Les clous de caligae marqueurs de la romanisation

Introduction

Plusieurs milliers de clous de caligae ont été recueillis dans un contexte militaire tant en Gaule (principalement autour du mont Auxois, de Gergovie, à la fontaine de Loulié au puy d’Issolud, sur l’oppidum de Boviolles) qu’en Espagne (Las Albahacas) ou en Allemagne (camps du limes). Ils ont aussi été trouvé sur les voies romaines en Espagne et en Suisse (également sur les cols Alpins), et récemment en Italie du Nord.

            Beaucoup possèdent des décors (croix et/ou globules) sous la tête, mais pas tous.

            A côté des clous de caligae(diamètre de la tête généralement inférieur à 20 mm, longueur de la tige inférieure à 20 mm), il existe aussi des clousadaptés à l’assemblage (diamètre de la tête supérieure à 20 mm, tige longue et solide).

            Si les clous de caligaesont en fer et datés par le contexte (stratigraphie si elle existe, ou associés à une bataille datée par ailleurs), les clous d’assemblage semblent plus difficiles à dater, sauf peut-être quand ils présentent des décors. Il semble qu’en première approximation les clous à décor interne ne recouvrent que la période -200 à +300. Le revers de la tête en serait dépourvu par la suite.

            Il existe aussi des clous de navires à décor et en bronze (flotte d’Agrippa à Fréjus, péniche d’Arles), ou même en fer et sans décor (batellerie du lac de Neuchâtel).

            Ces artefacts longtemps négligés, retiennent aujourd’hui davantage  l’attention, car leur nombre et leur décor pourraient permettre ou compléter l’identification d’un site, voire d’en préciser l’époque. Evidemment cela nécessite l’établissement d’une typo-chronologie de référence. 

            Remarquons cependant avec Matthieu Poux (2008, p. 314) que « même en présence d’une pièce d’équipement militaire romain, daté au plus près des années 50-40 av. J. C., son rattachement à un événement historique précis n’est pas évident. Il est impossible  d’affirmer avec certitude qu’il est lié à la guerre des Gaules stricto sensu(58-51 av. J. C.) plutôt qu’aux guerres civiles, ou à d’autres désordres postérieurs à la Conquête ». 

            Quelques lignes plus loin, il s’étonne que « D’autres régions restent, à l’inverse,  totalement absentes : en particulier le Grand Ouest, la Bretagne et la Façade atlantique … » de découvertes de militaria tardo-républicains. Est-ce toujours d’actualité ?

Les clous de caligaedes collections archéologiques

            Avant d’espérer pouvoir déterminer un âge approximatif  (disons à ± 50 ans), il convient de constituer une base de données des clous de caligae  disponibles dans les collections archéologiques, aussi complète que possible, à partir de laquelle nous pourrons travailler. Nous nous limiterons néanmoins à la partie occidentale de l’empire romain à savoir l’Hispanie, la Gaule, l’Italie, la (Grande) Bretagne, l’Helvétie  et la Germanie, pour des raisons d’accessibilité aux collections et aux articles écrits fréquemment en langue étrangère.

            A titre d’illustration, nous donnons une sélection des localités d’origine avec le nombre  de clous trouvés, a priori de la période concernée (du IIes. BC au IIIes AD inclus). Si elle est  disponible, la plage de variation du diamètre des têtes est donnée.

El Cerra de Las Albahacas, en Andalousie (site proposé de la bataille de Baecula en 208 av. J.C.): 526 clous, Ætête entre 3 et 18  mm. Quelques exemplaires sont montrés figure 1, ils n’ont pas de décor sous la tête (Quesada Sanz et al., 2015)

Camps près de Trieste, en Italie et voies romaines environnantes : 212 clous, Ætête entre 8 et 22  mm. Quelques exemplaires montrés figure 2, ils ont des décors variés (Bernardini et al., 2015, 2018). Datation incertaine.

Hermeskeil, près de Trèves, dans la Sarre (camp romain après 53 av. J.C): environ 70 clous, Ætête entre 14 et 26  mm. Une datation C14 de branches carbonisées provenant du remblai le plus bas d’un fossé a donnée l’intervalle [183 BC,37 BC] à 92.5% (Hornung, 2015).

