Le Graffiti

Un art éphémère et illégale

Les graffitis œuvres éphémères par essence, arrive pourtant à résister au temps. Il en existe une multitude de type (de graffiti) dont la motivation diffèrent selon l’espace et le lieu où ils ont été fait. C’est pourquoi ils méritent d’être étudiés par l’histoire mais également la sociologie. L’approche historique, par laquelle transparaît l’appartenance culturelle de chacun de ces graffs, est complété par un décryptage technique des outils utilisés.

Aujourd’hui l’espace public apparaît comme le principale lieu d’inscription des graffitis, qui ce retrouve également sur les cimaises des galeries. Cependant la définition de graffiti est assez flou et la langues française, en éludant l’usage du singulier « graffito »que l’origine italienne du mot impose, convient que les graffiti est un art pluriel.

Il existe donc plusieurs formes d’expression qui utilisent le mur,commenté en onze parties : Spontanées, politiques,artistiques, individuelles, collectives…

Les graff ont pour projets commun de modifier l’environnement visuel quotidien des regardeur. Par mimétisme, ils s’inspirent de la profusion des images de propagande et de publicités mais à des fin différentes, ou en détournent le message (il peuvent même avoir pour but de marquer les territoire : N-Y, Irlande du Nord ; ou pour les effacer : Berlin, Afrique du Sud).

Shepard Fairey dit «  je pense que son inscriptions dans la rue donne au street art une signification supplémentaire. Elle signifie que l’artiste a accepté le risque d’être arrêté et blessé, de donner son art gratuitement au public et de s’affronter pour gagner l’attention à la concurrence de la publicité, de la signalétique et d’autres formes de street art ».1

Les travers les artistes des graffiti on voit souvent une défiance à l’égard du pouvoir et des pratiques institutionnelles.

La rue demeure un espaces politiques depuis toujours et dans n’importe quelle ville, et quelle que soit le style d’art, s’y exposer n’est jamais neutre en particulier si pour cela on brave la loi et on passe outre les nécessités du commerce  ( cependant il ne faut pas le confondre avec l’art public, avec lequel on le confond souvent justement, quand il s’agit d’art urbain celui-ci ce crée hors du circuit de la commande et hors du cadre légal). L’origine de l’art urbain et donc des graffiti ce trouve , lui, souvent à la croisé de la propagande, des avants garde et de l’art populaire.

Beaucoup de graff paraissent obsolètes mais ils ont tout de même une importance, que ce soit politique, historique ou encore sociologique.

“les murs n’ont pas d’oreilles mais une mémoire”, Sylvain Tesson2

L’affiche publicitaire est l’une des sources majeures du graffiti et de l’art urbain, bien que ce styles paraît être en contrepoint avec la publicité qui est indissociable de la ville industrielle et qui cherche simplement l’efficacité.

La réclame (en particulier pour les avant garde) est donc rapidement vu comme une source d’inspiration.

La rue est donc également un espaces de la propagande politique :par exemple après 1917 en Russie, la diffusion des idée révolutionnaire devient une question très importante et Lénine décide alors de s’appuyer sur les avant garde pour porter la révolution partout dans la vie quotidienne, et notamment dans la rue, il lancera même en 1918 une campagne de propagande d’art dans l’espace public.

La graphomanie du Peuple : depuis toujours c’est un art par et pour le peuple, et son inscription la plus emblématique est le graffiti.Ces inscription murale son présente depuis l’Antiquité et on toujours été associé au Vandalisme et a l’expression populaires la plus prosaïque. Et si leurs fonction première semble être juste d’attester une présence (comme c’est la cas dans une grande majorité des graffitis de Brest) elles permettent également d’exprimer une opinion, en particulier dans un contexte de tension ou de conflit(exemple de la campagne des V en Belgique sous l’occupation qui incite à écrire clandestinement sur les murs la première lettre du mot « Victoire » en signe de protestation contre les Nazis).

