Histoire et archéologie au XXIème siècle, au croisement des sources

Le cas du trésor de Boscoreale

Le document qu’il m’est donné d’étudier est composé de quatre photos représentant un bol de métal (un skyphos) finement travaillé, baptisé Le triomphe de Tibère, issu d’un trésor fameux dit de Boscoreale. L’objet est actuellement conservé à Paris, au musée du Louvre1.

Skyphos – Triomphe de Tibère
dimensions
: H. 9,2 cm ; L. 19,2 cm ;
D. 12,5 cm
matériau : argent
technique : orfèvrerie
provenance : Boscoreale, Italie
datation : première moitié du Ier siècle
conservation : Musée du Louvre, Paris
crédit photo : © Grand Palais, RMN Paris

 

Ce trésor, composé d’un service en argent de cent neuf éléments datés de l’époque Augustéenne2 et du 1er siècle après J.-C. ainsi que de mille quatre cent trente sept pièces de monnaie d’or et d’argent, aurait été découvert au fond d’une citerne de décantation à vin (ci-dessous l’exemple d’un cellier similaire voisin de la Villa Pisanella), Les citernes, sorte d’amphores larges en céramique qui étaient enfoncées dans le sol, furent ensevelies par les retombées de cendre volcanique en 79 après J.-C..

Chai, jarres à vin, villa Regina de Boscoreale © Parco Archeologico di pompei

En fonction des connaissances et des évolutions matérielles qui permettent aujourd’hui la datation d’objets retrouvés au XIXème siècle lors de fouilles archéologiques en Italie, il semble parfois fastidieux d’établir une chronologie et reconnaître le portrait d’un homme d’époque sans posséder un minimum de références se rattachant à l’histoire. Il m’a semblé par conséquent utile d’établir une problématique à partir des deux questions suivantes:

Quels sont les critères qui permettent de déduire qu’il s’agit effectivement du Triomphe de Tibère représenté sur ce Skyphos et que reflète la présence d’une telle vaisselle au sein d’une villa romaine?

Définitions

Skyphos : En Grèce antique un skyphos est un type de vase à boire, haut de 5 à 15 cm, généralement sans pieds et avec deux anses latérales pour le tenir. Il est très courant dans le répertoire grec et romain.
Le triomphe : Du latin Triumphus, une cérémonie romaine au cours de laquelle un général vainqueur défilait dans Rome à la tête de ses troupes. Le triomphe récompensait la victoire de ce général sur l’ennemi.
Tibère : Tibère (42 av. J.-C. -37 après J.-C.) fut empereur de 14 à 37 après J.-C.. Il conduisit avec succès de nombreuses campagnes militaires au Nord de l’Empire, en Illyrie et en Germanie et à la suite d’un exil volontaire dans l’île de Rhodes, il retourna à Rome en 4 ap. J.-C. où il fut adopté par Auguste, devenant ainsi le dernier des potentiels successeurs de l’empereur. Une fois tous les héritiers d’Auguste disparus, Tibère lui succèda après la séance du Sénat du 17 septembre 14. Comme plus tôt pour Cesar par Auguste, son premier acte fut de ratifier la divinisation de son père adoptif, qui devint Divus Augustus. Empereur à vie, il se retira toutefois en 26 après J.-C. sur l’île de Capri, et fut haï à Rome jusqu’à sa mort en 37.
Durement critiqué par Suétone dans son ouvrage La vie des douze Cesars qui l’accusait de débauche et de comportements tyraniques et pervers, sa personnalité aurait été réévaluée par les historiens modernes comme étant celle d’un politicien habile et prudent.
Boscoréale est une commune (27 000 hab. en 2016) en Campanie, située sur les pentes du Vésuve, à 2km au Nord de Pompéi. Le village fut enseveli au moment de l’éruption du Vésuve du 24 août 79 ap. J.-C.

