Le Fait Divers de 1850 à 1914: l’essor d’une fascination.

Introduction 

Le terme de Fait-Divers est attesté pour la 1er fois en 1863 dans le Petit Journal1 .La définition du fait-divers est difficile à donner, si l’on se réfère à la définition du Larousse on trouve une définition journalistique du fait divers : Rubrique de Presse comportant des informations sans portée général, relatives à des faits quotidiens. Le fait divers se caractérise donc par sa forme, en une rubrique, et par son fond, de l’information reflétant le quotidien de la société. C’est donc en quelques sorte, de « l’événement sans événement » classé selon Roland BARTHES2 comme inclassables de l’information. On ne peut pas ignorer la diversité des informations réunie au sein du fait divers. On retrouve 6 grands thèmes :les accidents, le meurtre, le suicide même, le vol, les dérèglements naturels,les affaires de mœurs, les atteintes à l’ordre public. Cependant il ne faut pas oublier que les faits divers sont aussi des éléments du quotidien sélectionné pour leur caractère exceptionnel et surprenant. Le fait divers est apparu comme objet d’étude disciplinaire au tournant du XXème siècle par l’impulsion notamment de l’Ecole de Francfort et ses chercheurs tel  qu’ ADORNO3 et BENJAMIN4 qui furent dans les premiers à en saisir l’intérêt et l’apport que cet objet d’étude peut apporter à la micro-histoire. On peut se rendre compte que le fait divers,même s’il n’est nommé qu’en 1863, est connu depuis bien plus longtemps sous divers noms : anecdotes, nouvelles curieuses… L’élément important retenue dans la définition est le caractère informatif du fait divers, mais la presse n’a pas toujours existé au sens entendu du journal. L’information, et par extension les informations quotidiennes spectaculaires, ont suivi les développements de l’imprimerie. C’est donc par l’imprimerie que ce diffuse l’information. Ces imprimés informatifs autrement appeler Occasionnels sont des feuilles, qui comme leur nom l’indique paraissent occasionnellement et non périodiquement. Ces occasionnels permette alors d’informer la population, mais aussi de la rassembler autour de colporteur, qui cris les titres de ces occasionnels. C’est dans ces occasionnels que J.P. SEGUIN5 retrouve le premier fait divers relaté.  Mais l’information se voit de nouveau transformé avec l’apparition d’un nouveau mode d’expression, la presse quotidienne, qui apparaît en 1631. L’information est présente, mais les informations spectaculaires ne sont pas présentées quotidiennement, on les voit réunit à travers des numéros spéciaux nommé« les Extraordinaires » Ce qu’il faut alors retenir avec l’apparition de cette presse quotidienne, c’est que les « nouvelles extraordinaires »se trouve reléguer derrière des informations jugées plus importante car moins quotidienne.

