La construction de l’événement : l’arrivée du Jazz à Brest en 1917

Parmi les 800 000 soldats qui débarquent à Brest au cours de ces deux années, on compte aussi des orchestres, envoyés pour remonter le
moral des troupes. Et avec quelle musique ! Car c’est ici, dans la Cité du Ponant, que le jazz va faire son apparition et envahir l’Europe.

Extrait de la plaquette de présentation du programme centenaire de la Grande Guerre de la ville de Brest

Le centenaire de la Grande Guerre a donné lieu à une fièvre éditoriale et commémorative importante en France. Cette abondance de travaux sur le sujet, que ce soit de la part d’historiens professionnels ou d’associations amateures, a conduit à d’importantes commémorations de la Grande Guerre de 2014 à 2018.

Si, une bonne part de ces célébrations ont pris des formes relativement classiques, hommages aux soldats ayant perdu la vie sur les champs de bataille, expositions sur la violence du conflit ; la ville de Brest s’est distinguée par des commémorations importantes autour de la question du jazz .
En effet, la ville de Brest, par l’intermédiaire des institutions publiques et du monde associatif, a organisé une série d’événement autours de l’arrivée du jazz à Brest avec les troupes américaines engagées dans le conflit à partir de 1917. Cependant, cette volonté de célébrer l’arrivée du jazz mérite d’être interrogée.

Portrait de James Reese Europe issus d'une partition de Good Night Angeline (1919).
Portrait de James Reese Europe. Partition de Good Night Angeline, 1919. Domaine public américainN

Le jazz débarque à Brest en 1917 : une affirmation contestable

Quand l’on s’intéresse à la question de l’arrivée du Jazz en Europe en 1917. On se retrouve confronté à un double paradoxe. Le jazz apparaîtrait en 1917 mais en réalité c’est un style musical présent depuis au moins un demi-siècle et le terme jazz n’apparait en France qu’en 1918.1

Le deuxième paradoxe est d’ordre géographique : le jazz débarquerait à Brest, pourtant les villes de Bordeaux, de Nantes et de Saint-Nazaire réclament aussi le titre de première ville à avoir reçue le jazz en France. A moins de suspecter un talent caché d’ubiquité, il paraît extrêmement douteux que le jazz soit réellement apparu  dans toute ces villes, en même temps. Enfin, le terme jazz en lui-même est assez flou. Il est utilisé pour la première fois en 1916 et encore aujourd’hui sont étymologie fait débat. En 1916, les musiciens

Ainsi, autant chronologiquement que temporellement, l’affirmation d’une arrivée du jazz à Brest en 1917 est discutable. Si les troupes américaines y débarquent bel et bien, accompagnées d’orchestres militaires comprenant des musiciens que l’on qualifieraient de jazzmen aujourd’hui, le jazz ne constitue pas une nouveauté en 1917, ni pour les brestois ni plus globalement pour les français.

Il y a donc un paradoxe entre l’acceptation du public et la réalité historique (qui est bien sûr l’objet de discutions et de désaccord). Pour autant, l’année 2017 a été l’objet d’un important dispositif commémoratif consacrant le Jazz à Brest comme l’un des événements de l’année 2017, mais aussi 1917, parfois même devant le débarquement des troupes américaines. Cette réflexion nous amène à nous interroger sur la notion d’événement, ambiguë pour l’historien.

L’événement, une notion ambiguë pour l’historien

Qu’est-ce qu’un événement ? La question pourrait sembler étrange pour une notion aussi présente dans notre quotidien. Employée couramment par la sphère médiatique ou culturelle (l’appellation de« spectacle-événement » est courante dans le monde du spectacle par exemple), la notion d’événement est pourtant une source d’interrogation et de débat pour la philosophie et plus globalement pour les sciences humaines.
Le terme événement est polysémique. D’après le dictionnaire Larousse, il désigne« tout ce qui se produit, arrive ou apparaît, relater les événements de la journée ». Mais il désigne aussi les péripéties, racontées ou mises en action dans un roman ou une pièce de théâtre. Mais le terme événement désigne aussi l’issue de quelque chose, que ce soit un succès ou un échec (« Les événements lui donnèrent tord »).

