de cas où l’équilibre de cette dissymétrie n’est pas respecté. Tout de même, il est possible de citer Alexandre le Grand et Héphaïstion à la période hellénistique. Alexandre affichait officiellement Héphaïstion comme étant son compagnon, ouvrant une autre porte, celle du désir réciproque de deux hommes du même âge.
          On attendait de l’éraste, qu’il apporte à l’éromène un certain nombre de valeurs ainsi qu’un appui dans son entrée dans la vie civique. Bien qu’emprunts de désir, la volonté de transmettre et d’apprendre restait au centre de cette relation. L’éraste était considéré comme une sorte de héros sur lequel l’éromène essayait se modeler. De ce fait, l’éraste donnait de sa personne afin d’apprendre à son protégé l’enseignement de la bonne conduite en société, tout en complétant son éducation à tous les niveaux et dans tous les domaines, en « fécondant son esprit ». L’éromène, en admiration devant son ainé, se prêtait à un jeu de séduction très codifié. Pour conquérir un jeune garçon, un homme se devait dans un premier temps de le poursuivre, aussi bien dans la rue, au gymnase, qu’au banquet, puis de lui offrir des présents, mais aussi et surtout de rechercher son admiration et de se montrer digne de lui. L’éromène quant à lui était victime d’une forte pression morale, il ne devait pas céder trop facilement aux avances qui lui étaient faites et afin de garder une certaine réputation se devait de choisir un homme qui avait fait preuve de sa valeur aux yeux de tous et pouvait lui apporter de nombreux bénéfices sociaux. La femme de l’éraste quand à elle, n’était pas un obstacle et ne pouvait protester à la seule condition que son mari ne tombe dans une vie de débauche, fréquentant éromènes, courtisanes et prostituées plus que raison. 
          Les principales sources que nous possédons sont athéniennes mais il est indispensable d’étendre cette analyse et de préciser que les codes sont parfois différents selon les cités grecques. À Sparte, la pédérastie se révélait être un véritable système éducatif afin de renforcer les liens entre les soldats. Forte cité guerrière, la pédérastie permettait aux hommes de n’être plus seulement des camarades, des soldats en ligne, mais des amants créant une cohésion primordiale au sein de l’armée. Il n’est également plus question de courtiser le jeune homme envié, mais de l’enlever sur une durée de deux mois à l’extérieur de la cité. L’éraste prévenait les amis du jeune homme afin d’obtenir une validation sociale de la part de la famille. Cet enlèvement marquait le début d’une vie commune partagée entre chasse et banquets. À son retour dans la cité, le jeune éromène se voyait promu d’un équipement militaire symbolisant alors son entrée au sein du groupe de guerrier adulte. 

          Les premières sources et représentations que nous possédons à ce sujet apparaissent à la fin de l’époque archaïque. La pédérastie y est très représentée dans les arts plastiques. Nous avons aujourd’hui encore beaucoup des vases, de plats ou bien de coupes qui nous sont parvenue sur lesquels sont représentées des scène entre érastes et éromènes. Elles sont de manière générale des représentations du désir masculin, de demandes d’attention, d’attouchements ou bien d’actes sexuels. Il s’agit ici d’un témoignage par l’image d’une pratique ancré dans la culture grecque. La littérature possède également une place importante dans les sources pédérastiques. La poésie amoureuse du VIème siècle av. J.-C a permis aux historiens d’identifier un certain nombre de codes sociaux qui encadrait cette pratique. Quelques grands auteurs et penseurs tels que Platon au travers du Banquet(8) ou des Lois(9), ou bien Eschine lors de son discours lors du procès de Timarque(10) nous montrent également, bien que ce soit souvent de manière non-exhaustive, la pédérastie telle qu’ils la percevaient et parfois de manière évolutive (11). Bien que complètement absente chez Homère, les relations homosexuelles sont pourtant remises en question à postériori dans certains poèmes. C’est notamment le cas dans la relation qu’entretenaient Achille et Patrocle, un amour fraternel, dont les nombreuses réinterprétations les présentent comme un couple; mais aussi dans le mythe de Zeus et de Ganymède. « Et de Trôs naquirent trois fils sans reproche, Ilos, Assaraque et Ganymède, pareil aux dieux, le plus beau des hommes mortels que justement pour sa beauté les dieux enlevèrent à la terre, afin qu’il servit d’échanson à Zeus et qu’il vécut avec les immortels ». 

