La vierge au Chancelier Rolin : Une peinture de la renaissance Flamande.

La Vierge du Chancelier Rolin ou La Vierge d’Autun est une commande du chancelier NICOLAS ROLIN, il s’agit d’une huile sur bois (62 x 66 centimètres) réalisé par le peintre Flamand Jan Van Eyck vers 1435.
Nicolas ROLIN est né dans une famille bourgeoise d’Autun. Il rentre au service à la cour de Bourgogne en tant qu’avocat. Philippe II de Bourgogne récompense sa fidélité une première fois en 1419 en lui remettant des terres confisquées,il devient ainsi seigneur, et une seconde fois, durant l’année 1422, en le nommant Chancelier.    
Le peintre, JAN VAN EYCK1 est l’investigateur d’un nouvel art flamand, ces compétences l’amènerons à obtenir la protection du Jean III de Bavière entre 1422 et 1425, puis la protection de Phillipe le Bon,duc de Bourgogne jusqu’à sa mort en 1441.               
Cette peinture est conservée au Louvre, depuis 1805, avec la particularité d’avoir perdu son cadre d’origine sur lequel était noté la date de l’œuvre, ce qui à amener à des controverses, mais aussi à la perte de la signature du peintre. Cependant les spécialistes s’accordent pour une date allant de 1434-1435.Vers ces année-là, l’Europe du Nord connait comme courant artistique « La Renaissance ». Les œuvres de VAN EYCK amène à une innovation en Europe du Nord,on trouve donc des styles différents entre la renaissance italienne et la renaissance flamande.       

I. Le détail Flamand              

Ce que nous pouvons voir en premier lieu c’est la symétrie entre ces deux personnages, d’une coté on trouve le Chancelier ROLIN, et face à lui la vierge.

La vierge au Chancelier Rolin, Jan VAN EYCK, 1435

La vierge est présentée de façon solennelle, de par sa position assise, mais aussi par son long manteau rouge. Ce manteau est richement orné, mais il contient aussi une broderie, broderie dans lesquelles on distingue des paroles DES MATINES2. On retrouve comme inscription les mots latins ELEVATA et EXALTATA soit élevée et fortifiée : On a là un reflet de sa place, assise sur un banc en marbre qui est une position plus haute et plus stable que celle du chancelier. Toujours du côté de la vierge nous trouvons deux détails affirmant la place prépondérante de la Vierge Marie :       
L’ange qui tient la couronne au-dessus de la vierge fait une référence à l’image du couronnement de la vierge dans la Jérusalem céleste.         
L’enfant, qui évoque donc le Christ, à sous lui un linge blanc qui évoque le suaire qui le recouvrira. L’enfant avec sa main droite esquisse un geste de bénédiction envers le chancelier     

De l’autre côté nous trouvons un personnage, le chancelier ROLIN qui est facilement reconnaissable grâce à un autre portrait réalisé3 . Ce que nous constatons immédiatement c’est que malgré sa position agenouillée, il est à la même hauteur que la Vierge.  Ce qu’on voit c’est aussi la richesse de la tenue avec l’or présent, mais aussi le velours qui drape le prie dieu. Sur le coussin du prie dieu est posé un livre de prière. Le livre est ouvert sur les pages du début de l’office, comme semble le confirmer l’initiale D, première lettre du texte des matines4.

Ces personnages de premier plan se trouve dans un décor intérieur, c’est un intérieur d’inspiration antique, l’inspiration antique et souvent utiliser par les peintres flamands quand ils peignent des architectures de l’ancien testament. C’est avec l’architecture de la loggia que nous trouvons les lignes de fuites permettant une perspectif,cependant ces lignes de fuite ne se croise pas en un point de fuite comme c’est le cas pour les peintures italienne de la renaissance, mais elle se regroupe autours d’une zone de fuites.         
Dans le jardin, ce sont surtout les deux personnages et la muraille qui attire notre œil. Nous nous attarderons sur la muraille même si les personnages parleur posture démontrent sa hauteur : le personnage en rouge qui se penche pourvoir la hauteur. Mais c’est surtout les créneaux dans la muraille qui nous intéressent, en effet, la muraille crénelée est un élément de la Jérusalem céleste. La profondeur du tableau est aussi appuyée par le paysage, accentuée par l’éclaircissement de la ligne d’horizon VAN EYCK crée ainsi un effet de perspective dite atmosphérique, caractéristique de la peinture flamande

Dans le paysage nous trouvons deux villes différentes. Du côté du chancelier une ville avec des maison et monastères, typiquement une ville traditionnelle et derrière la vierge et l’enfant, une ville ou on voit plusieurs grandes constructions : des églises et de cathédrales.