L’art urbain a toujours eut un goût pour l’éphémère et la performance,depuis les situationniste (à définir) il est vu comme « une production artistique qui rompt radicalement avec des œuvres durable et qui est inséparable de sa consommation immédiate, comme valeur d’usage essentiellement étrangère à une conservation sous forme de marchandise ». On ne peut pas vendre une œuvre d’art urbain,celle-ci est simplement a contemplé et à apprécier sur le moment.Et la ville y joue donc un rôle centrale, celui de la scène de la vie quotidienne.

C’est donc dans les années 60 que naît réellement notion d’art urbain,ce qui n’a rien d’étonnant quand on voit le contexte marqué par« le renouveau des avant-gardes », mais également la guerre froide, la vague contestataire de 1968, l’avènement de la société de consommation et l’explosion urbaine. Mais qu’en est il aujourd’hui ?

La rue devient donc un nouvel espace d’expression et cela a beau avoir changer par rapport au début de l’art urbain, il est aujourd’hui renouvelé avec les problèmes actuels.

Montrer de l’art dans la rue revient à créer des performances, par définition éphémères, qui posent la question du caractère véritablement public de l’espace public. C’est aussi défier ouvertement l’environnement bâti et visuel d’une ville.

La façon dont une œuvre d’art en milieu urbain naît et meurt séduit de nombreux street artists pour des raisons a la fois conceptuelle et structurelles. « Se servir de la ville comme une toile afin de transformer des espaces jusque là impersonnels et travailler avec des matériaux éphémères participe aux dynamisme de l’œuvre proprement dite (et de la ville) ». l’œuvre fait poser des questions lié à son cycle de vie et son emplacement. On voit ces œuvre comme transitoire et celle-ci sont totalement liés aux incessant changement qui ont lieux dans la ville, elle font partie du tissu urbain.

Créer une œuvre d’art dans une rue est aussi une manière d’exprimer anonymement sa liberté d’artiste, et c’est également une performance artistique qui permet de personnaliser et ré-articuler le paysage urbain.

Le street art cherche à créer un lien entre l’artiste, le spectateur et la ville

De nombreux styles existe et ils expriment des choses différentes :

Le graffiti signature :c’est-à-dire le graffiti à base de lettres qui forme un nom,celui-ci est apparu dans la fin des années 1960 à Philadelphie etc’est répandu très vite dans le monde entier. Aujourd’hui on peut en voir dans énormément de ville, il est une composante incontournable des cultures de rue du monde entier depuis c’est quarante dernières années.

Le flop ou throw-up : Cette forme est dite intermédiaire car elle se situe entre le tag et la pièce. En effet, le graffeur utilise des formes rondes appelées« bubble » qu’il réalise souvent rapidement.

Le wild-style : LeWildstyle est un style de graffiti dans lequel les lettres sont entremelées, fusionnées et extravagantes. Leur extrémités sont dynamiques et peuvent se transformer en flèches ou pointes. Les lettres sont tellement travaillées et déformées avec style qu’il est difficile de déchiffrer un wildstyle pour les non-initiés.C’est un style complexe à réaliser qui demande beaucoup de technique.

A travers cela on peut donc s’intéresser à la fonction, le sens et l’impact de cet art éphémère et illégale dans le contexte de la ville, du monde de l’art et de la culture visuelle urbaine et son rôle dans l’histoire de l’art qui est très important.

3 éléments distinguent le graffiti des autres formes d’expressions artistiques : c’est un mouvement artistique lancé et alimenté avant tout par les jeunes ; c’est un vocabulaire visuel ayant pour sujet une signature ; c’est une tradition picturale qui c’est développer et continue encore à évoluer illégalement. Alors que pendant ce temps les pratiques artistiques relevant de ce qui a été nommé le street art ou le post graffiti, apparu dans les années 1990 (diverses formes d’art urbain) a la suite des graffiti,en sont venues à incarner la culture visuelle urbaine contemporaine.Dialoguant avec l’environnement bâti et matériel d’une ville, avec l’imagerie publicitaire et les mouvement artistiques qui font autorité dans l’histoire de l’art, le graffiti et le street art participent tout les deux à l’évolution de la culture visuelle.