Un développement multiforme du fait divers

Il est avant toute réflexion sur le sujet, primordial d’exposer les modes d’expressions pris dans ce que les spécialistes ont appelé l’Age d’or du fait divers. L’occasionnel va se transformer au XIXème en « canard », terme inventé par Balzac6.Canard est un terme qui définit des faits divers spécifiques au XIXème,ces canards vont triompher durant la 1er moitié du XIXème siècle, et se diffuser. Cette diffusion lui est permise par son doubles formats :Recueil pour les campagnes & Grand format sur une page pour les villes.Cependant ces canards, comme les occasionnels sont aussi criés dans les campagnes.  Les formats de ces canards sont relativement cour, on y trouve Un titre univoque tel que « événement extraordinaire »,« fait inouïes », « un crime épouvantable »… Le langage utiliser est précis pour expliquer le fait divers, afin de décrire au mieux les circonstances du fait. Ces canards sont de plus souvent accompagner de gravure explicite permettant de lier le fait divers et à le garder en mémoire. Les canards ne vont décliner qu’avec l’apparition de la grande presse dans les années 1860. Cette grande presse va lier le « fait divers » avec le journalisme. La création de la rubrique du « faits divers », change sa nature populaire qu’il entretenait avec l’occasionnel : dans les journaux le fait divers se lit dans l’espace privé, et ne se fait plus crier dans la rue bien qu’il va toujours être l’objet de fortes discussions dans l’espace public. Un autre changement va être le choix de sa place et sa hiérarchie interne, la ou les autres rubriques se voit confié un thème(politique, sport…) le fait divers en englobe plusieurs allant de l’accident climatique, au suicide. Mais comme nous le dit M. M’SILI7 on peut trouver une logique a ces thèmes multiples traité par le fait divers à savoir la rupture avec le quotidien. De surcroît on voit se développer des journaux régionaux, ayant l’ambition de relater des faits locaux, cependant avec le manques de faits à relater ces journaux afin de continuer a exister sont dans l’obligation de reprendre des informations plus national. On peut voir par là un certain échec de la régionalisation du fait divers, bien que ces tirages restent élevé. Le fait divers, se trouve cependant intégrer à une forme de Presse plus spécialiser, c’est ainsi qu’on voit le développement de la Gazette des tribunaux crée en 1825, où l’on suit les procès des criminels. De ces gazettes, le fait divers se trouve donc liée aussi au roman et au romanciers. Ils s’ancrent dans la vie des écrivains, on atteste les déboires judiciaires de plusieurs auteurs avec la justice, tel que Flaubert qui a failli un jour de tuer sa mère par rapport à une discussion avec sa fiancée : Flaubert l’annonce à travers la citation suivante « J’ai entendu craquer sous moi le banc  de la cour assise »8. La recherche de vérité par les auteurs peut se rapprocher avec les faits divers, lors-ce qu’il recherchent leurs inspirations comme avec Le rouge et le noir de Stendhal. La proximité entre le fait divers et le roman est telle, que certain en arrive à s’interroger si commettre un crime ou commettre un livre demande la même énergie.

 Reflet d’une fascination

La propagation du fait divers pose problème aux politiques à la fin du XIXème siècle,la république veut se construire sur l’image de l’homme rationnel, mais aussi sur un credo positiviste. Or le fait divers empêche l’avancer de cette république rationnelle, de par les écrits considérer immoraux relatant des épisodes de vices et luxures avec un certain voyeurisme dans les descriptions. Mais aussi par l’arrivé de la photographie de presse. On a ici la recherche du détail pour plaire aux lecteurs afin qu’ils connaissent, ou mieux qu’il imagine le fait divers. Le fait divers s’éloigne donc de cette volonté morale et rationnelle d’autant plus inquiétant que le fait divers est énormément consommé. Mais les positivistes ne restent pas sans réagir à cette consommation accrue du fait divers, et on voit se mettre en place des méthodes pour essayer de comprendre le criminel.C’est le cas en 1876 avec l’ouvrage L’Homme criminel, criminel né, fou moral épileptique de Cesare LOMBROSO (médecin italien), ouvrage qui connut un succès immédiat. L’étude de LOMBROSO met en évidence le caractère ataviques contesté par le docteur Paul Garnier. On arrive alors à un déterminisme biologique qui exclut le rôle du milieu social. Petit à petit la criminologie va se rapprocher de la sociologie en atteste 3 grandes oppositions :

  • L’immoralité du fait divers se traduit notamment par un engendrement de la violence.  Se développe durant la IIIème république la thèse de l’imitation, le fait divers serait criminogène. Cette thèse de l’imitation est développée par Gabriel TARDE9. L’idée de l’imitation du fait divers se faisait craindre avant l’arrivée du Fait Divers dans le journal, ainsi on trouve en 1940 dans le JOURNAL DES DEBATS10, des articles qui sont contre le fait divers le qualifiant de « Folie dangereuse qui exerce des effets désastreux sur les imagination faibles et ardentes ». En atteste le témoignage d’André GIDE11 en 1912 à propos d’un infanticide jugé en assise ou l’avocat fonde la défense de son client sur les lectures de fait divers, et particulièrement des faits divers d’infanticide qu’il l’aurait poussé à en commettre un lui-même.
  • On peut citer aussi Alexandre LACASSAGNE12 qui est fondateur en 1886 des archives de l’anthropologie criminel qui considère le milieu social comme le bouillon de culture de la criminalité.
  • On peut citer aussi Durkheim avec son livre Le Suicide qui est sorti en 1897, qui donne un rôle important au facteurs sociaux dans les actes de violence.
  • Une classe de criminelle qui fascine le XXème siècle, et qui va fasciner les journaux,  commence également à voir le jour dans cette deuxième moitié du XIXème siècle ce sont les tueurs en série. Les deux premiers criminels qui peuvent évoquer cette appellation de tueur en série sont  Martin Dumollard qui a commis ses méfaits dans les années 1850, et Joseph Vacher dans les années 1890.

