Introduction au mobilier Néo-Breton

photographie issus des recherches de l’association Melrand Au fil du temps

Des années 1865/1870 et jusqu’aux années 1980 a été produit en Bretagne un mobilier entièrement sculpté.1 Les panneaux de ces meubles étaient illustrés de scènes de vies populaires et de paysages, présentant l’image d’une Bretagne stéréotypée.2 Ces motifs se mêlaient aux  formes et ornements du mobilier de style parisien des XVIIe XVIIIe siècles.

Cette production n’a pas laissé la critique indifférente comme en témoignent les différentes appellations qui lui sont attribuées en fonction des époques et des intentions : « meuble breton », « meuble breton moderne », « meuble sculpté », « meuble à personnages », « meuble néo-breton » ou encore « meuble à bignouseries ». Il s’agit d’un style déroutant, car inventé de toutes pièces, ne prenant que très peu ses racines dans les productions antérieures de la région. En 1922 Dans la revue Vie à La Campagne, Albert Maumené résume cette production en ces termes :


Des influences nombreuses sont venues modifier les meubles bretons et en ont souvent métamorphosé l’aspect, nous déclare justement le marquis de L’Estourbillon ; on y a introduit, sous l’influence des villes et du besoin de se proclamer, toujours et partout, Breton, vis-à-vis des gens du dehors, des ornements divers, personnages, scènes de la vie bretonne à la campagne, etc. Ceci, surtout, pour les meubles les plus récents.3


Cette production est portée par une poignée d’artistes-artisans, issus de plusieurs corps de métiers. Par exemple ce besoins de se proclamer, toujours et partout, Breton, se retrouve aussi dans les faïences au travers des réalisation de Jules Henriot (1866-1951) . Les figures constituantes de ce style sont bien souvent des gens cultivés, éduqués, sensibilisés aux beaux-arts et ayant acquis un savoir-faire manuel dans les ateliers où ils ont réalisé leur apprentissage.4 Ils font partie d’un microcosme et semblent interagir les uns avec les autres, que ce soit au travers de liens familiaux, des rapports de concurrence5 ou encore des échanges artistiques.6 Pour beaucoup ces chefs d’entreprise se regroupent dans les mêmes villes ou à proximité de ces dernières. Faisant de ces meubles sculptés une production essentiellement urbaine. Ce sont des petites villes qui en font leur spécialité, et leur activité économique principale7 Dans la revue Vie à la campagne de 1922, on peut lire dans un article dédié à la physionomie du meuble, rédigé par Maurice Facy :

Les principaux centres de fabrication de meuble breton sont : Auray, Pontivy, Melrand, Lorient pour le Morbihan. Quimper et Morlaix pour le Finistère. Redon, Rennes, Saint-Servant pour l’Ille et Vilaine. Dinan et Quintin pour les Côtes-du-Nord. 8

Avec cette production la concurrence se développe et elle semble avoir donné lieu à une production standardisée répondant à la demande d’une clientèle, bourgeoise et touristique. Elle connaît d’ailleurs  un succès non négligeable, auprès d’une clientèle souvent extérieure à la Bretagne.9 Cette production va vite être décriée et ses détracteurs sont parfois ceux-là même qui l’ont fait émerger.10

Un mobilier qui se démarque 

Au XIXe siècle la Bretagne souffre d’une identité négative. Les Bretons sont considérés comme arriérés, simplets. Le décalage politique et culturel qui existe entre la capitale et la péninsule ne contribue pas à en améliorer l’image.11 La Bretagne est alors une région extrêmement pauvre et ses industries éloignées de tout gisement de charbon n’arrivent pas à rivaliser avec des régions concurrentes.12 Quand en 1867 les lignes de train Nantes – Quimper et Rennes – Brest sont réunies, et qu’à partir de 1882 d’autres lignes ont progressivement rejoint les villes balnéaires, et avec elles l’arrivée de touristes, on peut aisément supposer que beaucoup d’artisans ont ressenti la nécessité et l’opportunité de montrer qu’ils étaient capables de produire au goût du jour. En créant un mobilier qui s’adapte au nouveau mode de vie bourgeois. On produit alors des meubles, d’entrée, des chambres complètes, du mobilier pour les boudoirs ; ce mobilier ne correspond plus à la maison traditionnelle bretonne.13 Et comme bien souvent la fonction induit la forme, ces meubles n’ont plus grands chose à voir avec leurs prédécesseurs. Leurs structures et certains ornements s’inspirent désormais largement des productions parisiennes des XVIIe et XVIIIe siècles, notamment les styles Louis XV et Louis XVI mais également des inspirations du style Art – Nouveau.14

