Les Funérailles royales de Henri IV (1610)

La date du 14 mai 1610 est pour beaucoup éternellement associée à l’assassinat du roi de France Henri IV (1589-1610) par un fanatique catholique nommé François Ravaillac. En effet, c’est en se dirigeant vers l’Arsenal afin de rendre visite au duc de Sully (1560-1641) que le roi est assassiné dans la rue de la Ferronnerie. Toutefois, ce ne sont pas les circonstances de la mort du roi, ni plus que les différentes réactions vis à vis de cet événement brutal1 qui vont nous intéresser au travers de ce billet, mais plutôt les différents rituels des funérailles royales.

Longtemps, les historiens se sont désintéressés de l’étude du cérémonial. Effectivement, il faut attendre les années 1970-1980 pour voir émerger des publications relatives au sujet2. On peut évoquer à ce titre les travaux de l’américain Ralph Giesey3, ou encore plus récemment de l’historien spécialiste de l’Ancien Régime Joël Cornette4. Au final, ce sujet qui semblait assez peu connu tend à faire l’objet de plus de considérations notamment à travers la publication d’ouvrages et l’organisation d’expositions5.

D’autre part, les funérailles royales ne sont pas uniquement un service funèbre rendu au souverain. Il s’agit en réalité d’une multitude de cérémonies dont la compréhension s’avère complexe. Par ailleurs, l’objectif principal est la manifestation du pouvoir royal, mais c’est aussi une passation de pouvoir :

“La transmission du pouvoir royal de manière héréditaire paraît définitivement assurée et les rois n’éprouvent plus la nécessité de faire couronner leur fils de leur vivant, pour assurer cette continuité. Le rituel des obsèques est une des codifications de cette évolution politique et doit matérialiser l’idée d’une royauté immanente transmise de père en fils.”6

Les funérailles royales peuvent s’étendre dans le temps et atteindre une durée importante. Ainsi, elles se déroulent pour Henri IV du 14 mai au 1er Juillet 1610. Nous allons tout d’abord observer les différentes étapes du cérémonial, en soulignant notamment la portée politique des cérémonies. Enfin, nous verrons que les spectaculaires funérailles de Henri IV sont à replacer dans un contexte particulier.


I- Autopsie, embaumement et funérailles de cœur.

Le roi est à peine mort que commence déjà les premières étapes du cérémonial. Tout d’abord, le roi est exposé publiquement durant une journée, mais guère plus. Effectivement, le corps doit être autopsié afin de rédiger un procès-verbal, et cela même quand il n’y a aucun doute sur les circonstances de la mort.

Une fois, l’autopsie achevée, le corps reçoit un traitement particulier puisque les entrailles sont prélevées, ainsi que le cœur du roi. Ces éléments sont ensuite l’objet de funérailles. Le corps quant à lui est embaumé avant de réapparaître dans la suite du cérémonial. Cette tradition de l’embaumement répond d’abord à un aspect pratique et remonte selon Frédérique Leferme-Falguières, au retour du corps de Louis IX (1226-1270) depuis Tunis afin de réaliser ses funérailles. De plus, toujours selon Frédérique Leferme-Falguières, cela est lié à une conception religieuse car dans la religion catholique il y a l’idée d’une résurrection des corps lors du Jugement dernier7.

Le cœur du roi bénéficie d’un cérémonial opulent. En effet, du 31 au 4 juin le cœur du roi est transporté via un cortège d’environ 1 000 cavaliers jusqu’à la Flèche. Philippe IV (1285-1314) est le premier roi qui par testament demande le prélèvement de son cœur. La tradition se perpétue notamment pour les funérailles de Jean II (1350-1364) durant la guerre de cent ans8. Les funérailles de cœur est un signe de supériorité sociale.


II- Le “Grand théâtre de la mort”9 

L’effigie est un mannequin représentant le roi, il est constitué de cire, d’osier, de bois et de chiffons. Le visage de l’effigie est réalisé à partir du masque mortuaire du roi, l’effigie se veut donc très réaliste dans l’imitation des traits du roi. Malheureusement, l’effigie officielle n’a pas survécu à l’épreuve du temps, il ne subsiste que quelques bustes non retenus pour l’occasion10.

