La Nouvelle Vague où la mutation du cinéma d’après-guerre

I. La gestation et l’apparition de la nouvelle vague

A. Critique du cinéma d’après guerre

La nouvelle vague est avant un mouvement qui se veut d’opposition au cinéma dominant d’après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’un style traditionaliste d’après 1945 qui souhaitent incarner un rempart contre l’américanisme en incarnant la « qualité française ». Pour cela, les réalisateurs adaptent de nombreuses œuvres littéraires classiques tels que Maupassant et s’appuie sur un système rigide de production. L’accès au poste de réalisateur ne s’obtient que par une sorte de cursus Honorum cinématographique. C’est-à-dire l’étude de la réalisation par le poste d’assistant auprès d’un réalisateur confirmé. Ce cinéma a pour caractéristique une certaine extravagance pour les costumes et un budget plutôt conséquent. Mais surtout ce que reproche particulièrement la nouvelle vague, une sujétion aux scénaristes :à savoir une mise en scène épuré avare en mouvement ou en partie-prit afin de mettre en valeur les exigences scénaristiques. Il en résulte un classicisme et ce que déplorent les cinéastes de la nouvelle vague, une école qui considère le cinéma comme un support littéraire et non comme un art à part entière. Mais nous reviendrons sur ce point plus tard.

Selon son point de vu idéologique, le cinéma, que nous appellerons classique, est dans une optique de réconciliation nationale prônée par les parties politiques. Il s’agit de nier le passé pétainiste et la collaboration française, en mettant en valeur la résistance par exemple, afin de restaurer l’idée de dignité française. Des réalisateurs comme René Clément qui réalise « la bataille du rail » en 1946. Ce film conte les actes de cheminots de la SNCF,plus particulièrement le groupe Résistance-fer. Ce dernier œuvrant à saboter, un convoie d’homme et de matériel en juin 1944.

Ce film est la parfaite illustration de cette démarche réconciliatrice et déculpabilisante, pour employer un vocabulaire plus psychologique, dont le cinéma d’après guerre s’emploie pleinement. René Clément n’est pas le seul réalisateur dans cette démarche, Jean Cocteau est également un grand représentant du classicisme de la « qualité française ». Née en 1889, mort en 1963 et élue à l’Académie française en 1955. Homme de lettres, de théâtre (il écrit l’aigle à deux têtes en 1946) et de cinéma.Il réalise « La belle et la bête » en 1946 qui est une adaptation des plus classique du conte populaire. Cela s’inscrit également dans la démarche décrite de part, le sujet choisit et la mise en scène parfaitement calibrée, sobre et supplée au scénario. Il existe bien d’autre exemples de réalisateur, mais il me semble superflu d’en tenter l’exhaustivité. Ces deux exemples représentent bien à la fois l’école artistique et idéologique qui caractérise la « qualité française ».

François Truffaut (1932-1984) est l’initiateur de la critique de ce style cinématographique dominant. Critique qui évolue vers le mouvement que l’on connaît sous le nom de « Nouvelle vague ». En effet, la nouvelle vague est avant un mouvement qui se veut d’opposition initialement. À la différence des hérésies universitaires comme les annales ou de l’expressionnisme en peinture, la nouvelle vague n’est pas vraiment une plaidoirie afin d’imposer une nouvelle école. En effet, les premiers représentants de c e mouvement sont avant tout des jeunes petits-bourgeois en crise identitaires,ébranlés par la collaboration de ses aînées. Il s’agit d’une révolte contre le système établi qui est considéré comme beaucoup trop rigide. De plus, se développe au fur et mesure du succès de la nouvelle vague la volonté de récolter les bénéfices du cinéma traditionnel. De s’assurer une place au soleil et la pérennité financière des productions cinématographiques des auteurs et d’eux même.

