Naissance de l’écriture et des supports de l’écrit

La naissance de l’écriture qui apparaît sur quatre continents sur une période de trois millénaires entraîne dans son sillage l’invention de divers supports de l’écrit. Au fil des siècles trois supports vont s’imposer, le papyrus, le parchemin et le papier.

  • L’invention de l’écriture

  • Laisser une trace

L’invention d’une écriture est un fait culturel majeur dans l’histoire d’une société1». Cette citation permet de comprendre que l’invention de l’écriture est l’acte d’une civilisation qui souhaite garder les traces de son histoire. L’écriture se définit comme l’ensemble des caractères d’un système de représentation graphique qui apparaît vers 3300 avant notre ère. Avant l’invention de l’écriture, il existait d’autres formes de communication. De 30000 à 25000 avant notre ère, l’homme pratique un art figuratif dont la grotte de Lascaux (19 000 à 15 000 avant notre ère)est un exemple d’art pariétal.

Globalement la naissance de l’écriture apparaît isolément sur quatre continents et s’étale sur une période de trois millénaires2 La première apparition est d’abord d’origine mésopotamienne3 avec les calculi. Ces derniers sont des jetons d’argile dont la forme varie en fonction de l’objet qu’ils représentent. Ils sont enserrés dans des bulles dont la surface extérieure est marquée de l’empreinte d’un sceau-cylindre. Le nombre de jetons est matérialisé  à l’aide d’un calame sur la bulle. Vers 3200 avant notre ère, la bulle s’aplatit et devient le support de l’écrit que l’on qualifie alors d’écriture pictographique. Ce système d’écriture va être utilisé par plusieurs peuples4 les Akkadiens, les Babyloniens et les Hittites et se développer jusqu’en 100 de notre ère.

En Egypte, l’écriture apparaît vers 3100 avant notre ère5 Cette date est donnée d’après la palette de pierre du roi Narmer (? – 3125 avant notre ère). Cette palette votive fut découverte en 1898 dans l’ancien temple du dieu faucon Horus sur le site de Hiérakonpolis. Elle représente le roi Narmer tranchant la tête de ses ennemis avec une légende en hiéroglyphes. L’écriture hiéroglyphique comprend 760 signes dont 220 usuels sous le Moyen-Empire. Pour les Égyptiens, l’écriture hiéroglyphique est une parole divine au service du pouvoir et de la religion. Ce système engendre la naissance de deux autres formes d’écritures plus cursives que sont l’écriture hiératique et l’écriture démotique. Ces deux systèmes d’écritures sont plus adaptés aux matières fragiles comme le papyrus6 dont les égyptiens commencent à faire usage à partir de 2400 avant notre ère.

En Chine, l’écriture apparaît entre 2697 ou 2698 avant notre ère7 lors du règne de Huang Di (2698 av. J.C – 2597 avant notre ère), considéré comme le fondateur de la civilisation chinoise. L’écriture chinoise fut inventée par Can Jie (? – 2750 avant notre ère)  alors ministre de l’empereur. Ce créateur se serait inspiré par l’observation de la nature et spécialement des empreintes des animaux. En 1899, est découvert au nord de la rivière Yuan des inscriptions oraculaires gravées sur des os ou sur des écailles de torture. Ainsi ce sont plus de 3000 fragments d’écailles de torture et d’omoplates de cerfs comprenant environ 600 signes différents datant du XIVe siècle avant notre ère qui sont alors mis à jour. Ainsi, les ossements découverts avec des caractères gravés montrent la naissance de l’écriture chinoise sous sa forme archaïque.

En Amérique précolombienne existent plusieurs civilisations. Toutefois, c’est seulement en Amérique centrale qui se développe l’écriture. D’abord avec les Olmèque entre 2000 à 1500 avant notre ère, qui réalisent un calendrier comprenant des glyphesreprésentant une chronologie. Vers 600 avant notre ère, les Zapotèquescréent également un système chronologique et non-chronologique servant à commémorer les conquêtes et les victoires. Entre le IIIe et le Xe siècle de notre ère, la civilisation Maya développe une écriture hiéroglyphique. Ce système contient des calculs très élaborés et si certains ont pu être déchiffrés, le mystère demeure pour d’autres.