Peintre du Louvre F51 (vase éponyme)
Cour pédérastique. Détail de la face A d’une hydrie attique à figures noires, v. 540 av. J.-C
Peintre de Cambridge 4. Scène pédérastique :
L’éraste (amant) touche le menton et le sexe de l’éromène (aimé). Face A d’une amphore à col attique à figures noires, v. 540 av. J.-C

           Nous pouvons voir au travers de différentes représentations, plusieurs sortes de présents, allant de la classique couronne de fleurs présente sur ces deux représentations, aux animaux, permettant de mettre en avant les rapprochements que font les Grecs entre la nourriture et les plaisirs amoureux et sexuels. L’éraste part à la chasse au jeune homme. Toute sorte d’animaux sont fréquents sur ces représentations. Il s’agit souvent de coqs, ou bien de renards et de lièvres. Peu importe les avances de l’éraste, durant la phase de séduction, l’éromède doit se montrer incorruptible et ne doit surtout pas céder trop vite aux avances parfois insistantes de l’éraste pour ne pas être en proie au déshonneur. Pendant cette phase, il y a de nombreux échanges de cadeaux aux valeurs symboliques. Ce n’est qu’à la suite de ce « jeu » que le jeune peut enfin céder aux avances. La première relation physique entre les deux êtres marque la fin d’un processus de reconnaissance et officialise leur relation aux yeux de tous. L’éraste cherche à séduire le garçon par le biais de caresses, il suscite son affection l’enlaçant, en lui caressant le bras ou bien comme sur la première représentation en tentant de lui caresser le sexe. Ces gestes sont interprétables comme étant le début d’un rapport sexuel. Pourtant, tout au long de cet échange le jeune garçon se doit rester réservé et ne montrer aucune forme de plaisir face à cette relation sexuelle.

          La pédérastie, est avant tout une sorte de formation auprès d’une élite possédant l’expérience de la citoyenneté. L’éraste permet d’accompagner le jeune éromène de la puberté à la citoyenneté, comme si tout deux avaient signés un contrat d’avenir. Effectivement, le jeune homme devra être capable de commander au cœur de la cité, mais aussi d’obéir. L’éphébie, le fait que le garçon devienne un adulte bouleverse ainsi la dissymétrie, les deux hommes sont alors sur un même pied d’égalité et leur relation de nature pédérastique se termine. Devenu adulte à son tour, le jeune homme peut devenir l’éraste d’un jeune garçon. Dans son œuvre Éros Adolescent, Félix Buffière affirme « cet amour des garçons apparaît souvent, dans l’histoire de la civilisation grecque, comme le seul véritable amour […] bienveillance ardente qui pousse à vouloir du bonheur à un autre être […], ils prétendent l’éprouver envers un garçon qui est de leur niveau »