Bref,François Truffaut, en 1954, écrit dans les « cahiers du cinéma »(une revue cinématographique en vogue) d’André Bazin une critique« une certaine tendance du cinéma français ». Il expose ses griefs à l’égard du système qui lui est contemporain. À savoir les arguments décrit plus haut : l’horizontalité extrêmement rigide de l’époque, un entre-soi des producteurs et acteurs qui s’érigent en corporation et bridant la créativité des auteurs. Cette lutte contre le corporatisme et le professionnalisme du cinéma est un important cheval de bataille de la nouvelle vague. Ce dernier est considéré comme injuste et nuisible aux œuvres cinématographiques. En effet, il s’agit également d’une plaidoirie pour que le cinéma s’affirme comme un art à part entière, donc émancipé de l’académisme classique et des scénaristes. Truffaut voit la prédominance des adaptations et la pauvreté de la mise en scène comme une sous-exploitation du cinéma comme un art. De plus, cette affirmation du cinéma comme un art est également un moyen pour ces jeunes de se poser en tant qu’avant-garde artistique.

Bien que j’ai nié l’avant-gardisme initial de ces jeunes cinéastes,il est indéniable que la nouvelle vague à des caractéristiques qui lui est propres.

I. B. Caractéristiques

Le mouvement de la nouvelle vague est réellement une volonté de rupture avec les codes classiques de la « qualité française ». En premier lieu, l’une des considérations fondamentales est la dé-professionnalisation de la production et de la réalisation d’un film. C’est-à-dire qu’il y a une recherche du naturel dans la mise en scène. Cela se concrétise par des décors extérieurs, les films sont tournée en décors réels, et joués par de jeunes acteurs semi-profesionnels voir amateurs. Cet amateurisme est une caractéristique essentiel de la nouvelle-vague, rendu également par des caméras légères plus maniable pour des mises en scène d’avantages variés. Cet amateurisme est autant une démarche volontaire qu’imposé. En effet, les films ne disposent que de budget limité et doivent donc faire en conséquence en terme de scripts et d’équipes (tout en vraiment restreint dans le cinéma de la nouvelle vague). Si la pauvreté du budget est une obligation,cela se veut également comme une cassure avec la modèle classique et ses moyens bien plus conséquents.

Cette recherche du naturel va plus loin que simplement dans le matériel,le décor et le jeu d’acteur. L’ensemble du film doit chercher ce but, aussi bien dans les dialogues, la lumière et l’intrigue qui se veulent minimalistes. Ce dernier point est également une franche opposition aux codes classique et à la place prépondérante des scénaristes d’alors qui place le réalisme psychologique et la noirceur au sein de leurs scripts. Il en résulte, selon les cinéastes de la nouvelle vague, un écrasement des personnages et un manque de développement de ces derniers. Il y a également une rupture avec le cadre spatio-temporel classique en incorporant une déconstruction de celui-ci dans les films de la nouvelle vague. Les réalisateurs n’hésitent, également, pas à appliqué un montage plus originales et plus déconstruit ainsi que de demander aux acteurs un jeu décalé, afin d’être plus dans leur conception du naturel cinématographique.

Toutes ces caractéristiques participent à l’idée que le réalisateur est avant tout un artiste. Un artiste, dans la conception du XXe siècle (et même aujourd’hui) est pensé en fonction de sa singularité. C’est-à-dire que c’est sa capacité à se démarquer qui fait son art et son intemporalité. La nouvelle vague,et sa conception artistique du cinéma, sacralisent l’idée de style. Le réalisateur doit avant tout avoir un style qui lui est propre par l’originalité visuelle. C’est pour cela que la nouvelle vague est une école sans l’être. Il est difficile d’établir un académisme commun à tous ces réalisateurs, car ces derniers cherchaient à éviter cela. Cependant, la plupart des réalisateurs ont des caractéristiques communes (notamment celle évoquée plus haut), ce qui permet de les comprendre en tant que mouvement au-delà de cette recherche de la démarcation absolu.

