Observations ethnographiques: évolution des pratiques sur le port de Concarneau

La surface des eaux demeure l’éternel miroir, elle réfléchit le ciel et garde son intégrité selon Anita Conti,1 Le Carnet Viking: 70 jours en mer de Barents (2018) dans Le Monde2.

Introduction

La mer, les hommes et la terre, c’est ainsi que l’on peut présenter cette étude. Ce trio qui a poussé de nombreux chercheurs que ce soient scientifiques, anthropologues ou même politiques à s’intéresser aux liens qui unissent ces deux éléments naturels à l’Homme. Bien qu’avec le recul ce serait plutôt l’Homme qui semble être « le messager » entre la terre et la mer.

Partant d’une problématique de recherche en ethnologie, je suis partie sur le terrain, à Concarneau pour interroger les pêcheurs côtiers sur l’évolution de leur environnement de travail. Ceci peut être considéré comme une introduction, l’étude est toujours en cours. Je suis partie de différentes hypothèses de travail dans le domaine maritime . Le sujet étant sur les représentations des pêcheurs et de leur environnement de travail, je me suis posée plusieurs questions: est-ce qu’il y a un décalage entre les représentations des marins dans la littérature, dans le tourisme mais aussi dans la vision des habitants en Bretagne? Les pêcheurs ont un vécu bien différent des autres personnes qui travaillent à terre. Mais il ne faut pas oublier les autres acteurs maritimes comme la ville de Concarneau, l’école de formation,  le rôle du musée de la Pêche etc. qui jouent un rôle primordial dans les changements du port et l’avenir de la pêche. La problématique étant celle-ci: Comment les pratiques sur le port de Concarneau ont évolué aujourd’hui?

Il s’agira de décrire deux observations du port de Concarneau et des entretiens avec les pêcheurs de Concarneau sur l’avenir de la pêche.

 

Ville Close, Concarneau
                    Source : Wikipédia CC

 

 

État de l’art de ma recherche

Depuis l’été dernier, j’ai commencé mes recherches pour le nouveau sujet que je traite sur les pêcheurs. J’ai fait une douzaine d’entretiens avec des pêcheurs, des habitants et avec un écrivain essentiellement à Concarneau. En parallèle, j’ai préparé un mini-questionnaire pour les passants que je croisais mais aussi à l’université de Brest. Je leur demandais ce qu’ils pensaient de l’image du pêcheur et de la réalité du métier.  C’était assez mitigé dans l’ensemble, certains présentaient le métier  » comme un métier difficile », « très physique »,  » dangereux » et que de part toutes ces raisons cela en faisaient un métier « admirable » mais d’un autre côté cultivent une image « inversée » du pêcheur, c’est-à-dire le penchant pour l’alcool, un peu renfermé voire même violent:  « je porte un certain respect pour la profession, d’un autre côté, il y a l’image du gros alcoolique qui quand il ne travaille pas passe son temps dans les bars à picoler et qui a parfois un comportement violent, je connais certaines personnes qui se sont fait agresser par des pêcheurs trop alcoolisés… » On est toujours dans cette ambivalence, cet entre-deux, entre admiration et marginalisation des pêcheurs. Le but étant de voir si dans les lieux culturels ou autre, cette image d’entre-deux faisait défaut aux marins et dans d’autres domaines également. Je suis donc allé à l’office du tourisme de Concarneau, au musée de la Pêche et également au Marinarium pour voir ce que l’on pouvait montrer et présenter au grand public mais je n’ai rien vu de négatifs à leurs sujets.

J’ai établi plusieurs contacts avec des acteurs de la pêche, pas seulement les pêcheurs, le Comité Départemental des Pêches Maritimes, les Affaires maritimes, des associations environnementales notamment Pleine Mer, un écrivain sur le domaine maritime etc.  J’ai pu échanger avec la mairie de la ville pour une rencontre avec un ou des responsables au niveau de la pêche mais ce n’est pas possible pour eux. Ils m’ont proposé de consulter les archives pour mes recherches. Néanmoins j’ai trouvé sur le site de la ville, un scénario d’aménagement du port de Concarneau de 2012 qui s’étalera encore pour les années à venir. J’ai donc relevé plusieurs aspects intéressants sur les plans de la ville concernant le port. J’ai eu des retours également concernant Pêche et Développement, « son but est de promouvoir un développement durable et solidaire du secteur de la pêche. » Pour finir, j’espère avoir la possibilité de rencontrer le président du festival Pêcheurs du Monde.