Le « meuble breton moderne » comme il est alors appelé, est donc novateur, ainsi que totalement artificiel. En effet il se caractérise par la présence de figures humaines mises en action dans des scénettes, qui prennent place dans de riches décors, sculptés sur les meubles, peintes sur les faïences. Ce répertoire ornemental est tourné vers une Bretagne onirique, inspiré inspirée par les motifs des dessinateurs Hippolyte Lalaisse (1810 – 1884), Oliviers Perrin (1761 – 1832), Théophile Deyrolle (1844 – 1923). Ce nouveau style Breton ne se définit pas uniquement au travers de cette ornementation historiée. On trouve aussi la présence d’éléments celtisants dans l’ornementation ou faisant référence aux productions bretonnes plus anciennes : cercles concentriques, fuseaux etc…15 Cette production de mobilier s’approprie différents styles et les intègre au sein de compositions.  Ainsi des frises d’acanthes directoire peuvent encadrer des panneaux au centre desquels se déroulent des scènes campagnardes. On peut aussi observer des pâquerettes Louis XVI au centre de roues composées de fuseaux. Sur les frontons de certaines armoires deux joueurs de cornemuses allongés, se substituent aux habituelles allégories féminines.16 Cette production s’intègre donc à un mouvement éclectique alors en vogue sur tous le territoire français. Ces choix ornementaux qui s’éloignent radicalement des productions bretonnes antérieures, sont décriés par une grande partie de la critique de l’époque, mais aussi rejetés par génération de créateurs qui suivent, notamment le mouvement seiz Breur.

Meuble vestiaire réalisé par Alfred Ely-Monbet , inspiration Art-Nouveau : photo issues de ; Marguerite LE ROUX PAUGAM, « Alfred Ely – Monbet un précurseur du meuble régional », Ar Men Bretagne éclairée,1989, oct. no.23, s. d.
Productions de meubles néo-breton de l’atelier Le Corre, photos issues ; des Archives communales d’Auray Fonds photographique Le Corre.

Description

Caricaturalement on peut décrire le mobilier néo-breton en ces mots :

structurellement lourd (200 kg pour un buffet)17 très encombrant, des décors de scénettes sur des structures dans le goût parisien, extrêmement chargé en sculptures, trop habité en quelque sorte.

Mais on ne peut restreindre cette production à ces quelques lignes. En effet, ce type d’ouvrage se prêtant mal à un travail uniquement à la machine la main de l’artisan reste essentiel. Le « tremblé fait main » pour reprendre l’expression de William Morris transparaît sur ces meubles . En mettant la sculpture au centre de leurs réalisations, ces artisans se placent dans le lignage de leurs prédécesseurs. La sculpture sur bois et sur pierre a toujours eu une grande importance en Bretagne. De plus, le meuble breton a toujours été agrémenté de panneaux sculptés, même si ceux-ci étaient à la limite du méplat. Les artisans étaient peut – être limités par la qualité du bois trop contraint dans son fil. Les bois locaux sont soumis aux contraintes environnementales qui les empêchent de pousser vraiment droit. En s’adaptant à leur environnement ils vont avoir tendance à se courber, les fibres vont donc se tordre. Ce qui donne après débit un bois très difficile à travailler. Les outils vont rencontrer de grandes résistances qui entraînent des éclats, des arrachements. En outre, Le travail plus en relief est très probablement rendu complexe par la qualité des outils et de l’affûtage. Les productions de mobilier durant la seconde partie du XIXe siècle en Bretagne présentent de nombreuses sculptures, leur réalisation est grandement facilitée par l’importation de bois : châtaigner, chêne exogène à la région.18 Ces sculptures représentant des scènes de vie ou des paysages sont finement réalisées. On les retrouve sous forme de bas-relief sur des panneaux, mais aussi en rond de bosse en guise de colonnes sur les buffets ou encore de pieds pour les tables et sellettes.19