Cela est également dû au fait que la nouvelle vague est un mouvement à l’image de son cinéma, restreint. « Les Jeunes Turcs » comme ils se font appeler (en référence à leur combat contre l’académisme assimilé à un empire bouffi). Sont, en réalité, bien peu. Laliste peut être résumée à François Truffaut, Jean-Luc Godard,Jacques Rivette, Claude Chabrol, Éric Rohmer, Pierre Kast et Jacques Doniol-Valcroze. Qui sont tous des critiques issus « des cahiers du cinéma ». Agnès Varda, Jacques Demy, Jean Rouch, Jacques Rozier,Jean-Daniel Pollet. Chris Marker et Alain Resnaiss, qui sont aussi dans le mouvement, mais ne viennent pas de la revue. Ils s’assimilent eux même à une bande de copains, ce qui suggère donc, du moins partiellement, une culture commune et des valeurs communes. Ce qui nous permet de comprendre la gestation de l’idée de la primauté du réalisateur sur les scénaristes. Ainsi qu’une vénération pour le cinéma muet d’alors (Fritz Lang, pionnier de l’expressionnisme allemand de l’entre deux guerres, est particulièrement populaire dans le mouvement). Celui-ci est considéré comme pur et vierge des dialogues pompeux et de la théâtralité en vigueur dans le classicisme. Jean Cocteau, par exemple, est un homme de théâtre en plus d’être un homme de caméra. Il s’agit, encore une fois, d’une opposition direct à la qualité française et d’une fascination toute philosophique du passé pour appuyer les critiques sur le présent. Ils seront,d’ailleurs, accusé d’être réactionnaire par la gauche pour cette apologie du passé. Même si cette accusation est parfaitement récusable dans la mesure où ces réalisateurs n‘ont pas réellement de revendications politiques si ce n’est la destruction du classique et la reconnaissance de leurs qualités d’artistes.

Voyons un exemple parfait pour illustrer l’idée de la nouvelle vague,avec un extrait du film : « A bout de Souffle » de Jean-Luc Godardsortie en 1960 (https://www.youtube.com/watch?v=02yI38FXlzQ.Lien vers l’extrait).

Ce film raconte l’histoire de « L’itinéraire d’un jeune délinquant qui, après avoir volé une voiture et tué un policier, est traqué par la police… » (synopsis allociné). Le scénario en lui-même est simple, peut être considéré comme un prétexte à la réalisation. Godard montre un road-trip vu de l’intérieur d’une voiture, en rupture avec les caméras statiques du classicisme. De plus, nous pouvons remarquer que les acteurs sont jeunes, que la lumière et les décors sont naturels : conformément, aux codes que défend la nouvelle vague, les dialogues recherchent un certain naturel et ce monologue montre simplement les pensées momentanées exprimées à voix hautes du personnage. Le dialogue n’a rien de vraiment théâtrale de part le minimalisme de celui-ci. La posture du personnage cherche également ce but, un homme fumant simplement au volant et commentant l’apparence physique de deux femmes (Il ne faut pas oublier que nous sommes dans les années 60, les considérations féministes sur ce sujet ne sont pas vraiment d’actualité. Le dialogue peut donc paraître naturel sans chercher une quelconque provocation). Cependant, ce qui est vraiment indispensable à de retenir sur cet extrait est lorsque le personnage brise le quatrième mur en s’adressant directement aux spectateurs,en l’insultant même. Il s’agit, encore une fois, d’une rupture avec la norme dominante et également d’affirmer le style de son auteur en tant qu’artiste singulier.

Cet extrait,à mon sens, est la quintessence de la révolte, mais également des aspirations du mouvement de la nouvelle vague.Maintenant que nous avons vu les caractéristiques du père et du fils, nous pouvons aborder la nouvelle vague et ses considérations philosophiques.

II. Le cinéma comme support philosophique.

A. Représenter une époque.

Les inspirations des auteurs de la nouvelle vague ne se limitent pas au cinéma muet d’antan, mais prennent pour modèle le cinéma américain. En effet, les cinéastes se reconnaissent dans les réalisateurs américains qu’ils considèrent comme de véritable auteurs (donc ayant un style personnel) à contrario des techniciens du cinéma de la qualité française. De plus, ces jeunes réalisateurs pensent le cinéma américain comme ayant une certaine pureté, car vierge des pressions de l’industrie et permets donc à l’expression artistique d’éclore. Il en résulte la mise aux nues de plusieurs réalisateurs. Par exemple : Alfred Hitchcock, Murneau, Rosselini (italien, lui) ou Fuller sont héroïsés pour leurs styles très individuels. Prenons le cas du réalisateur Samuel Fuller (1912-1997). (https://www.youtube.com/watch?v=1Wjt9b9IAaY).