Ce qu’on peut en retirer c’est la recherche d’une justification des élites scientiste pour trouver la raison des violences exposé dans les faits divers, violences qui ont de plus en plus d’attrait. Mais peut-on dire que le fait divers est toujours un danger pour la population ? Des thèses contraires à celle évoqué précédemment existe en effet, là ou pour certain le fait-Divers est criminogène, pour d’autre il fait l’effet d’une catharsis,c’est-à-dire que les faits divers joueraient un rôle d’assouvissement imaginaire des pulsions. De plus les régime politiques n’ont pas fait qu’essayer de  comprendre l’intérêt du fait divers, ils ont aussi instrumentalisé le fait divers. Cela se trouve dans l’affaire TROPPMAN en 1969 en pleine période de guerre contre les Prussiens. Forcément il y’a un complot autour du prussien qui vient tuer des français.
De plus durant cette affaire on a mis en avant les détails du procès et la singularité de ce tueur afin de détourner les gens des problème politiques tel que les grèves et les émeutes ouvrières. Mais on peut aussi citer l’affaire Dreyfus en 1894 qui éclate complètement à cause de cette instrumentalisation de l’armée et de l’état en place qui préfère condamné un innocent, coupable d’être juif. Il faut également évoquer l’affaire Soleilland en 1907 qui marque le grand débat sur la peine de mort, utilisé par Le petit parisien qui propose un sondage sur la peine de mort pour ses lecteurs. Quelques part le fait divers prend une place politique dans la rubrique d’un journal.

Image tiré du livre Crime et Châtiment de Jean Clair

Conclusion 

Le fait divers était accusé d’être vecteur de violence, la littérature et plus généralement l’art se retrouve lié à la violence et au crime en atteste une autre sphère artistique qui est le cinéma dont nous n’allons pas nous attarder car cela touche plus le XXème siècle, mais nous pouvons prendre comme exemple le film de George Méliès : Barbe bleu sortie en 1901 qui montre déjà une appropriation du morbide par les cinéastes notamment avec la scène des femmes pendu, on peut également citer du même cinéaste et Le Crime de la rue cherche midi à quatorze heure en 1908. Dans l’ensemble de l’art il y’a une fascination pour le crime et le morbide. Le fait divers est une source d’inspiration pour tous ces artistes.

  1. Le petit journal de 1863 à 1944 []
  2. Essais critique, édition du seuil, Paris, 1964 []
  3. T.W. Adorno philosophe et sociologue, musicologue, responsable de la création  interdisciplinaire de l’industrie culturelle []
  4. W. Benjamin traducteur, philosophe, historien de l’art, traducteur des grands écrivains français du XIXème siècle []
  5. Nouvelles à sensation. Canards du XIXe siècle, Armand Collin, Paris 1959 []
  6. Monographie de la presse parisienne, 
    Honoré de Balzac, 1843 []
  7. Le fait divers en république, Marine M’sili, Cnrs,Paris, 2000 []
  8. Extrait du journal des frères Goncourt, 21 février 1862 []
  9. Les Lois de l’imitation : étude sociologique, Gabriel Tarde, Seuil, Paris, 2001 []
  10. 1789 à 1944 []
  11. Souvenirs de la cour d’assisse, André Gide, NRF,1914 []
  12. Médecin légiste expert auprès des tribunaux []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search