L’attaque de Pearl Harbor

l’île Ford le 7 décembre 1941. source : wikipédia

Introduction :

Depuis le début des années 1930, le Japon a adopté une politique très agressive en envahissant la Mandchourie en 1931. Cette agressivité s’explique par une volonté de ne plus dépendre des pays occidentaux pour fournir au Japon les matières premières dont le pays a besoin. En effet le pays est pauvre en ressources tel que le pétrole et l’acier et même le riz vient à manquer à cause du bond démographique qu’a fait le pays.

En 1933 le Japon quitte la Société des Nations, l’ancêtre des Nations Unies, et en 1936 le pays s’allie à l’Allemagne nazi qui est de plus en plus menaçante en Europe, les engrenages de la Seconde Guerre Mondiale se mettent en place.
Alors que Hitler déclenche les hostilités en Europe le 1er Septembre 1939 en envahissant la Pologne, de son côté le Japon attaque de nouveau la Chine en 1937, et va même tenter une attaque sur l’URSS en 1938 qui sera un échec cuisant.

En voyant les succès que Hitler obtient en Europe, le Japon commence a avoir des vues sur les colonies européennes qui se trouvent dans le Pacifique, et qui sont du coup affaiblies. Avoir ces colonies permettraient au Japon d’être indépendant en matières premières, c’est ce qu’ils appellent la Sphère de Coprospérité, surtout que depuis juillet 1940, les Etats Unis, principale fournisseurs du Japon en pétrole, huile et métaux, ont décidé de mettre en place des restrictions commerciales pour obliger les japonais a être moins agressif.
Alors que la grande majorité des politiciens américains pensent que ces restrictions économiques suffiront à calmer la volonté expansionniste des japonais, de leur côté les japonais commencent a établir un plan en secret dont le but est de conquérir les îles du  sud-ouest Pacifique et pour y arriver la marine impériale doit neutraliser dès le premier jour sa rivale, l’US Navy basée en grande partie à Pearl Harbor.

Les derniers moment de paix dans le Pacifique

Alors que la guerre fait rage en Europe depuis septembre 1939, dans le Pacifique la paix règne toujours mais les tensions sont grandes entre les Etats-Unis et le Japon, en grande partie a cause des actions militaires japonaises en Chine.

Pour essayer d’éviter une guerre où ils ne sont pas prêt, le gouvernement japonais envoient en février 1941 le nouvel ambassadeur Nomura Kichisaburo qui n’est rien d’autre que le ministre japonais des affaires étrangères. Il arrive à Washington avec des demandes de son gouvernement qui sont d’arrêter de soutenir la Chine et de reconnaître leur autorité sur les territoires déjà conquis.
Pour négocier avec Nomura, c’est le secrétaire d’état aux affaires étrangères Hull qui est tout désigné et lui aussi a des exigences qui sont une demande au Japon de respecter l’intégrité territoriale des autres pays, d’ouvrir leur marché à l’international et de maintenir la paix dans le Pacifique. On voit que dès le début des négociations, les demandes des deux pays sont divergentes et que les négociations n’aboutiront sûrement à rien.

Pourtant les 2 représentants ont comme consigne de continuer les négociations, les Etats-Unis c’est pour gagner du temps et pouvoir mobiliser leur gros potentiel industriel et le Japon c’est pour cacher la préparation de l’opération « H » qui n’est rien d’autre que la préparation des forces militaires japonaises pour envahir le sud-ouest Pacifique. En plus de préparer l’invasion des colonies européennes, l’amiral Yamamoto prépare une attaque sur Pearl Harbor pour neutraliser la flotte américaine au port.

Le 2 juillet 1941, une conférence impériale à lieu en présence de l’empereur et il est décidé que si la diplomatie échoue avec les Etats-Unis, le Japon n’aura d’autre choix que d’attaquer les deux puissances anglo-saxone dans la région.

Le 14 novembre, vu que les négociations n’avancent pas, un autre diplomate japonais, Kurusu Saburô, débarque aux Etats-Unis avec des instructions organisées en deux plans, le plan A consiste en un règlement du conflit en Chine avec un retrait partiel des forces japonaises, et le plan B est un compromis, en échange de 5 millions de tonnes de carburant aviation, le Japon promet un arrêt des opérations en Chine.