Dans toutes ces civilisations les personnes en charges d’écrire étaient les scribes faisant partie de l’élite intellectuelle de la société8. En Mésopotamie et en Égypte on distingue deux types de scribes: l’écrivain public et l’employé d’État. Les premiers rédigeaient les actes de la vie quotidienne et les seconds étaient dépositaires de la mémoire historique des rois et des peuples. En Chine sous la dynastie des Hans (206 avant notre ère à 220 de notre ère), seul le scribe possède la clé des caractères d’écriture et en Amérique précolombienne la personne chargée de réaliser les calculs était un prêtre astronome. Ainsi pendant trois millénaires l’écriture est apparue dans quatre continents différents. Elles ont commun un système mixte qui est à la fois logographique et phonétique9. A partir de ces différents systèmes l’alphabet va naître et par son accessibilité la fonction de scribes va peu à peu disparaître.

Le Scribe accroupi
IVe – Ve dynastie
Paris, Musée du Louvre.

  • La naissance de l’alphabet

L’avènement de l’alphabet a lieu dans le monde égéen à l’Âge du Bronze. En effet, c’est entre 2000 et 1200 avant notre ère que la Crète voit se succéder trois systèmes d’écriture. Un premier système de type hiéroglyphique entre 2000 – 1650 avant notre ère. Un deuxième système baptisé linéaire A qui comprend 85 signes d’idéogrammes ainsi que des chiffres et enfin un troisième système, le linéaire B daté de 1450 à 1200 avant notre ère dérivant du linéaire A. Le linéaire B comprend également 85 à 90 signes ainsi qu’une centaine d’idéogrammes. Il est utilisé en Crète et en Grèce où l’on retrouve plusieurs tablettes dans le palais de Cnossos mais aussi dans le palais de Nestor à Plyos. Si le linéaire A demeure non décrypté, le linéaire B lui est décrypté par les Britanniques Michael Ventris et John Chadwick en 1953 qui ont démontré la naissance d’un des premiers dialectes grecs connus, le mycénien. Ainsi, l’écriture mycénienne est la plus ancienne forme d’écriture du monde grec.

Vers 1000 avant notre ère au Moyen Orient émerge le premier alphabet phonétique. Il se développe de la Mésopotamie à la Méditerranée en passant par l’Anatolie et au Sinaï. Cet alphabet connaît un rapide succès et devient notamment l’écriture des Hébreux, des Moabites et des Phéniciens. De plus, ce système fait sortir l’écrit des cercles fermés des scribes permettant l’expansion de la maîtrise du langage écrit dans les sociétés. Tandis que l’alphabet consonantique se développe, le monde Mycénien s’effondre à partir de 1200 avant notre ère puis vers 1150 avant notre ère la destruction de Mycènes engendre la désintégration de la civilisation mycénienne10

Ce n’est qu’à partir du VIIIe siècle avant notre ère que l’écriture grecque évolue11 vers un système proche de celui du monde sémitique tout en gardant un système syllabique. Cette évolution de l’écriture joue un rôle décisif dans la constitution d’un espace de débat démocratique et également dans l’invention de nouveaux objets intellectuels. Vers 650 avant notre ère, Solon écrit les lois de la cité qui sont érigées au centre des villes du monde grec, car nul n’est censé ignorer la loi. Ainsi l’écriture prend une place importante dans le développement des civilisations. Toutefois, il faut attendre le IVe siècle avant notre ère pour que l’unification de l’alphabet se réalise dans le monde grec12 . En 403 avant notre ère Athènes adopte l’alphabet ionien dit de Milet comprenant 24 signes. L’expansion et l’influence de la civilisation grecque dans la Méditerranée entraîne l’émergence d’un grand nombre d’alphabets inspirés de l’alphabet grec. Notamment, en Asie mineure à l’Ouest dans les colonies grecques de Sicile et d’Italie et enfin, dans le centre de la péninsule italienne.

A partir du VIe siècle avant notre ère, Les Étrusques empruntent aux Grecs leur alphabet qu’ils vont répandre dans le monde latin. L’une des plus anciennes inscriptions latine est le lapis Nigerdaté du Ve siècle de notre ère et découvert en 1899. Jusqu’au IVsiècle, l’alphabet étrusque sert aux Romains puis ces derniers créent l’alphabet latin. Grâce à l’expansion romaine, l’alphabet s’impose sur une vaste aire géographique. De la graphie latine qui connaît de nombreuses évolutions naît la capitale romaine, puis s’impose la capitale rustique et enfin apparaissent la minuscule cursive et une minuscule dite « onciale » sous les mérovingiens puis sous l’impulsion de Charlemagne la minuscule caroline est inventée.

