La victoire dans l’iconographie romaine antique. Les trophées dans les monnaies républicaines et impériales.

La numismatique est une source importante pour l’historien antiquisant. En effet, l’iconographie monétaire et les légendes ornant les avers et les revers constituent des informations capitales sur l’histoire politique, militaire et artistique romaine, du IIIe siècle avant J.-C. au IVe siècle après J.-C. La thématique de la victoire dans la communication monétaire des généraux puis des empereurs romains est omniprésente, glorifiant le vainqueur face aux barbares vaincus. Les images du trophée et de ses variantes sur les flans monétaires représentent une facette de la « théologie de la victoire ».

« Dans la victoire l’Empire a été fondé, et par la victoire, il s’est perpétué. »1

Selon Jesse Rufus Fears, la conception de la victoire, pour une société aussi martiale que Rome, est centrale voire fondamentale. Elle marque le succès obtenu à l’issue d’une confrontation armée, s’opposant ainsi à la défaite. En plus d’être une allégorie et l’objet d’un culte romain, elle se distingue surtout comme un outil de la construction de l’Empire et son pivot. Ce phénomène s’inscrit dans ce qu’on appelle la « théologie de la Victoire »2, en somme, une idéologie politico-religieuse directement inspirée du monde grec. En Grèce, ce sont les divinités qui interviennent sur le champ de bataille et qui la sanctionnent. Cependant, dès le Ve siècle avant J.-C., les chefs d’armées sont héroïsés et se voient attribuer divers honneurs jusque là réservés aux dieux. Lorsque Rome fut hellénisée au IIIe siècle avant J.-C., elle adopte la Nikè grecque dans son panthéon et diverses épithètes3 victorieuses mais c’est bel et bien la notion d’invincibilité du vainqueur qui a d’emblée suscité l’intérêt des généraux romains. Ainsi, c’est une période clé qui s’ouvre pour l’Vrbs avec les guerres samnites qui ont été couronnées de succès et grâce aux conquêtes militaires s’intensifiant au sein de l’espace méditerranéen. En cette période de fortes mutations politiques, la cérémonie du triomphe attire l’attention des généraux victorieux, devenant même un objectif à atteindre en dépit de son caractère éphémère. Le général triomphant est revêtu d’une aura particulière où il est temporairement assimilé à Jupiter. La victoire devient un instrument de légitimité car elle permet à ses bénéficiaires de s’ériger en maîtres du pouvoir romain, tant sous la République par les généraux et les imperatores, que sous l’Empire.

La victoire fut célébrée en Grèce et à Rome à travers des rites spécifiques et des édifices pour remercier les dieux et mettre en avant les armes des vaincus, formant le résultat matériel de la victoire et synonyme du dépouillement de l’adversaire. Les Grecs avaient l’habitude de consacrer ces dépouilles dans les sanctuaires à l’issue du combat, tels que ceux d’Apollon à Delphes et de Zeus à Olympie4. Les Étrusques, quant à eux, ont fait usage de la crémation pour consacrer les dépouilles en l’honneur de couples divins. Les Romains ont aussi consacré le butin de guerre dans des sanctuaires, mais ce phénomène fut moins important qu’en Grèce. En revanche, à Rome, le butin a joué un rôle important5 que ce soit au sein de l’espace public et privé que sur le plan symbolique. Selon Michel Aberson, la définition du butin de guerre demeure encore difficile à éclaircir mais selon les textes, la praeda désigne le butin dans sa totalité tandis que les manubiae concerne les objets précieux pouvant être thésaurisés et les spolia, les plus belles armes constituant les objets précieux. Les spolia sont une immense source de prestige et exhibées dans l’espace public dès 300 avant J.-C., sur le Forum à l’image de la Pila Horatia, une pile érigée à l’extrémité ouest du Forum Romain ayant reçu les dépouilles des trois Curiaces rapportées par Horatius ; ou suspendues aux structures architecturales. Les plus belles armes sont aussi présentes lors des triomphes qui étaient les processions les plus propices à l’ostentation du butin, et lors de jeux. La victoire fut également ancrée dans l’espace urbain par la construction de monuments commémoratifs avec le butin comme des temples votifs, des portiques, des fornices, des colonnes rostrales comme celle de Caius Duilius, des arcs de triomphes et forums impériaux.

