L’art végétal et minéral contemporain.



« La pensée mythique et la pensée symbolique, en luttant pour donner une dimension spirituelle à la relation de l’homme à son environnement, ont fait de l’espace une zone de contemplation ou de pensée1 » selon l’historien en art Aby Warburg (1866-1929) dans son discours prononcé en 1923, publié et intitulé Le rituel du serpent en1938.

Lorsqu’il écrit cela, Aby Warburg voit la société de son époque muter en une société nouvelle. Détruisant la nature, cette société annihile alors l’espace de contemplation qui permettait la création d’une pensée mythique et symbolique. Les campagnes s’effacent pour laisser plus de place aux villes. Il constate que l’émergence des grands centres industriels et la révolution des moyens de transport et de communication ont modifié le paysage et donc le rapport au monde. Aby Warburg a une vision romantique de l’homme et de la nature. Cette perception du monde s’inscrit dans le romantisme européen des XVIIIe et XIXe siècles dont l’Allemagne fût très marquée. Les philosophes, écrivains et artistes de cette époque puisent leur inspiration dans la nature qui les entoure, le passé mythologique et historique qui habitent les forêts, les montagnes et les vallées allemandes. Débutant en Grande-Bretagne au milieu du XVIIIe siècle, ce mouvement a eu énormément de succès en Allemagne puis en France. Il embrasse diverses disciplines comme la littérature avec les incroyables descriptions de paysages de Horace Walpole (1717-1797) et Ann Radcliff (1764-1823) mêlant le mystère à la beauté de la nature. Le sublime est un concept philosophique du Ier siècle après J-C développé par un grec surnommé le Pseudo-Longin. C’est un sujet qui fût repris et enrichi par Edmund Burke (1729-1797) dans La recherche philosophique sur l’origine de nos idées sur le sublime et le Beau en 1757. De même, Emmanuel Kant reprendra cette notion en 1789 dans Critique de la faculté de juger. Le sublime inspire également alors les philosophes tels que Novalis (1772-1801) et Schelling (1775-1854) développant ainsi une philosophie de la nature. La musique a également son importance avec Franz Schubert (1797-1828) et Ludvig van Beethoven (1770-1828). En art, le romantisme britannique se traduit par les splendides peintures de Joseph Turner (1775-1851) et de John Constable (1776-1837), ainsi que par les écrits de John Ruskin expliquant que le grand art se caractérise par l’imagination. Cette valeur pour l’imagination tient du fait que l’artiste transpose son esprit sur la toile. Il parle d’une imagination poétique de l’art. De même, en Allemagne les écrits de Goethe (1749-1832) sur l’exaltation de la nature et la sensibilité ouvrent la voie au romantisme avec son mouvement Sturm und Drang (Tempête et passion). Ainsi les peintres allemands comme Carl Gustav Carus (1789-1869) et Caspar David Friedrich (1774-1840) mettent en scène une nature majestueuse et mystérieuse. C’est cette fascination pour la nature qui inspire à nouveau les artistes contemporains d’art végétal et minéral. L’art végétal et minéral de Nils-Udo, Cornelia Konrads ou encore Andy Goldsworthy a conservé cette vision du sublime. Ils partagent ainsi le même regard qu’ Aby Warburg pour l’environnement. Les sentiments, le mystère et le secret sont mis en avant. La nostalgie de la guérison du monde, de l’union des contraires en un tout harmonieux, la beauté et le mystère de la nature inspirent ces artistes empreints de sensibilité.

Cet art végétal et minéral découle lui-même d’un autre mouvement, le Land art. Né en 1968 aux États-Unis avec des artistes comme Richard Long et Robert Smithson, il cherche à aiguiser notre conscience face à l’environnement naturel en intervenant physiquement sur le paysage. Il n’est plus question de peinture ou de toile. Il s’agit de transformer un lieu naturel en œuvre d’art à partir de matériaux inédits. Dénonçant la consommation de l’art, l’œuvre In situ – lieu précis où l’œuvre se trouve – ne peut alors être ni transportée, ni exposée, ni vendue. En effet, Gerry Schum, cameraman allemand, dans son allocution télévisée dans le film Land Art2, souhaite confronter le public aux nouvelles tendances artistiques du XXe siècle. Il dénonce également la contrainte que représentent les galeries et musées qui ne s’intéressent qu’à leurs intérêts économiques.3 L’œuvre appartient alors au lieu où elle a été créée. Le problème que pose l’in situ se révèle alors. Gerry Schum trouve en la télévision un moyen de diffusion optimiste. Ce média reste cependant moins utilisé que la photographie. Conservant la trace de ces œuvres, la photographie devient alors le seul moyen pour ces artistes de véhiculer leurs créations. Dressés dans des albums, ces clichés photographiques peuvent alors être exposés dans les galeries. Elles ne sont, en effet, pas seulement la représentation d’une œuvre d’art, elles sont elles-mêmes des œuvres d’art.