Toutefois, il est important de rappeler l’importance des supports. En effet, pour chaque civilisation le support a toujours été un problème. Toutes ont essayé plusieurs supports d’abord naturels comme le bois en Chine et en Égypte, ou l’argile en Mésopotamie comme en Egypte avant de s’essayer à des supports transformés. A la fin de la période antique et au début du Moyen Âge, de nouveaux supports s’imposent : le papyrus et le parchemin.


  • Les trois supports de l’écrit

  • Le papyrus

En botanique, le papyrus est une plante angiosperme monocotylédone de la famille des cypéracées poussant dans une faible quantité d’eau. Cette plante pousse en Mésopotamie dans la région de Babylone, en Syrie et en Égypte dans le delta du Nil. Après le VIe siècle de notre ère, elle est introduite par les arabes en Sicile dans la région de Syracuse13. Les Égyptiens sont les premiers à utiliser le papyrus. En effet, cette plante pousse dans les eaux stagnantes et marécageuses que l’on trouve principalement en Basse Égypte14. Il existe deux sortes de papyrus : Le premier pousse de manière sauvage dans les marécages. Il est destiné à l’usage domestique et non à devenir un support de l’écriture. Tandis que le secondest un papyrus domestique dont les plantations sont privées. Cette seconde variété sert dans la production des papyri. La technique de fabrication nous est décrite par Pline dans son ouvrage Histoire naturelle 15 : elle consiste à découper dans la moelle de la plante de longs rubans dont l’assemblage se réalise sur une table humide ou l’on colle verticalement puis horizontalement des bandelettes avec une pâte où de l’eau. La feuille de papyrus est ensuite pressée et battue avec des maillets puis on la rince pour éliminer le surplus de colle. Enfin, elle est séchée au soleil et on lisse la surface avec un objet d’ivoire ou un coquillage16. Ces feuilles de format carré sont ensuite assemblées pour former un volumen. Ce livre est utilisé depuis le troisième millénaire en Égypte et à Rome au IIIe siècle avant notre ère17. Selon Pline, Il existe plusieurs qualités de papyrus dont le plus abouti et le plus luxueux est le hiératique qui est utilisé pour les textes sacrés en Egypte ou à Rome avec le papyrus Auguste réservé aux manuscrits luxueux. Ainsi, l’usage du papyrus est employé dans différents domaines notamment littéraires et politiques dont le plus célèbre des textes est La constitution d’Athènes d’Aristote (384-322 avant notre ère) au  Ier siècle de notre ère18. Pour écrire on utilise la partie interne du document et un calame de jonc trempé dans de l’encre. Le papyrus se lit à deux mains tenant chacune un bout de document. Il existe de nombreuses représentations iconographiques comme le bas-relief de l’école découvert en Allemagne montrant deux élèves lisant un volumen.

Durant l’Antiquité le papyrus est utilisé en Égypte, en Grèce et à Rome. Les premiers documents apparaissent à partir de 2500 à 2700 avant notre ère dont le scribe du Louvre datant de 2400 avant notre ère est un parfait exemple. Sous la dynastie de Lagide (305 – 30 avant notre ère) le papyrus devient le monopole du pouvoir royal19 et pendant des siècles, le papyrus va demeurer l’un des grands supports de l’écrit. En effet, l’écriture hiéroglyphique est un instrument du pouvoir et les bibliothèques sont installées dans des temples ou dans des centres du pouvoir politique. La plus ancienne bibliothèque connue est la bibliothèque royale de Gizeh remontant au milieu du IIIe millénaire. Avec les différentes conquêtes successives, la fabrication du papyrus qui est un monopole royal devient le monopole des conquérants qui décident d’en contrôler l’exportation.

Dans le monde grec, le plus ancien papyrus grec daté du IVe siècle avant notre èrea été retrouvé en Égypte à Abousir20 dans une tombe grecque. L’époque classique (500 – 323 avant notre ère) voit l’essor du papyrus et donc du volumen se réaliser. De nombreuses représentations mette en scène les volumens comme dans un lécythe à figure rouges daté de 435 à 425 avant notre ère montrant une muse lisant un volumen. A l’époque hellénistique (323 – 30 avant notre ère), la conquête d’Alexandre (356 – 323 avant notre ère) en 323 avant notre ère engendre une importante exportation de papyrus dans l’espace grec. Celle-ci permet l’essor de l’éducation dans les gymnases, les bibliothèques et les musées. La lecture de la description de la bibliothèque du musée d’Alexandrie par Strabon dans son ouvrage Géographie21 en démontre l’essor. Les collections dans ce musée représentent environ sous la période de Ptolémée II 500 000 volumen pour atteindre 700 000 à l’extinction de la dynastie22.