Il semblerait que la première réalisation vraiment marquante d’un tel ouvrage puisse être attribuée à l’ébéniste rennais Adolf Coignerai (1843-1929) qui possède dès 1887 la plus grande fabrique de meubles du département. Ce dernier présente en 1887, durant une exposition à Rennes, deux chambres à coucher. L’une de style Louis XV et l’autre dans un nouveau style breton. La seconde prépare le chemin à la chambre qu’il dévoilera durant l’exposition universelle de 1900 à Paris.

Sur l’ensemble présenté durant l’exposition universelle, qui est conservé aujourd’hui dans les réserves du musée de Bretagne à Rennes, on peut voir se dérouler sous nos yeux de nombreuses scènes mettant en action des personnages marquants de l’histoire de la Bretagne : On y retrouve des représentations de la Duchesse Anne, de la guerre des deux Jeannes ou guerre de succession de Bretagne (1341-1381), de Bertrand du Guesclin.20 Adolphe Cognerai cherche à nous montrer au travers de cette œuvre, qui témoigne entre autre de la grande habileté de son sculpteur, un socle commun : la culture, l’histoire qui fait de tous les habitants de cette région des Bretons. On peut donc y voir la volonté de rassembler, d’unifier la Bretagne derrière une identité visuelle et culturelle commune. D’ailleurs quand la faïencerie Porquier de Locmaria alors dirigée par Alfred Beau (1829-1907)21 propose en 1878 ses premières assiettes avec des sujets à figure humaine, le propos est alors d’illustrer les mythes et légende constitutifs de la fondation de la Bretagne.22

 

Photo du lit réalisé par l’atelier Ad. Cognerai l’exposition de 1900 ; photos issues du site du musée de Bretagne Rennes
Photo du lit réalisé par l’atelier Ad. Cognerai l’exposition de 1900 ; photos issues du site du musée de Bretagne Rennes

Cependant ce type de production pose un problème pour la commercialisation ; elle nécessite d’avoir une grande culture afin de comprendre toutes les scènes qui y sont présentées, et ne peut pas toucher toutes les classes sociales. Afin de gagner en clientèle, il va falloir se tourner vers des références plus accessibles : Bretons revenant du champ, Bretonne sur la margelle d’un puits, danse, ronde etc. On n’hésite pas non plus à user de la représentation d’objets emblématiques comme des binious, bombarde, coiffes etc. Qui permettent une identification rapide par l’observateur.

On peut donc voir dans cette production de meubles sculptés à la fois la volonté de produire des images liées à l’histoire de la Bretagne avec la production de sujets présentant des références régionales comme par exemple la représentions de saints fondateurs locaux, de personnages et blasons attachés au duché de Bretagne. 23 Mais aussi une volonté de promouvoir des éléments constitutifs de la tradition comme le costume, la musique, la danse etc… Dont on craint la disparition au profit d’une vie plus citadine.24 Les artisans vont se tourner vers des représentations signifiantes, voire fantasmées de la ruralité. Dans cet imaginaire la figure du paysan proche de la terre a une grande importance, il est vu comme un personnage simple, presque un saint, qui ne quitte pas le pays, il est le garant des valeurs refuges.25 C’est peut-être pour cette raison que ce monde rural sera beaucoup représenté sur ce mobilier dans des scènes présentent un quotidien vertueux, un idéal moral, dont on peut légitimement penser qu’il est favorisé par le poids de la religion dans cette région ; retour du champ, scènes familiales, couture, jeu de boules, travaux des champs, et autres scènes domestiques. Ces stéréotypes permettent également une mise en avant de la moralité, de la pureté de «la race bretonne », qui au travers de ces images obtient une certaine reconnaissance, voire une valorisation de son identité. 