Dans cet extrait du film « Quarante tueurs » sortis en 1957 dont l’histoire est : « En 1880, en Arizona, le shérif fédéral, Graff Bonnel, est envoyé à Tombstone avec son frère Wes pour arrêter une bande de quarante hors-la-loi dirigée par la puissante Jessica Drummond. » (synopsis allociné). Nous voyons que la mise en scène fait penser à certaines caractéristiques cité dans le mouvement de la nouvelle vague. Notamment les mouvements de caméra qui suivent les personnages (celle-ci doit probablement être légère), un décor naturel et un scénario qui ne prend pas l’ascendant sur la réalisation. Bien sûr, Foller n’est pas un cinéaste de la nouvelle vague, ce film n’étant pas dans le paradigme complet de celle-ci (notamment sur le professionnalisme des acteurs) et il ne doit même pas connaître ce mouvement typiquement français. Cependant, on reconnaît les inspirations des auteurs de la nouvelle vague sur ce cinéma et le pourquoi de la révérence de ces derniers à-propos de la conception américaine du cinéma.

Jean-Luc Godard dit de ce film qu’il est : « Le meilleur film de son auteur. Chaque scène, chaque plan de ce brutal et sauvage western,tourné en cinémascope noir et blanc en moins de dix jours, est d’une très grande richesse d’invention et foisonne d’idées de mise en scène dont la hardiesse fait songer aux folies d’Abel Gance ou de Stroheim, quand ce n’est pas purement et simplement à Murnau… ». Ce n’est pas tant ce film que Godard encense, mais bien une américanisation de la réalisation, et une conception plus artistique du cinéma. La critique dans « Les cahiers du cinéma »est avant tout une arme contre les principes établit de la qualité française.

L’idée de lutte suggère des idées défendues, bien que le combat puisse être intéressé, et de plus, l’art est toujours politique (je ne développerai pas plus ce postulat philosophique, n’étant pas le propos de cet article) et la nouvelle vague n’est certainement pas une exception. Il ne faut pas voir la politisation de la nouvelle vague sous le prisme de l’engagement concret, dont ce mouvement est totalement dépourvu (notamment la neutralité de ces cinéastes lors de la guerre d’Algérie), mais dans le discours qu’ils délivrent.En effet, ils souhaitent représenter une époque au travers de leurs personnages et leurs déshérences identitaire et morale. Les personnages des films de la nouvelle vague sont souvent des jeunes désabusé et amoraux qui traversent placidement la vie, en toute irresponsabilité. L’amour, sujet couramment traité dans ces films, n’étant qu’un moment fugace afin d’oublier l’absurdité du monde. L’absurdité est un thème majeur, le monde étant représenté comme absurde : les personnages et les situations ne sont ni bons, ni mauvais mais simplement absurdes.

Au travers de ces personnages et de ces films, nous pouvons comprendre que la philosophie de la nouvelle vague est nihiliste sous bien des aspects. De part son amoralité et l’absurdité du monde et des hommes. C’est également la primauté de l’individu et de la liberté par l’irresponsabilité, de par ses personnages indépendants et eux même individualistes. Cette vision du monde prend son sens quand on met en parallèle le milieu de ces cinéastes et cette philosophie. La plupart sont des petits-bourgeois (notamment Jean-Luc Godard) en révolte contre leurs aînées et choqué par le traumatisme du second conflit mondial. La nouvelle Vague n’est pas le reflet d’une époque, mais plus la transposition d’une révolte générationnelle, dans la petite bourgeoisie parisienne.