Muse lisant un volumen
vers 435 – 425 avant notre ère
Paris, Musée du Louvre

Dans le monde romain, l’introduction du papyrus se réalise au IIIe siècle avant notre ère. A partir de ce siècle, l’expansion romaine se heurte de plus en plus avec le monde grecque et le royaume de Ptolémée. Toutefois, l’essor de ce support commence véritablement dans le monde romain après la bataille d’Actium en 31 avant notre ère. En effet, Rome a conquis l’Égypte, le papyrus est donc dorénavant exporté massivement à Rome et devient indispensable dans le bon fonctionnement des activités romaines. A Rome, l’écriture et la diffusion de livres demeurent une chose publique. Les textes une fois écrits étaient lus devant un public comme le dit Pline le jeune (61 – 115 de notre ère) : « Les applaudissements que reçurent les ouvrages de ces illustres orateurs ne m’étonnent plus, depuis que, dernièrement, j’ai lu un de mes écrits devant une réunion savante […]23

L’arrivée du papyrus permet également le développement des bibliothèques. Sous Octave le grand temple d’Apollon construit de 36 à 28 avant notre ère accueille deux bibliothèques, l’une latine, l’autre grecque. Puis sous Auguste le Portique d’Octavie reconstruit entre 33 et 23 avant notre ère comprend deux temples et une bibliothèque. De nombreuses représentations dans le monde romain montrent l’importance du papyrus. Ainsi le portrait de Paquius Proculus et de sa femme ou le portrait de Sappho sont deux fresques datées du Ier siècle de notre ère retrouvées à Pompéi. La première portrait mets en scène un couple dont l’homme tient un volumen et la femme un stylet et un polyptique. Le second met en scène la poète Sappho tenant un stylet près de la bouche et un polyptique à la main. Enfin, la mosaïque dite de Virgile et des Muses du début du IIIe siècle de notre ère montre un homme tenant un volumen entouré de deux femmes dont l’une d’elle tient également ce support. Ainsi, dans la Rome impériale de nombreuses œuvres montrent l’importance de ce support de l’écrit. A partir du Ve siècle, le volumen va peu à peu disparaître pour être remplacé par le codex.

Le portrait de Paquius Proculus et sa femme
Naples, Musée Archéologique Nationales de Naples

D’après un tableau de Robert Marichal (1904 – 1999), il y a une transformation de l’usage des supports qui montre qu’à partir du Ve siècle de notre ère les manuscrits grecs et latins se faisaient principalement en codex. Cependant, le papyrus continue d’être utilisé pour les activités privées dans la chancellerie des rois mérovingiens. En effet, sous Clotaire III(652 – 673) les expéditions d’actes royaux sont exclusivement réalisées sur ce support24 De plus, jusqu’au VIIIe siècle, le commerce de papyrus est attesté dans le royaume mérovingien. Un diplôme de Chilpéric II (671 – 721) réalisé le 29 avril 716 accorde au monastère de Corbie une liste de privilèges qui se conclut par 50 rames de papyrus comme l’évoque Henri Pirenne (1862 – 1935). Ce dernier précise que cette charte montre l’importance du commerce du papyrus en Gaule mérovingienne : « De la charte de Corbie nous pouvons donc déduire avec certitude que l’on pouvait se procurer du papyrus « en gros » dans l’entrepôt royal de Marseille jusqu’au commencement du VIIIe siècle25 » Si l’exportation de papyrus diminue graduellement dans le monde mérovingien l’usage dans la chancellerie pontificale persiste  jusqu’au milieu du XIe siècle. Ces actes privés sont  toutefois rares et nous n’en connaissons qu’un très petit nombre. Pour exemple, une lettre de Maginarius abbé de Saint-Denis à Charlemagne en 787. En 788, une lettre du pape Hadrien Ier est également adressée à Charlemagne. Enfin le dernier acte sur papyrus est un acte du pape Léon XI en 105126 Entre le IIe siècle et jusqu’au XIe siècle, à mesure que l’usage du papyrus se développe, celui-ci est de plus en plus concurrencé par le parchemin à partir du Ve siècle.

