La tour dite « tour à feu » de l’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre.

La présence de tours servant de repère pour la navigation est probablement très ancienne sur les côtes armoricaines en raison des dangers du littoral et de l’importance du trafic maritime dès l’Antiquité. Située entre le chenal du Four et l’entrée du goulet de Brest, la tour de Saint-Mathieu est souvent considérée comme le plus ancien phare breton1 . Selon certaines traditions locales2 , sa partie basse pourrait dater du milieu du milieu du Moyen Age. Mais rien ne l’atteste. En effet, les phares médiévaux demeurent un sujet très mal connu et aucune synthèse sur le sujet n’existe. En conséquence, l’étude des vestiges de la tour et de fonds d’archives, pourrait participer à combler cette lacune dans l’histoire maritime et architecturale atlantique.

Cependant il reste encore debout au milieu le donjon ou haute tour carrée au sommet de laquelle est une lanterne dans laquelle une torche brûlait autrefois pour servir de guide aux nautonniers ; et pour l’entretien de ce fanal, l’abbaye avait les épaves de la mer et un certain droit à percevoir sur les navires qui étaient poussés sur ce rivage ; mais les procureurs du Roy et les officiers de l’Amirauté, se sont attribués ce droit au nom du Roy ; et voilà pourquoi le fanal ne brille plus.

Texte de Dom Simon Le Tort traduit du latin par Mauriès issu du Compendium historiae abbatiae Sancti Matthaei in finibus terrarum datant de 1681, cité par Marie-Claire Cloître. M.-C. Cloitre, « L’abbaye retrouvée », B. Tanguy et M.-C. Cloitre (dir.), Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, Association Les Amis de Saint-Mathieu, CRBC, Plougonvelin, 1995, p. 275 ; fonds Levot, Service historique de la Marine, ms. 165

Aujourd’hui, les vestiges de la « haute tour carrée3 » demeurent visibles aux yeux des promeneurs songeurs. Ces ruines appartiennent au site de l’abbaye de Saint‑Mathieu de Fine‑Terre située en la commune de Plougonvelin, au nord-ouest du département du Finistère, et à l’extrémité d’un cap : la pointe Saint‑Mathieu.

Localisation de la pointe Saint-Mathieu.
DAO : Maria Kermanac’h.

Le premier phare breton ?

Les sources écrites et iconographiques, assez peu abondantes pour une importante abbaye comme celle de Saint-Mathieu, se densifient à partir de la réforme mauriste de 1656. Néanmoins, la tour serait signalée en tant que phare dès le XVe siècle d’après Daniel Collet4 . L’allumage en était alors réservé aux noires nuits d’hiver, quand les vaisseaux du roi naviguaient à proximité. Vers 1750, la lanterne, peu efficace et en mauvais état, fut renversée par un coup de vent5 . En 1773, on installa donc un système plus performant qui éclairait, selon les conditions atmosphériques, jusqu’à 5 et 7 lieues (20 à 30 km). Lorsque l’abbaye fut vendue comme carrière de pierres à la révolution, les murs de l’abbatiale et ceux de la tour furent en grande partie épargnés. Finalement, ce fut la construction du nouveau phare à lentilles de Fresnel en 1830 qui sonna le glas de la vielle tour à feu. Tronquée d’environ un tiers de sa hauteur, les ruines de la tour subsistent aujourd’hui encore sur le site.

Vue de la façade est de la « tour à feu » de Saint-Mathieu de Fine-Terre et d’une partie du chevet de l’abbatiale.
Cliché : Maria Kermanac’h.

Avant le  XVe siècle, la tour reste une énigme. En conséquence toutes les hypothèses peuvent être envisagées.

L’hypothèse d’un phare antique

A l’époque antique, les sources écrites évoquant la pointe Saint-Mathieu sont maigres et les vestiges archéologiques sont rares. Les principales sources de renseignements possibles sont : la Table de Peutinger6 et l’étude des voies romaines.

