Les enjeux politiques de l’espace pour les états.

Le secteur du spatial revêt un caractère bien singulier. Il ne s’agit pas uniquement d’une manne financière ou d’un marché économique comme il en existe une myriade au sein du marché-monde qu’est notre planète. En effet, le spatial est une démonstration politique pour les états-nations. Une démonstration de puissance face à la communauté internationale, mais aussi pour la population des pays peuplant le club très fermé des puissances spatiales.

Les programmes spatiaux et les projets, parfois grandiloquents, sont des outils de cohésion interne au service d’un discours politique. En premier lieu, il convient de préciser que l’instrumentalisation du spatial est profondément idiosyncrasique aux états et dépend énormément du paradigme culturel, institutionnel, historique et idéologique de ceux-ci. Les exemples pris sont donc des illustrations de ce phénomène et non une extrapolation de la situation local à l’ensemble des nations mondiales.



La caractéristique commune à tout les discours politiques portant sur le spatial est l’exaltation de la fibre patriotique des peuples, à la manière d’une propagande classique, le but étant de renforcer l’adhésion populaire au régime par la démonstration des qualités techniques et scientifiques dont l’état à permit l’éclosion. Cependant, la manière d’opérer et les valeurs promues sont très conditionnées au dudit régime en place. L’administration spatiale nationale Chinoise (CNSA) multiplie les prouesses technologiques depuis ces deux dernières décennies. Comme l’alunissage réussit du robot « Lapin de Jade » sur la face cachée Sélène le 03/01/20191. Succès fortement médiatisé par le gouvernement. Ce genre de démonstration des capacités techniques du pays est essentiel afin de préserver la stabilité du régime dont la spectaculaire croissance économique sous les auspices d’un capitalisme d’état entraîne un accroissement important des inégalités sociales et donc un délitement du soutien du peuple à son gouvernement. De plus, la montée de la classe moyenne chinoise et les revendications sociales pressantes de celles ci, ainsi que des plus défavorisés, font craindre une contestation du pouvoir. En effet, le processus de modernisation accéléré du pays, et son enrichissement exponentiel, ainsi que l’interconnexion des peuples vie différents réseaux (bien que censuré dans cet exemple) mettent en exergue l’archaïsme du pouvoir chinois, autant que l’insupportable pression du productivisme acharné et la profonde inégalités des redistributions des richesses.2 Les succès spatiaux font figure de gage de compétence, de progrès et d’avènement de nouveaux héros pour le parti communiste. Les Taïkonautes, à savoir les astronautes chinois, font l’objet d’une attention toute particulière en Chine. Véritables idoles nationales, ils doivent incarner l’homme nouveau chinois et être les ambassadeurs de l’humanité au dehors de la terre. Le but étant d’offrir à la population un modèle à suivre et à respecter, passant par l’approbation des institutions étatiques. De plus, il faut garder à l’esprit que l’héritage confucianiste est omniprésent dans la structure sociale du pays. Exhortant l’individu au respect de la hiérarchie et des traditions, chose véritablement structurante pour les citoyens, la pression sociales qui en résulte dilue les éventuelles critiques face au culte laïc que le parti cherche à conforter. Dont les taïkonautes font offices de figure de proue3, devant se situer dans la droite ligne idéologique et morale proposée par le parti unique.

Prenons, à présent, le cas d’une grande démocratie libérale: les états-unis. Hyperpuissance spatiale disposant d’un colossale budget de plus de 40 milliards de dollars annuel (comprenant le budget militaire et civil)4 et de l’agence emblématique qu’est la NASA (19, 8925 milliards de dollars pour l’année fiscale 2019). Afin de saisir les ambitions de cohésion social qui représente cette dernière, il faut comprendre les conditions de la mise en œuvre de l’agence spatiale fédérale américaine. Le président Dwight D. Eisenhower pose ses bases avec la constitution de la NACA en 1958, qui accouche de la NASA, en juillet de la même année, grâce à l’autonomisation des activités spatiales de la NACA. Cette création fait suite à la peur étasunienne d’un retard technologique du pays face au grand rival de la guerre froide qu’est l’URSS. Notamment du fait de la réussite de Spoutnik 1 et Gagarine. Respectivement, le premier satellite artificiel en 1957 et le premier homme dans l’espace en 1961.