  • Le parchemin

Le mot parchemin vient du bas latin pergamena ou pergamina. Il doit son nom à la ville de Pergame en Asie Mineure. Ce support est une peau d’animal (mouton, chèvre, agneau ou veau) qui connaît plusieurs traitements afin de la rendre propre à l’écriture. La fabrication du parchemin commence par l’équarrie et l’immersion dans une eau mélangée avec de la chaux  pendant trois à dix jours. L’épiderme est ensuite épilé et écharnagé et est étendu sur une herse pour le faire sécher.  Le support est effleuré avec un lunnelum pour enlever les poils et la graisse restante.  Enfin, il est adouci avec une pierre ponce puis saupoudré avec du groison, afin d’obtenir l’adhésion de l’encre sur le support. L’utilisation des peaux d’animaux comme support de l’écrit semble être connue depuis la Haute Antiquité27. Dans son ouvrage Les animaux ont une histoire, Robert Delors évoque que des archéologues ont découvert en Mésopotamie des fragments de parchemin. Il mentionne l’utilisation de différentes peaux passant des plus couramment utilisée comme la chèvre et le mouton à des animaux plus exotiques comme la panthère, le loup ou l’éléphant28.

Dans le monde grec, l’utilisation du parchemin est connue par des sources littéraires comme Platon (428 – 348 avant notre ère)29 et Hérodote (480 – 425 avant notre ère)30. Il semble que jusqu’au IIe siècle avant notre ère, l’utilisation du parchemin se soit stoppée. À partir de ce siècle, l’usage du parchemin réapparaît avec la légende de Pergame. Ce récit nous est parvenu par l’ouvrage de Pline l’ancien (23 – 79 de notre ère)31 reprenant un texte de Varron (116 – 27 avant notre ère) nommé Sur les bibliothèques. Selon la légende, le parchemin a été inventé au IIe siècle avant notre ère à Pergame par Eumène II (221 – 159 avant notre ère), roi de Pergame (197 – 159 avant notre ère). Ce support est créé afin de concurrencer la bibliothèque du musée d’Alexandrie et de freiner la dépendance commerciale face à l’Égypte. 

La naissance du codex entraîne l’essor de l’utilisation du parchemin et permet un profond changement dans l’histoire des supports de l’écrit. Le codex est un mot latin qui vient du mot caudex qui se réfère à la matière du « bois », est un assemblage de feuille. Il  existe deux types de codex : l’un en papyrus et l’autre en parchemin. Dans le premier, les feuilles sont découpées d’un rouleau et posées les unes sur les autres et pliées en deux puis on les reliait pour les tenir ensemble. Toutefois, ce support en papyrus a de nombreux inconvénients dont le principal est sa fragilité et le fait qu’il vieillit mal. En effet, il a une durée de vie de 250 ans. Tandis qu’avec que le parchemin, la matière est plus solide et facile à plier. De plus, il est possible d’écrire sur les deux côtés et permet la création de feuillets qui sont rassemblés dans des cahiers cousus ensemble le long de la pliure puis reliés. Enfin, le parchemin à une durée de vie d’un millénaire.Ce nouveau support permet une meilleure lecture et le développement d’une nouvelle organisation du texte avec la naissance de la pagination, de la division des chapitres et l’apparition des tables de matières.

Au Ier siècle de notre ère, le codex apparaît dans le monde romain dont le premier exemple est l’œuvre du poète Martial (40 ? – 104 de notre ère).   Entre le IVe et le Ve siècle, l’utilisation du codex dépasse le volumen de 90,05%32 supplantant ainsi définitivement le volumen. Le parchemin est un support cher qui est souvent réutilisé. Seul le parchemin permet ce procédé de réutilisation en grattant la surface afin d’y effacer le contenu. On peut constater les multiples réutilisations d’un parchemin par l’utilisation de rayons ultraviolets qui permettent de faire se superposer des écritures et donc de rendre compte des utilisations successives dans le temps de ce support. Pour exemple une copie de Républion de Cicéron datant du IVe siècle avant notre ère  recouverte par un texte de Saint-Augustin du VIIe siècle de notre ère.

La diffusion du codex commence avec le développement de la religion chrétienne comme le Codex Vaticanus datant du milieu du IVe siècle contenant des textes grecs de la bible. Les premières bibliothèques chrétiennes dans l’Église Orientale sont connues dès le IIe siècle de notre ère à Corinthe puis au IIIe siècle de notre ère à Alexandrie et Jérusalem. En Occident, plusieurs bibliothèques sont détruites lors de la persécution de Dioclétien (244-311). A partir de 313, l’édit de Milan octroie la liberté religieuse dans l’Empire romain permettant la renaissance des bibliothèques.