Gesocribate sur la Table de Peutinger.
Source : site d’ OmnesViae: Itinerarium Romanum, R. Vooburg, planificateur d’itinéraire numérique basé sur la Table de Peutinger, 2011, URL : https://omnesviae.org/fr/ (consulté le 11/04/2020)

Jean-Yves Eveillard s’est penché sur ces sources et leurs interprétations. Pour lui, le ville de Gesocribate visible sur la Table pourrait correspondre à la pointe Saint-Mathieu. En effet, en étudiant les voies romaines d’après les travaux d’Hervé Kerebel7 , le chercheur s’est rendu compte selon certains calculs, que la distance connue entre Vorgium/Gesocribate pouvait bien correspondre à la distance Carhaix/cap Saint-Mathieu en suivant le réseau de l’Empire8 . De plus en observant les environs par prospection pédestre , Jean-Yves Eveillard a mis en évidence que certains tracé de route pouvaient dater de l’époque romaine sur le site en question9 . Ces indices portent à croire qu’un établissement romain a pu occuper les lieux avant l’abbaye qu’on connaît aujourd’hui. L’hypothèse d’un phare guidant les navires au castrum romain de Brest10 a donc été formulée.

L’hypothèse d’un « donjon-clocher-tour à feu » au Moyen Age

Pour la période médiévale, les sources écrites ne sont plus guère nombreuses que pour la période antique. Et la tour à feu de l’abbaye de Saint-Mathieu reste une énigme pour les chercheurs. En effet, sa date de construction n’est pas connue. Certains supposent que si celle-ci a existé au Moyen Age, elle aurait pu avoir les fonctions de donjon, de clocher, ou de phare.

La « tour à feu » aurait pu être un donjon car le site de Saint-Mathieu est régulièrement soumis aux assauts anglais et l’on sait que l’abbaye fut fortifiée à l’époque médiévale11 . Dom Morice relate de nombreuses attaques dans ses Mémoires pour servir de preuves à l’histoire civile et ecclésiastique de Bretagne12 .

Selon Marie-Claire Cloître13 , l’édifice aurait pu également servir de clocher car sur un plan de l’état de l’abbaye d’avant 1670 est mentionné la légende de clocher à l’emplacement de la tour14 . Elle ajoute que selon Prosper Levot15 lors de la descente anglaise de 1295, les assaillants emportèrent entre autres « sept belles cloches » transportables tout de même. L’hypothèse ne semble pas impossible, mais comporte peu d’arguments.

La tour de la pointe Saint-Mathieu est couramment considérée comme un phare très ancien, pouvant dater de la période médiévale. Pourtant des preuves attestant de cette ancienneté dans les ouvrages qui avancent cette idée sont difficiles à trouver. Jean- Christophe Fichou propose l’hypothèse d’un simple fanal placé au Moyen Âge par les moines à une fenêtre pour marquer un lieu de prière qui était déjà très connu en Bretagne à cette époque, ce qui reste à démontrer car les preuves d’un grand pèlerinage semblent faire défaut. Pour lui finalement, il n’était nullement besoin d’un grand édifice, car la flotte médiévale était uniquement composée de petits caboteurs qui ne s’aventuraient guère vers l’horizon16 .

Maquette de l’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre vers 1500, vue du Sud‑Ouest. Musée du site. La tour domine l’ensemble du monastère et des environs par sa hauteur.
Source : M.-C. Cloître, « L’abbaye retrouvée », B. Tanguy et M.-C. Cloitre (dir.), Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, Association Les Amis de Saint-Mathieu, CRBC, Plougonvelin, 1995, p. 274. Cliché : Les Amis de Saint-Mathieu.

À partir du milieu du XVIIe siècle, la tour est bien mieux connue que pour les périodes précédentes. En 1656, le monastère de Saint‑Mathieu presque abandonné, est repris par les moines de la congrégation de Saint‑Maur. À partir de cette époque, l’existence de la « tour à feu » de l’abbaye est attestée par des plans, descriptions et vues. Il est possible que les nouveaux habitants de l’abbaye aient produit plus de documents que leurs prédécesseurs, et que ces documents aient été mieux protégés des destructions.