https://www.nasa.gov/specials/apollo50th/missions.html
Photographie du célèbre astronaute Buzz Aldrin lors de la mission Apollo 11
Crédit d’image: NASA

Le choc est terrible pour l’opinion public américaine doutant de la supériorité scientifique de leur état sur l’ennemie soviétique. Et, par extension, pour sa sûreté nationale et de ses intérêts. Le président Kennedy charge la jeune agence de remédier à la situation via le célèbre programme Apollo. Dont le but est d’être la démonstration indiscutable pour le reste du monde, mais surtout pour le peuple américain lui même, de la puissance de l’Amérique et de son savoir faire inégalé. Un outil de soft-power autant interne qu’externe.

Actuellement, le monde n’est plus en proie à une guerre froide et la course à l’espace comme instrument de propagande idéologique n’est plus de rigueur. Néanmoins, la NASA demeure un moyen d’exaltation national dans une Amérique plus que jamais patriote. L’augmentation de 4,2 % du budget de l’agence6, lors de la requête présidentielle du 12 février 2018 pour l’année 2019, par l’administration fraîchement élue est un indicateur des moyens accordé afin d’atteindre des objectifs politiques. Le président Trump affirme clairement les ambitions de vol habité martien de son administration7, s’incorporant ainsi dans la droite ligné de la méthode Kennedy. L’expression de la primauté nationale, par le biais d’une démonstration technologique, au service de la cohésion interne.

La dimension sécuritaire du spatial et ses applications militaires, aspect majeur du secteur, tient évidemment une place primordiale. Le principe de sécurité national étant majeur dans la politique internationale et nationale des états-unis ainsi que pour son peuple. L’espace est naturellement un domaine qu’il convient de sécuriser afin de préserver la suprématie, donc la sécurité nationale, martiale du pays face au reste du monde. Les récentes déclarations de Washington vont en ce sens, notamment avec la volonté de création d’une « Space force »8. Une force armée centrée sur le domaine spatial à la manière d’une navy compétente en matière de thalassocratie. Cette décision n’est pas une franche rupture avec la politique des précédentes administrations, mais s’inscrit dans le cadre d’une politique sécuritaire et de la doctrine, relativement ancienne, du « space control ». Cette dernière souhaitant sécuriser l’espace car étant un moyen incontournable de veiller à la protection du sanctuaire nationale et de ses intérêts internationaux.9 Chose que nous aborderons plus en détail dans un prochain chapitre de ce mémoire consacré à l’arsenalisation de l’espace. Le spatial autant du point de vu de l’exaltation de l’orgueil que de la sécurité nationale, revêt un objectif de cohésion social. Cohésion obtenu en répondant aux attentes d’une partie importante de l’opinion publique américaine.

Les buts recherchés par ces deux nations, principales puissances spatiales (du moins, en devenir pour le cas chinois), de réunion et cohésion national sont similaires. Cependant, les profondes divergences culturelles et idéologiques ainsi que par la nature de l’organisation politique de l’état conditionnent largement la manière d’opérer. Ce qui demeure intéressant de noter est l’enjeu, auprès de la population, qu’est le spatial. De la même manière qu’une compétition sportive ressoude les liens nationaux, les succès spatiaux dopent les sentiments d’appartenances des populations. Ceci est particulièrement important pour les états en proie à une grogne montante à cause d’un modèle social de plus en plus contesté comme en Chine. Ou bien, par le délitement de mythes nationaux fondateurs liant une société inégalitaire et communautariste, à l’instar des États-Unis Pays dont l’ « American dream » montre des limites évidentes.