Une mise en valeur du chancelier Rolin                

Ce tableau fournit une quantité d’information sur des évènements de la vie de Nicolas ROLIN.
On remarque dans un premier temps richesse de la tenue du chancelier ROLIN, en effet cette tenue riche et sa tenue d’adoubement effectué par le duc de Bourgogne en 1424, cela veut dire que lorsque ROLIN passe la commande de ce tableau, il vient tout juste de rentrer dans la noblesse et se montre dans ce tableau avec leur tenue si richement vêtu. ROLIN à travers sa tenue marquerait donc son entrée dans le monde de la noblesse.    
Un autre détail de la vie du duc est évoquer dans les broderies de la vierge,avec les paroles des matines, ces matines sont aussi présentées dans le livre de prière du chancelier. Si les matines semblent aussi importantes aux yeux du chancelier, c’est que ROLIN réussi en 1435 à obtenir du pape la célébration dela messe tôt le matin, afin de pouvoir effectuer les activités liées à son poste le reste de la journée. C’est une reconnaissance de son importance, de son poste de la part du Pape.        
Un autre élément qui pourrait reflétait un épisode de la vie de Nicolas ROLIN se trouve sur le pont qui unit les deux villes : il s’agit de la croix. (Cette croix pourrait aussi constituer une référence au traité d’Arras du 21 septembre 1435, préparé par Nicolas ROLIN et ratifié par le duc de Bourgogne Philippe le Bon pour célébrer le rapprochement du duc avec le roi de France Charles VII. A cette occasion, une croix fut érigée sur le pont de Montereau où avait eu lieu l’assassinat de Jean sans Peur, père de Philippe le Bon, en 1419. Cet élément,serait alors une représentation de l’efficacité et de la loyauté du Chancelier envers le DUC Philippe le bon.              

L’importance de la date de Commande

Comme nous l’avons dit dans notre introduction, la vierge au chancelier ROLIN est une commande du Chancelier Nicolas ROLIN. Il n’est pas difficile de savoir pourquoi Nicolas ROLIN a choisi JAN VAN EYCK, en effet ceux-ci était au service du même homme : le duc de bourgogne PHILIPPE LE BON. JAN VAN EYCK avait déjà une solide réputation puisqu’il avait peint sur le retable de l’agneaux mystique de 1430 à 1432.        
La date de commande du tableau ne nous est pas connu, mais elle est en lien avec sa localisation d’origine. Nous n’avons que peu parler de la destination de l’œuvre, c’est-à-dire l’endroit où Nicolas ROLIN voulait exposer ce tableau.Cet élément est connu, en effet le tableau était un cadeau pour la chapelle SAINT SEBASTIEN de l’église NOTRE-DAME-DU-CHATEL à Autun. C’est dans cette église que son enterrés les ancêtres du chancelier ROLIN, et dans cette église qu’il fut baptisé. Ce n’est pas la première fois que le Chancelier donne à l’église, puisqu’il édifie une nouvelle chapelle en 1428 consacrée à Saint Sébastien, Saint Fabien, Saint Antoine et à la vierge, c’est dans cette chapelle que serait posé le tableau. Ce serait donc suite à cette construction que le Chancelier ROLIN commanda le tableau.            
Ce tableau s’incruste dans son environnement, en effet le peintre JAN VAN EYCK, a pris en considération la place qu’occuperais le tableau de la chapelle. Cela se manifeste par la lumière présente de 4 manière différente sur ce tableau :

  • Les arches
  • Les 2 fenêtres
  • Les 2 vitraux
  • Une source hors-cadre éclairant les deux personnages

Cette dernière source de lumière provient de la droite du tableau, or c’était à la droite du tableau que se trouvait une fenêtre sur le lieu d’exposition du tableau.