Un plan de l’abbaye de la deuxième partie du XVIIIe siècle

Plan de l’abbaye Saint-Mathieu au 1/350.
Source : N III Finistère 3.6, 1664-1672 : plan de l’abbaye 1/350. [photographie transmise par Pierre‑Marie Sallé]

Sur ce plan de la deuxième partie du XVIIe siècle, un observe un q inscrit dans la tour renvoyant à la légende La Tour. La façade septentrionale comporte deux contreforts. Le mur occidental possède également deux contreforts et une baie. Deux petites pièces communiquant entre elles par une porte sont accolées au mur occidental de la tour : l’une légendée ll correspondant à prison et l’autre sans légende. Cette dernière possède plusieurs accès menant : à la prison, une cour, à l’intérieur de la tour, et au bras nord du transept17 . La face méridionale de la tour est munie de deux contreforts tout comme la façade orientale. Prolongeant le long contrefort sud de la façade méridionale, un escalier à vis. Sur la façade orientale se placent deux contreforts dans le prolongement des murs nord et sud de la tour. Celui le plus au nord de la façade orientale comporte un appendice.

Dans le discours accompagnant ce plan au 1/350, il est question de transférer le dortoir à l’est du monastère, sur le rempart, et de créer des galeries entre un nouveau bâtiment et les parties anciennes du couvent : chapitre et cloître, en passant par « l’hostellerie et tout au travers de la tour pour descendre dans le vieil chapitre pour de là aller ou à l’église ou au clouestre ».

Le Compendium de Dom Le Tort et la vue d’Yves l’Hostis

Selon Prosper Levot18 , Dom Simon Le Tort19 était un moine bénédictin, qui avait été envoyé en 1681, à Saint-Mathieu par ses supérieurs, avec mission d’extraire du chartrier de l’abbaye son histoire particulière destinée à être insérée dans l’histoire générale des maisons de l’ordre. D’après Prosper Levot, l’histoire du monastère avait été écrite en latin et portait le nom de Compendium historae abbatiæ sancti Matthæi in finibus terrarum. Ce résumé de l’histoire de l’abbaye se serait composé de quatre feuilles de velin, dont l’auteur aurait sauvé trois pages de la destruction, et d’un dessin à la plume dû à « Yves Lostis »20 présentant une vue de l’abbaye.

Selon Marie-Claire Cloître21 , un passage du Compendium traduit du latin par Mauriès décrit la tour dans ces termes :

Pour sa propre défense elle s’est anoblie par le droit de châtellenie et s’est de toutes parts entourée d’une enceinte de très fortes murailles et de fossés garnis de tours, hautes de trente pieds et larges de neuf ; mais maintenant elles sont en partie tombées de vétusté, et en partie détruites pour agrandir les édifices. Cependant il reste encore debout au milieu le donjon ou haute tour carrée au sommet de laquelle est une lanterne dans laquelle une torche brûlait autrefois pour servir de guide aux nautonniers ; et pour l’entretien de ce fanal, l’abbaye avait les épaves de la mer et un certain droit à percevoir sur les navires qui étaient poussés sur ce rivage ; mais les procureurs du Roy et les officiers de l’Amirauté, se sont attribués ce droit au nom du Roy ; et voilà pourquoi le fanal ne brille plus

M.-C. Cloitre, op.cit., p. 274.

Le fac-similé22 du dessin à la plume d’Yves L’Hostis de l’ouvrage de Prosper Levot montre selon lui approximativement23 l’état de l’abbaye et donc de la tour vers 1681. Ce dessin à la plume semble avoir été réalisé avec rapidité. Selon Marie‑Claire Cloître, le dessin d’Yves L’Hostis, accompagnant le Compendium de Dom Simon le Tort est conservé auxFonds Levot, Service Historique de la Marine, ms165, cote 943 bis. D’après elle, une copie du fac‑similé du dessin de l’ouvrage de Prosper Levot a été faite par J. Mathieu en 1973. Les copies furent à plusieurs reprises comparées à l’original et se seraient révélées fidèles24 .