En d’autres termes, un des rôles du secteur spatial est la légitimation d’un régime en place, ou, de légitimer un modèle civilisationnel auprès de ses propres citoyens, sur le plan interne. Sur le plan externe, l’une des caractéristiques majeurs du secteur spatial, et ceux depuis la course à l’espace entre les États-Unis et l’union soviétique, est la concurrence commerciale, scientifique et militaire que se livrent les états. L’espace est une démonstration des capacités techniques et scientifique dont le pays est capable. Il s’agit donc d’impressionner, de convaincre ou d’envoyer un message aux autres nations. De les influencer dans un sens ou dans un autre. Cependant, la comparaison avec la guerre froide s’arrête là car nous ne sommes plus dans un monde bipolaire regroupé en deux blocs opposés, mais un monde multi-polarisé avec des États-Unis proéminents sur la scène internationale. Le spatial n’est donc plus un objet d’une illustration de la supériorité idéologique d’un camp ou l’autre, dans le cadre des relations internationales, mais un instrument de soft-power plus généraliste.

En effet, la majeur partie de la diplomatie spatiale est axée sur une coopération entre parties-prenantes et non sur une confrontation. La station spatiale internationale (ISS) en est un parfait exemple. L’ISS, majoritairement financé par l’Amérique (à la hauteur de 98 milliards de dollars depuis le début du projet10), accueil la plupart des puissances spatiales comme l’Europe, la Russie, le Japon ou le Canada…11 avec un objectif de concert des nations pacifiées et coopératifs. Cependant, l’égide américaine est primordiale car étant à l’initiative du projet et finance son existence en grande partie. La présence de la Russie est singulière car servant, également, au transfert de sa technologie spatiale à la suite de la dissolution de l’URSS en 1991. La débâcle administrative qui suivit la chute du bloc de l’Est risquait de liquider son savoir faire spatiale par manque de fond. Washington a donc multiplié les partenariats avec la nouvelle fédération de Russie afin d’acquérir ses technologies et préserver un savoir scientifique spatial mondialement reconnu. L’utilisation des moteurs de fusée RD-180 Russe dans la conception des lanceurs ATLAS V américain, de 2002 à 2009, est un exemple de la volonté américaine de coopération et d’intégrer le jeune état dans le nouveau jeu diplomatique mondial. Mais aussi de profiter d’une expertise sans égal à l’époque. En ce qui concerne la station spatial, l’intégration de la Russie comme partenaire est particulièrement symptomatique du spatial comme reflet des relations internationale post guerre-froide et de son utilisation, par son initiateur, comme l’incarnation de sa politique étrangère vis à vis des autres nations. De « Freedom », le projet devint ISS en 1993, et la Russie fut invité au côté du Japon, de l’Europe et du Canada. Nonobstant, la fédération eu pour condition de désorbiter volontairement sa station spatial « Mir » hérité de la période soviétique afin de rejoindre la station internationale. La chose fût faite le 23 mars 2001, le temps que l’ISS soit opérationnel via le premier équipage permanent, en juillet 2000.

