Nietzsche et la Vérité scientifique.


Portrait de Friedrich Nietzsche (Edvard Munch), source : Wikimédia

Dissipées les fausses valeurs, les valeurs réactives du Vrai (et du Faux), du Bien (et du Mal), la fin réelle (et suffisante) de la Métaphysique apparaît : c’est le nihil, le rien qui est, à la fois, la plus grande vérité, puisqu’il est la vérité de cela même qui est le fond de la civilisation dans laquelle nous sommes et le plus grand mensonge, puisqu’il drape sous des allures trompeuses : la Science, la Raison, le Progrès, le grand vide où nous sommes laissés.

François Châtelet, « L’apathie libérale avancée »

Il nous a toujours frappé à l’instar de Jean Granier que :« Jamais époque n’a été plus frénétiquement dogmatique dans l’affirmation que la « vérité » (entendez : la formalisation, le « système », le slogan politique) est l’absolu. Voici venu le règne des doctrinaires ! Tous à l’affût de la dernière spécialité à prétentions scientifiques pour proclamer la mort de la philosophie.1 » et d’ailleurs cette phrase que prononça Stephen Hawkings semble corroborer cette intuition : « …  philosophy is dead. Philosophy has not kept up with modern developments in science, particularly physics.  Scientists have become the bearers of the torch of discovery in our quest for knowledge.2»

Si nous étions peu mesuré, nous pourrions, je pense, énoncer qu’une guerre véritable s’est engagée, et qu’elle a été dans large mesure perdue par la philosophie, au moins celle de tradition continentale. Mais, pourrions-nous objecter, en quoi serait-ce un problème ? Si la science n’était rien d’autre que le savoir logique et probe que nous pensons qu’il est d’habitude, il faudrait enfin pouvoir se débarrasser des dernières illusions, des derniers paradoxes à bon coup de logique et de mathématisation du monde. Rendre le monde compréhensible, enfin ! Rendre tout un chacun compréhensible !

C’est une position qu’il semble aisée de considérer comme séduisante. Mais un soupçon sur l’entreprise scientifique fait dire à Nietzsche : « La discipline de l’esprit scientifique ne commencerait-elle pas seulement au refus de toute conviction ? … C’est probable ; reste à savoir si l’existence d’une conviction n’est pas déjà indispensable pour que cette discipline elle-même puisse commencer, et l’existence d’une conviction si impérieuse, si absolue qu’elle force toutes les autres à se sacrifier à elle ? On voit par là que la science elle-même repose sur une croyance ; il n’est pas de science sans postulat.3 » Qu’est ce qu’entend Nietzsche par cet esprit scientifique ? Nietzsche répond à cette question : « la croyance d’après laquelle la nature est connaissable intégralement et le savoir exerce une action salutaire universelle4 ».

Voici donc ce qui selon Nietzsche se cache sous l’entreprise scientifique. La science n’est pas dénuée de parti pris axiologique. Il nous semble en effet qu’elle ne peut cacher que « D’obscures valorisations donnent par là une teinte d’humanisme à une discipline qui s’affirme pourtant indifférente au bien et au mal. C’est que la science n’a jamais repensé pour son propre compte le rapport de l’homme et de « l’être » tel qu’il avait été défini par la spéculation philosophique.5 » et Granier de poursuivre : « La science ne prend pas au sérieux la neutralité qu’elle proclame théoriquement à l’égard de l’Être, elle camoufle toujours une option rationaliste et utilitaire sur le sens dernier de l’Être. Or, cette option est, axiologiquement, nulle car elle conduit à faire de l’entendement humain la mesure même des choses : la mathématisation généralisée du réel marque la réduction de l’Être à la platitude.6 » Il semble donc évident que au sein de la démarche scientifique se cache un danger et que ce danger vient d’une compréhension néfaste pour la vie de l’être et de la vérité. Cette compréhension néfaste doit être révélée pour être combattue pour éviter de réduire l’existence à la platitude.