 

Le premier terrain

Au début de mes recherches, je n’appréhendais pas vraiment mon terrain étant de Concarneau, je connaissais bien le port, en fait je croyais le connaître parce que de nombreux aspects ont changé avec le temps et je n’avais pas vraiment remarqué cette évolution moi-même.  C’est plus tard que la « pression » du terrain s’est fait sentir lors de la manifestation du 25 septembre dernier, assez médiatisée, à Concarneau à l’occasion du baptême du Scombrus, dernier bijou de technologie de France Pélagique.  Je ne vais pas revenir sur les évènements qui ont déjà été décrits dans les médias, mais je vais décrire cette matinée de manière ethnologique les observations que j’ai pu faire. 

Arrivé vers 11h devant le port, j’ai suivi un cortège de personnes qui se rassemblaient devant un bar-restaurant pour d’abord, à première vue échanger sur « l’articulation » de la journée. Il devait y avoir à ce moment-là une trentaine de personnes au départ mais plusieurs groupes étaient éparpillés. D’après l’Ouest France,3 il y avait environ 200 personnes au rassemblement. Le bar était pris d’assaut tel un QG pour se préparer à cette journée si spéciale. En observant, j’ai remarqué la présence de nombreux jeunes dans le groupe, des hommes majoritairement mais aussi des femmes, ainsi des anciens pêcheurs venus pour soutenir les jeunes générations. Tout ce « petit monde » s’affairait pour être efficace, pas de peur non au contraire plein de courage. Apparemment la chaîne de télévision TF1 était présente et à proposé, je suppose, à quelques pêcheurs de parler face caméra. En fait, n’ayant pas pu approcher parce que trop de monde, j’étendais d’une oreille et on pouvait entendre des pêcheurs mais aussi les associations environnementales Pleine Mer et Bloom, qui étaient venus accompagner les pêcheurs dans leur combat. Une demi-heure plus tard, le cortège de pêcheurs se rendait à l’emplacement du fameux chalutier près de la criée. Le temps du trajet, l’ambiance était devenue lourde et pesante, comme un pressentiment.  Une fois arrivée au quai, la tension montait encore d’un cran, la présence des policiers n’arrangeait pas la situation bien au contraire. Le préfet avait d’abord interdit la manifestation mais finalement avait « accepté » la demande. Les policiers étaient devant des barrières qui entouraient tout le quai jusqu’au bateau, que je n’ai pas pu approcher et les pêcheurs non plus. Devant le cortège de manifestants, des bus des Côtes-d’Armor qui venaient chercher les passagers « VIP » qui avaient la possibilité, ou comme me disant un marin  » eux, ils ont le droit » de visiter le bateau et de le baptiser. Les pêcheurs et ces invités se sont vus, mais personne n’avait l’air de savoir pourquoi les uns et les autres étaient là, en quelque sorte, réunis au même endroit mais pas pour les mêmes raisons. Chaque groupe se dévisageait au moment où les passagers invités rentraient dans le bus lorsqu’un marin s’est précipité vers les bus, il s’écria et lança un sceau avec de l’appât sur le bus, dans ce cas du poisson fermenté. Évidemment, comme il s’en doutait des policiers sont venus pour l’arrêter, il le savait, on le voyait sur son visage et il avait fait ce qu’il avait à faire. Les mains derrière le dos, en bottes et ciré, il est escorté jusqu’à un véhicule de police; il reste confiant malgré tout, n’oubliant pas de crier aux collègues de rester courageux.

