L’habitat rural des élites entre le IVe et le Xe siècle dans la péninsule armoricaine

Maquette de la ville de la Guyomerais en Chatillon-sur-seiche à son apogée. Réalisation Roussia

Introduction

Entre les différentes périodes de crises d’ordre militaire, économique et politique que connait l’empire romain entre la fin du IIIe et le VIe siècle de notre ère, ce dernier tend à muter entraînant dans son sillage tout un cosme social et politique.Ce qui est communément appelé les « invasions barbares » et qui est considéré comme l’origine de cette mutation ne l’est finalement pas et ce serai tune erreur d’interprétation et d’analyse historique de l’affirmer[1]. Il faut peut-être interpréter cette mouvance comme une migration, engendrer par les différentes guerres, les différentes périodes de tensions et les échanges qui émerge entre le monde romain d’une part et le monde barbares, à savoir tout ce qui avant le Ier siècle de ère est au-delà du limes (frontière) de l’empire romain et qui ne pratique pas couramment la langue latine d’une autre part[2]. Fort de cette mutation les différents groupes barbares investissent les hautes fonctions de l’administration romaine et couvert d’une forte romanisation, les barbares romanisés réussissent et grâce à la volonté des romains barbarisés à investirent les territoires de l’empire récupérant également le fisc (administration fiscale)du territoire concerné. Par conséquent les différents territoires acquièrent une certaine autonomie sous l’égide d’un chef tel que Clovis ou Alaric pour les plus connut, prêtant encore allégeance a l’empereur romain d’Orient depuis la mort de Théodose en 395 de notre ère[3]. C’est ainsi que les différents états que l’on connait émergent.

Conséquemment face à tout ces changements il est sujet d’aborder l’habitat rural des élites et notamment concernant son évolution sur près de six siècles dans la péninsule armoricaine.

La villa, un système d’exploitation

Analyse géographique des sites

S’il y a bien un type de propriété qui est favorisé par les élites et ce dans la partie Nord de la Gaule c’est bien celle-ci. La villa (ou les villae) est un habitat principalement rural (Il existe également des villae urbaines donc dans les villes mais elles n’ont pas les mêmes fonctions bien qu’elles reposent sur le même modèle) situé à proximité des différentes axes routiers sans nécessairement être bâtit à sa bordure. Elles exercent lafonction d’habitat mais également la fonction de tête de pont du fundus (domaine)contrôlé par un maître qui n’est autre que son propriétaire. C’est autour de ces villae que va se développer toute l’économie du monde rural formant le relai entre vicus (bourgs) et les fermes arrangés autour des villae dans lesquels on va retrouver les maisons des dépendants travailler pour le propriétaire. En parallèle ces vicus font la jonction entre les villae et les civitas (cités) en alimentant en denrées diverses ces chefs-lieux de provinces véritable centre du pouvoir local et intégré pleinement subséquemment dans le circuit commercial international[4].

C’est pourquoi nous observons tout un ensemble de domaines accompagner de villae répartie d’une façon cohérente avec la disposition des ressources locales et positionné de façon stratégique de sorte que la construction domine toute la partie supérieure d’une vallée en règle générale. Autrement dit les villae auront tendances un point surélevé que la géographie peut leur proposer, sans négliger le détail de la beauté et la recherche d’un beau panorama qui semble être un aspect important pour la commodité du lieu[5].Par conséquent on constate qu’il y a tout un panel d’exploitation près des zones côtières dans le cas principalement pour l’Armorique tel qu’à Plomarc’h en Douarnenez[6] qui est un des nombreux centres de production connut du Garum, considéré comme l’équivalent de la sauce soja pour nous contemporain mais réaliser à base de sardine qui est une ressource conséquente dans la région. Autrement en campagne, les villaese place d’une façon logique proche des ressources que peut offrir le sous-sol armoricain. C’est le cas à Huelgoat avec la mine de plomb argentifère[7] qui malgré qu’il n’y ait aucune source écrite ou trace d’exploitation à proprement parlé il est fort à parier que cette ressource soit connue des populations locales de l’époque.