Gravure du masque funéraire de Henri IV, source : BNF11

L’effigie est présente durant presque l’intégralité du cérémonial. En ce qui concerne Henri IV, elle est présentée pour la première fois au palais du Louvre dans ce que l’on nomme alors la “salle d’honneur”  à partir du 2 juin et jusqu’au 21 juin 1610.

D’une part, on peut avoir une idée de ce que pouvait être l’exposition de l’effigie du roi dans ladite salle, pour cela on peut se référer aux gravures d’époque.

Gravure représentant l’effigie du roi, source : BNF12

D’autre part, ce que l’on remarque c’est que l’effigie du roi porte les mêmes vêtements que le souverain lors de son sacre à Chartres. On peut également souligner la présence sur les côtés de plusieurs symboles du pouvoir royal nommé regalia à savoir : le sceptre à droite et la main de justice sur la gauche.

L’effigie est le centre d’un véritable rituel. Elle est traitée comme le véritable roi, ainsi on réalise en présence de l’effigie les mêmes cérémonies que pour un roi bien vivant : cérémonie du lever, du déjeuner et du souper, des messes. De même, des personnages qui avaient l’habitude d’être présent durant une cérémonie particulière, sont également présent durant cette même cérémonie, cette fois accordée à l’effigie du roi. Ainsi, lors des funérailles de l’un des prédécesseurs d’Henri IV, à savoir le roi François Ier (1515-1547), la présence du lecteur personnel du roi lors du repas de l’effigie est soulignée.13

L’exposition et les rituels autour de l’effigie laissent désormais place à deux grands cortèges. Le premier jusqu’à Notre-Dames de Paris et le deuxième jusqu’à l’abbatial de Saint-Denis nécropole des rois de France. Ces deux processions sont contrairement aux autres rituels entièrement publiques. On retrouve au sein de ces deux  impressionnants cortèges les représentants de l’Église, de la ville de Paris, mais également de nombreux ambassadeurs européens qui ne manquent pas de décrire l’événement.

Toutefois, il serait importun et encombrant d’énumérer les nombreux acteurs de ces cortèges. Aussi, je vais seulement évoquer les plus importants aspects du cortège, ainsi que la forte symbolique de ces objets ou personnages. En effet, pour en apprendre plus, il est nécessaire de se référer à l’ouvrage portant sur les funérailles princières en Europe au XVIe-XVIIIe siècle14, ouvrage qui a fourni au présent billet nombre d’informations vis à vis des processions.

Tout d’abord, les attributs du roi chevalier sont évoqués par le biais des pièces d’honneurs (éperons, gantelets, écu aux armes de France et de Navarre, cotte d’armes et heaume timbré à la royale). Tandis, que le grand maître de cérémonie tient le pennon du roi, et est talonné par le cercueil du roi. On remarque la présence de confesseurs et surtout d’évêques et d’archevêques.

D’autre part, un personnage se distingue particulièrement, il s’agit de M. le Grand, il a en main l’épée royale symbole politique. Ensuite, on retrouve l’effigie qui est toujours présente dans le cérémonial et cela en même temps que le vrai corps du roi. Cependant, les participants veulent avant tout se trouver au plus près de l’effigie et non auprès du corps du roi. Cela donne même lieu à des problèmes notamment entre les hommes d’Église et les présidents et conseillers du parlement15. En effet, il y a une opposition entre le cercueil, c’est à dire les restes mortels (dont avaient la charge les religieux), et l’effigie (le roi vivant, le corps immortel) plus proche des hommes du parlement. On remarque donc qu’il y a une mise en lumière de l’effigie qui se trouve à la tête du cortège. Elle est visible par tous, de sorte que tout le monde puisse l’apercevoir. Il s’agit alors d’une démonstration du pouvoir royal, et de sa dignité. Ainsi qu’une démonstration des “deux corps du roi”16.

