Léocadie Penquer, bourgeoise, notable, poétesse

Léocadie Penquer est une poétesse bretonne de la deuxième moitié du XIXe siècle. L’étude de ses archives permet de dresser son portrait et nous fait découvrir une femme aux multiples visages, à la fois bourgeoise cantonnée à la sphère privée mais également notable et poétesse occupant la sphère publique, traditionnellement occupée par hommes.

Après de longues années de silence, l’histoire des femmes fait depuis quelques années l’objet de nombreuses recherches. Depuis une quarantaine d’années, des historiennes et des historiens tentent de décortiquer chaque époque afin de sortir les femmes de l’ombre. Michelle Perrot, Georges Duby, Geneviève Fraisse, Yvonne Knibiehler, Christine Planté, Dominique Godineau, Pauline Schmitt-Pantel pour n’en citer que quelques-uns, ont en effet ouvert le champ des possibles quant à l’histoire des femmes dans les quatre périodes traditionnelles.   Mais comme le note Michelle Perrot dans la préface de son ouvrage Les femmes ou le silence de l’histoire : 

« Au commencement était le Verbe, mais le Verbe était Dieu, et Homme. Le silence est l’ordinaire des femmes. Il convient à leur position seconde et subordonnée. Il sied à leur visage lisse, souriant à peine, non déformé par l’impertinence du rire bruyant et viril. Bouche fermée, lèvres closes, paupières baissées, les femmes ne peuvent que pleurer, laisser les larmes couler comme l’eau d’une inépuisable douleur1 . »

Ainsi, même si l’histoire des femmes sort de son silence, elle montre bien souvent qu’elles ont été silencieuses pendant des siècles. Bien entendu, ce n’est pas le cas de toutes, certaines ont eu les moyens, l’envie et le cran de remettre en cause leur situation à leurs dépens. Louise Michel par exemple dénonce la situation de la fin du XIXe siècle où  « les femmes […] sont le bétail humain qu’on écrase et qu’on vend ». Mais la plupart d’entre elles tentent de se conformer aux idéaux que leur impose l’ensemble de la société. Le silence, la pudeur sont de mises. Les femmes occupent les lieux qui leurs sont réservés, gynécées, boudoirs, salons. Ce sont ces femmes que je souhaitais étudier, celles qui tentent de s’adapter à leur époque et leur milieu. Le but étant de montrer à la fois qu’elles s’adaptent aux divers modèles qui leurs sont imposés mais également d’essayer de savoir si cela est conscient ou bien le résultat d’une longue imprégnation inconsciente.  

Pour étudier et analyser à la fois les figures idéales et idéalisées ainsi que l’impact qu’elles peuvent avoir sur les femmes, il est important de pouvoir avoir accès à des sources différentes. Tout d’abord, il est nécessaire d’avoir des informations sur les idéaux du XIXe siècle. Pour cela, plusieurs types de sources peuvent être étudiées, les manuels de savoir-vivre et autres traités d’éducation semblent utiles. Leur production explose tout au long du siècle. Le manuel de la Baronne Staffe, Usages du monde, règles de savoir-vivre dans la société moderne, est réédité plusieurs de fois après sa publication en 1889. Les périodiques féminins, en pleine expansion, ainsi que les manuels d’éducation sont des sources importantes pour recréer cet idéal bourgeois féminin qui évolue tout au long du siècle. Mais à côté de toutes ces sources véhiculant des modèles, il est essentiel d’étudier quel est leur impact sur les femmes, en l’occurrence pour le moment sur une femme : Léocadie Penquer, bourgeoise brestoise du XIXe siècle donc les archives appartenant au fonds Penquer sont conservées aux archives municipales de Brest. Nous avons ainsi accès à plus de 250 lettres2 , des documents personnels comme des photos, des cartes, des exemplaires de ses ouvrages, des textes non publiés. Mais le fonds comprend surtout de nombreuses lettres rassemblées par la famille. La majorité ont été échangées avec son fils Alfred, une autre liasse avec sa mère. Pour le reste c’est un mélange de lettres à caractère professionnel ou mondain et des lettres personnelles échangées avec des amis ou de la famille. Autant de matière pouvant permettre d’étudier son rapport à la pression de se conformer à un idéal mais également sa conscience de cet idéal. Mais contrairement à mon désir premier d’étudier une femme appartenant à la masse silencieuse, Léocadie Penquer est également une poétesse romantique dont les ouvrages sont réédités plusieurs fois. 