Les circonstances de la découverte du trésor

De 1895 à 1899, à Boscoréale, des fouilles archéologiques intitulées Les Fouilles de Nemus Regalis (ancien nom de la cité romaine de Boscoreale) permirent de mettre au jour quelques villas aux riches décors dans un ensemble d’une trentaine de bâtis datant de la même époque que ceux découverts à Pompéi. Pour la plupart, des fermes consacrées à la vigne, à l’Olivier et à la culture des céréales, mais le village comprenait également des zones résidentielles qui permirent d’attester l’existence d’une aristocratie particulière à cet endroit. Depuis 79, les parcelles avaient été réaménagées et cultivées, rebâties pour certaines au dessus de l’ancien. En 1895, un trésor d’argenterie fut exhumé, dans un domaine baptisé Pisanella Settetermini qui appartenait alors à M. Vincenzo de Prisco, député au Parlement italien.

À l’instar de M. Antoine Héron de Villefosse3 3 ayant participé aux fouilles et que je cite, il m’a semblé nécessaire d’exposer un résumé des circonstances qui ont précédé la découverte du trésor et encadré son acquisition par le musée du Louvre:

« …Novembre 1876, un propriétaire du pays, M. Modestino Pulzella, en établissant les fondations d’un mur de clôture sur le chemin public, avait rencontré des constructions… Des fouilles régulières furent aussitôt commencées sous la surveillance de l’architecte Michèle de Ruggiero, directeur des travaux de Pompéi; elles amenèrent la découverte d’une chambre pavée en mosaïque, d’une cuisine et d’une écurie ».

Illustration – Villa della pisanella, foto storica © Centre archéologique de Naples

 Seulement…des conflits de voisinage interrompirent les fouilles qui ne reprirent qu’en 1894, laissant alors apparaître une demeure richement ornée, la Villa della Pisanella. Cette Villa d’environ 1000 m2, était constituée d’une pars urbana (praetorium) réservée à la résidence du maître, et d’une pars Rustica destinée à l’exploitation agricole qui contenait quelques Torcularia (lat.: presses pour le vin), un Trapetum (lat. presse à huile) et une importante cave à vin dont les récipients à grande capacité permirent de déduire que son propriétaire44 y gérait environ 24 acres 5 5. Lors de l’exhumation de la villa, un trésor exceptionnel d’or et d’argenterie y fut découvert.

Illustration : © Panorama de l’Art – Union des Musées Nationaux – Musée du Louvre

Le Skyphos représentant le Triomphe de Tibère est considéré comme l’une des pièces majeures du trésor illustrant l’idéologie impériale du début Ier siècle de notre ère à Rome, l’époque romaine la plus marquée par l’orfèvrerie et la vaisselle précieuse. Cette vaisselle se différencie ici d’une vaisselle plus commune par ses décors, par le métal utilisé, l’argent, et par ses formes.

Dans ce rapport, il m’a semblé intéressant de savoir comment les chercheurs ont-ils bien pu déduire qu’il s’agissait effectivement du Triomphe de Tibère représenté sur ce Skyphos, et ce qui permit de le baptiser ainsi. J’ai aussi tenté de comprendre l’utilité symbolique de ce récipient indépendamment de son utilité pratique dans la société romaine augustéenne.

Du fait que le trésor de Boscoreale est resté enseveli sous les cendres du Vésuve depuis le 24 août 79, il est antérieur à cette date. Les scènes représentées sur ce skyphos en argent, permettent une datation à une période de fabrication contemporaine ou postérieure à la vie de Tibère et des évènements historiques représentés. Cette période, définie par la représentation d’Auguste sur l’autre Skyphos, se dénomine comme période Augustéenne. Cependant la datation exacte de la fabrication du skyphos pourrait s’étendre plus probablement des premiers honneurs reçus par Tibère à ses premières années à la tête de l’empire. En effet, peu après son avènement à la mort d’Auguste, Suétone (env. 70 -122 après J.-C.) dans La vie des douzes César mentionne des troubles au commencement du règne de Tibère puis des mesures peu propices à le faire apprécier des romains, il est accusé de fausse modestie puis de plus en plus dénigré, il finit accusé d’ivrognerie et de débauche (toujours par Suétone).