Fac-similé du dessin d’Yves l’Hostis.
Source : Fonds Levot ms165, cote 943 bis : dessin d’Yves l’Hostis, accompagnant le Compendium de Dom Simon le Tort

La vue montre la tour dominant le monastère. Deux navires voguent sur la mer entourant la pointe. On remarque au premier plan un grand bâtiment aux multiples fonctions empêchant de voir la partie basse de la tour. La tour est marquée d’un q renvoyant à Arx seu Turris, ce qui peut se traduire par citadelle, donjon, lieu de pouvoir ou tour. Un o situéau bas de la façade sud de la tour renvoie à la légende duci privati qui peut signifier conduit privé. On aperçoit à l’ouest de la tour un édifice accolé au bras nord du transept légendé p renvoyant à Domus domesticurum qu’on peut traduire par maison familiale. Du côté nord de la tour est une cour u renvoyant à Atrium culina soit cour de la cuisine. Au sommet de la tour est un lanternon surmonté d’une croix. Le toit est en bâtière et entouré d’une balustrade. Seules les façades sud et est de la tour sont visibles. La façade sud comporte une longue fenêtre à meneaux cintrée percée d’un oculus dans sa partie haute. Elle est surmontée d’une forme d’allure rectangulaire. La façade est comporte également une longue fenêtre à meneaux en plein cintre surmonté d’une forme plus foncée ; ainsi que cinq petites baies superposées le long de l’angle sud-est de la tour. Dans le bas de l’angle nord-est, on observe une petite structure en ressaut au sommet arrondi ceinte d’une corniche. Il n’est pas sûr que cette structure appartienne à la tour.

La description de Dom Le Tort nous informe que la tour peut servir de phare mais que faute de revenus tirés auparavant du droit de bris, la lanterne n’est pas allumée. Comme le suggère Prosper Levot25 , ce sont les religieux qui doivent sûrement entretenir ce feu. D’après Dom Simon le tort, ce sont les procureurs du roi et les officiers de l’Amirauté qui se sont approprié ce droit dont jouissait l’abbaye. D’après Vincent Guigueno26 , l’allumage d’un feu pour guider les bateaux est quel que soit l’époque lié à un pouvoir, un état, un royaume, ou une ville portuaire, qui doit en garantir le fonctionnement régulier. C’est ce qu’il appelle la « dimension politique »27 d’un phare. On peut alors se dire que la priorité du pouvoir royal et du haut commandement de la Marine vers 1681 n’est pas l’éclairage de la côte à Saint-Mathieu.

La vue du Monasticon gallicanum

Édité à la fin du XIXe siècle, le Monasticon gallicanum28 est un catalogue en deux volumes rassemblant notices historiques et vues de monastères réalisées à la demande de Dom Michel Germain, à Saint-Germain‑des‑prés à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. L’abbaye Saint-Mathieu apparaît dans cet ouvrage29 . Ces documents ne seraient pas datés avec exactitude mais d’après Pierre‑Marie Sallé, on pourrait estimer qu’ils ont été réalisés entre 1680 et 171030 .


Vue de l’abbaye Saint-Mathieu.
Source : Matériaux du Monasticon gallicanum de Dom Germain. Latin 11818. Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Latin 11818. Vues 93 à vue 102, n. p. .

Sur cette gravure, la tour domine l’abbaye entourée de l’océan sur lequel naviguent des bateaux. La légende se trouve dans un cartouche ressemblant à un drapé. On aperçoit à l’ouest de la tour un édifice accolé au bras nord du transept légendé p renvoyant à Domus domesticurum pouvant signifier maison familiale. La tour est légendée Q ceci renvoyant à Arx seu Turris, ce qui peut se traduire par citadelle, donjon, lieu de pouvoir ou tour. Deux O sont au bas de la façade orientale de la tour : l’un à demi effacé pouvant se confondre avec une baie dans son angle sud-est ; l’autre sous lequel on devine une autre lettre dans son angle nord-est. Ces O renvoie à la légende Camera communis qui peut se traduire par salle commune.