Par le choix des matériaux mis en œuvre, par son exécution soignée, demandant une certaine maitrise notamment pour les ornements sculptés, on peut dire du mobilier néo-breton qu’il est de grande qualité. De ce fait il est loin d’être accessible à tout le monde, car onéreux.  Les principaux acheteurs semblent être dans un premier temps des bourgeois locaux, puis les touristes s’empareront vite de ce mobilier qu’ils considéreront comme typique, et en deviendrons les principaux acquéreurs. A l’origine ce mobilier n’était pas destiné à une telle clientèle, il était pensé pour fédérer la Bretagne autour d’une esthétique commune, et peut – être aussi pour l’intégrer dans un mouvement plus large qui touchait alors la France dans son intégralité : l’éclectisme.

En échappant à la volonté de ses concepteurs le mobilier sculpté va se retrouver sous le feu de la critique. A partir des années 1900, critiques d’art, journalistes, théoriciens, etc. vont  reprocher à cette production son aspect désuet, qui répond à un mode de vie bourgeois, sans se préoccuper de la modernisation. A cette époque à cheval entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle vont émerger, peut-être en réaction à la production de mobilier sculpté, de nombreuses théories pour renouveler les arts décoratifs et arts appliqués en Bretagne.

  1. Témoignage oral du 18/04/20 Monsieur Yannic CHESNAIS professeur d’ébénisterie au lycée Bertrand Duguesclin Auray. []
  2. Joueurs de boules, buveurs de cidre, etc… []
  3. Sous la direction de Albert MAUMEME, Vie à la campagne, « Maison et meuble bretons, Paysans et Bourgeois » 1922. []
  4. Archives municipales d’Auray fonds photographique Le Corre, et, Marguerite LE ROUX , Alfred Ely – Monbet. Op.cit. et, CD56. « Le style néo – breton exposé aux Archives départementales », https://www.morbihan.fr/actualites/le-style-neo-breton-expose-aux-archives-departementales/. []
  5. Archives municipales d’Auray fonds photographique Le Corre []
  6. Marguerite LE ROUX PAUGAM, « Alfred Ely – Monbet un précurseur du meuble régional », Ar Men Bretagne éclairée,1989, oct. no.23, s. d. []
  7. Foyer rural, éd. Quand le bois devient meuble en pays d’AurayOp.cit. []
  8. Sous la direction de MAUNEME Albert, Vie à la campagne … Op.cit. Dans l’article : « Évolution et physionomie du meuble breton ». p. 45. []
  9. Archive municipales d’Auray fonds Armand Moëlo 1j6 comptabilité, correspondance []
  10. En effet dans le Bulletin de l’art français de 1920 on peut lire que le 11 septembre 1913 la Fédération Régionaliste Bretonne avait déclaré : « Monsieur le Berre et Ely-Monbet firent adopter un ordre du jour flétrissant l’édition et la mise en vente de telles horreurs »Or monsieur Ely-Monbet est un artisan les plus reconnus de cette production. []
  11. Alain CROIX, et Christel DOUARD,  Bretagne: images et histoire, Rennes, Apogée Presses universitaires de Rennes, 1996. []
  12. Idem, Chapitre : En marche vers la modernité économie et société au 19è me siècle p.155 []
  13. Édith Mannoni, Mobilier régional: La Basse-Bretagne, Le mobilier régional, Paris, Massin, 1996. Les meubles y étaient collés les uns aux autres, placés souvent dans la seule pièce, face à la fenêtre pour mettre en valeur l’ornementation uniquement présente en façade. []
  14. Marguerite LE ROUX PAUGAM , « Alfred Ely-Monbet… » Op.cit. Meuble vestiaire réalisé par Ely-Mombet pour Pierre Trémétin, et, René  TROTEL, Laurence PROD’HOMME, Le mobilier breton: histoire et splendeurs d’un artisanat régional, Spézet, Coop Breizh, 2009  []
  15. Archives municipales d’Auray, fonds photographique Le Corre : BUFFET JEAN le CORRE_30J098, chaises-30J_018 []
  16. Archives municipales d’Auray, fonds photographique Le Corre chambre_30J072 []
  17. Archives municipales d’Auray : fonds Armand Moëlo 1j1 commandes de meubles : carnets de commandes, Année 1914 poids de la salle à manger No 15; buffet 200 kilos, desserte 125 kg, glace 40 kg, table 65 kg, 2 chaise 15 kg. []