Romagnat-bois des Goules, près de l’oppidum de Gergovie: environ 400 clous. « L’étude des diamètres et des décors semble les situer en très grande majorité à l’époque augustéenne. » (Leguet, 2011)

Autour du mont Auxois, près d’Alise Sainte Reine en Côte d’Or (site officiel de la bataille d’Alesia en 52 av. J.C.): 1090 clous, Ætête entre 10 et 38  mm (Brouquier-Reddé, 1997), (Brouquier-Reddé & Deyber, 2001). Le décor le plus fréquent comprend 4 traits et 4 globules (noté D4-4).

La fontaine de Loulié au puy d’Issolud, dans le Lot (site officiel de la bataille d’Uxellodunum en 51 av. J.C.): 146 clous, Ætête entre 13 et 20  mm (Girault, non daté, voir bibliographie), (Girault, 2013). Le décor D4-4 est fréquent, voir figure 3.

Andagoste, au pays Basque espagnol (camp romain attaqué vers 38 av. J.C.): environ 681 clous, Ætête max 21 mm (Unzueta & Ocharan, 2006).

Les camps du Limes (Dangstetten, Rödgen, Haltern, etc) ont aussi livrés plusieurs dizaines de clous de caligae.

Boviolles (sanctuaire près de Nasium dans la Meuse) : quelques dizaines de clous (Dechezleprêtre, 2008), (Maxe-Werly, 1877, cité par Dechezleprêtre, 2004, p. 124-125). Ou encore Corent, sanctuaire près de Gergovie  (Poux et al., 2008) et Ribemont sur Ancre (Viand et al., 2008).

Enfin, les sites valaisans de la voie romaine du bois de Finges : 718 clous, Ætête entre 5 et 20  mm. Datations proposées allant de 45 av. J.C. à 260 ap. J.C. (Volken, 2011, 2017). Voir figure 4. Mais aussi les cols alpins et jurassiens (Hafner, 2008, Demierre et al., 2015).

On le constate, les informations dont on dispose sont très hétérogènes : certaines études détaillent les tailles et les motifs (Volken, Bernardini et al., Quesada Sanz et al., Viand et al., Poux et al.) , d’autres ne montrent que quelques clous, enfin pour les camps du Limes nous ne disposons de presque rien, bien que Poux (2008, sa figure 56) montre une répartition en taille des clous de Dangstetten, Rödgen, Haltern et Augsburg-Oberhausen. Ces camps romains du Limes sont en effet intéressants dans la mesure où ils datent de l’Empire et leur typologie pourrait correspondre à un terminus post quem (au environ du changement d’ère).

Les clous d’assemblage (ou autre) des collections archéologiques

A côté des clous de caligae, les romains utilisaient aussi des clous d’assemblage en fer pour la construction de maisons, l’édification de palissades en bois, …

            La plus importante quantité de clous romains en fer a été découverte à Inchtuthil  en Ecosse: 750000 clous en fer datés de la fin du premier siècle ap. J.C., puisque le camp de légionnaires aurait été occupé seulement entre 83 et 86 AD (Pitts & Saint Joseph, 1985). Ces clous de longueurs variables (5 à 40 cm) sont les seuls à être datés précisément puisqu’ils sont restés cachés au fond d’un puits jusqu’à leur découverte en 1961, et qu’on connaît la date de l’abandon du camp. Apparemment ces clous ont une tête plate et pas de décors internes. La plupart sont conservés au National Museum of Scotland.

A Gergovie, à côté des clous de caligae (diamètre tête inférieure à 20 mm) on trouve un clou de 3 cm de diamètre avec la tige cassée à 1,6 cm, mais apparemment sans décor (Poux, Feugère & Demierre, 2008; p.209). 

A Crans (Jura) un clou de 2,7 cm de diamètre avec la tige cassée à 1 cm, mais muni d’un décor  de 4 traits et 4 globules est présenté dans Berthier & Wartelle (1990), p.191 et leur figure 11.

A Alise, certains clous (nombre non précisé) ont entre 2 et 3,8 cm de diamètre,maissont classés dans la catégorie des clous de caligae, sans que l’on sache s’ils ont des décors(Brouquier-Reddé & Deyber, 2001; p. 304)

A Boviolles, par contre, les gros clous (diamètre de la tête de l’ordre de 2 cm avec décors internes) ne sont pas nécessairement interprétés comme des clous de caligae, mais leur fonction précise  n’est pas déterminée (Dechezleprêtre, 2004; p. 124-125). 

A Lattes, il y a plusieurs clous en fer dont la tige a entre 5 et 20 cm, mais aussi des petits clous en bronze semblables aux clous de caligae(munis de décors sous la tête), interprétés comme des clous de navire destinés à fixer des revêtements de plomb (Feugère, 1990). A Fréjus, sur les 72 clous en bronze récoltés dans le camp de la flotte d’Agrippa, 46 ont un décor à 4 traits et 4 globules, identique à celui des clous de caligae le plus fréquent (Feugère, 2009). 