Ces définitions de l’événement permettent certes de comprendre ce que désigne un événement, mais pose problème. En effet,l’événement en tant qu’ensemble des choses qui se produisent n’est pas une définition satisfaisante pour l’historien.Qu’est-ce qui distingue l’événement banal, de celui plus important qui « fait » l’histoire ?
Le fait que j’écrive ce texte, quelques heures avant la date limite pour l’évaluation est un événement (quelque chose se produit) mais est-ce un événement historique ? Cela est douteux.

L’historien Edward H. Carr propose une définition de l’événement historique. Pour lui, est historique un événement qui reçoit une attention de la communauté historique. Pour Carr, un événement, « attend ses parrains et ses partisans » pour devenir historique.
Nous nous servons de cette définition de Carr pour distinguer l’événement historique, du simple fait anecdotique, en nous interrogeant cependant sur la place du public dans la construction de l’historicité. 
En effet, la définition de Carr amène à un paradoxe. Pour les historiens (ou du moins une partie d’entre eux), le Jazz à Brest en 1917 n’est pas un événement important. Pourtant, par certain égard, pour le grand public, c’est l’événement de 1917.

Nous avons donc décider de consacrer ce mémoire à répondre à cette interrogation. Quelle est la place des commémorations et des célébrations dans la construction d’une mémoire mais surtout d’un événement historique en lui même ? Comment les commémorations « historicisent » un événement ou même un non-événement ? 
Pour répondre à cette question, il nous paraît cependant important de revenir plus précisément sur l’historiographie de la notion d’événement et de voir enfin les diverses interrogations provenant de diverses disciplines.

Une historiographie de la notion d’événement

En histoire, l’événement représente un enjeu épistémologique essentiel. En effet, l’Histoire, en tant que pratique, a longtemps été perçue comme la chronique des événements. L’histoire produite durant l’époque médiévale est essentiellement l’œuvre de chroniqueurs, membres de la hiérarchie religieuse qui gravitent autour du pouvoir. Une bonne partie de la production historiographique se compose de généalogies ainsi que d’annales chronologiques. Les Histoires au Moyen-Âge désignent les récits racontant la naissance d’une nation chrétienne (par exemple l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable). Dans cette production, notamment les annales et les chroniques, l’événement occupe une place centrale mais essentiellement comme un marqueur temporel.

Le XIXe siècle est lui aussi marquant pour la place qu’il accorde à la notion d’événement. C’est une période de scientifisation de l’histoire comme l’explique Nicolas Offenstadt : « Contre une historiographie romantique, jugée trop proche de la littérature, bien des auteurs prennent modèle sur les principes méthodologiques des sciences expérimentales qui ont connu un remarquable essor ».
Cette volonté scientiste s’explique en partie par l’importance du positivisme philosophique d’Auguste Comte qui ambitionne de créer une science positive de la société capable de la rationaliser et de l’améliorer grâce à des lois invariable. Cette volonté de découvrir des grandes lois s’explique pour Edward H. Carr par la volonté de se rapprocher des standards des sciences de la natures établies le siècle précédent :

Pour les scientifiques du XVIIIe et du XIXe siècle, les lois de la nature — lois newtoniennes du mouvement et de la gravitation, loi de Boyle, loi de l’évolution, etc. — auraient été découvertes et solidement établies, et la tâche du savant était de découvrir et d’établir encore d’autres lois par le principe d’induction à partir des faits observés. Le mot “loi” s’auréolait de toute la gloire attachée à un Galilée ou à un Newton. Désireux,consciemment, ou non, d’affirmer le statut scientifique de leurs recherches, les spécialistes des sciences sociales adoptèrent le vocabulaire des sciences de la nature et crurent œuvrer selon leurs méthodes2

Le XXe siècle voit une évolution — voir une révolution — de la discipline historique cette fois-ci par une confrontation ou une émulation avec les autres sciences sociales. Cette période, dominé par l’historiographie de l’école des Annales est marquée par une mise en retrait de l’événement. Si nous n’avons pas le temps de détailler les raisons de cette mise en retrait, il faut retenir que la période allant des années 1930 aux années 1980 est caractérisé par cette distance entre l’historien et l’événement. 