La place des États-Unis est prépondérante dans l’ISS, et bien que le commandement soit théoriquement mixte avec le Kremlin, elle ne peut survivre sans le soutien financier et les infrastructures spatiales américaines. Ce qui lui offre une influence considérable sur les orientations et la gestion du projet. L’annonce du retrait des états-unis, pour des raisons logistiques et politiques, prévu pour 202412, a pour conséquence la probable désorbitation de la station. De plus, le pays à profiter de sa position de principale partie-prenante afin d’accompagner sa politique diplomatique. En 1990, la Chine est exclu de partenariat et d’intégration à l’ISS. La question du Tibet, de Taïwan (soutenu par Washington face à Pékin), les événement de Tian’anmen et plus largement la question des droits de l’homme tendant les relations entre ces deux états. La décision fût revu en 2011, à la suite du processus de normalisation des relations diplomatiques entre ces puissances, initié par Bill Clinton en 1993. Mais, l’empire du milieu décline l’offre, préférant se centrer sur ses ambitions de station spatiale nationale ouverte aux organisations, étatiques ou non, internationales13. Il s’agit, pour la république populaire, d’une volonté de proposer une alternative à la puissance américaine et à sa tutelle incarnée par les partenariats asymétriques en vigueur. Substituant ainsi l’influence du géant capitaliste par la sienne. La chine, à l’heure actuelle, expérimente sa station spatiale. De modèle bien moins ambitieux et imposant que ses homologues américaines et soviétique. La station Tiangong 1 fut effective jusqu’en 2018, après 7 ans d’activités. Bien que son désorbitage fût un relatif échec car ce dernier n’a pas été contrôlé. Émoussant quelque peu la crédibilité de l’agence chinoise en matière de station spatial. Tiangong 2 est envoyé en 2016 et doit fonctionner jusqu’à sa destruction en juillet 2019. Ces deux stations spatiales chinoise sont autant des outils scientifiques que des tests pour la future Tiangong 3, dont les responsable politiques espèrent une mise en service d’ici 202214. Calquée sur le modèle de l’ISS, Tiangong 3 est présentée comme une station spatiale permanente ouverte à tout les partenariats internationaux. Remplaçant ainsi les États-Unis comme puissance prépondérante sur la station spatiale. Le but plus large est d’affirmer le leadership chinois, la station se voulant comme une démonstration indiscutable des capacités scientifique du pays ainsi qu’une concrétisation de son savoir faire technique.

Diplomatiquement, il s’agit d’étioler l’influence américaine, notamment en Asie, afin de desserrer l’étau diplomatique dans lequel il se trouve. En plus d’établir des relations d’échanges scientifiques avec d’autres nations afin de combler son retard technologique dans certains domaines. Notamment, en souhaitant multiplier les échanges internationaux concernant les étudiants. Que ce soit par l’accueil ou l’envoie de ressortissants. Le spatial chinois civil, bien que toujours sujet à caution au vu des liens troubles unissant l’armée populaire de libération et le CNSA, sert une diplomatie d’influence, type de diplomatie se caractérisant par la volonté d’être perçu comme décideur et donc agir agir en tant que tel15. Tout en promouvant un multilatéralisme excluant les états-unis d’un rôle de régulateur des relations internationales. En ce qui concerne le hard-power, la chine use également du spatial comme vitrine et avertissement face aux autres nations, particulièrement l’Occident. En effet, le 11 janvier 2007, l’armée populaire de libération effectue son premier test ASAT (missile pouvant abattre un engin spatial en orbite basse ou géostationnaire), contre un de ses propres satellites, avec succès16. Elle prouve donc aux puissances spatiales que les infrastructures spatiales en orbite basse et géostationnaire ne sont pas à l’abri en cas de conflit. Ainsi que de l’incapacité des renseignements étrangers à prévoir la constitution de ce système ASAT et donc la possibilité, pour la Chine, de mener des projets secrets.

Cette logique de soft-power valorisant le multilatéralisme et un développement des capacités militaires asymétriques se veut comme la preuve de l’affirmation du pays sur la scène internationale. Et donc, constituer une politique diplomatique indépendante viable et une sphère d’influence distincte de la superpuissance mondiale.

Il serait erroné de croire que la Chine rivalise avec son concurrent outre-Atlantique car la domination spatiale Américaine est encore incontestable. De part son avance technologique certaine et son budget écrasant de quatre à cinq fois celui de la CNSA (les estimations sont hasardeuses car le budget de l’administration spatial national Chinoise est particulièrement opaque. Variant entre 3 milliards et 11 milliards de budgets annuel, les plus probable penchant vers les 3,5 milliards annuel17). Le but n’est donc pas une course hasardeuse à l’espace, avec peu de possibilités de victoires, mais ne mener une concurrence asymétrique aux États-Unis en menant des projets moins ambitieux technologiquement et moins onéreux (Comme l’idée de base lunaire, en réponse à l’exploration humaine de Mars par l’administration Trump) et des réponses militaires plus envisageable à une éventuelle attaque spatiale. Par exemple, l’EMC pour paralyser l’électronique embarqué des systèmes spatiaux américains18.