Les termes et définitions de ce courant artistique varient énormément selon les galeristes, les critiques d’art et les historiens en art. On aura ainsi des termes de Land art, Earthworks, Earth art, Outdoorsart, Projects on site. Leur emploi n’est d’ailleurs pas toujours très clair dans la critique française qui reprend des termes anglo-saxons qu’elle ne maîtrise pas. L’historienne en art contemporain Colette Garraud démontre ce phénomène dans son ouvrage intitulé L’idée de nature dans l’art contemporain4.

L’historien en art Gilles A. Tiberghien démontre, quant à lui, l’existence d’un courant artistique un peu à part du Land art, l’Art végétal. Dans son ouvrage Land Art5, il différencie les types d’œuvres de ce courant. , Au chapitre 8 intitulé « Hors champs », il intègre l’art végétal d’Andy Goldsworthy, Nils-Udo ou encore de Bob Verschueren. Par ce titre, il écarte leur art du Land Art de Robert Smithson ou de Christo et Jeanne Claude. Selon lui, les artistes land art ont une vision matérialiste de la nature avec des interventions pouvant être jugées trop “musclées” comme l’œuvre Chemin faisant de Robert Smithson. Ce dernier n’a en effet pas hésité à utiliser un bulldozer pour se frayer un chemin pour réaliser son oeuvre. Or, à l’origine, Thoreau et Novalis défendaient une vision romantique, voire religieuse de la nature. Les artistes s’inscrivant dans ce chapitre entretiennent une « relation très intime à la nature, considérée sous ses aspects les plus éphémères, suivant un processus de pensée parfois proche de l’Orient et souvent dans le prolongement d’un certain romantisme »6. Réalisées à partir de matériaux naturels appartenant au lieu de l’œuvre, l’artiste crée une sculpture végétale ayant une mémoire. Empruntant l’expression de « réalisme magique » à Novalis pour décrire leurs œuvres, Gilles A. Tiberghien leur donne alors un caractère romantique et hors du temps. Il emprunte enfin à son homologue Michel Draguet l’expression d’ « art végétal » pour qualifier cet art. Cependant ce terme reste selon moi incomplet. En effet, la place des minéraux dans cet art est tout aussi essentielle que celle des végétaux. Ce sont les éléments qui composent le paysage naturel qui doivent être pris en compte. La pierre a autant sa place que la feuille dans cet art. Cette pierre provient d’une roche, d’une montagne, d’une falaise, elle devient gravier, sable puis poussière. La terre quant à elle possède la mémoire de nos pas, des plantes, de la vie sur Terre. Les minéraux et les végétaux se confrontent dans les oeuvres comme dans la nature. Par exemple Andy Goldsworthy compose des oeuvres d’art à partir de glace et de roche. Mais cela va bien au-delà de la confrontation. L’oeuvre éphémère appartenant à l’espace où elle est créée ne peut être seulement végétale puisqu’il est lui-même constitué de minéraux. Et sans cet espace l’œuvre n’existe pas. L’un et l’autre ne peuvent être séparé. Le terme « art végétal » ne peut alors convenir, il est incomplet. C’est pourquoi je choisis de le modifier pour le remplacer par l’art végétal et minéral. Ce changement semble minime alors qu’au contraire il est énorme. Inclure le mot « minéral » permet de donner un sens plus précis à cet art.

Afin de conserver une image de ces œuvres éphémères, les artistes d’art végétal photographient leurs sculptures, constituent des albums, et exposent dans les galeries. Elles sont le souvenir d’une image, d’une sculpture immortalisée en un instant. C’est une nature morte, image du sublime de la nature, de l’évolution, de la vie, de la mort. L’œuvre disparaît avec le temps, elle meurt et vit à la fois.

Tout comme ces deux derniers artistes, Cornelia Konrads travaille elle auss

1WARBURG ABY, Le rituel du serpent. Paris, Macula, mars 2003.

2Fernsehgalerie, 15 avril 1969, 22h40.

3LAILACH MICHAEL, Land Art. Cologne, Taschen, 2007., p.8.

4GARRAUD COLETTE, L’idée de nature dans l’art contemporain. Lausanne, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Département d’architecture, Commission d’information, 1997.

5TIBERGHIEN GILLES A., Land Art. Paris, Nouvelle édition augmentée : D. Carré, 2012.

6TIBERGHIEN GILLES A., Land Art, «  Chapitre 8 – Hors champs ». Paris, Nouvelle édition augmentée : D. Carré, 2012. p .261.






Citer ce billet
Gaëlle Dupuy (2018, 29 novembre). L’art végétal et minéral contemporain. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9ov

Gaëlle Dupuy

Etudiante en Master 2 Recherche Histoire de l'art contemporain à l'UBO.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search