De plus, le monachisme participe également de ce mouvement avec la création de monastères de premiers rangs comme en Italie au VIe siècle avec le monastère de Mont-Cassin et de Farfa. Dans les îles Britanniques avec la création Bangor par Colomban (540-615) et en Allemagne avec les abbayes de Saint-Gall et de Constance. Ces monastères possèdent des règles dont la lecture et la connaissance spirituelle font partie intégrante de la vie monacale. Ainsi au VIe siècle, Benoît de Nursie (480-547) introduit la lectio divina dans le règlement de la vie monastique. Cette règle comprend soixante-treize chapitres dont le trente-huitième est nommé la lecture de la semaine, mentionnant notamment que « La lecture ne doit jamais manquer à la table des frères […]33 .» Cette règle se diffuse dans l’Occident médiéval où elle s’impose à partir du IXe siècle.

Entre le Ve et le XIe siècle, les communautés chrétiennes ont eu également un rôle déterminant dans la diffusion de l’écrit grâce à l’essor des scriptorium.  Ces ateliers sont les lieux de travail des moines copistes travaillant ensembles à la diffusion des œuvres religieuses comme l’œuvre Commentaire sur l’apocalypse de Beatus de Liebana en 1075. En effet, la réalisation d’un ouvrage est l’oeuvre de plusieurs mains surtout en ce qui concerne l’ornementation du texte comme l’évoque la description réalisée par la Bibliothèque Nationale de France: « Décoration d’une importance exceptionnelle, due à trois artistes au moins […] ». Entre le IIe et le XIe siècle, seules les communautés religieuses sont chargées de la conservation, de la transmission et de la création de la culture de l’écrit. A partir du XIIe siècle, un changement s’opère dans la production du livre. En effet, le livre commence son émigration dans le monde laïc avec le développement du langage vernaculaire.  De la fin du IXe  jusqu’au XVe siècle marquant son aboutissement, ce système de langage se développe. Cette langue romane sert d’abord à annoter rapidement des textes littéraires dont l’un des plus anciens exemples est la copie d’un poème paraliturgique à la gloire de Saint-Eulalie de 880.

Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liebana en 1075
Paris, Bibliothèque Nationale de France

Entre le XIIe et le XIIIe siècle, l’essor de ce système de langage  est tel qu’il s’impose de plus en plus. Au même moment, des bibliothèques princières se constituent également comme celle d’Henri le Libéral comte de Champagne (1127-1181). A partir du XIIIe siècle, les premières universités sont créées comme le collège de la Sorbonne fondé en 1257 par Robert de Sorbon possédant l’une des plus riches bibliothèques du royaume de France. De ce fait, la production de parchemin s’intensifie par l’augmentation des élevages ovins en Normandie, en Bourgogne et en Berry. Cet accroissement favorise l’émergence des parcheminiers laïcs. Au XIIIe siècle en France, ces derniers sont mentionnés dans les registres fiscaux du règne de Philippe le Bel (1268-1314) au nombre de 4834 pour la ville de Paris. En Bretagne, il existe de nombreuses corporations de parcheminiers comme à Rennes avec la confrérie de Saint-Michel et à Lamballe avec la confrérie de Saint-Nicolas. Au même moment, les librairies se constituent en corporation. La production des livres et son contrôle s’organisent autour de ces pôles. L’intensification de la production entraîne une évolution dans la fabrication du parchemin avec l’apparition du vélin. Celui-ci est plus lisse et plus fin mais également plus onéreux. Tous ces changements permettent une multiplication des ouvrages comme la Bible, le psautier et les livres d’Heures. La bible est principalement réservée aux moines jusqu’au XIe siècle, bien qu’il existe des copies offertes au roi dont la plus ancienne est la Bible de Vivien de 845. Par la suite, elle sort du cadre religieux et entre dans les foyers. Cette bible possède des illustrations qui servent de commentaires comme dans La bible moralisée du nord de la France de 1220, dans laquelle on trouve une scène de la création de l’univers contenant des médaillons qui permettent de l’expliquer aux laïcs. Le psautier fait également l’objet de chef-d’œuvres d’enluminures comme pour Le psautier de Blanche de Castille qui date de 1230. Enfin, l’apparition de la dévotion privée engendre la naissance du livre d’Heures qui fait l’objet d’une présentation et d’illustrations en accord avec le commanditaire. Le livre d’Heure de Jeanne d’Évreux réalisé par Jean Pucelle en 1325 montre des illustrations d’une grande richesse.

