Jean Degottex : un artiste discret


Finis Terrae, août 1956, Huile sur toile, Brest musée des beaux-arts

Après les destructions de la Seconde guerre mondiale, de nouvelles influences parviennent en occident. Ainsi, dans un souci de paix, d’ouverture et de réconciliation l’Occident se tourne vers la philosophie Zen. Grâce aux efforts de Suzuki, un grand écrivain de la philosophie zen, ce courant de penser rayonne sur tout l’Occident. Plusieurs intellectuels occidentaux comme Carl Jung, Erich Fromm et Martin Heidegger s’émerveillent de l’idéologie de la philosophie zen. Ce mouvement influence aussi les artistes dans le monde, tels que Pierre Soulage, Georges Mathieu et Hans Hartung. À côté de ces figures très médiatiques, un artiste plus discret, plus solitaire et très inspiré par la calligraphie orientale va travailler selon les principes Zen pendant toute une partie de sa vie. 

Né en 1918 à Sathoney-Camp, Jean Degottex se consacre à la peinture après avoir passé des séjours en Afrique du Nord. En raison de l’admiration pour Matisse[1], ses peintures portent les traces du fauvisme à ses débuts. Lors de son installation à Paris, il abandonne la peinture figurative, et commence à créer des œuvres abstraites. En 1951, il remporte le prix Kandinsky. Trois ans après, sur invitation d’André Breton et Charles Estienne, il passe l’été dans le Nord Finistère, comme Gauguin. Degottex est inspiré lui aussi par ses séjours en Bretagne grâce aux spectacles merveilleux qu’offre le paysage. Cependant, ce qui retient l’artiste ce n’est pas l’apparence de ces paysages, mais l’émotion qu’il ressent devant la nature. Chaque jour, il se promène à la plage et dessine directement les images sur la terre. Parallèlement, en immersion dans la nature, le peintre réalise des séries de dessins à l’encre.

La même année, avec la recommandation d’André Breton, Degottex se fascine pour la calligraphique asiatique et la philosophie zen. Il lit une grande quantité de livres qui sont écrits par D.T Suzuki. Sous l’influence de la culture asiatique, le style de l’artiste atteint un niveau plus élevé. Il réduit les couleurs sur ses œuvres et travaille sur le geste et l’espace entre le fond ainsi que le sujet. Plus tard, il essaye de créer non seulement par le pinceau, mais aussi avec des matériaux comme le bois, le papier et la pierre. Dans cette période, il y a moins de traces de calligraphie dans ses peintures, mais l’impression de la philosophie zen existe toujours dans ses tableaux.

Si d’autres artistes utilisent le geste et le signe dans leur création, Degottex par son caractère est peut-être le moins connu d’entre eux. En effet, le bouddhisme Zen, l’oriente vers un mode de vie monacal qui le conduit à un certain isolement social. Cependant, en 1978, le musée des Beaux-Arts de Grenoble lui organise une grande exposition. La conservatrice, Marie-Claude Beaud, mentionne dans une lettre à Degottex : 

« Silence oui, celui de votre modestie, de votre anti-vedettariat qui conduit un homme qui exerce le métier de peintre depuis 30 ans à être un inconnu ici à Grenoble et presque en France[2] ! ».

Bien que l’artiste ait une personnalité unique, nous ne pouvons pas rejeter l’idée qu’il est un artiste majeur d’avant-garde des années 50.

Après le décès de Degottex, plusieurs musées et galeries organisent de grandes expositions, et publient des albums à propos de lui. Ce mémoire se base sur les idées de plusieurs livres. L’un des ouvrages s’intitule Jean Degottex, publié par le Musée des Beaux-Arts de Quimper sous l’exposition individuelle de l’artiste en 2008. Ce livre recueille des articles, des critiques, des images d’œuvres et un catalogue. Dans La Bretagne de Degottex, l’auteur Renée Mabin explique pour quelle raison le peintre passe des séjours à Portsall, l’influence du paysage et la philosophie dans ses créations.[3] Les séjours en Bretagne sont considérés comme l’opportunité qui pousse Degottex à faire évoluer ses œuvres. Dans le cahier de l’artiste en 1954, l’artiste écrit :

« On a la sensation de saisir dans une fraction de seconde, très vite, une parcelle d’éternité ; éclair de lucidité, de connaissance[4]. ».

Postérieurement à son travail sur les signes et la calligraphie, il commence à s’intéresser à la matière. La nature est de nouveau pour lui une source d’inspiration avec l’utilisation des matériaux tels que le bois, la pierre etc. Après avoir connu la philosophie zen, il abandonne finalement la couleur et le lyrisme abstrait pour la peinture des signes en 1955.

Par ailleurs, un autre ouvrage, Regards d’artistes en Bretagne, et dans un chapitre dédié à l’artiste, Denise Delouse écrit :

« D’abord, Degottex avoue que son attirance pour la calligraphie est liée au mouvement et à l’énergie qu’elle dégage, qu’elle soit chinoise, japonais, ou arabe. Ensuite, il dit préférer écrire le nom des choses qu’il aime plutôt que de les représenter ; cette attirance est liée à la gestualité qui entraîne le mouvement de tout le corps. Enfin, la peinture gestuelle est une respiration pour Degottex[5]. ».

Le mouvement flottant de la calligraphie séduit profondément l’artiste. Ainsi, le travail sur la philosophie zen l’inspire beaucoup. Les deux éléments manifestent l’idée la plus importante dans les peintures de Degottex : le vide.

L’idée de vide se trouve dans l’instant, elle ne peut pas être transmit oralement, mais on pourrait la connaître par l’action. Sous le point de vue artistique, le vide a un sens. En revanche, il s’agit de reconnaître la conscience dans le cœur, c’est-à-dire l’instinct. Celui permet l’artiste de créer librement. Cependant, Degottex ne poursuit pas aveuglément la technique orientale dans sa peinture, par contre, il assimile la connaissance asiatique et l’utilise dans sa création à sa propre façon. On pourrait dire que ses œuvres sont le pont entre l’Orient et l’Occident.

Les tableaux peuvent refléter le caractère de ses auteurs. Les toiles de Degottex montrent en même temps son caractère solitaire. L’artiste crée silencieusement dans sa propre démarche, il ne poursuit pas la célébrité. La philosophie zen pense que la vie commune est le zen. D’une certain manière, l’artiste témoigne cette idée de zen dans sa vie. Peut-être l’on ne pourrait pas être fasciné par sa vie, cependant, ses œuvres captivantes nous inspirent toujours. 



[1]Un entretien avec Jean Degottex : Le silence et la rigeuer, Le Monde, 31 décembre 1987.

[2]Marie-Claude BEAU, « lettre du 21 mars 1978 », dans Musée de Grenoble et Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne, Degottex, 1978, p.4-5.

[3]Renée MABIN, « La Bretagne de Degottex », dans A. Cariou (dir.), Jean Degottex, Fage éditions, 2008, p.56.

[4]Renée MABIN, « La Bretagne de Degottex », dans A. Cariou (dir.), Jean Degottex, Fage éditions, 2008, p.52-61.

[5]D. Delouse (dir.), Rivage : Regards d’artistes en Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 1994.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.