Au sommet de la tour est un lanternon surmonté d’une croix, à laquelle est accroché un drapeau flottant au vent. Le toit en bâtière est entouré d’une balustrade dont les angles se terminent par des têtes d’animaux. Seules les façades est et sud sont visibles. La façade sud comporte une longue fenêtre à meneau cintrée. Sous cette baie est une petite fenêtre carrée. En haut de la façade orientale de la tour est dessiné schématiquement, un dais architecturé abritant une forme d’écu vierge coiffé d’une mitre et d’une crosse. Sous ce dais est une longue fenêtre à meneau cintrée dont la partie haute est percée d’un oculus. Le long de l’angle sud de la façade orientale, sont alignées quatre ouvertures rectangulaires. Un espace sépare les trois baies les plus hautes de la quatrième. Dans l’angle nord-est, il semble y avoir un décroché, sous lequel on observe une structure en ressaut dont le sommet est triangulaire est garnie deux points noirs. Cette structure pourrait être la cheminée du bâtiment construit par les mauristes.

Finalement, on peut dire que la gravure du Monasticon Gallicanum confirme l’allure générale de la tour à la fin du XVIIe siècle donnée par le fac-similé d’Yves L’Hostis. Malgré l’existence de différences entre ces deux vues, il est évident qu’elles ont une base commune.

Fonctionnement du phare

A la fin de XVIIe siècle et début de XVIIIe siècle, le feu de Saint‑Mathieu est décrit comme ayant pour unique but de guider la flotte de la Marine royale la nuit. Son allumage est rare et son fonctionnement difficile pour des raisons techniques, financières et d’organisation.

En effet, selon Prosper Levot31 par mesure d’économie, le fanal aurait été allumé seulement du premier octobre au trente et un mars et serait resté éteint pendant les nuits d’hiver où il fait clair de lune ; pour Henri Urscheller le feu n’aurait été allumé qu’en hiver, par les nuits très noires et lorsque les vaisseaux du Roy étaient dehors Cette phrase est en italique dans son texte comme s’il s’agissait d’une citation dont il ne donne pas la source. Le manque d’huile et sa qualité sont décrits par des citations d’Henri Urscheller32 de la correspondance entre l’intendant de Brest et le ministre de la Marine en 1712 et 1720. Selon Daniel Collet33 , d’autres textes de 1720 et de 1739 feraient état d’une situation inchangée, et l’huile manquerait toujours. Le paiement des hommes devant entretenir le feu pose également problème : selon Prosper Levot34 les moines auraient entretenu le feu sans doute après 1694, et M. l’intendant Desclouzeaux aurait trouvé excessif le mémoire de frais présenté par le P. Prieur.

Outre les problèmes économiques, l’organisation des hommes chargés de l’entretien du feu ne semble pas stable. Selon Henri Urscheller35 ,  l’intendant Desclouzeaux dans sa dépêche au ministre du 25 novembre 1693, avait émis l’idée d’obliger les moines d’allumer et d’éteindre le fanal en leur donnant quelque chose pour le valet qui en prendra soin. Ce qui a dû se produire car d’après Prosper Levot36 , au mois de juillet 1694, les religieux présentèrent qu’il était incommode pour eux d’ouvrir la porte, la nuit, à celui qui était chargé d’entretenir le feu et ils offrirent de le remplacer. Les moines remplacèrent sans doute ce valet car l’intendant Desclouzeaux aurait trouvé le prix demandé par les moines pour ce service trop élevé. L’intendant aurait confié l’entretien du phare à un commis des classes du Conquet. Selon Urscheller37 , le commis des classes venait du Conquet par tous les temps à Saint-Mathieu.