Une innovation capitale: la bombe aérosol

L’invention de la bombe aérosol a révolutionné le monde de l’art urbain. On doit l’invention de ce système qui consiste à propulser un liquide contenu dans une bonbonne , au chimiste norvégien Erik Rotheim, en 1926. Le système sera ensuite amélioré pendant la seconde Guerre Mondiale par Lyle Goodhue et William Sullivan pour les besoins de l’armée américaine. A la base il sont donc destinés à un usage militaire, ces premiers aérosols sont des insecticides. C’est ensuite, l’Américain Edward Seymour qui met au point la première bombe de peinture vers 1950 (sûrement en Décembre 1951). La commercialisation de ce produit débutera donc au courant des années 1950 et deviendra plus tard le symbole même des artistes du graffiti car elle permet aux artistes d’être à la fois précis et bien plus rapide, c’est donc avec l’arrivé de ce nouveau système que l’on a pu constater l’explosion du nombre de graffeurs et de graffitis dans les ville. Et ce système reçoit encore aujourd’hui des modification, plus récemment par exemple certains graffeurs on trouvés le moyen de propulser a plus grande échelle en détournant des extincteurs ou des pulvérisateurs de jardinerie, qu’ils remplissent de peinture.

Une histoire du graffiti

Les comics et cartoons pendant et après la seconde Guerre Mondiale:

Tous d’abord jusque dans les années 70 on trouve les influences de la période comics et des cartoons qui commence avec la seconde guerre mondiale. On ne compte plus les innombrable Mickey qui ont été dessiné sur les mur après le succès phénoménale de Walt Disney,succès internationale du personnage qui débute dans les années 30,il est omniprésent et on le retrouve d’ailleurs même au moment de la chute du mur de Berlin quand Mstislav Rostropovtitch joue du violoncelle en hommage au victime des mur. On retrouve Mickey en fond, peint sur le mur, on le voit durant tout le récital de l’artiste retransmis sur les chaînes télé du monde entier.

On peut également retrouver ce succès dans les graffiti avec de nombreuses œuvres inspiré de Warner Bros et notamment de Tex Avery,avec Bugs Bunny par exemple.

Et bien sur à côté de ça on voit l’arrivé en masse des super-héros au moment de la Seconde Guerre Mondiale qui vont influencés, de parleurs univers, une quantité astronomique de graffitis (surtout inspiré des géants de l’époque tel que Marvel, DC comics ou encore Centaur). A ce moment on trouve beaucoup de graffiti avec des logos de Super-héros notamment le Logo en S de Superman ou encore l’araignée de Spider-Man. Tout c’est types de Graffiti naissent notamment durant la période de la seconde Guerre Mondiale car c’est personnage de comics et de cartoon représente souvent tout un pays,par exemple avec Captain America. Et ce style continuera énormément jusque dans les années 70.

L’après Guerre, repenser la ville (1965-76) :

Dans les années 60 de nombreux artistes décide de s’affranchir des musées pour travailler dans et avec la rue, cette période marque donc le début de l’investissement de la rue par l’art. Au même moment certains de ces artiste (tels que Alain Arias-Misson et ErnestPignon-Ernest) se préoccupent de la question du lieu de l’art et prolonge donc leur démarche entre la rue et les galeries d’art. Par exemple Alain Arias-Misson cherche à faire sortir l’écriture de la feuille de papier pour la faire apparaître dans l’espace public,quant à Ernest Pignon-Ernest, lui il fabrique des pochoirs qui traitent de la question du nucléaire en lien avec la catastrophe d’Hiroshima, mais le plus souvent il colle ses dessins dans la rue comme par exemple avec son œuvre de 1971, Les Gisants,une œuvre qui montre à quel point ces artistes d’après-Guerre ont été touchés par celle ci.