  18. Archives départementales du Finistère fonds de la société L’ameublement et le Bâtiment de Morlaix 157j art 86, Inventaire de 1915 : « chêne d’Amérique », et, Jean SANNIER, Revue ; Bretagne, revue mensuelle illustrée des intérêts bretons intellectuels économiques touristiques, juin – juillet 193, no 149 150 (juillet 1937), il y est indiqué que la maison Joannic et Moreau d’Auray est connue pour son stock important de différentes essences de bois, et, pour plus d’informations sur le commerce du bois au XIXe siècle voir : CARRE Anne – Laure, Les expositions universelles en France au XIXe siècle… Op.cit. Chapitre : Anne Houssay « Les ressources forestières mondiales vues à travers les expositions universelles » p. 207. []
  19. Archives municipales d’Auray : Fonds Armand Moelo 1J1 commandes de meubles : commande de meubles : mentions de selettes : sujet orgeron, sujet homme, sujet femme, sujet homme et femme. Fonds photographique Mettenhoven : BUFFET Mettenhoven et PEUTREC-30J_119 []
  20. MUSEE DE BRETAGNE. Adolphe Coignerai, créateur, ébéniste, industriel…Op.cit. et, Le Panthéon de l’industrie… Op.cit. « le panneau du petit dossier (du lit) figurait le combat des trente en 1351, qui eut lieu près de Ploërmel et de Joselin entre trente chevaliers breton et trente anglais. Sur les colonnes des personnages historique : woroch, Jean de Monfort, Jean Sans Terre etc., et, Le panneau du grand dossier figurait une scène du mariage d’Anne de Bretagne avec Louis XII en 149, avec sur le fronton les armes de Nantes et de Quimper. Le baldaquin est soutenu par deux chevaliers, Olivie et Bertrand de Coëtlosquet. [….] Le panneau du haut (de l’armoire) montrait Jeanne de Montfort faisant une sortie pendant le siège du château d’Henebont, en 1342. Sur les colonnes Héloise, Abilard, Vaucouleur, Rohan, Jean Sansterres etc. Les médaillons du tiroir représentent Dugesclin enfant renversant une table ; sa toilette lorsqu’il fut armé chevalier etc. » []
  21. Alfred Beau (1829-1907) peinte, céramiste, après avoir travaillé pour la faïencerie HB à Quimper, il prend la direction dans les années 1870 de la faïencerie Porquier qui prendra alors le nom de Porquier-Beau. A partir de 1878 il introduit dans la céramique quimpéroise les scènes de genres. Des modèles qui seront rachetés plus tard par Jules Henriot. En 1880 il devient directeur du musée de peinture de Quimper. []
  22. Rémi LAMBERT, Le Régionalisme, creuset d’une invention artistique. Sources, développements et limites dans la céramique française 1880-1939, 5 juillet 2012. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00779095. Et, Siegfried LUDWIG, Yvon BOURGES, Pascal AUMASSON, Schallaburg: arts de Bretagne XIVe – XXe siècles: 28 avril – 4 novembre 1990, Rennes, Institut Culturel de Bretagne – Association des Conservateurs des Musées de Bretagne, 1990 []
  23. Marguerite LE ROUX PAUGAM, « Alfred Ely-Monbet un précurseur du meuble régional » Op.cit. On peut noter que beaucoup de ces sculpteurs réalisent aussi des ouvrages pour des églises. []
  24. Dans ces bulletins l’union régionaliste bretonne URB traduit bien cette peur de perte d’identité. Bulletin de L’union Régionaliste Bretonne , congrès d’Auray , ar gxir eneb Bed , Saint Brieuc 1903 : « ayant ainsi oublié leur langue et délaissé leur costume, nos compatriotes ne demeurent pas longtemps Bretons, car costume et langue c’est tout ce qu’ils emportent du pays natal, tout ce qui garantira en eux l’intégrité de l’esprit local contre l’influence néfaste du dehors et sauvegardera le fonds de robuste et saine moralité que tout vrai breton porte en soi ». []
  25. Anne-Marie THIESSE; La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, l’univers Historique seuil ,1999 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search