La littérature de jeunesse en langue bretonne, un symbole de la politique linguistique ?

Exposition de livres en breton au Salon du livre jeunesse de Morlaix
Salon du livre jeunesse de Morlaix, 25 novembre 2018 / Eve Rouxel

Entre 2007 et 2014, 51% des titres parus en langue bretonne étaient destinés à l’enfance et à la jeunesse (soit 417 titres au total), contre 49% destinés au lectorat adulte (soit 403 titres). Depuis 2014, la publication des titres pour enfants a dépassée à elle seule – c’est à dire sans prendre en compte les titres destinés aux adolescents – le nombre de titres destinés aux adultes.1 Pourtant, l’enquête sociolinguistique 2018, réalisée par TMO pour la Région Bretagne, met en évidence que la grande majorité des personnes parlant très bien ou assez bien le breton a plus de soixante ans. La moyenne d’âge des locuteurs du breton est ainsi de soixante-dix ans, et les soixante ans et plus représentent 79% des bretonnants.2

Ainsi plus de la moitié des livres en breton sont pour les enfants et adolescents, alors que ces derniers sont largement minoritaires parmi les locuteurs du breton. Il aurait été légitime de s’attendre à ce que se soit l’inverse, puisque les personnes âgées sont beaucoup plus nombreuses à parler breton que les jeunes. Comment interpréter ce paradoxe ? Que peut nous apprendre la littérature de jeunesse en langue bretonne sur la politique linguistique mise en œuvre par la Région Bretagne ces dernières années ?

Si l’on part du postulat que « les œuvres littéraires sont à la fois produits d’une situation sociolinguistique, révélatrices de cette réalité, et éléments susceptibles de la modifier »3 , il est possible de dégager des pistes d’analyses. Les titres édités en breton pour l’enfance et la jeunesse – qu’il s’agisse ou non d’œuvres littéraires, ceci est une autre question – peuvent en effet nous éclairer et agir comme des révélateurs de la situation sociolinguistique de la Bretagne, ou tout au moins de la politique linguistique de la Région.

Nous l’avons dit, les soixante ans et plus sont majoritaires parmi les locuteurs du breton. Mais si l’on avance dans les résultats de l’enquête TMO, on voit que seuls 27% d’entre eux déclarent savoir lire le breton, alors que les 15-24 ans sont eux 98% à le déclarer.Ces chiffres illustrent parfaitement la situation de diglossie dans laquelle ont grandi les bretonnants les plus âgés : la langue de l’écrit était le français, appris à l’école, et non pas le breton, qu’il fallait justement proscrire du milieu scolaire auquel l’écrit et la lecture étaient associés. Ces représentions et pratiques sont toujours présentes aujourd’hui chez beaucoup de bretonnants premiers, comme a encore pu le montrer récemment l’enquête Brezhoneg war an dachenn.4 Lorsque les personnes interrogées s’expriment sur l’écriture et la lecture du breton, elles marquent clairement cette répartition linguistique des usages, ne sachant souvent tout simplement pas lire en breton (« On a jamais écrit le breton. Fallait l’oublier ! ») et soulignent par ailleurs que de manière générale, il y avait très peu de livres dans les familles paysannes souvent assez pauvres qui constituaient la majorité des bretonnants.

C’est contre cette répartition des usages entre breton et français que vient justement se positionner la politique linguistique de la Région : il s’agit pour elle de favoriser la présence de la langue bretonne dans les divers champs de la vie sociale en Bretagne5 en se basant notamment sur le modèle catalan,6 c’est à dire « œuvrer au renversement de la situation de dominance, en faveur de la langue dominée, et normaliser les usages sociaux de cette dernière, en l’ayant au préalable dotée d’un standard et de normes grammaticales, lexicales et orthographiques. » 7 Norme qui s’éloigne du parler de la majorité des bretonnants premiers, et qui ne semble donc pas s’adresser à eux8 , comme l’ont mentionné plusieurs personnes lors de l’enquête Brezhoneg war an dachenn : « Notre breton c’est pas le même breton qui est écrit non plus ».

Afin de bien comprendre ce qui se joue avec la littérature de jeunesse en langue bretonne, autorisons-nous un petit détour par la situation corse décrite par Sébastien Quenot, qui pourrait tout autant s’appliquer à la Bretagne : « Compte-tenu de la pyramide des âges des locuteurs et de la surreprésentation des personnes âgées, nous pouvons formuler l’hypothèse que le nombre de locuteurs, en valeur absolue, est probablement appelé à décroître durant les prochaines années, quels que soient le dispositif juridique mis en place et les moyens octroyés à la langue. Cette évolution attendue pourra cependant s’accompagner d’une poursuite de la hausse de la compétence et d’une diversification des usages chez les plus jeunes. C’est à l’aune de ces résultats diachroniques que l’on mesurera les progrès accomplis en valeur relative par la politique linguistique. »9 Autrement dit, à défaut de pouvoir compter sur la quantité (de locuteurs), l’accent sera donc mis sur la qualité (de la langue acquise) et sur la diversité maximale de ses domaines d’usage. Les bretonnants premiers, âgés, sont les plus nombreux,mais n’incarnent pas du tout la compétence linguistique attendue et parlent breton quasiment exclusivement dans la sphère privée. Les brittophones (les jeunes « néo-bretonnants ») sont à même d’incarner l’idéal linguistique bilingue, ouvert sur l’avenir.« Le rôle dévolu à ce néo-breton est celui d’un symbole –c’est à dire, si l’on suit l’étymologie, un signe de reconnaissance – prenant le contre-pied de l’image de la langue véhiculée pendant longtemps, à savoir celle de paysans incultes ».10

La littérature de jeunesse peut alors être vu comme un élément de cristallisation des enjeux de cette politique linguistique :elle en est à la fois un produit (l’édition en langue bretonne, et particulièrement le secteur enfance et jeunesse, n’existerait pas sans les subventions allouées par la Région), mais également l’une des clés actionnées pour modifier la situation sociolinguistique.Alors que la génération des derniers bretonnants premiers ne lit pas ou très peu en breton, tout est mis en place pour que les futurs brittophones soient des lecteurs en breton dès leur plus jeune âge. La littérature de jeunesse en langue bretonne peut s’apparenter au symbole par excellence de la rupture avec la situation diglossique et l’image négative associée à la langue bretonne, la langue des paysans.