Attestant de la présence d’une aristocratie hors des villes, l’argenterie d’une famille romaine de Campanie permet de comprendre qu’une vaisselle précieuse destinée au regard et au commentaire du visiteur pouvait constituer un signe extérieur de richesse indispensable, à fortiori le skyphos de Tibère, qui à lui seul, exposé chez un producteur de vin notable, démontrait déjà sa fidélité à l’Empire et un culte de l’empereur. Ainsi, la richesse exposée par cette vaisselle d’argent et sa rareté soulignent le caractère exceptionnel de ce Skyphos et portent donc à réflexion sur son rôle dans la propagande qu’il pouvait faire circuler auprès de ses riches visiteurs.


Une autre question se pose toutefois. Ce Skyphos ne comportant aucune épigraphie a été baptisé Triomphe de Tibère par Héron de Villefosse dès son rapport de fouilles au XIXe siècle. Il semble peu aisé de reconnaître exactement les traits de Tibère sur le Skyphos y compris en connaissance de différents bustes le représentant à l’époque, cependant le Dictionnaire des Antiquités6 6 Grecques et Romaines publiait déjà en 1919 que la fabrication de cette argenterie était estimée à 7 ou 8 B.C (Before Christ) donc à une date bien antérieure à l’avènement de Tibere à l’empire, c’est-à-dire sous Auguste et à peu près au moment des honneurs et Triomphes accordés à Tibère.

Il est possible de lire cet article dans sa version intégrale, à télécharger sur le site :
http://www.mathilde-lafabrie-m.infini.fr/spip.php?article501


NOTES

  1. Exposée au Louvre depuis 1991, la coupe baptisée « Le triomphe de Tibère » fait partie d’une donation effectuée en 1986 par les héritiers du Baron Edmond James de Rothschild (1845-1934) rejoignant ainsi une première donation effectuée par lui-même en 1895. P. Héron de Villefosse en 1899 publia alors une description du trésor dans un compte-rendu de recherche au sein de l’ouvrage Monuments d’Eugène Piot. Les deux skyphos auraient été endommagés au cours du XXe siècle, puis restaurés avant d’être conservés au Louvre au département des antiquités grecques et romaines. []
  2. Période Augustéenne : fin du 1er siècle av. J.-C. – première partie du 1er siècle []
  3. Antoine Héron de Villefosse (1845-1919) archéologue français puis conservateur au Musée du Louvre, chargé de la sculpture grecque et romaine, auteur dun comte rendu de fouilles et de la description des pièces rapportée dans Le Trésor de Boscoreale. In: Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot,et plusieurs publications entre 1895 et 1903 []
  4. Selon le site Arkadias http://www.arkadias.fr/boscoreale.html , concernant les fouilles de Nemus Regalis, le propriétaire en aurait été Lucius Caecilius jucundus, un fameux usurier de Pompéi, cependant Antoine Héron de Villefosse affirme en 1895 que les fouilles de la villa n’avaient pas encore fourni d’indication à ce sujet et qu’un sceau au nom de Tiberii Claudii Amphionis, trouvé sur place, et de nombreux objets portant ce nom attestait probablement du nom du maître de maison comme du maître du trésor. []
  5. L’acre est une ancienne unité de mesure de superficie. Étymologiquement, le terme signifie « champ », cf. Acker en allemand. La superficie de l’acre égale bien souvent deux journées de travail d’un attelage de bœufs. En latin acre = heredium, un champ carré d’une longueur et d’une largeur de deux fois douze perches de dix pieds romains soit 5 058,054 m2 []
  6. Source/Photographer R. Cagnat, art. triumphus, in C. Daremberg – E. Saglio (edd.), Le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines, V, Paris, 1919, p. 490 []

Mathilde Lafabrie

Étudiant Master-Recherche CCS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.