Le gouvernement chinois analyse téléologiquement la situation, considérant que la civilisation chinoise est marche de reprendre sa place légitime de première puissance mondial. La domination occidentale du monde, effective depuis plusieurs siècle n’étant qu’une erreur de l’histoire que la nature se charge de réparer au fur et à mesure19. Pensant donc que le temps est du côté chinois, il n’y a pas vraiment de raison de forcer le destin et d’épuiser les finances publiques dans une compétition perdu d’avance face à un adversaire au moyen plus que conséquent. L’optique est de laisser l’histoire suivre son cours. De ce point de vu, le spatial est la concrétisation la plus éloquente de ce phénomène via une concurrence croissante de plus en plus virulente. Une montée en puissance des financements, des ambitions, des réalisations et enfin de l’influence liés au secteur.

1Maxime TELLIER, Eric CHAVEROU.La chine démontre sa puissance spatiale en se posant sur la face cachée de la Lune. France Culture. 3 février 2019.
2Selon le dossier « les enfants de Xi Jinping » paru dans le numéro 1407 du Courrier international, 1 % des chinois posséderaient 43,8 % du patrimoine national. Extrait disponible sur courrierinternational.com : Infographie. En chine, moins de pauvres mais toujours de fortes inégalités. 20 octobre 2017. 3Pierre HASKI. Liu Yang, héroïne du peuple, devient la première Chinoise dans l’espace. Nouvel Obs. 16 juin 2012. L’article, bien que court, souligne le relais politique que sont les taïkonaute via l’intervention du président de l’assemblée nationale populaire, Wu Bangguo, lors d’une cérémonie officielle de départ diffusée par la télévision d’état, exprimant le soutien de la Chine et son peuple à l’équipage. Les moyens et la présence du numéro 3 du régime Chinois est symptomatique du phénomène d’instrumentalisation des taïkonautes.
4Dupas, Alain. « Les États-Unis dans l’espace aujourd’hui : où les Américains placent-ils la nouvelle frontière ? » Areion 24, 18 janvier 2017.
5Casey DREIER. NASA’s 2019 Budget Takes Shape. Planetary.org
6Budget de la NASA en hausse dans la requête budgétaire présidentielle pour l’année fiscale 2019. france-science.org 16 juin 2018
7Lise VERBEKE. « Make America great again »… sur la Lune ! France Culture 24 décembre 2017
8Jean Michel GRADT. Défense : le projet « Space Force » de Trump avance. Les Echos. 20 février 2018.
9Alain DUPAS. La nouvelle conquête spatiale. Odile Jacob. 2010. Paris. P.78
10« Espace : les Etats-Unis pourraient privatiser la Station spatiale internationale », Le Parisien, 28 février 2018
11Lausson, Julien. Naissance à bord, crime, territoire : quelle est la loi sur la station spatiale internationale (ISS) ? » Numerama, 24 février 2018
12Decourt, Rémy. « ISS : que va devenir la Station spatiale internationale ? » Futura Sciences, 9 août 2018
13Perrin, Emmanuel. « ISS : la Chine refuse d’exploiter la station spatiale ». Gentside, 19 février 2011.
14 Tellier, Maxime, et Eric Chaverou. « La Chine démontre sa puissance spatiale en se posant sur la face cachée de la Lune ». France Culture, 3 janvier 2019
15Ruffini, Pierre-Bruno. Science et diplomatie: une nouvelle dimension des relations internationales. Essai. Paris: Éditions du Cygne, 2015. P. 14 à 15
16« Pékin confirme le tir d’essai d’un missile antisatellite ». Le Monde, 23 janvier 2007
17Cacciaguerra, Julien. « La confrontation spatiale entre la Chine et les Etats-Unis ». Infoguerre, 07 novembre 2017.
18Lausson, Julien. « Pourquoi les USA s’inquiètent des missiles anti-satellites de la Russie et de la Chine – Politique ». Numerama, 19 février 2018
19Dupas, Alain. La nouvelle conquête spatiale. Sciences. Paris: O. Jacob, 2010. P. 235


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search