Salon du livre jeunesse de Morlaix 2018, à droite les livres en breton / Eve Rouxel

Un exemple parlant de ce symbole est la mise en image de la politique linguistique de la Région, qui passe notamment par la littérature de jeunesse en langue bretonne. Ainsi, sur le site internet de la Région, le discours sur la promotion de la langue bretonne va de paire avec des photographies mettant en avant la littérature de jeunesse en breton. En ouvrant la rubrique « langues de Bretagne »11 , le haut de la page est occupée par le titre « Politique linguistique de la Région. Développer les langues de Bretagne », immédiatement suivi d’une photographie de deux jeunes enfants tenant un livre en breton, Vilig an euzhvil. De même la page qui présente la dernière enquête sociolinguistique12 , est introduite par le titre « Enquête socio-linguistique : qui parle les langues de Bretagne aujourd’hui ? », et la photographie placée en dessous avant la suite de l’article montre un enseignant tenant un livre, Pebezh cholori e ti Zoé ! (un album illustré, pas un manuel scolaire) et désignant le même livre sur la table d’un enfant. La plaquette 2012 Développer les langues de Bretagne, téléchargeable sur le site de la Région, est conçue sur le même principe. La première page comporte uniquement le titre« breton et gallo, développer les langues de Bretagne », et au dessus, une photographie de deux fillettes en train de lire un album en breton, Lizig. A la question « qui parle breton aujourd’hui ? », répond-t-on que se sont ceux qui lisent ? Et si l’on lit entre les lignes – entre les images –doit-on en déduire que ceux qui parleront breton demain seront aussi et forcément ceux qui le liront ? C’est en tout cas ce que semble suggérer la mise en relation de ces articles et photographies, toujours dans l’optique du deuxième grand objectif de la politique linguistique de la Région, à savoir : « développer la présence des langues de Bretagne dans la vie sociale, culturelle et publique ». La littérature de jeunesse en langue bretonne véhicule ainsi l’image d’une langue officielle, d’actualité, ouverte sur le monde.

Ce n’est pas autre chose que disent les trois photographies choisies pour la page « édition » du site internet de l’Office Public de la langue bretonne. On y voit la photo du plus vieux manuscrit breton connu, la photo d’une bande dessinée de Titeuf en breton, et la photo de Harry Potter en breton, sans qu’il soit par ailleurs particulièrement question de l’édition de la littérature de jeunesse. Au prestige d’une pièce d’archive très ancienne (qui au demeurant n’illustre pas l’édition actuelle en langue bretonne, pourtant sujet de la page), vient s’ajouter un registre qui se veut jeune et ouvert sur le monde, voire universel avec la mise en avant du best-seller mondial Harry Potter traduit en breton.


War-lec’h an arzh bras (en français : La chasse à l’ours), un classique parmi la littérature de jeunesse internationale. Salon du livre jeunesse de Morlaix 2018 / Eve Rouxel

  1. Office Public de la langue bretonne, An embann brezhonek,communication du 23/10/18 à l’UBO []
  2. TMORégions, Les langues de Bretagne. Enquête sociolinguistique,sondage 2018, les principaux résultats []
  3. Stefan Moal, « La force de la littérature comme outil glottopolitique pour une langue minorisée : le cas du breton »,in Romain Colonna (dir.), Les locuteurs et les langues :pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs, Lambert-Lucas, Limoges, 2014 []
  4. enquête sociolinguistiqueauprès de 100 bretonnants premiers de Basse-Bretagne réaliséeentre 2011 et 2018 par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique deBrest []
  5. l’un des quatre objectifs votés par le Conseil régional de Bretagne en 2004 []
  6. Ronan Calvez, « Qu’est-ce que le breton ? La question de la langue », in Dominique Le Page (dir.), 11questions d’Histoire qui ont fait la Bretagne, Skol Vreizh, 2009 []
  7. Henri Boyer, « Modélisation conflictiviste et modélisation iréniste dans le traitement sociolinguistique des situations de diglossie : la preuve par le terrain », in Romain Colonna (dir.), Les locuteurs et les langues : pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs,Lambert-Lucas, Limoges, 2014 []
  8. Ronan Calvez, « Ce que parler du breton veut dire », in Ethnologie française,2012/4, Vol. 42 []
  9. Sébastien Quenot, « Coofficialité et normalisation de la langue corse : méthode et objectif d’un processus politique », in Romain Colonna (dir.), Les locuteurs et les langues : pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs, Lambert-Lucas,Limoges, 2014 []
  10. Ronan Calvez, 2009, op.cité []
  11. https://www.bretagne.bzh/jcms/JB080117_6202/fr/langues-de-bretagne,consultée le 06/12/18 []
  12. https://www.bretagne.bzh/jcms/prod_435654/fr/enquete-socio-linguistique-qui-parle-les-langues-de-bretagne-aujourd-hui?lg=fr,consultée le 06/12/18 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.