Ainsi, le XIIIe siècle et le début du XIVe siècle marquent l’âge d’or du parchemin comme support de l’écrit et de l’art. Le parchemin devient lui aussi un objet d’art comme le montre son utilisation sur le jubé de la Roche-Maurice près de Landerneau daté du XVIe siècle. Toutefois au XIIIe siècle, il entre peu à peu dans une concurrence avec l’apparition d’un nouveau support : le papier.

Feuille de parchemin sculpté sur le Jubé de la Roche-Maurice
cc-by- Audrey Morvan

  • Le papier

Le mot papier vient du mot grec πάπυρος et du latin papyrus, appellation conservée jusqu’au Moyen Age pour désigner le papier. Pourtant, le papier est fait de matières différentes du papyrus. En effet, le papier est fait d’un mélange de chanvre et de lin. Le lin est une plante dicotylédone de la famille des Linaceae cultivée pour ses tiges dont on extrait les fibres. L’origine de cette plante semble venir d’Asie où son usage est attesté en Turquie vers 8 000 avant notre ère.  Entre 5800 et 5600 avant notre ère, on en retrouve des traces en France sur les côtes de Provence et du Languedoc. Quant au chanvre, c’est une plante dicotylédone de la famille des cannabinacées cultivée pour ses fibres dont l’origine est également l’Asie où l’usage est attesté en Chine en 5000 avant notre ère. Pendant longtemps, certains chercheurs ont pensé qu’il existait du papier fabriqué avec du coton en Extrême-Orient. Or, des analyses faites par des botanistes montrent que le papier réalisé à partir de coton brut n’a jamais existé. En effet, les analyses microscopiques démontrent un mélange de lin et de chanvre.

C’est au deuxième siècle de notre ère que le papier est inventé en Chine. Par tradition l’invention du papier est attribuée à Cai Lun haut responsable des ateliers impériaux sous le règne des Hans Orientaux (206 avant notre ère à 220 de notre ère). Pendant quatre siècles, cette dynastie réalise par d’importants financements de grandes avancées techniques et artistiques faisant de cette période un moment essentiel dans l’histoire de la Chine. L’ouvrage de Fan Ye (398 – 445) postérieur à la dynastie des Hans retrace l’histoire de cette dynastie en évoquant l’invention du papier de la manière suivante : « Depuis l’antiquité, les livres et document étaient rédigés pour la plupart sur des fiches de bambou, puis sur du tissu de soie que l’on appelait (zhi). Le tissu était coûteux, les fiches étaient lourdes et aucun de ces supports ne convenait véritablement. C’est alors que Cai Lun eut l’idée de servir d’écorce d’arbre, de fragments de chanvre, de toile usée et de filets de pêche pour faire du papier (Zhi). La première année Yuanxing (105), il fit un rapport à l’empereur qui reconnut ses compétences. Depuis cette époque, le papier a été utilisé partout et c’est pourquoi dans l’Empire il a été appelé papier du marquis Cai35. Toutefois, de nombreuses fouilles archéologiques ont permis de découvrir de nouveaux fragments de papier remettant en question la paternité et la date d’invention de ce support. En effet, les premiers documents, découverts en 1957 à Baqiao en Chine, sont des fragments de papier datés de 140 à 87 avant notre ère. En 1959, un fragment de papier est retrouvé dans une tombe datant des Hans antérieurs (208 – 206 avant notre ère). Enfin en 1973, près de Juyan en Chine deux fragments de papier de chanvre datés entre 52 et 6 avant notre ère sont retrouvés. Ainsi, il semble peu probable que l’inventeur du papier soit Cai Lun. Néanmoins, c’est lui qui vers 100 de notre ère permet l’amélioration de sa technique de fabrication et qui engendre l’essor de son utilisation comme support de l’écrit comme l’évoque cet extrait de Hou Han Fu : « C’est alors que Cai Lun eu l’idée de se servir d’écorces d’arbre, de fragments de chanvre, de toiles usées et de filets de pêche pour faire du papier (Zhi).» Cet extrait dévoile également les matériaux utilisés : si l’écorce d’arbre est l’élément le plus important, est également mentionnée l’utilisation de fragments de chanvre à partir de toiles usées ou de filets de pêche. Cette technique est empruntée et améliorée par les  autres civilisations pour la fabrication de ce support. s’il n’existe pas de traces archéologiques de la fabrication du papier pour la période de Cain Lun, l’ouvrage l’Art de faire le papier à la Chine comprenant vingt-sept aquarelles légendées détaillant la fabrication du papier permet de comprendre le procédé de fabrication.