II. B. L’héritage de la nouvelle vague.

Ce mouvement ne dure que 6 ans de 1959 à 1965. Il parvient en un laps de temps relativement restreint à imposer ses idées en matière cinématographique. La mise en scène, les décors plus naturels et par le renouvellement des acteurs (des jeunes jouant en semi-amateurisme). Plus de cinquante ans après la fin de ce moment filmique, les cinéastes restent influencé dans leurs conceptions du cinéma. La nouvelle vague fait à présent partie intégrante du cinéma Français et participe à « l’exception culturelle Française ». On ne peut que savourer l’ironie de cette évolution.Ces jeunes cinéastes ce révoltants contre leurs aînées et cette idée de la qualité Française, notamment en valorisant un certain cosmopolitisme des inspirations comme Fritz Lang ou plus largement le cinéma américain. Ils sont désormais la nouvelle institution de l’identité nationale artistique Française en terme de cinéma. Certains critiques ont parfois décrit la nouvelle vague comme étant une révolte des fils contre leurs pères, et les fils sont désormais devenu les pères. Cependant, on ne peut nier l’apport de la nouvelle vague en matière de réalisation (la rendant plus flexible par des caméras légères, permettant de suivre les personnages ou une plus grande originalité de la mise en scène) ainsi que sur la primauté des réalisateurs tel que le conçoit l’industrie américaine (je suis sûr que vous connaissez tous des réalisateurs, mais beaucoup moins de scénaristes ou de directeurs artistiques.). Il résulte de cette mutation du cinéma, passant de suppléant de la narration à un art à part entière, une idée que le cinéma noble est le cinéma d’auteur. Le réalisateur est désormais un artiste qui se doit d’avoir une patte dans sa réalisation.

Afin de bien saisir l’influence de la nouvelle, encore bien palpable de nos jours, prenons l’exemple de ce film sorti en 2017 : « Souffler plus fort que la mer » nominée au Festival International du Film d’Aubagne. Réalisé par Marine Place. (https://www.youtube.com/watch?v=yhZJubwBn1Q).

I lraconte l’histoire de « Julie et ses parents Loïc et Louis on vivent de la pêche sur une toute petite île perdue au large de la Bretagne. Face à la crise économique qui les oppresse, la famille doit se séparer du bateau contre une prime à la casse. Julie va se réfugier dans la musique et souffle dans son saxophone pour dépasser les sensations de submersion qui l’envahissent… » Synopsis allociné.

Nous pouvons constater l’héritage palpable de la nouvelle vague, en matière de réalisation : les décors sont naturels, la caméra est légère et mobile et le jeu d’acteur est semi-amateur. Il y a cette volonté de capter le monde réel sur la pellicule. L’intrigue sert également à l’exploration des personnages, conformément à cette guerre face aux scénaristes-roi de la « qualité française». De plus, ces productions gardent la tradition du bas coût (peut-être par nécessité économique que part choix artistique). Le plus frappant est l’héritage concernant l’art. Le film cherche à s’affirmer en tant que film d’auteur, donc la réalisatrice montre un style, une patte pour se singulariser en tant qu’artiste unique. Heureusement, la réalisation a bien évoluée sur le plan technique, théorique et thématique. Sur ce dernier point, les films d’auteurs se veulent plus engagés politiquement que ceux de la nouvelle vague. Il n’est pas rare que les sujets sociaux servent de toile de fond à l’intrigue..

Comble de l’ironie pour la nouvelle vague et ses aspirations : l’entre-soi de l’industrie actuel. Ces jeunes souhaitaient également briser un certain carcan grâce aux films d’auteur, mais selon le reportage «le Concours » de Claire Simon, le milieu est gangrené par un népotisme et par le piston. Par l’exemple du concours de Femis, elle met en évidence ce phénomène et la sclérotisation des reconnaissances et des financements des boîtes de productions.

Selon un point de vu strictement personnel, je vois l’héritage de la nouvelle vague à l’image de sa constitution. Des jeunes créatifs souhaitant s’imposer dans le milieu en tuant leurs aînés. Donc, de nouveaux apports artistiques, mais absolument aucune évolution sur le plan structurel. Un combat pour l’art, mais pas pour son accessibilité.

Corentin Touboulic. 

Sources
– Noël SIMSOLO. Dictionnaire de la nouvelle vague. Flammarion. 2013.
– Jean DOUCHET. Nouvelle vague. Cinémathèque française, édition Hazan. Paris.1998.
– Constance CAPDENAT. Les enfants terribles de la nouvelle vague.Vingtième-siècle, revue d’Histoire. 1989.
– Telerama.fr/cinema/rene-clement-le-perfectionniste,78510.php
– Academie-francaise.fr/les-immortels/jean-cocteau
– Allocine.frLejdd.fr/Culture/Cinema/Le-Concours-le-documentaire-qui-denonce-l-entre-soi-du-cinema-francais-84517
– Education.Francetv.fr
– Universalis.fr
– Cinelycée.com


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Iren dit :

    théorique et thématique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.