Si l’école des Annales a minoré la place de l’événement dans l’histoire, l’historiographie plus récente semble de nouveau lui accorder de l’intérêt. Cependant, comme le précise Paul Ricœur dans son article : « l’événement qui fait retour aujourd’hui n’est pas exactement celui qui a été repoussé dans les marges de l’histoire par la génération précédente. “
En effet, si la notion d’événement fait un retour dans la production historique, celui-ci à subit des changements autant dans sa définition que dans la façon de l’aborder. L’événement est de nouveau un objet d’analyse pour l’historien, mais celui-ci s’intéresse plus au méta-événement qu’à l’événement lui-même. La réception de l’événement, la place de l’événement dans les mentalités sont une nouvelle sources d’inspirations pour l’historien.


Des interrogations pluridisciplinaires

Cependant, pour comprendre le rôle des commémoration dans la construction d’un événement et de son appréciation par le grand public, il paraît nécessaire de compléter la définition de l’événement déjà donné en s’appuyant sur les interrogations que suscite le terme dans diverses disciplines. En effet, bien que notion cardinale du travail de l’historien, la notion d’événement est aussi importante dans diverses autres disciplines, qui ont eu l’occasion de s’interroger sur la place de l’événémént.

Par exemple, dans la littérature l’événement joue un rôle de déclencheur du récit comme le rappelle Mireille Prestini-Christophe :

La littérature est sans doute l’un des domaines où l’événement est particulièrement présent. Souvent l’intrigue débute par un événement comme dans ce roman de Auster : ” C’est un faux numéro qui a tout déclenché, le téléphone sonnant trois fois au cœur de la nuit et la voix à l’autre bout demandant quelqu’un qui n’était pas. Bien plus tard, lorsqu’il pourrait réfléchir à ce qui lui était arrivé, il en conclurait que rien n’est réel sauf le hasard ” 3

La notion d’événement joue aussi un rôle fondamental dans les sciences de la communication et de l’information. L’événement médiatique occupe une place de plus en plus importante dans notre société de par la multiplication des moyens et des sources d’informations. Les médias jouent alors un rôle de sélection de l’événement. Par leur travail de tri et de mise en avant de tel ou tel fait, les médias font l’événement.À l’inverse, la non-évocation d’un fait d’actualité en minore l’importance et lui retire d’une certaine manière sa portée en tant qu’événement.

Pour conclure, le travail qui reste à accomplir est important. Il est nécessaire pour finir cette analyse de comprendre comment fonctionne la commémoration à la fois en tant qu’objet culturel mais aussi dans sa façon d’historiciser un événement. Enfin, il semble nécessaire de relier les deux notions, événement et commémoré




Citer ce billet
DORVAL Yann (2018, 29 novembre). La construction de l’événement : l’arrivée du Jazz à Brest en 1917. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9op

  1. Cugny Laurent, 2004, Une histoire du jazz en France. Tome 1 : du milieu du XIXe siècle à 1929, Paris, Outre Mesure (coll. « Jazz en France »), 608 p. []
  2. Edward Hallett Carr, Qu’est-ce que l’histoire: conférences prononcées dans le cadre des « George Macaulay Trevelyan lectures » à l’Université de Cambridge, janvier-mars 1961,Paris, La Découverte, 1988. Page 111 []
  3. Mireille Prestini ,« La notion d’événement dans différents champs disciplinaires », Pensée plurielle, 2006, vol. 13,no 3, p. 21‑29. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search