Reproduction de la colonne de Caius Duilius conservée au Musée de la civilisation romaine, Rome.
Source : wikipedia.org

L’exposition des armes est aussi prégnante dans le cadre privé. A l’origine, l’issue de la procession triomphale était la maison du triomphateur. Les armes dans ce contexte étaient suspendues aux entrées, on retient à titre d’exemple le cas de Quintus Lutatius Catulus, consul en 102 avant J.-C. aux côtés de Marius ayant combattu avec lui les Cimbres à la bataille de Verceil, qui fit construire une extension de sa maison en forme de portique afin d’y abriter les spolia des Cimbres et Teutons. Les exemples ne manquent pas, mais il ne faut pas omettre la dimension symbolique du butin. Les Romains éprouvaient de la peur vis à vis des armes des vaincus (surtout des trompettes gauloises sur le champ de bataille) mais particulièrement de l’admiration. Les dépouilles des vaincus sont si symboliques pour les Romains qu’on les retrouve dans les mythes des origines : Romulus consacrant les dépouilles opimes du roi Acron au temple de Jupiter Feretrius et Énée construisant un trophée avec les armes de Mézence assemblées sur un arbre ébranché. Les pratiques militaires incluant les instruments de guerre ennemis sont ainsi au cœur de l’identité romaine et en particulier celle du trophée d’armes, qui est selon le numismate Georges Depeyrot, le « symbole parfait de la victoire. »

 

La place du trophée dans la société romaine, entre tradition et innovation.

Le trophée romain est multiforme tout en étant doté d’une puissante symbolique. Il nous semble tout d’abord essentiel de définir le trophée romain et d’éclaircir ses origines. Élément évocateur de victoire de la cité et/ou du chef militaire vainqueur, il est au centre de rites militaires et un motif artistique à part entière. Les trophées consistent en un tronc d’arbre sur lequel sont disposées les armes des vaincus morts sur le champ de bataille, afin d’en obtenir une forme anthropomorphique. Généralement, sont assemblés en panoplie un casque, des boucliers, divers éléments constituant l’arsenal de l’ennemi et parfois des vêtements et armes extérieurs à l’adversaire. A côté de ces trophées-mannequins, on retrouve des tas d’armes pouvant faire office de trophées. Les trophées romains sont directement inspirés de la culture grecque, attestés depuis le Ve siècle avant J.-C., après la guerre de Marathon en 490 avant J.-C au cours de la première guerre médique. L’appréhension de l’étymologie du terme « trophée » est primordiale à sa compréhension. Il provient du grec τρόπαιον (tropaion), latinisé en tropaeum, dérive des termes τρέπειν, τροπή « tourner, fuir », désignant ainsi le trophée comme un objet marquant le point tournant de la bataille. Le trophée grec est un objet éphémère, souvent en bois, directement érigé sur le champ de bataille, marquant l’endroit où l’ennemi a tourné le dos. Cet objet ressemble à un épouvantail militaire car il représente une menace pour les ennemis, leur faisant honte mais il est considéré par les soldats comme un porte-bonheur car gage de leur succès. Le trophée fait partie intégrante de l’ensemble des actes rituels militaires. Avant la bataille, les oracles sont consultés, un sacrifice est orchestré avant puis après la bataille où le trophée est érigé en l’honneur de Zeus Tropaios car la panoplie représentant la forme d’un soldat de l’armée vaincue est offerte en guise d’offrande, suivis de libations et chants militaires. Les armes sont chargées d’un sacré identifié à Zeus mais sont aussi dangereuses car souillées de sang et ont surtout mené les ennemis vers leur déroute. Le trophée permet ainsi d’immobiliser les forces destructrices de la mort qui sont neutralisées par le pouvoir magique du trophée6. En lui, s’incarne non seulement la défaite des vaincus mais également la force qui appartient au chef par sa vertu militaire. Les Romains ont sûrement adopté le tropaion puisqu’il les a impressionnés et faisait écho à leurs propres pratiques relatives à l’exposition des dépouilles et à la même vision du caractère sacré du tronc d’arbre. La première adoption du trophée grec à Rome passe par la monnaie. Tout d’abord, les trophées monétaires grecs sont adoptés en Sicile au IIIe siècle avant J.-C. figurant une Nikè couronnant un trophée, ce sont des copies des monnaies de Séleucos en Grèce. Lors de la conquête de Syracuse en 212 avant J.-C., le trophée grec rentre dans la numismatique romaine qui copie quant à elle les tétradrachmes d’Agathocle, tyran de Sicile. Ainsi, le victoriatus met en avant la figure de Victoria couronnant le trophée d’armes accompagné de la légende ROMA.