Cordell Hull, secrétaire d’état aux affaires étrangères, encadré par Nomura Kichisaburô (à gauche), ambassadeur du japon, et Kurusu Saburô (à droite), envoyé spécial du gouvernement japonais, dans l’hotel Carlton, à Washington le 17 novembre 1941
(Photo de Thomas D. Mcavoy/The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Les deux plans sont déjà connu par Hull grâce aux services de renseignements américains qui ont cassé le code diplomatique japonais. Le secrétaire d’état fait quand même semblant d’y jeter un œil toujours dans l’optique de gagner du temps, mais finalement le deux plans sont rejetés par les américains, le premier le 15 novembre et le second le 26 novembre, jour de départ de la flotte combinée, aussi appelé la Kidô Butaî, avec comme destination Pearl Harbor. Le 1er décembre la Kidô Butai reçoit le message « Escaladez le mont Niitaka » qui est donc le code qui confirme à la flotte l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

les signes avant coureurs de l’attaque

Depuis plusieurs mois le gouvernement américain se doute que la guerre finira par arriver dans le Pacifique et que son adversaire serait le Japon. Du coup toutes les bases américaines du Pacifique sont mises plus ou moins en alerte.

Les deux hommes en charge de la défense de Hawaï dont fait partie la base de Pearl Harbor sont l’amiral Husband E. Kimmel, commandant de la Pacific fleet depuis février 1941, et le lieutenant général Walter Campbell Short qui commande les défenses de l’île. Ces deux hommes ne croient pas a une attaque sur Pearl Harbor, jugé trop éloigné pour les porte avions japonais et à l’abris du fait de la faible profondeur de la rade. Le général Short va juste regroupé ses avions pour les protéger de possibles sabotages, pour lui c’est la seule menace que craint l’île.

Alors que les premières bombes tombent vers 07h50 ce dimanche matin 7 décembre, le vraie début de l’attaque commence bien plus tôt vers 04h lorsqu’un dragueur de mines, le USCG Condor repère un périscope proche de l’entrée de la rade de Pearl Harbor, et le destroyer USS Ward, en charge de la surveillance de ce secteur, se lance à la recherche de ce sous marin mais sans résultat jusqu’à 06h30 où une navire magasin, l’USS Antares, remarque qu’un périscope le suit pour entrer dans le port. A nouveau alerté le Ward le repère en arrivant sur zone, au même moment que 3 avions de reconnaissance Consolitated PBY-5Catalina, armés de grenades anti sous-marine. Le navire et les 3 Catalina font feu sur l’étranger vers 06h45. 8 minutes plus tard le patrouilleur envoi un message à l’état major pour informer que le navire avait engagé un sous marin inconnu considéré comme ennemi. Ce message aurait du mettre en alerte les défenses de l’île mais la lourdeur de l’administration militaire va faire que ce message envoyé à 06h53 n’arrivera aux mains de l’amiral Kimmel que vers 07h40, 10 minutes avant le début de l’attaque aérienne.

Il va y avoir une autre alerte qui aurait pu annuler la surprise de l’attaque japonaise. Cette alerte va venir du radar d’Opana point, situé sur la pointe nord de l’île. Ce radar est en marche de 04h à 07h selon les ordres du lieutenant général Short, en effet c’est le début des radars et pour le moment ils sont peu fiables donc pas encore très utilisé. Et au matin du 7 décembre c’est un radariste expérimenté du nom de Lockard et un novice prénommé George E. Elliott qui sont de garde sur le radar. Alors qu’à 07h le radar doit être coupé il ne l’est pas pour permettre au novice Elliott de se familiariser avec, et à 07h02 les 2 radaristes repère un gros écho à 220 km au nord-est de l’île. Les 2 hommes appellent le centre de renseignements mais aucun responsables n’est présent, ils sont tous partis prendre leurs petit déjeuner. Ce n’est qu’à 07h22 qu’un responsable, Kermit Tyler, rappelle les deux radaristes mais il ne s’inquiète pas, en effet il attend aujourd’hui l’arrivée d’une formation de bombardiers B-17 qui doivent faire escale à Hawaï avant de poursuivre vers les Philippines.

Malgré les alertes qui montraient l’attaque arriver vers l’île, aucun responsables militaires n’a pensé bon de mettre en alerte les défenses de Oahu tout simplement parce qu’avec le rapprochement de la guerre les fausses alertes étaient fréquentes sur l’île ce qui montrent le stresse de plus en plus présent chez les militaires. Et si jamais le général Short avait ordonné le décollage de la chasse il aurait fallu 4h pour que tout les avions américains soient en vol, vu qu’ils n’étaient pas armés ni ravitaillés en carburants, des mesures prises contre d’éventuels sabotages. Et ces 4h les américains ne les ont jamais eu.