Enfin, tout comme durant le cortège funèbre, les cérémonies qui ont lieu à la cathédrale de Paris et dans l’abbatial de Saint-Denis sont hiérarchisées (notamment dans le placement des personnalités). Mais, lors de la cérémonie finale à Saint-Denis, le cercueil et l’effigie sont séparés, il ne reste plus que le cercueil accompagné des insignes du pouvoir. Ensuite les regalia sont déposées dans le tombeau et la célèbre phrase est prononcée : “Le Roy est mort!” et “Vive le roy!”. Les regalia sont retirées pour  servir lors de la cérémonie suivante : le sacre.


III- Une remise en perspective des funérailles royales

Premièrement, les funérailles d’Henri IV semblent ostentatoire et comme une sorte d’apogée du point de vu cérémoniel, notamment au regard des funérailles de son fils Louis XIII (1601-1643). Mais, il est peut-être nécessaire de regarder plus en détail d’autres composantes de ces funérailles, et de les replacer dans leur contexte.

D’une part, les funérailles d’Henri IV répondent sans doute à une certaine évolution et construction du cérémonial moderne et cela depuis le XVème siècle. En effet, les funérailles des précédents rois ont ajouté des éléments nouveaux. Ainsi, c’est les funérailles de François Ier qui apportent les cérémonies du repas délivrées à l’effigie17. Or, nous sommes alors en pleine redécouverte des textes et de la tradition antique (romaine). Ce qui explique mieux la nature du repas à l’effigie, puisque cela est inspiré du repas délivré à l’effigie de l’empereur romain défunt18.


D’autre part, il y sans doute la volonté de réaliser une démonstration de pouvoir, il ne faut pas oublier que le roi a dû bâtir une certaine légitimité, et affronter la guerre civile au sein de son royaume. Par ailleurs, lorsqu’il devient roi le 2 août 1589, il inaugure aussi la dynastie des Bourbons. Ces funérailles grandioses permettent aussi de camoufler discrètement les embarrassantes funérailles du dernier des Valois à savoir Henri III19.

Deuxièmement, les historiens débattent autour de l’effigie en elle-même. Pour l’historien Ralph Giesey c’est le symbole même du “roi qui ne meurt jamais”20. Cependant, Alain Bourreau conteste cette thèse. En effet, il y voit simplement un gisant médiéval et donc une simple évolution dans les rites funéraires royaux. Mais, selon Frédérique Leferme-Falguières, “c’est difficile de ne pas y voir du politique”21. Cette séparation du corps et de l’effigie dans les processions marque un perfectionnement du cérémonial qui amplifie la conception des deux corps du roi.

Cependant, au regard des événements et du contexte on peut soutenir que ces funérailles ne sont pas entièrement respectées et que la portée des funérailles est atténuée par la famille royale elle-même. Effectivement, au lendemain du décès du roi, à lieu le lit de justice de Louis de France (futur Louis XIII) qui donne la régence à sa mère Marie de Médicis (1575-1642). Quelque part, cela nous désacralise le rôle des funérailles du roi, et l’idée même de maintien de la présence du roi (l’effigie et l’héritier ne pouvaient pas se trouver au même endroit). De plus, le lit de justice devient par la suite très important et prend le pas sur le sacre. Dorénavant ce n’est plus le sacre qui inaugure un règne mais bien le lit de justice. Les funérailles perdent donc logiquement en intérêts (transmission du pouvoir). Quant aux funérailles de Louis XIII, elles font toujours usage de l’effigie. Mais, c’est la dernière fois qu’elle est recensée (1643). Le roi devient roi dès la mort de son prédécesseur.

Au total nous avons pu observer les différentes étapes rythmant le processus funèbre royal. Ainsi, nous avons pu constater le soin apporté au corps du souverain à travers un riche traitement. Plus particulièrement, les funérailles de coeur qui donne à voir une glorification d’un organe symbolique. De plus, il est clair qu’il y a un véritable “théâtre de la mort” servant principalement à glorifier le roi défunt et par extension son successeur. Mais cette exhibition a une importance politique et les funérailles étaient aussi un instrument politique. La présence des ambassadeurs devaient notamment servir à diffuser la représentation d’une monarchie puissante. Enfin, les funérailles de Henri IV contrastent avec les funérailles de son successeur. Nous avons vu que cela était lié à une évolution dans la transmission du pouvoir et que par conséquent cela faisait perdre en cohérence la puissance symbolique des funérailles royales.