Durant cette même période, de nombreux jeunes américains commence à écrire leurs pseudonymes sur les murs avec une démarche plutôt empirique, et c’est de la que commence le Writting. Suite à cela, en a peine une décennie, les fondement de ce qu’on appellera en France le Tag et le Graff sont inventé sur les métros de New-York.

Les graffitis de gang quant à eux étaient présents avant les années 60 dans de nombreuses villes des États-Unis. Les gangs les utilisaient pour marquer les limites de leurs territoires. C’est graffitis faisaient partie de l’environnement visuel de villes comme Los Angeles (ou ça a commencé), Chicago, New-York ou encore Philadelphie. Cependant une petite quantité de jeunes s’affranchit de ces codes et développe une forme de graffiti très particulière. Contrairement au gangs, ces graffeurs ne marquent aucun territoire. Ils ont leurs propre ambition, et ce qu’ils veulent c’est être partout, dans chaque quartier et ce confronter à l’échelle d’une ville, et ceux la,contrairement au graffiti de gang qui revendiquent le nom d’un groupe, revendiquent leur propre nom sous la forme de diminutif ou pseudonymes, ils scandent leurs individualités au yeux de tous.Phase 2, une des fondateurs du writing ce considère comme un écrivain et dira « des écrivains (writers), c’est comme ça que nous nous sommes toujours considérés (…). Pour moi écrire est une culture. Une bombe aérosol est un outil révolutionnaire. »

Autre exemple connu aujourd’hui,c’est Cornbread qui écrit son nom un peu partout dans les rue et les bus de Philadelphie, il devient une légende et d’autres noms tels que Cool Earl ou encore Bobby Kidd apparaissent et suivent son exemple. Et une compétition s’engage chez les writers, à celui qui arrivera à écrire son nom a l’endroit le plus difficile d’accès. Cornbread sera connu notamment pour avoir graffé un éléphant du zoo de Philadelphie et une aile d’avion de la compagnie TWA.

C’est donc ces writers qui écriront leurs pseudo dans tout les métro et bus de Philadelphie dans les années 60, puis dans de nombreuses autres villes des États-Unis.

Puis, malgré les lois anti-graffiti de 1972 le phénomène s’accentue et les écritures deviennent de plus en plus complexe, donnant naissance à de nouveaux styles et on essaye de faire de plus en plus voyant pour ce démarquer des autres. A New-York en 1974 la ville lance une campagne de nettoyage et c’est au même moment qu’apparaît le début d’une maturité dans les styles et les pratiques. Cet art touche toutes les communautés et les writers finissent par être élevés au rang d’artistes.

Une manière de révolte et de propagande

“Un mur est une arme redoutable. C’est l’une des plus dangereuses avec laquelle vous pouvez frapper quelqu’un” Banksy3

C’est justement au printemps 1968 que l’inquiétude de la jeunesse « Baby-Boom » grandit sur les campus américain et gagne rapidement de nombreux pays dont la France fait partie. A Paris par exemple on a de nombreux graffitis qui font leurs apparussions durant les troubles de Mai. On voit beaucoup ce mouvement dans les universités notamment avec des Slogans tel que « CRS SS », ces slogans sont les traces d’une libéralisation plus générale de l’expression qui investit les universités, les usines, et même le théâtre de l’Odéon à Paris. Cet révolte de 68 touche tout les pays développés et donc les murs de cette période rendaient visible l’explosion d’une jeunesse internationale, insurgée notamment contre la guerre au Vietnam.

Au Chili c’est le paternalisme américain qui est dénoncé par l’unité populaire et ceux ci militent par l’intermédiaire de grands murs peints qui mêlent slogans et figures. En Irlande, avec les premières violences entre catholique et protestant on a l’apparition de nombreux murs peint qui rendront visibles sur ces murs la lutte sanglante. Les graffitis servent donc également au gens à exprimer leurs désaccord car ils sont visibles par tous.