La vue des Voyages pittoresques

D’après Prosper Levot :

L’abbaye de Saint-Mathieu fut vendue, comme bien national, le 6 thermidor an IV (la dimanche, 24 juillet 1796), à M. Budoc Provost, du Conquet, qui s’empressa de la démolir complètement et d’en vendre sur place les matériaux à divers particuliers. Quant à l’église, non comprise dans la vente, elle est encore la propriété du Domaine, qui l’a entourée d’un mir depuis qu’elle a été classée au nombre des monuments historiques. Une autre exception à la vente avait été faite , c’était celle de la tour servant de phare.

P. Levot, op. cit. p. 78.

Vue de la tour et du chevet de l’abbaye vers 1830.
Source : C. Nodier, J. Taylor, A. De Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France. Bretagne, Gide fils, Paris, 1845-1846

Cette lithographie datée des années 1830 d’après Yves-Pierre Castel38 représente l’abbaye de Saint-Mathieu en ruine. Au premier plan on peut voir les restes d’un mur enduit. Une petite bretonne en habits traditionnels est installée au pied de la construction. Le personnage donne une échelle de grandeur approximative des bâtiments. Au centre de l’estampe, ce qu’il reste du chevet de l’abbatiale au début du XIXe s. Reliée à l’église par un mur : la tour. Elle domine de sa hauteur le paysage.

Couronnant la toiture à quatre pan de la tour : une lanterne de forme ronde coiffée par un toit conique muni d’un drapeau flottant au vent. Le lanternon est composée de carreaux agencés entre eux sur trois étages. Quatre carreaux sur les deux premiers étages sont visibles. Au-dessous du dispositif d’éclairage, une plate-forme circulaire entourée d’une rembarde. Elle est soutenue par au moins deux piliers et s’adosse d’une part à une construction de forme cylindrique coiffée d’un dôme, et de l’autre au toit de la tour. La partie basse du toit à quatre pans est ceint d’une gouttière ou peut-être d’une corniche. Le pied de la tour est caché à la vue du spectateur par le mur enduit au premier plan et seuls les façades sud et est sont visibles. La façade sud est reliée à mi-hauteur à ce qu’il reste de l’abbatiale par un mur en pente douce. Le parement de la tour ne se distingue pas réellement et de grandes fissures font penser à un enduit décrépit. La façade est du bâtiment comporte trois ouvertures : deux petites et une longue. La plus haute est de forme rectangulaire. Au centre, la longue baie plein-cintre est divisée en trois parties par deux meneaux ou abat-sons. La fenêtre la plus basse est en plein-cintre également. Un début de contrefort apparaît du côté sud de la façade. A cette époque, le feu semble en activité.

Destruction et conclusion

C’est en 1830, sur le double constat du délabrement et de la hauteur insuffisante de la vieille tour abbatiale, que la décision est prise par la Marine d’implanter un nouveau phare à l’angle sud-est des ruines de l’ancienne l’église. Cette nouvelle construction va sonner le glas de la vielle tour qui est détruite de moitié comme la montre ce dessin d’Eugène Cicéri, où la tour de l’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre apparait décapitée.


La tour réduite après 1835. E. Cicéri, Cap St Mathieu, dessin à la mine de plomb avec rehauts de blanc sur papier beige, 27,2 x 41,5 cm, deuxième moitié du XIXe siècle.
Source : Diaporama de T. Simon, « Une approche géographique de Saint-Mathieu : un haut lieu, entre Iroise et Léon », Colloque de Saint-Mathieu de Fine-Terre des 15, 16, 17 Octobre 2019, Plougonvelin.
Disponible en ligne sur le site de la BNF 
URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7741634v/f1.item.zoom
ou https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40309524j (consulté le 29/02/2020)

Finalement, à la lumière de ce travail iconographique, la mystérieuse tour de l’abbaye de Saint-Mathieu semble aujourd’hui livre ses secrets. En effet, sur de nombreuses vues et plans qui jusqu’ici demeuraient éparpillées dans de nombreux ouvrages et fonds d’archives, apparaissent des représentations successives de la tour. Ce travail de recherche et de compilation aura donc permis de donner un aperçu général de ce que fut la tour de Saint-Mathieu au cours du temps. Un mémoire de Master est cours de rédaction sur ce sujet et sera disponible à la consultation à la bibliothèque du CRBC de l’UBO de Brest en septembre 2021.