Une attaque très bien pensée …

Le plan de l’opération “Z” établit par l’amiral Yamamoto et son collègue Kusaka comporte de nombreux objectifs et des directives à suivre, les principaux étant : 
1- engagement de 6 porte avions : l’Akagi, le Kaga, le Sôryû, le Hiryû, le Shôkaku et le Zuikaku
2- d’attaquer au lever du jour et un dimanche pour bénéficier de l’effet de surprise et du fait que toute la flotte américaine soit au port
3- les cibles sont priorisé selon leur importance du point de vue de Kusaka. Les porte-avions sont les cibles prioritaires suivis des cuirassés puis les autres navires et les chasseurs de défense américain.
4- les cibles sont répartie par types d’avions : les torpilleurs et les bombardiers en piqué contre les porte avions et les bombardiers horizontaux et les torpilleurs contre les cuirassés
5- Si la surprise n’est pas au rendez vous, un “plan B” est créé, les chasseurs devront acquérir la supériorité aérienne avant l’attaque et les bombardiers en piqué devront attaqué avant les bombardiers torpilleurs pour attirer les tir de DCA.
6- Le lancement d’une seconde vague d’attaque sera décidé selon les résultats obtenue par la première.

A Oahu le 7 décembre , presque toute la Pacific Fleet est au port pour le week end ce qui fait qu’il y a presque 100 navires dont 8 cuirassés, seul manque à l’appel les 3 portes avions américains et leurs escorte. Malgré la déception pour les japonais de pas pouvoir couler les porte avions américains, ils vont attaquer dans les meilleures conditions possible pour faire le plus de dégâts aux Etats-Unis.

mais mal coordonnée

A 6h du matin la Kidô Butaî est en position d’attaque, à 370 km au nord d’Oahu. La première vague d’assaut décolle elle est composé de 45 chasseurs « Zéro »,51 bombardiers en piqué « Val », 49 bombardiers horizontaux « Kate » et 40 bombardiers torpilleurs« Kate » soit une force de frappe de 185 avions. Vers 07h40, la flotte aérienne japonaise est en vue de l’île et le capitaine Fuchida qui commande l’attaque donne le signal aux escadrilles d’attaquer selon leur objectifs et lance le message resté célèbre « Tora, tora, Tora » pour prévenir l’amiral Nagumo, commandant la Kidô Butaî, que la surprise est totale. Vu que l’attaque n’a pas été détecté Fuchida lance une fusée comme convenue mais se rendant compte que les chasseurs n’ont pas vu le signal, il dire une seconde fusée ce qui fait que tout les avions partent en même temps. Ce désordre dans les formations va avoir des impacts sur le raid.

Les hostilités commencent à 8h00 avec les premières torpilles qui sont larguées sur l’allée des cuirassés, ceux-ci sont amarrés par paire. Alors que les pilotes sont entraînés depuis des mois a cette attaque et que tout devrait se passer selon le plan, les pilotes se gênent en voulant torpiller tous en même temps, ce qui fait que le torpillages des cuirassés dure plus longtemps que prévu et coûte la vie a quelques pilotes. 
Les porte avions américains étant absent, les avions qui leur étaient allouer auraient du se concentrer sur des croiseurs mais au lieu de ça ils vont tous gaspiller leur munitions sur un vieux cuirassé, l’USS Utah, devenu un navire cible et le croiseur USS Raleigh pour les bombardiers torpilleurs et les “Val” vont larguer leurs bombes sur les cuirassés mais elles seront inefficace a cause du blindage des cuirassés.

Les chasseurs “Zéro” sont censé mettre hors combat l’aviation ennemi au sol mais malgré tout quelques pilotes américains vont réussir à décoller et a prendre un tribut chez les japonais malgré la supériorité aérienne de ces derniers. 

vue aérienne de l’allée des cuirassés. source : franceinfo

Une 2e vagues d’assaut de 167 avions sera envoyé finir ce qu’aura commencé leur camarades c’est a dire finir les cuirassés déjà entamer mais la fumée des incendies rendra quasi impossible la visée et de nombreux navires éviteront de nouveaux dommages.
Les japonais se retirent en pensant avoir détruit totalement la flotte américaine du Pacifique et vers 13h la Kidô Butaî quitte les lieux de l’affrontement pour un retour vers le Japon.

Conclusion :

Le raid de Pearl Harbor organisé par la marine japonaise a longtemps été considéré comme dévastateur en coulant des dizaines de navires américains, certains auteurs parlaient même de la destruction complète de la Pacific fleet mais dans la réalité ce raid a causé peu de dommages irrévocables. Pour plus de 300 avions engagés les japonais vont détruire définitivement 2 cuirassés, l’USS Arizona et l’USS Oklahoma, et le bateau cible USS Utah, ainsi que 165 avions américains environ. Cette attaque aura causé 2403 morts et 1178 blessés dans les rang américains mais l’objectif des japonais, en organisant ce raid, qui étaient de forcer les Etats-Unis a capituler tout de suite, n’est pas atteint. 
Bien au contraire cette attaque sans déclaration de guerre préalable va finir de convaincre l’opinion publique américaine que la guerre est inévitable. Le Japon a réveillé un géant et a partir de juin 1942 ils vont s’en rentre compte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.