Répartition du domaine

Ainsi se dégage dans ces villae, deux zones. Il y a tout d’abord la pars urbana (partie urbaine) qui concerne les quartiers résidentiels du maître ainsi que des dépendant et englobe tout le confort et la commodité qui y est associé. Cela comprend les thermes,les jardins, les lieux de vie communs etc… Dans un second temps il y a la pars rustica (partie rustique) qui est utilisé par les dépendant et concerne tout l’aspect agraire du fundus, c’est a dire les terres d’exploitation, les granges, les parcellaires dédié au bétail et donc à l’élevage voir encore les fours de séchages etc…

Autour de la villa les relevés archéologiques montrent qu’il y a tout un panel d’habitation et d’abris qui sont difficilement définissable qui accompagne l’exploitation,on constate en vu des fouilles que ces habitations fait de bois pour la plupart accueil des populations de fermiers qui sont dépendant du maitre de la villa. Il peut même y avoir pour les sites les plus vastes des enclos ou des enceintes (regroupement des petites habitations entourés généralement d’une palissade de bois ou de terre accompagné d’un fossé défensif) internes au domaine[8].

Les villae et leur apogée

Cette période d’apogée émerge vers le IIIe siècle de notre ère. C’est à cette période que les villae laisse apparaitre la « version finale » de leurs développements. Avant de commencer à analyser en détail ce développement il est bon de rappeler que le monde romain sort d’une période de crise qui advient au vers la fin du IIe siècle de notre ère. Cette période faste du IIIe que l’on constate dans toutes les villae qui ont dès lors été fouillés et ce dans toute la Gaule s’accompagne d’un renouvellement et d’un développement des sites. Effectivement et nous l’avons cité précédemment en introduction, les villae forment une chaine avec les vicus et les civitas régionale d’un ensemble beaucoup plus grand qu’est le commerce internationale romain centralisé autour de la ville de Rome dans un premier temps puis de la ville de Trêve, Ravenne et Nicomède sous la tétrarchie a la fin du IIIe siècle et enfin sous l’influence de Rome et de Constantinople entre l’empire romain d’Occident et l’empire romain d’Orient au Ve siècle de notre ère.

Avant cette période de croissance les villae n’étaient pour pas pour la grande majoroté bâtit comme notre imaginaire contemporain nous le laisse sous-entendre,c’est-à-dire une enceinte en forme de « U », composé d’une base rectangulaire avec des extensions latérales et entouré de colonnade que l’on appelle dans le domaine archéologique des galeries de façades. Comme on peut voir sur les figures ci-dessous, caractérisant l’évolution de la villa des Alleux à Taden[9], au Nord de l’actuel Dinan. Cette évolution est progressive et est très représentative de l’extension générale des villae du Nord de la Gaule à cette époque. Ainsi on constate que les villae sont souvent installés sur des fondations des anciennes fermes indigènes de la période de la Tène (-400 av.ne./-25 av.ne.) représentant une superficie d’environ 250m² (fig. 1)pour les Alleux mais pouvant être supérieur dans d’autre domaine de la région et c’est vraiment au IIIe siècle de notre ère que ces villae prennent toutes leurs formes caractéristiques, atteignant 1050m² (fig. 3) et pouvant atteindre près de 3000m² pour la villa de la Guyomerais en Chatillon-sur-Seiche[10] près de Rennes.

Plan simplifié de la première villa (fig. 1)
Plan simplifié de la première villa après un premier programme d’extension (fig. 2)
Plan simplifié de la villa à son apogée (fig. 3)

La suite au prochain épisode…


[1] Magali Coumert et Bruno Dumézil, Lesroyaumes barbares en Occident: « Que sais-je ? » n° 3877, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,2010.

[2] Geneviève Bührer-Thierry and Charles Mériaux, La France avant la France (481-888) Paris, Belin, 2015.

[3] Peter Brown, The World of LateAntiquity: AD 150-750, New-York, Norton, 1989.

[4] Régine Le Jan, La société du hautMoyen Âge: VIe-IXe siècle, Paris, Armand Colin, 2003.

[5] Patrick Galliou, L’Armorique romaine, Brest, Armeline, 2005.

[6] « Les Plomarc’h – Aux Plomarc’h, descuves à garum porteuses d’histoire », Ville de Douarnenez, consulté le 8 décembre2018,http://www.mairie-douarnenez.fr/decouvrir/les-plomarc-h/aux-plomarch-des-cuves-a-garum-porteuses-dhistoire.html.

[7] Yves Menez, Thierry Lorho, et ErwanChartier-Le Floch, Archéologie en centre Bretagne, Spézet, Coop Breizh,2015.

[8] Ibid.

[9] R Ferette, « La villa des Alleux àTaden dans les Côtes d’Armor. Aperçu de l’évolution d’un établissement rural dela cité des Coriosolites », Aremorica, no 3 (2009): 47‑64.

[10] Alain Provost, Nos ancêtres lesRiedones: la villa gallo-romaine de Châtillon-sur-Seiche : catalogue des objets, Ecomusée du pays de Rennes, 1990.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search