  1. J.-C. Fichou, N. Le Henaff, X. Mével, Phares : histoire du balisage et de l’éclairage des côtes de France, Le Chasse-Marée-Ar Men, Douarnenez, 1999, p. 17 []
  2. Collet, Phares du Ponant : l’éclairage des côtes du Finistère, de la fin du XVIIème siècle à 1920, Skol Vreizh, Morlaix, 1992, p. 3 []
  3. Ibid, .p. 275. []
  4. D. Collet, op. cit., p.3 . []
  5. Y.-P. Castel, « L’abbaye Saint-Mathieu revisitée », B. Tanguy et M.-C. Cloitre (dir.), Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, CRBC-Les amis de Saint-Mathieu, Plougonvelin, 1995, p. 247 []
  6. Disponible sur le site de Jstor :B. Salway, « The Nature and Genesis of the Peutinger Map », Imago Mundi , Imago Mundi, Ltd, s., l., , 2005, Vol. 57, No. 2 (2005), pp. 119-135 URL :http://www.jstor.com/stable/40233991 ; disponible sur le site de Persée : A. Molinier, « Table de Peutinger », Les Sources de l’histoire de France – Des origines aux guerres d’Italie (1494). I. Époque primitive, mérovingiens et carolingiens, A. Picard et fils, Paris, 1901, pp. 7-8 URL : https://www.persee.fr/doc/shf_0000-0000_1901_num_1_1_847_t1_0007_0000_9 (consulté le 12/04/2020) ; disponible sur le site de Persée : A. Pascal, « L’origine, la date de rédaction et la diffusion de l’archétype de la Table de Peutinger », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1990, pp. 302-321 URL : www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1990_num_1988_1_9424 (consulté le 20/07/2020). []
  7. H. Kérébel, Microtonymie et prospection archéologiques dans la pointe sud-ouest du Léon, Mémoire de maîtrise, UBO, Brest, 1988. []
  8. J.-Y. Eveillard, « La pointe Saint-Mathieu dans la géographie antique », B. Tanguy et M.-C. Cloitre (dir.), Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, CRBC-Les amis de Saint-Mathieu, Plougonvelin, 1995, pp. 23-29. []
  9. J.-Y. Éveillard, « Voies de communications et habitats de la Pointe Saint-Mathieu aux époques antique et alto-médiévale », Colloque de Saint-Mathieu de Fine-Terre des 15, 16, 17 Octobre 2019, Plougonvelin. []
  10. C. Corvisier, «  Le château de Brest : du donjon des Ducs de Bretagne à la place forte d’État », Congrès archéologique de France, 165e session, 2007, Finistère, Paris, Société française d’archéologie, 2009, pp. 23-64 ;disponible sur la Bibliothèque numérique de Service Régional de l’Archéologie : T. Béthus, Bretagne, Finistère, Brest (29 019) Les vestiges gallo-romains du château de Brest, Rapport d’opération Diagnostic archéologique ,Inrap Grand Ouest, Juin 2016URL : http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/f059f168ca33173ca3cad463e0fa2323.pdfconsulté le 12/11/2020). []
  11. P. Kernevez, « Saint-Mathieu, abbaye fortifiée face à la mer », Colloque de Saint-Mathieu de Fine-Terre des 15, 16, 17 Octobre 2019, Plougonvelin. []
  12. Disponible en ligne sur le site de Gallica : Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire civile et ecclésiastique de Bretagne, 3 volumes, Ch. Osmont, Paris, 1742-1746, réed., URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041641k.image (consulté le 27/01/20). Pierre-Hyacinthe Morice de Beaubois, dit Dom Morice, est un bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, né le 5 octobre 1693 à Quimperlé et mort le 14 octobre 1750 à Paris. []