 La croyance fondamentale de la science pour Nietzsche « C’est la croyance métaphysique à la dignité absolue de la « vérité », à une dignité qui érige la « vérité » en valeur inconditionnelle, enfin en soi. Or cette volonté du « vrai » à tout prix, recouvre la simple aspiration à un « monde du permanent »conforme au « schéma de l’être », avec tous les prédicats qui, dans la tradition métaphysique, appartiennent à la définition de l’Absolu. La science a certes renoncé à la figuration de l’Absolu sous sa forme théologique, comme Dieu personnel, mais elle a divinisé le « vrai » en reportant sur lui les attributs qui servaient jadis à déterminer l’essence de Dieu. En un mot, la foi en Dieu s’est changée en la foi dans la « vérité » ? L’impulsion inconditionnelle à connaître a seulement relayé l’impulsion morale et religieuse. 7 » Le danger de cette croyance en la dignité de la vérité et dans l’entreprise scientifique est résumée par Nietzsche en ces termes : « Qui sait si ce n’est pas le délire, pour reprendre un mot de Platon, qui a répandu sur l’Hellade les plus grand bienfaits et si, d’autre part et inversement, les Grecs, à l’époque de leur déliquescence et deleur faiblesse, ne sont pas devenus de plus en plus optimistes, superficiels, déclamatoires, férus de logique, désireux de réduire l’univers à la logique, donc aussi plus « sereins » et plus « scientifiques » ? Hé quoi ! En dépit de toutes les « idées modernes » et de tous les préjugés du goût démocratique, ne se pourrait-il pas que le triomphe del’optimisme, la prédominance du rationnel, l’utilitarisme théorique et pratique ne soient… un symptôme de force déclinante,de vieillesse approchante, de lassitude physiologique ? »8

Et à l’heure de l’impérialisme scientifique moderne, comment ne pas s’interroger avec Nietzsche sur les conséquences dernières de la conception scientifique de la vérité ? Comment ne pas vouloir essayer de dégager chez Nietzsche les liens entre cette science et le nihilismecar comme le note Jean Granier, Nietzsche a « dès la Fröhliche Wissenschaft donné à ce thème toute son ampleur en dénonçant dansl’impérialisme scientifique une des manifestations les plus formidables du Nihilisme où s’engloutit la modernité »9 Et il faut ici introduire une distinction importante. Nietzschen’entend pas le concept de science (Wissenschaft) comme limitée aux « sciences dures » mais comme comprenant aussi les sciences dîtes humaines et donc par extension la philosophie qui se revendique comme analytique. Le concept de science semble donc renvoyer de factoà une certaine conception du savoir et de la façon dont on y accède.

Après cet exposé liminaire, il nous incombe maintenant de nous donner la tâche de présenter notre position et approche vis à vis de cet état de fait. Nous avons choisi de nous pencher sur le lien profond au sein du corpus Nietzschéen entre la notion de vérité et la notion de science. Pourquoi aborder la problématique de la science chez Nietzsche à travers la notion de vérité ? Il nous est clair que le lien entre ses deux notions est chez Nietzsche particulièrement évident, et nous en voulons pour preuve le fait que Nietzsche se prononce ainsi à ce propos : « La science n’existerait pas si elle n’avait pour seule déesse que la vérité nue et rien d’autre.10  » Et ce lien ne nous paraît pas seulement évident, mais aussi la meilleure des façons pour discerner ce qui se cache au fond sous toute science, sous ce rapport au savoir et à la connaissance, pour voir enfin ce qui se joue vraiment sous un certain rapport moderne et scientifique à la vérité.

 La position ambiguë de Nietzsche vis à vis de la science a permis a de nombreux commentateurs que cette dernière permettait, si elle était bien utilisée, d’être un moyen d’accéder à la vérité. Par exemple, Jacques Bouveresse note que « On peut remarquer également que, quand il affirme que « toutes les voies droites, honnêtes, scientifiques qui mènent à laconnaissance ne peuvent pas ne pas être refusées comme interdites par l’Église »11 ,il autorise bel et bien à supposer qu’il existe à ses yeux des vérités à chercher, mais également des moyens honnêtes et scientifiques qui nous donnent une chance réelle de réussir à lesconnaître, par opposition à d’autres dont nous ne pouvons toutsimplement rien attendre sur ce point. »12 Il y a donc un certain type de vérité que l’on pourrait atteindre grâce à la science. La science s’en réjouit donc, elle qui, de manière inconsciente valorise cette idée de la vérité, comme de la connaissance, toutes les deux faisant figure de bien inconditionné. Quelle est l’essence de cette vérité particulière, cette vérité scientifique ? Pour les partisans de la science, il semble donc bien clair que ce soit la vérité, une et indivisible, celle qui revêt les autours de la logique et qui, dans une large mesure, se définit comme adequatio rei intellectus, c’est-à-dire, dans le lien entre la chose pensée et la chose réelle. La réalité étant donc dans ce cas, le critère de vérité pour la chose pensée, pour la proposition.