Des années 80 à aujourd’hui, vers une ouverture au monde et une légalisation?

Durant les années 70-80 que le graffiti s’ouvre au monde entier, au moment de la crise budgétaire aux États-Unis New-York traverse une période douloureuse et entre 1972 et 1982 le nombre de writters explose et la MTA (Metropolitan Transportation Authority) dépense environ 4 millions de dollars par an pour nettoyer les graffiti. A ce même moment le writting est à son apogée. On constate donc que dans toute époque, les graffitis sont à leurs apogée au moment de crise. C’est d’ailleurs dans les années 80 que les métro New-Yorkais ce font entièrement graffer et cette même période de misère marque également les début du hip-hop qui est intimement lié au street-art car il s’agit la de deux cultures de la rues notamment dans le Bronx, qui était le quartier dont les dirigeants ce préoccupaient le moins et ou la plupart des délinquances avaient lieux, et c’est dans ces même endroits que ce forme des communautés de writters et que la police ce met a former des brigade anti-graffiti. Et de 1974 à 1976 le réseau de métro est saturé de signatures, et en 1982 on compte environ 5000 writters a New-York, mais une grande campagne anti-graffiti ce lance après la crise donc durant les années 80 le nombre de graffeur diminue.

Cependant même dans les années 80-90 les murs peuvent servirent à protester, par exemple en Afrique du Sud durant la période de l’Apartheid, ou encore à Berlin avec le fameux mur qui coupe la ville en deux, on peut voir au fur et à mesure que le bloc soviétique s’affaiblit que ce mur est de plus en plus fleurit par les graffitis. Ou encore sur le mur a la frontière entre les états-unis et le Mexique en construction depuis 1994 on peut y trouver beaucoup de graffitis. C’est mur reste donc un moyen de contestation pour les populations locales

Cependant ces artistes on tout de même des alliés tels que certains journaux qui les font connaître mondialement et des livres sorte comme par exemple Subway art en 1984, tout ça permet de diffuser le writting hors des frontières et ce styles captive l’Europe et beaucoup ce mettent a faire du graffiti légale (même si ça lui fait perdre quelque peu sa nature), on voit donc toute les classes sociales y toucher, que ce soit des plus populaires aux plus aisés qui ce sentent tous touchées par la médiatisation de la culture américaine émergente c’est-à-dire, le Hip-Hop.

Et c’est à ce moment là, donc dans les années 80 que débute le Street art, qui utilise la rue comme support mais qui le fait de manière légale et qui est vu comme de l’art contemporain donc parfois vendu sur le marché de l’art, on voit donc apparaître des quartiers entier qui font office aux artistes de véritable galerie et de nombreux artiste font donc leurs apparitions tels que Miss.Tic ou encore VLP.

Cependant même dans les années 80-90 les murs peuvent servirent à protester, par exemple en Afrique du Sud durant la période de l’Apartheid, notamment avec le portrait de l’activiste des Black Panthers, Angela Davis par Shepard Fairey4 , ou encore à Berlin avec le fameux mur qui coupe la ville en deux, on peut voir au fur et à mesure que le bloc soviétique s’affaiblit que ce mur est de plus en plus fleurit par les graffitis. Malgré une ouverture au monde du graffiti et une partie du street art qui devient légal, le graffiti gardera toujours un côté illégale et provocant car c’est ce qui fait la nature même du graffiti. 



👋

  1. Stéphanie Lemoine, L’art urbain: du graffiti au street art, Gallimard, 2012, Chapitre 2 []
  2. Bernard Fontaine, Découvrir et comprendre le graffiti, Eyrolles, 2011, p.63 []
  3. Bernard Fontaine, Découvrir et comprendre le graffiti, Eyrolles, 2011, p138 []
  4. Anna Waclawek, Street art et graffiti, Thames et Hudson, 2011, p.32 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.