A la Roche Maurice, une vingtaine de gros clous (Ætête 27 mm, longueur de la tige entre 9 et 14 cm), avec croix et globules ont été trouvés lors des fouilles du château médiéval, en 2002, sous la direction de Jocelyn Martineau (SRA, Pays de la Loire). Sont-ils médiévaux ou ne seraient-ils pas plutôt reliés à une présence romaine déjà attestée par une villa et une voie romaine ?

            Pour les clous d’assemblage, la variété est encore plus grande que pour les clous de caligae, mais par le biais des décors on peut espérer trouver des similitudes et croiser si elles existent les estimations de datation, en faisant peut-être la différence entre clous en fer et clous en bronze. 

Intérêt d’étudier les clous

Depuis l’Antiquité, les objets de valeur (flacons en verre, céramiques, fibules, statuettes, monnaies,…) mais aussi les outils et les armes ont été recherchés, collectionnés, revendus, déplacés, …

Par exemple, sur les sites de bataille, les vainqueurs récupéraient généralement tout l’armement encore utilisable. Puis les locaux finissaient de dépouiller les morts et le champ de bataille de tout ce qui pouvait avoir une quelconque valeur. Il est probable que les clous de chaussure perdus par les légionnaires romains n’intéressaient guère et étant éparpillés dans l’herbe ou insérés dans la terre,ils ne se remarquaient pas (compte tenu de leur petite taille).

            On conçoit dès lors l’importance de découvrir des clous de caligae(et à décorsi celui-ci caractérise bien de façon univoque l’époque romaine)en un lieu donné, puisque cela pourrait traduire la présence en ce lieu de légionnaires romains, qu’elle soit relative à une bataille, à une occupation ou à un lieu de passage.

            Encore faut-il s’assurer que les clous retrouvés soient datés sans ambiguïté de l’époque romaine, car la pollution par l’activité humaine ultérieure concerne presque tous les sites en milieu rural. Il faut aussi déterminer si les clous proviennent de chaussure ou si ce sont des clous d’assemblage, voire de bandage ou de ferrage, … 

Fonctions des clous

            La plupart des petits clous des collections sont déclarés comme clous de caligae, et au moins avant notre ère et au début de l’Empireseraient l’apanage des militaires. Et il est vrai que beaucoup ont été récoltés (par détection magnétique quasi exclusivement) sur des champs de bataille ou dans des camps. 

            Néanmoins ceux dont le diamètre de tête est supérieur à 20 mm et qui sont presque toujours  inscrits dans la catégorie caligaen’ont probablement jamais été enfoncés dans des semelles. La question se pose alors de leur trouver un autre support de fixation (cuir épais, bois, …), pour un autre usage, probablement dans le domaine de l’équipement militaire. C’est ce qu’avait vu Maxe-Werly pour Boviolles, et qu’envisage M. Poux (1999) à propos du clou du puits du sénat (un clou de ceinturon ?).

            Pour définir une fonction d’assemblage de deux ou plusieurs pièces en cuir ou en bois, c’est la longueur de la tige, et sa section qui priment. Ainsi, les clous d’Alise (présentés en partie au MAN), qui font référence pour d’autres études, ne sont pas examinés   en détail par Brouquier-Reddé & Deyber. Une description précise, résultant d’un examen attentif s’imposerait. 

            Qu’elle est la raison d’être des décors ? Plusieurs auteurs affirment que ces petits reliefs empêcheraient les clous de tourner dans la semelle des chaussures. Mais une praticienne comme Marquita Volken, auteure d’une étude documentée dit que l’explication par un meilleur ancrage ne tient pas. On passe alors à l’idée d’atelier à identifier et à rétribuer,qui  n’est approfondie par personne (du moins à ma connaissance). Il conviendrait de se tourner vers l’étude des fabricaemilitaires et de la logistique de l’armée romaine.

            Une autre hypothèse, la moins évoquée dans la littérature, donnerait auxdécors sous la tête, donc cachés une fois en place, un rôle de talisman (Dungworth, 1998). Cette hypothèse est compatible avec l’esprit superstitieux romain. Il serait normal d’en trouver la marque sur plusieurs sortes de clous à usage militaire et pas seulement sur les semelles de caligae. Ceci pourrait justifier la présence de décor sur des gros clous d’assemblage. La thèse d’une fonction de protection religieuse mérite d’être approfondie.