  13. M.-C. Cloitre, « L’abbaye retrouvée », B. Tanguy et M.-C. Cloitre (dir.), Saint-Mathieu de Fine-Terre à travers les âges Actes du colloque des 23 et 24 septembre 1994, Association Les Amis de Saint-Mathieu, CRBC, Plougonvelin, 1995, pp. 271-300. []
  14. N III Finistère 3.3, 1664 : plan de l’abbaye 1/200, photographies transmises par Pierre-Marie Sallé. []
  15. P. Levot, L’abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre ou de Saint-Matthieu (Finistère), s.n, s.l, 1874, p. 67. A. D. Quimper Q8MM 99. []
  16. J.-C. Fichou, F. Dreyer, M. Desachy, L’histoire de tous les phares de France, Editions Ouest-France, Rennes, 2005, pp. 161-164 []
  17. Le pas de cette porte du côté intérieur de l’église a été fouillé en 1988 par Philippe Champagne. F. Champagne, op. cit., n.p.. []
  18. P. Levot, op. cit, p. 19. []
  19. Selon Louis Le Moine, Dom Simon le Tort est né à Rennes. Profes à 18 ans à Saint-Melaine le 8-7-1657 (1736). Procureur à Landévennec 1674 (Archives Kernuz, ADF). Prieur de Blanche Couronne, 1687, 1690. Décès le 8-7-1694 à Saint-Gildas-des-Bois. L. Lemoine, B. Merdrignac, Corona Monastica: Moines bretons de Landévennec : histoire et mémoire celtiques. Mélanges offerts au père Marc Simon, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2004, p. 323. []
  20. P. Levot, op. cit., p. 19. []
  21. M.-C. Cloitre, op.cit., p. 274. []
  22. Cette vue est aussi présente dans la réédition des Amis de Saint-Mathieu de l’ouvrage de P. Levot,op. cit. en 1985 p. 81 et dans M-C Cloitre, op. cit.,.p. 289. []
  23. Selon Prosper Levot, cette vue est défectueuse sous le rapport de la perspective, mais donne une idée approximative de l’ensemble des lieux. P. Levot, op. cit., p. 19. []
  24. M.-C. Cloître, op. cit., p. 271. []
  25. P. Levot, op. cit., p. 78. []
  26. V. Guigueno, Les phares : gardiens des côtes de France, Gallimard, Paris, 2012, p. 16. []
  27. Ibid. []
  28. Dom M. Germain, Monasticon gallicanum collection de 168 planches de vues topographiques représentant les monastères de l’ordre de Saint-Benoît congrégation de Saint‑Maur avec deux cartes des établissements bénédictins de France le tout reproduit par les soins de M. Peigné‑Delacourt avec une préface par M. Léopold Delisle membre de l’institut, éd. Victor Palmé, Paris, 1871. []
  29. Dom M. Germain, op. cit., volume 1,p. 2et p. 15. []
  30. Cette estimation correspond aux informations que donne Marie-Claire Cloître au sujet de Dom Germain Cousin, qui fut chargé selon elle de préparer l’édition du Monasticon Gallicanum. Effet, celui-ci mourut le 8 mai 1708 à Saint Vincent du Mans. Marie-Claire Cloître cite Dom Chaussy, Matricula Monachorum, 1959, p. 26, Bibliothèque d’Histoire et d’Archéologie Chrétienne. M.-C. Cloître, op. cit., p. 272. []
  31. P. Levot, op. cit., p. 78. []
  32. H. Urscheller, La pointe St-Mathieu : le cap, l’abbaye, l’ancienne ville et le phare saint-Mathieu, A. Dumont, Brest, 1892,pp. 82-.87. []
  33. D. Collet, op. cit., p. 4. []
  34. P. Levot, op. cit., p. 79. []
  35. H. Urscheller, op. cit.,p. 83. []
  36. Et aussi Henri Urscheller. P. Levot, op. cit., p. 78. H. Urscheller, op. cit., pp. 82-83. []
  37. H. Urscheller, op. cit., p. 83. []
  38. Y.-P. Castel, op. cit. , p. 247. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search