Tétradrachme d’Agathocle en argent, Syracuse.
361 – 289 av. J.-C.
La Nikè installant le casque au sommet du trophée d’armes.
Source : gallica.bnf.fr

Victoriatus romain, 207 av. J.-C.
Victoria couronnant le trophée d’armes en face d’elle. L’inscription ROMA est visible en exergue.
Source : gallica.bnf.fr

Peu à peu, le trophée spécifiquement romain se transforme. Les quatre distinctions entre les trophées grecs et romains avancées par Lauren Kinnee7 , nous permettent de comprendre la particularité romaine du trophée et plus largement son processus de romanisation. Rome a décidé d’intégrer le trophée au sein de la procession triomphale généralement disposé sur un ferculum, c’est à dire un brancard servant également à porter le défunt, ou encore des offrandes et statues divines. A partir du IIe siècle avant J.-C., le trophée romain est davantage monumental, commémoratif, massif et sculpté dans la pierre. Selon Florus, les premiers trophées architecturaux sont apparus dès 121 avant J.-C., à l’initiative de Domitius Ahenobarbus et Fabius Maximus, victorieux des Gaulois. Son texte dévoile ainsi le caractère novateur de cette pratique puisqu’il écrit « Domitius Ahenobarbus et Fabius Maximus élevèrent tous deux des tours de pierre aux endroits mêmes où ils avaient combattu et fixèrent à leur sommet des trophées d’armes ennemies, usage qui n’avait jamais été pratiqué chez nous. » De plus, ces trophées-tours furent placés à divers endroits et non plus forcément sur le champ de bataille mais à des points géographiques stratégiques comme le trophée d’Auguste à La Turbie et celui de Trajan à Adamclisi.

Vestige du trophée d’Auguste à la Turbie, Alpes.
Source : wikipedia.org

Cependant, la différence fondamentale réside dans la dédicace du trophée aux divinités patronnant le général vainqueur. Ainsi, le phénomène du trophée a proliféré et a été érigé par les Romains comme la quintessence de la domination romaine, un symbole du pouvoir jusqu’au Ve siècle de notre ère. En revanche, la pratique militaire de l’érection du trophée certes présente dès le dernier quart du IIe siècle avant J.-C., s’essouffle jusqu’à Tibère. Toutefois il devient un motif phare de l’art triomphal, à la fois surchargé d’armes et accompagné de captifs barbares. Omniprésent au sein des espaces publics de l’Vrbs, il se déploie partout à la vue de tous, sur n’importe quel support : les reliefs comme les arcs de triomphes, les colonnes commémoratives, les sarcophages ; ou encore les supports plus délicats et restreints qui requièrent de la minutie dans leur réalisation comme les camées ou la monnaie.

Le trophée monétaire : une utilisation pérenne et privilégiée par les acteurs du pouvoir.

La représentation des trophées en numismatique attire ici notre attention en raison de sa spécificité et son originalité comparé aux autres supports. En effet, c’est le premier support à avoir figuré le trophée mais il faut noter que ce motif sur les monnaies est promis à un bel avenir car il y est pérenne jusqu’au déclin de l’Empire. Parallèlement à sa monumentalisation, le trophée est miniaturisé sur la monnaie, faisant office de symbole. Un symbole est une « représentation figurée, imagée, concrète d’une notion abstraite » ; ou encore « un signe, un objet matériel ou une formule, servant de marque de reconnaissance entre initiés ». Ainsi, le trophée se référant à une pratique militaire, un objet réel connu de tous, devient le symbole de la victoire par excellence. L’aspect commémoratif des trophées architecturaux se retrouve aussi dans la monnaie si l’on étudie son étymologie. Le terme latin moneta proche du mot monumentum, dérive du grec Mnemosyne, divinité de la mémoire. De fait, les monnaies se distinguent comme des « monuments en miniature »8 marquant le goût des Romains pour mémorialiser le passé et célébrer les conquêtes. Dès le IVe siècle avant J.-C., Rome utilise les dénominations grecques pour échanger au sein du bassin méditerranéen jusqu’en 211 avant J.-C., où le système monétaire se stabilise par l’introduction du denier au cours de la guerre contre Hannibal. Progressivement une imagerie propre à Rome orne les flans monétaires, faisant naître une pluralité de types relatifs à la victoire de la cité puis à celle de certains individus comme les ancêtres des monétaires et peu à peu, à celle des généraux militairement distingués et de l’Empereur.