Bibliographie

Bernardini F. & al. (2015) Early Roman military fortifications and the origin of Trieste, Italy. Proceedings National Academy of Sciences, 112 (13), pp. 1-10.

Bernardini F. & al. (2018) Discovery of ancient Roman « highway » reveals geomorphic changes in karst environments during historic times. PLoS ONE 13(3) : e0194939, 19 p.

Berthier A. & A. Wartelle (1990) Alésia, nouvelles éditions latines, Paris, 333 p.

Brouquier-Reddé  V. (1997) L’équipement militaire d’Alésia d’après les nouvelles recherches(prospections et fouilles), Journal of roman military equipment studies 8, pp 277-288.

Brouquier-Reddé  V. & A. Deyber (2001) Fourniment, harnachement, quincaillerie, objets divers. In : Reddé M. & S. Von Schnurbein, Alésia, fouilles et recherches franco-allemandes sur les travaux militaires romains autour du mont-Auxois (1991-1997) 2 – le matériel, pp 293-368.

Dechezleprêtre T. (2008) Présence de militaria sur quelques oppida de l’est de la Gaule. In : Poux, Sur les traces de César, militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Bibracte 14, pp. XX

Dechezleprêtre T. (2004) Le petit équipement militaire. In : Mourot F. & T. Dechezleprêtre, Nasium : ville des Leuques, Conseil général de la Meuse, pp 124-125.

Demierre M., T. Luginbühl & M. Montandon (2015) Militaria tardo-républicains au col des Etroits(JuraVaudois, Suisse), Données et essai d’analyse.In: Lehmann G. A. & R. Wiegels, über die Alpen und über den Rhein, De Gruyter ed., pp 284-297. 

Dungworth D. (1998) Mystifying Roman nails: clavus annalis, defixiones and minkisi.TRAC 97 Conference.

Feugère M. (1990) Petits mobiliers: faciès et comparaisons.In: Py M., Lattara 3, fouilles dans la ville antique de Lattes, pp 357-376.

Feugère M. (2009) Militaria, objets en os et en metal.In: Goudineau C. et D. Brentchaloff, le camp de la flotte d’Agrippa à Fréjus: les fouilles du quartier de Villeneuve (1979-1981), Ed. Errance, pp 107-177.

Girault J. P. (non daté)Oppidum du Puy-d’Issolud, clous trouvés lors des recherches à la fontaine deLoulié, association des amis d’Uxellodunum, 33 p. (www.uxellodunum.com/fr/documents)

Girault J. P. (2013) La fontaine de Loulié au Puy d’Issolud. Centre archéologique européen, Bibracte 23, 176 p.

Hafner A. (2008) Schnidejoch et Lötschenpass : trouvailles romaines sur deux cols des Alpes bernoises occidentales.Alpis Poenina, pp 477-485.

Hornung S. (2015) Das spätrepublikanische militärlager bei Hermeskeil(Lkr. Trier-Saarburg). In: Lehmann G. A. & R. Wiegels, über die Alpen und über den Rhein, De Gruyter ed., pp 103-132.

Leguet D. (2011) Romagnat-bois des Goules, ADLFI n° 6866 (http://adlfi.revues.org/13405).

Pitts L. F. & J. K St Joseph (1985) Inchtuthil, The Roman legionary fortress excavations 1952-65.Britannia Monograph Series, 6, London, 344 p.

Poux M. (1999) Puits funéraire d’époque gauloise à Paris(Sénat). Une tombe d’auxiliaire républicain  dans le sous-sol de Lutèce. 171 p.

Poux M. (2008) Sur les traces de César, militaria tardo-républicains en contexte gaulois. Actes de la table ronde de Bibracte (17 octobre 2002), Centre archéologique européen, Bibracte 14, 462 p.  

Poux M., Feugère M. & M. Demierre (2008) Autour de Gergovie, découvertes anciennes et récentes. In : Poux, Sur les traces de César, militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Bibracte 14, pp. XX

Py M. (1990) Fouilles dans la ville antique de Lattes, les îlots 1, 3 et 4–nord du quartier Saint-Sauveur, Lattara n°3, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Lattes, 416 p.

Py M. (2016) Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe –Ier sièclesavant notre ère),Lattara n°23, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Lattes, 1990,416 p.