Néanmoins, il me semble que les scientifiques, les philosophes analytiques, surtout ceux de l’école anglo-saxonne et analytique, ne prennent pas au sérieux le fait que, comme d’habitude chez Nietzsche, le terme de vérité est équivoque. Comme le rappel Patrick Wotling,« La vérité est typiquement l’un de ces termes dont Nietzsche nie la pertinence tout en en conservant parfois l’usage, pratique qui confère à ses textes, à première lecture du moins, un aspectsouvent énigmatique. »13 Il est donc bon de rappeler aux tenants de ce courant de penser que l’on ne pourrait réduire le terme de vérité à la fonction logique du lien entre la chose pensée et la réalité dans le corpus Nietzschéen. Mais quelle serait dès lors une autre option possible capable d’expliquer le terme de vérité chez Nietzsche. Nous pourrions pour le deviner examiner la façon dont Jean Granier pose les choses : « Prenant appui sur la critique de l’Idéalisme, l’esprit peut retrouver les trois plans au niveau desquels s’élaborent les trois sens du concept de la Vérité chez Nietzsche :

1° Le plan de la pseudo-vérité métaphysique, qui ressortit à une compréhension morale de l’Être et qui représente l’erreur nuisible à la vie, l’erreur au service du dénigrementnihiliste du monde.

2° Le plan de la vérité pragmatique, que Nietzsche appelle la valeur ou l’erreur-utile.

3° Le plan de la Vérité originaire, qui se définit comme ce Jeu de l’Art et de la Vérité dont le fondement est la Duplicité de l’Être.

La coordination des trois déterminations s’effectue grâce à ce type de négation dont nous avons souligné le rôle d’auxiliaires pour la transcendance. En effet, la « vérité » métaphysique est niée, en tant qu’erreur nuisible à la vie, par confrontation avec l’erreur-utile que véhicule le pragmatisme immédiat de la Volonté de Puissance, elle est donc critiquée d’un point de vue ontologiquement supérieur. Mais, à son tour, l’erreur-utile fait l’objet d’une critique qui la relativise, du moment où la transcendance atteint une compréhension de l’Être qui requiert le renoncement à l’impérialisme vital et impose la règle de la « probité philologique ». Ainsi, ce qui pouvait apparaître, à une lecture hâtive, comme une contradiction intolérable, se découvre dès lors comme l’indice d’une surdétermination spéculative du concept de la Vérité, surdétermination qui cesse d’être équivoque aussitôt qu’on accentue les différents niveaux de problématique auxquels s’arrête la réflexion ascensionnelle de Nietzsche. »14

A l’aune de cette réflexion, il nous paraît essentiel de nous détourner d’une interprétation « logique » de la vérité pour étudier sa relation avec la science pour adopter au moins partiellement une continuité avec les analyses de JeanGranier. Pourquoi donc nous est-il essentiel de rejeter l’interprétation classique de vérité ? Parce que Nietzsche,  pour poser ses questions, doit utiliser ce terme tout en l’utilisant pour montrer et penser ses effets sous-jacents.

Pour conclure ce début d’introduction, nous voulons donner au lecteur le plan de notre future réflexion sur ce sujet.

Tout d’abord, il nous faudra déterminer comment la science produit une vérité scientifique dans le corpus nietzschéen. Examiner avec Nietzsche cette méthode particulière en ce qu’elle a de singulier, nous permettra d’emblée de définir avec lui le champ spécifique de la science et de son rapport au savoir.

Ensuite,  nous voudrions montrer que ce rapport au savoir prend ses racines pour Nietzsche dans une tradition ancienne et compromise celle de la métaphysique, et que par là même la façon particulière de créer du savoir pour la science ne peut se penser que par un rapport spécifique à la vérité, rapport qui est tout autre que celui que semble revendiquer la science.

Enfin, nous démontrerons que la science est intrinsèquement lié à une idée démocratique du monde et que par là même elle n’est au fond qu’une des manifestations du nihilisme moderne qui base sa volonté de s’étendre sur une idée de la vérité qui manifeste un parti pris axiologique sur l’Être.




  1. Note 1 : Granier, « Le problème de la vérité dans la philosophie de Nietzsche », 8. []
  2. Note 2 : Hawking et Mlodinow, The Grand Design []
  3. Note 3 : Nietzsche, Le Gai savoir, 174 []
  4. Note 4 : Nietzsche, La naissance de la tragédie, 88 []
  5. Note 5 : Granier, « Le problème de la vérité dans la philosophie de Nietzsche », 83‑84. []
  6. Note 6 : Granier, 85. []
  7. Note 7 : Granier, 82. []
  8. Note 8 : Nietzsche, La naissance de la tragédie, 131‑32. []
  9. Note 9 : Granier, « Le problème de la vérité dans la philosophie de Nietzsche », 73. []
  10. Note 10 : La Naissance de la tragédie, §15 []
  11. Note 11 :  Antéchrist, §52 []
  12. Note 12 : Bouveresse, Nietzsche contre Foucault, 79. []
  13. Note 13 : Wotling, Dictionnaire Nietzsche, chapitre Vérité []
  14. Note 14 : Granier, « Le problème de la vérité dans la philosophie de Nietzsche », 30. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search