  1. Cassan, Michel. La grande peur de 1610: les Français et l’assassinat d’Henri IV. Champ Vallon, 2010. []
  2. Leferme-Falguières, Frédérique. « Cérémonial d’État et rituel monarchique : les funérailles royales et le sacre ». Partage du savoir, 2007, p. 19‑79. []
  3. Giesey, Ralph E., et al. Le Roi ne meurt jamais: les obsèques royales dans la France de la Renaissance. Flammarion, 1987. []
  4. Cornette, Joël, et Frédéric Mitterrand. Henri IV à Saint-Denis: de l’abjuration à la profanation. Belin, 2010. []
  5. Versailles – La mort du roi – La dernière nuit : funérailles royales au temps de Louis XIV. http://www.leroiestmort.com/fr/exposition-a-la-basilique-saint-denis. Consulté le 29 novembre 2018. []
  6.  Leferme-Falguières, Frédérique. « Cérémonial d’État et rituel monarchique : les funérailles royales et le sacre ». Partage du savoir, 2007, p. 19‑79. []

  7. Leferme-Falguières, Frédérique. « Cérémonial d’État et rituel monarchique : les funérailles royales et le sacre ». Partage du savoir, 2007, p. 19‑79. []
  8. Cornette, Joël, et Frédéric Mitterrand. Henri IV à Saint-Denis: de l’abjuration à la profanation. Belin, 2010. []
  9. Chrościcki, Juliusz A., et al. Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. Centre de recherche du Château de Versailles Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2012. []
  10. « Portrait funéraire d’Henri IV (1553 – 1610) ». Musée Carnavalet – Histoire de la ville de Paris, 10 mai 2011, http://www.carnavalet.paris.fr/fr/collections/portrait-funeraire-d-henri-iv-1553-1610. []
  11.  
    Graveur, Lambert (j ne), et Lafitte Dessinateur du modèle. « Portrait de Henri IV, masque de face : [estampe] ». Gallica, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8401533g. Consulté le 29 novembre 2018. []
  12. Briot, Isaac (1585-1670) Graveur, et F. Peintre du modèle Quesnel. « Le Portraict de très hault, très puissant, très excellent prince Henry le Grand, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, très chrestien, très Auguste, très Victorieux et Incomparable en magnanimité et clémence, qui trespassa en son Palais du Louvre, le Vendredy 14.e May 1610 : [estampe] ». Gallica, 1610, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84015411. []
  13. Le Fur, Didier. François Ier. Perrin, 2015. []
  14. Chrościcki, Juliusz A., et al. Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. Centre de recherche du Château de Versailles Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2012. []
  15. Leferme-Falguières, Frédérique. « Cérémonial d’État et rituel monarchique : les funérailles royales et le sacre ». Partage du savoir, 2007, p. 19‑79. []
  16. Giesey, Ralph E., et al. Le Roi ne meurt jamais: les obsèques royales dans la France de la Renaissance. Flammarion, 1987. []
  17. Le Fur, Didier. François Ier. Perrin, 2015. []
  18. Cornette, Joël, et Frédéric Mitterrand. Henri IV à Saint-Denis: de l’abjuration à la profanation. Belin, 2010. []
  19. Cornette, Joël, et Frédéric Mitterrand. Henri IV à Saint-Denis: de l’abjuration à la profanation. Belin, 2010. []
  20. .Giesey, Ralph E., et al. Le Roi ne meurt jamais: les obsèques royales dans la France de la Renaissance. Flammarion, 1987. []
  21. Leferme-Falguières, Frédérique. « Cérémonial d’État et rituel monarchique : les funérailles royales et le sacre ». Partage du savoir, 2007, p. 19‑79. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.