Quesada Sanz F., Gomez Cabeza F., Molinos Molinos M. & J. P. Bellon Ruiz (2015) El armamento hallado en el campo de batalla de las Albahacas-Baecula. In : La secunda guerra punica en la peninsula iberica.Baecula, arqueologia de una batalla, Universidad de Jaen, pp 311-396.

Reddé, M. (2018) Les armées romaines en Gaule à l’époque républicaine. Nouveaux témoignages archéologiques. BIBRACTE, 28, 300 p.

Reddé M. & S. von Schnurbein (2001) Alésia, fouilles et recherches franco-allemandes sur les travauxmilitaires romains autour du mont-Auxois (1991-1997), 2, le matériel. Mémoires de l’académie des inscriptions et belles-lettres 22, Diffusion De Boccard, Paris.

Rodriguez Morales J., J. L. Fernandez Montoro, J. Sanchez Sanchez & L. Benitez de Lugo Enrich (2012) Los clavi caligarii o tachuelas de caliga. Elementos identificadores de las calzadas romanas. Lucentum XXXI, pp. 147-164.

Unzueta Portilla M. & J. A. Ocharan Larrondo (2006) El campo de batalla de Andagoste (Alava). Gladius, Anejos 9, pp. 473-492.

Viand A., Pernet L. & L. P. Delestrée (2008) L’armement d’époque césarienne à Ribemont sur Ancre (Somme), in : Poux, Sur les traces de César, militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Bibracte 14, pp. XX

Volken M. (2011) Les clous de chaussures du site de Pfyngut: Les bases d’une typo-chronologie. In: Paccolat O. Pfyn/Finges, évolution d’un terroir de la plaine du Rhône. Le site archéologique de« Pfyngut » (Valais, Suisse),Cahiers d’archéologie romande 121, Archaeologia Vallesiana 4, Lausanne, Annexe 2, pp 315-387.

Volken M. (2017) The Roman hobnails, finds from the Valais, Switzerland and first steps towards a typology and chronology. Journal of Roman military equipment studies, 18, pp. 5-26.

Figure 1 : Deux catégories de clous recueillis sur le site de Baecula (208 av. J. C.). Les diamètres des têtes varient entre 0,9 et 1,8 cm. Aucun clou n’a de décor sous la tête. Le type A a une tête conique, le type B une tête aplatie mais du fait de l’usure, l’attribution à un type A ou B est discutable. Les types C et D non montrés sur cette figure concernent des clous de plus petite taille de diamètre de tête compris  entre 0,3 et 1,0 cm (Quesada Sanz et al., 2015)

Figure 2 : Clous de chaussure trouvés sur le tracé d’une ancienne voie romaine, au nord de Trieste. Quelques motifs D4-4, mais époque(s) non datée(s) (Bernardini et al., 2018)

Figure 3 : Clous récoltés à la fontaine de Loulié, au Puy d’Yssolud (site officiel de la bataille d’Uxellodunum en 51 avant notre ère). 50 clous (sur un total de 142) sont du type D4-4. (Girault, www.uxellodunum.com/fr/documents).

Figure 4 : Classification des clous de la route du bois de Finges dans le Valais suisse. Il y a 32 pages comme celle-ci. En gras le nombre de clous obtenus dans une once romaine de 27,25g, ce qui nous donne un poids théorique (CALC), mais du fait de la perte d’environ 12% de la matière lors de la forge du clou, son poids réel est compris entre MIN et MAX. La datation proposée serait basée sur le contexte mais reste à approfondir (Volken, 2011, 2017). 



Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Braghieri dit :

    Bonjour,
    J’ai trouvé à l’oeil nu sur les chemins dans le pays d’Aix en Provence en pleine garrigues 2 clous caligae (Saint cannat 2,9 cm et Ollieres 1,9cm). Bien cordialement et un grand merci pour votre travail… Laurent (enseignant tourisme)

  2. Philippe Curdy dit :

    Bonjour
    je travaille dans le cadre de projets alpins (glacial archaeology, etc.), entre autre sur des sites proches de Pfyn (Finges) ; les propositions de datation de Marquita Volken (thèse publiée) ne font de loin pas l’unanimité! il faut bien recontrôler les ensembles clos!
    Bon travail, tenez-moi au courant de la sortie de votre master
    Philippe Curdy

  3. Annick Despratx dit :

    Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Comment vous citer en bibliographie ?

    • ollitrault dit :

      Merci pour votre commentaire. Mais ce document n’est qu’une esquisse de mon mémoire de master. Il est très incomplet et comporte quelques inexactitudes.
      Je préfèrerais que vous ne citiez que mon mémoire définitif (fin juin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.