Léocadie Penquer nait en février 1817 au château de Kerouartz à Lannilis, vieux manoir breton gothique des XVe-XVIe siècles dominant les abers. Le château, vendu aux biens nationaux pendant la Révolution française est probablement racheté par ses parents : François Hersent, négociant et Marie Hersent-Vabre ou bien par ses grands-parents, son grand-père est un général d’empire. Nous savons grâce à quelques poèmes dont Mon Chien, ainsi que par le livre de sa petite-fille Ma grand’mère: Madame Auguste Penquer, qu’elle partage son enfance entre les étés à Lannilis et les hivers à Brest. Elle se marie en septembre 1834 avec Monsieur Burle, capitaine d’infanterie né en 1805, de douze ans son aîné. Elle a alors dix-sept ans et lui vingt-neuf. Leur union dure seize ans jusqu’à la mort de Monsieur Burle en 1850. Ils ont deux enfants, une première fille Anna nait en 1835. Un second enfant, un fils, Alfred, nait en 1845. Après la mort de son mari, elle se remarie l’année suivante, en 1851. Monsieur Auguste Penquer, son second mari est un médecin né en 1809. De leur union nait une fille, Marie en 1854. Ensemble, ils vivent au 16 rue de Château à Brest, mais ils possèdent également une résidence secondaire à Kergleuz. Léocadie Penquer est également une poétesse, elle publie plusieurs recueils composés de poèmes qu’elle semble écrire dès les années 1840. Son premier ouvrage intitulé Les chants du foyer est publié en 1862. La préface indique qu’il s’agit de poèmes intimes, personnels. Elle est également accompagnée d’une lettre d’Alphonse de Lamartine louant ses travaux. Son deuxième recueil, Révélations poétiques, parait en 1864. Velléda, une épopée inspirée d’un thème de René de Châteaubriant est un de ses plus grand succès dès sa parution en 1869. Enfin, son dernier recueil de poésie parait après sa mort en 1891. Elle publie également d’autres textes plus courts, des contes et écrit même une pièce de théâtre, l’œillet rose, qui sera jouée à Brest. En plus d’écrire et publier des poèmes, elle tient salon dans sa résidence brestoise. Bien que cela soit pour le moment peu mentionné dans les correspondances à ma disposition. Des voyages réguliers à Paris et quelques connaissances lui permettent également de fréquenter à l’ocasion quelques salons parisiens. Cependant, elle passe le plus clair de son temps dans le Finistère entre ses deux résidences où chez son amie Virginie, autre figure importante de sa vie, à Concarneau. En plus de sa carrière de poétesse qui semble lui valoir son petit succès (quelques rééditions de tous ses ouvrages, des articles et des critiques dans des journaux littéraires, des correspondances avec d’autres intellectuels), Léocadie est également une notable à l’échelle locale après son second mariage. En effet, Auguste Penquer, son mari à partir de 1851 est un médecin reconnu à Brest. Dès 1870, il est maire de la ville et le reste jusqu’en 1880. A partir de là, il est président du conseil général du Finistère jusqu’en 1883. Républicain, il participe à la modernisation de Brest (assainissement, Octroi, clôture du cimetière Saint-Martin, début de l’aménagement entre Siam et le port de commerce avec la démolition du quartier des Sept-Saints…)3 . Grâce aux occupations de son mari mais peut être aussi grâce à sa notoriété personnelle, elle est une figure importante localement. De ce fait, elle entretient des correspondances avec d’autres figures importantes de la ville comme l’Amiral avec qui elle échanges plusieurs lettres. Elle participe également activement à l’animation de la société académique de Brest dont elle est membre honoraire. Un autre élément souvent mis en avant mais pour lequel j’ai peu de preuve est son implication dans la fondation du musée des beaux-arts de Brest. Bien que cela soit mis en avant localement, les sources sérieuses consultées pour le moment comme l’article d’Yves Coativy4  sur la création du musée ne donne pas d’information pour confirmer réellement cela. De plus, le musée n’est pas mentionné dans les lettres étudiées pour le moment. En 1863, Léocadie Penquer devient grand-mère pour la première fois, sa fille Anna, mariée depuis 1858 à Jules Caubet a deux enfant, Edmond qui nait en 1863 et Louis en 1865. Marie, sa seconde fille se marie en 1878 avec Henri Willote, ils ont trois enfants, Anne en 1879, Mathilde en 1882 et Marie en 1887. Comme l’indique la biographie rédigée en 1930 par sa petite fille, Léocadie Penquer semble être une figure importante de la famille. En effet, ses enfants puis ses petits-enfants s’appliquent à faire durer son œuvre et sa mémoire. C’est Henri Willotte qui supervise une partie de la publication des Nuits Poétiques après sa mort et la biographique Ma grand’mère: Madame Auguste Penquer5  publiée dans les années 1930. L’ouvrage présente la poétesse comme une figure majeure de la famille Penquer, mais également de la littérature, nous sommes presque alors face à une hagiographie. Son mari meurt d’une pneumonie en 1882. Sa correspondance ne laisse pas planer le doute quant à sa tristesse, elle en fait part à de nombreux interlocuteurs. Elle meurt quelques années plus tard en 1889. Le couple repose au cimetière Saint-Martin à Brest. Sur leur tombe, Monsieur Penquer est représenté sur un médaillon sculpté par Bartholdi. Sur la plaque consacrée à sa femme, les titres de ses ouvrages se succèdent en guise d’épitaphe.

Plaque de la tombe de Madame Auguste Penquer, Brest, octobre 2019, par Lila Raoult

Cela permet de comprendre quelle image elle souhaitait laisser, ou comment sa famille souhaitait l’ancrer dans le temps. Cependant, sa postérité est presque nulle. A l’échelle locale, seulement quelques érudits locaux, soucieux de faire vivre la mémoire de Brest la connaissent. Ses poèmes ne sont plus ni lus, ni édités. La question qui se pose alors est de savoir pourquoi ? Est-ce parce qu’elle n’était pas de taille face à d’autres poètes de son temps ? Son sexe joue-t-il en sa défaveur ? Est-elle seulement une énième bourgeoise s’étant essayée à la poésie ? Les questions auxquelles il nous faut répondre sont donc nombreuses et certaines demeurent pour le moment sans réponses. 

  1. Michelle Perrot, Les femmes ou le silence de l’histoire, p. 1, éditions Champs []
  2. Pour le moment environ 150 lettres ont été dépouillées et étudiées en parti.  []
  3. Cloit̂re, Marie-Thérèse, et Centre de Recherche Bretonne et Celtique, éd. Histoire de Brest. Brest, 2000. []
  4. Coativy, Yves, « La société académique de Brest et la naissance du premier musée », Les Cahiers de l’Iroise, no 226,‎ avril-juin 2017, p. 52-68 []
  5. Willotte Marie-Anna. Ma grand’mère: Madame Auguste Penquer, s. d. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lila Raoult (5 décembre 2020). Léocadie Penquer, bourgeoise, notable, poétesse. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9pr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search