Denarius de Faustus Cornelius Sylla glorifiant son beau-père Pompée le Grand, ayant bénéficié d’un triple triomphe. Ce dernier est mis en avant par trois trophées d’armes identiques.
56 av. J.-C., Rome.
Source : gallica.bnf.fr

Aureus de Marcus Iunius Brutus et de Marcus Servilius.
Le bouclier en forme de 8 est un bouclier thrace. Sa présence au sein de la panoplie du trophée révèle une victoire de Brutus et de ses partisans sur ce peuple.
43-42 av. J.-C., Sardes.
Source : gallica.bnf.fr

La frappe de la monnaie est contrôlée par le pouvoir sous la République et l’Empire. A l’époque républicaine, la frappe est sous l’autorité du Sénat par trois magistrats monétaires, âgés de 20 ans, au seuil de leur carrière politique. A côté de ces frappes régulières on trouve des frappes extraordinaires engagées par d’autres magistrats (questeurs, préteurs) et les imperatores en dehors de Rome, se soustrayant à l’autorité du Sénat. Sous l’Empire, l’Empereur est le maître de la monnaie. La frappe des monnaies d’or et d’argent relève directement de son pouvoir et la frappe des monnaies de bronze et d’orichalque dépendent du Sénat par les magistrats monétaires. Émanant du pouvoir, la monnaie est le résultat d’un discours politique destiné à passer entre plusieurs mains sachant qu’elle circule intensément en Méditerranée, lui donnant ainsi une forte visibilité. Dans le monde romain, la monnaie est perçue par les citoyens, les soldats et les légions recevant leur solde et les donativa, dans les provinces et à l’extérieur de l’Empire.

Aureus de l’Empereur Hadrien. Romulus portant le trophée, une image monétaire permanente car évocatrice du mythe des origines du peuple romain.
134-138 apr. J.-C., Rome.
Source : gallica.bnf.fr

Les images relatives à la victoire ne doivent pas être négligées puisqu’elle incarnent l’identité romaine et signalent du premier coup d’œil les acteurs de cette victoire. Ainsi, la monnaie ne peut être cantonnée au rôle économique en raison de l’image et de la légende représentant un enjeu important : elles sont propices à l’expression du pouvoir et deviennent un instrument de propagande.

  1. FEARS J. R., « The Theology of Victory at Rome : Approaches and Problem », in ANRW II. 17.2, 1981, p.737 : « In victory was the empire founded and through victory was it perpetuated. » []
  2. FEARS J. R., op. cit. ; BASTIEN J.-L., Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, École Française de Rome, Rome, 2007, p. 151-165. []
  3. CNRTL, « Terme ou expression servant à qualifier un être ou une chose ». On pense à Invictus, Victor par exemple []
  4. BASTIEN J.-L., op. cit., p. 153 []
  5. POLITO E., Fulgentibus armis : introduzione allo studio dei fregi d’armi antichi, « L’Erma » di Bretschneider, Roma, 1998, p. 29 []
  6. PICARD Ch. G., Les trophées romains. Contributions à l’histoire de la Religion et de l’Art triomphal de Rome, E. De Boccard, Paris, 1957, p. 21. []
  7. KINNEE L., The Greek and Roman trophy. From battlefield marker to icon of power, Routeledge, coll. « Routeledge Monographs in Classical Studies », London, 2018, p. 67. []
  8. ROWAN C., From Caesar to Augustus (c. 49 B.C.-A.D. 14) : using coins as sources, Cambridge University Press, Cambridge, 2019, p. 2. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search