Les passagers semblaient choqués, le bus passait devant les pêcheurs, les passagers en hauteur regardant les pêcheurs en bas, leur hurler derrière les vitres du bus l’erreur qu’ils viennent de faire pour eux et les autres. L’énervement commençait à son tour à se faire sentir, l’un des pêcheurs avait été emmené et l’atteinte du bateau était impossible. De l’autre côté du quai vers les pontons, des personnes manifestaient, nues et enroulés d’une banderole pour interpeller le public à cet évènement.  On pouvait voir la détresse et le désespoir des personnes présentes face à ce « Goliath des mers » inaccessible.

 

Le second terrain

Le deuxième terrain est une observation avec nettement moins de monde, il se passe sur les quais, devant les pontons au petit matin. Je suis allée deux fois à la criée pour faire de l’observation le matin de 5 h 30 à 7 h 30 et de 8 h à 10 h pour voir comment s’organisait cet espace de travail.

J’ai pu observer les pêcheurs débarquer leur pêche, les mareyeurs qui viennent après ou qui sont au même endroit mais j’ai remarqué que ces deux groupes ne se croisaient pas lors de la mise en vente des produits, comme ci que c’était cloisonné. Le seul « contact » qu’ils ont tous, ce sont les personnes qui travaillent à la criée, ils échangent avec eux sur ce qui a été pêché, par qui etc. J’ai traversé de long en large la criée pour comparer l’ambiance en journée et tôt le matin. Les deux jours ont été différents: l’un très calme, pas de vent donc pas d’odeurs particulières, pas d’animaux c’était presque étrange par rapport aux bruits que l’on entend la journée. Il était 5 h et les pêcheurs étaient à la criée. Le lendemain, c’était encore autre chose, il y a eu avait du vent, du froid, des odeurs de « mer », des vagues, les bateaux qui bougent et des marins qui venaient voir le ponton et qui partaient en mer plus tôt  » à cause de la houle ». J’ai entendu les goélands que je n’avais pas entendus hier, il était 6 h 30 et la ville s’éveillait tout doucement à côté. On pouvait voir les mareyeurs qui venaient avec leurs camions, un peu plus pressés cette fois et la criée qui s’animait de plus belle. Les pêcheurs avec leurs transpalettes qui tiraient à bout de bras tout en parlant aussi. J’y étais allé petite mais je ne me souvenais plus de ce manège les matins. C’est un échange complexe qui se passe lors des ventes à la criée, chacun son rôle, chacun sa place.

Ce que l’on peut quand même souligner c’est le peu de changements notamment au niveau technologique au sein de la criée, les pêcheurs débarquent leur pêche à bout de bras jusqu’aux frigos. Sur le site de la mairie de Concarneau, un des projets des acteurs maritimes est de « conforter la filière pêche » c’est-à-dire l’améliorer tout en conservant le port car  » c’est un port de pêche de premier rang national. » Néanmoins, on peut voir que des aménagements pour les pêcheurs ne sont pas encore d’actualité, la mairie aimerait valoriser cette interface ville port en mettant un équipement culturel et touristique au niveau de la criée. Pour terminer, on peut se demander si ces changements souhaités par la ville et les différents acteurs maritimes vont servir également l’intérêt des pêcheurs étant donné que c’est leur lieu de travail…

 

Port de Concarneau, les bateaux de pêche ont été déplacés depuis.                   Source : Wikipédia CC

 

 

Conclusion

Il y a eu beaucoup d’études sur la pêche, de nombreux domaines ont été décrits, des noms de bateaux à la technique en mer. Des films ont été faits sur les  pêcheurs ou par les marins eux-mêmes, qui se présentent autrement dans leur travail. C’est un sujet qui passionne toujours les chercheurs, même si aujourd’hui de nombreux obstacles handicapent les pêcheurs dans leur métier, déjà assez complexe.

 

  1. Anita Conti fut la première femme océanographe française. Entre les deux guerres mondiales, elle commença à dresser les premières cartes de pêche, alors qu’on ne disposait que de cartes de navigation. Son activité scientifique contribua à rationaliser les pratiques de pêche hauturière, citation en ligne sur Wikipédia, consulté le 16/10/20 []
  2. Citations en ligne. Le Monde.fr, consulté le 16/10/20 []
  3. Ouest France, Baptême du Scombrus à Concarneau. Ils se déshabillent pour défendre la pêche artisanale. 25 septembre 2020 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search