(1) Foucault, Michel. La Volonté de savoir, Histoire de la sexualité, t. I, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires)
(2)  Dieu de l’amour et du désir. Eros est également un des 5 dieux primordiaux nés de Chaos : avec Tartare, Nyx, Érèbe et Gaïa. 
(3) Halperin, David et al. (ed) (1990), Before Sexuality. The Constitution of Erotic Experience in the Ancient World, Princeton, Princeton University Press. 
(4) Boehringer, Sandra. « Sexe, genre, sexualité : mode d’emploi (dans l’Antiquité) ». Kentron, no 21 (31 décembre 2005): 83‑110. https://doi.org/10.4000/kentron.1801.
(5) Bodin, Jean. Les six Livres de la République. Cartier, 1599. 
Économiste, philosophe et politique français
(6) Académie Française. Dictionnaire de l’Académie françoise. Tome 4, 1762.
(7) Dover, Kenneth, et Suzanne Saïd. Homosexualité grecque. Grenoble: Pensée sauvage, 1980.
(8)  Platon. Tome IV, 2e partie : Le Banquet. Paris: Les Belles Lettres, 1989. 
(9) Platon. Tome XI, 1re partie : Les lois, Livre I-11. Paris: Les Belles Lettres, 2003
(10) Eschine, Jacques Jouanna, Guillaume Budé, et Victor Martin. Discours. Tome I : Contre Timarque - Sur l’Ambassade infidèle: La défense d’Eschine à l’accusation de Timarque et Démosthène. Paris: Les Belles Lettres, 2003.
(11) Alors que Platon ne remet pas en question la pratique de la pédérastie dans Le Banquet, il prône son interdiction dans Les Lois. 
  • Académie Française. Dictionnaire de l’Académie françoise. Tome 4, 1762. Bodin, Jean. Les six Livres de la Republique. Cartier, 1599.
  •  Boehringer, Sandra.Histoire des femmes, histoire du genre et histoire de la sexualité , Historiens et Géographes, 2005.
  • Boehringer, Sandra. « Sexe, genre, sexualité : mode d’emploi (dans l’Antiquité) ». Kentron, no 21 (31 décembre 2005): 83‑110. https://doi.org/10.4000/kentron.1801.
  • Cantarella, Eva. « Mythes grecs et homosexualité : B. Sergent, L’homosexualité dans la mythologie grecque. » Dialogues d’histoire ancienne 10, no 1 (1984): 420‑26.
  • Dover Kenneth, et Suzanne Saïd. Homosexualité grecque. Grenoble: Pensée sauvage, 1980.
  • Eschine, Jacques Jouanna, Guillaume Budé, et Victor Martin. Discours. Tome I : Contre Timarque – Sur l’Ambassade infidèle: La défense d’Eschine à l’accusation de Timarque et Démosthène. Paris: Les Belles Lettres, 2003.
  • Foucault, Michel. LaVolonté de savoir, Histoire de la sexualité, t. I, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires). 1976
  • Foucault, Michel. L’Usage des plaisirs, Histoire de la sexualité, t. II, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires). 1984
  • Foucault Michel. LeSouci de soi, Histoire de la sexualité, t. III, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires). 1984
  • Halperin, David et al. (ed) (1990), Before Sexuality. The Constitution of Erotic Experience in the Ancient World, Princeton, Princeton University Press. Marrou, Henri-irenee. « Chapitre III – de la pédérastie comme éducation. » In Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, tome 1, 6e éd. Paris: Seuil, 1981.
  • Platon. Tome IV, 2e partie : Le Banquet. Paris: Les Belles Lettres, 1989.
  • Platon. Tome XI, 1re partie : Les lois, Livre I-11. Paris: Les Belles Lettres, 2003
  • Reix, André. « Félix Buffière, Eros adolescent. La pédérastie dans la Grèce antique ». Revue Philosophique de Louvain 81, no 49 (1983): 114‑16.
  • Peintre de Cambridge 4. Scène pédérastique : l’éraste (amant) touche le menton et le sexe de l’éromène (aimé). Face A d’une amphore à col attique à figures noires, v. 540 av. J.-C. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Erastes_eromenos_Staatliche_Antikensammlungen_1468.jpg#/media/File:Erastes_eromenos_Staatliche_Antikensammlungen_1468.jpg 
  • Peintre de Louvre F 51 (vase éponyme). Cour pédérastique. Détail de la face A d’une hydrie attique à figures noires, v. 540 av. J.-C. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/79/Pederastic_courtship_Louvre_F51.jpg

Vous aimerez aussi...