La signature d’un peintre

 Ce tableau ayant perdu la signature du peintre en même temps que son cadre, mais le style de JAN VAN EYCK ne fait aucun doute sur l’auteur de la peinture.              
En effet JAN VAN EYCK est un peintre flamand qui plus que d’autre aime les détails, et les matières luxueuse. La précision de ces détailles lui sont permis par l’utilisation de la peinture à l’huile, peinture à huile qu’il a contribuer à améliorer. En effet l’huile évolue pour liés les couleurs, et ces couleurs garde leur transparence et leur fluidité grâce à des couches superposées. L’Italie au début de sa renaissance utilise des couleurs de détrempe avant d’adopter aussi la peinture à huile en 1460.     
De plus, on retrouve dans plusieurs œuvres de JAN VAN EYCK des incrustations,voir se peint lui-même comme dans le PORTRAIT DES ÉPOUX ARNOLFINI ou il se peint dans le miroir. Cette incrustation se trouve aussi, pour certain, dans LA VIERGE AU CHANCELIER ROLIN, en effet l’un de deux hommes de dos, serait le peintre JAN VAN EYCK lui-même, l’homme avec un Turban Rouge, comme dans son autoportrait. 

Les époux Arnollfini, Jan VAN EYCK, 1434, Londres, National Gallery

Même si JAN VAN EYCK a son style, celui-ci à évoluer durant sa carrière, et des éléments nouveau s’ajoute au fur et à mesure de ces peintures. Dans tous les cas on retrouve des mondes très bourgeois, beaucoup de détaille de la vie quotidienne. Généralement c’est le monde bourgeois qui est représenter, car ce sont principalement des bourgeois et fonctionnaire qui commande des tableaux en Flandre. Cependant, pour cette peinture JAN VAN EYCK n’a pu inclure que peu d’élément de la bourgeoisie, de par le nouveau statut du CHANCELIER ROLIN.

La transformation religieuse en Flandre

Nous trouvons une grande place à la religion dans le tableau, cependant nous avons vu quelques détaille surprenant dans ce tableau, comme par exemple la hauteur identique de deux personnages, mais aussi leur non regard… Tous ces éléments sont liés au comportement religieux du XVème siècle en Flandre. En effet durant le XIVème-XVème siècle un mouvement nommé la « devotio moderna » se met en place.Ce mouvement religieux, consiste en une pratique religieuse plus personnelle et se consacrent à la prière, à la lecture et l’étude de l’Écriture. Cependant,cela n’empêche pas leurs pratiquants de se rendre à la messe publique.               
Cette spiritualité est centrée sur les figures du Christ et de la Vierge, sur la méditation intérieure, sur l’amour unissant l’homme au Christ qu’il doit chercher à imiter. 
Le peintre JAN VAN EYCK peint donc dans ce tableau, cette spiritualité, ou le chancelier prie seul, dans son intimité, et par ses prières en arrive à la contemplation de la Vierge et du Christ.    
D’autre peinture montre cette « devotio moderna », comme un autre peintre précurseur du XVème siècle la dévotion moderne. L’Annonciation du retable de Mérode du Maître de Flémalle, vers 1425, se passe dans un intérieur bourgeois contemporain, pour exprimer que la réception du message évangélique se fait au cœur de la vie quotidienne.

Le triptyque de Mérode, Robert Campin, 1427-1432, New York, Metropolitain Museum of art

Cette vision intimiste de la religion, se perçois aussi dans les dimensions de la peinture flamande, en effet les peintures flamandes sont petites, Celle de JAN VAN EYCK en sont un bon exemple, puisque la Vierge au Chancelier ROLIN une grande œuvre si on la compare à l’ensemble de ces tableaux.  

  1. Né vers 1390 et Mort en 1441 []
  2. première office de la journée []
  3. VAN DER WEYDEN sur Le Retable du Jugement Dernier de l’Hôtel-Dieu de Beaune []
  4. « Domine, labia mea aperies :Seigneur, ouvre mes lèvres » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search