Estampe de l’ouvrage l’Art de faire le papier à la Chine Paris, Bibliothèque Nationale de France.
Estampe de l’ouvrage l’Art de faire le papier à la Chine
Paris, Bibliothèque Nationale de France.
Estampe de l’ouvrage l’Art de faire le papier à la Chine Paris, Bibliothèque Nationale de France.

Sous, la dynastie des Jin (265 – 420 de notre ère) l’utilisation du papier s’étend et sa fabrication se développe en Corée puis au Japon à partir de 54836. Le succès de ce support au Japon est prouvé par l’émergence de la littérature comme en 750 avec l’ouvrage intitulé Les dix mille feuilles puis en 905 avec Poème de jadis et d’aujourd’hui rendant hommage à ce support. La fabrication du papier au Japon évolue avec une nouvelle méthode nagashi-zuki qui consiste à plonger plusieurs fois le tamis dans la cuve tout en rejetant l’eau pour fabriquer une feuille. Un opuscule rédigé en 1798 par le papetier Kunnibigashi Jibei et illustré par Yasuichuan Tokei évoque la fabrication du papier au Japon37. L’usage du papier au Japon s’étend au-delà de l’écrit et devient un objet cultuel comme avec le Gohei. De même quand il est inséré dans des statues comme dans la statue bouddhique de Shakyamnui.  Le papier entre dans les maisons traditionnelles avec les fusuma et les byobu. Enfin, il devient un objet d’art avec l’origami.

De la Chine, le papier se diffuse peu à peu en Asie centrale par une route bien connue que Marco Polo au XIIe siècle indique dans son ouvrage Le livre des Merveilles38 Du Ier siècle avant notre ère jusqu’à la dislocation de l’empire mongol au XIVe siècle, et jusqu’à la maîtrise européenne des routes maritimes, la Route de la Soie désigne une route commerciale terrestre passant de l’Extrême-Orient à l’Occident. C’est sous la dynastie des Hans orientaux et sous le règne de Wudi (de 140 avant notre ère à 87 avant notre ère) que la Route de la Soie se développe pleinement. Dès le IVe siècle, l’Asie centrale utilise le papier. En effet, les échanges sont courants et utilisent toutes les voies de communications possibles. Toutefois, selon la tradition l’Asie Centrale ne découvre le papier qu’à l’occasion de la victoire de Samarcande en 75139

En 750, la Chine est en position de force avec une population dépassant les cinquante millions40 d’habitant, tandis que l’empire arabe est moins peuplé et plus disparate. Entre 743 à 749, le roi turc de Tachkent rend hommage à la Chine. Toutefois, Kao Sien-tche administrateur de Koutcha accuse le roi des turcs de ne pas respecter ses devoirs de garde-frontière et décide alors en 750 de le décapiter. Le fils du roi de Tachkent obtient l’appui d’Abu Muslim alors gouverneur du Khorassan et envoie des troupes vers Tachkentsous les ordres du général Ziyad Ibn Salih. Ce général remporte le combat sur l’armée du général Gao Xiang dans laquelle se trouvent des papetiers chinois qui sont fait prisonniers41 et dont la capture impulse l’émergence du papier en Asie centrale. Or, en 712, la ville de Samarcande possède déjà des moulins à papier et est un carrefour commercial entre l’Extrême-Orient et l’Asie centrale (Carte) lui permettant d’en contrôler le monopole. A la fin du VIIIe siècle, l’industrie papetière se développe au-delà de Samarcande. Toutefois, cette ville continue d’être une référence dans le monde arabe. Certains lettrés évoquent cette ville tel Maulana Sultan-Ali dans son traité sur la calligraphie : « Ah qu’il est bon le papier de Samarcande, Ne le rejetez pas si vous êtes sages, Y écrire se fait aisément et clairement, Pourvu qu’il soit bien propre et bien blanc » ou comme Ibn al-Bawwab : « J’allai dans la bibliothèque, et cherchai dans les vieux papiers celui qui ressemblerait le plus. Il y avait là de nombreuses sortes de papiers anciens de Samarcande et de Chine, très beaux et très admirables ». L’industrialisation du papier commence d’abord à Bagdad en 793, en Syrie et au Caire en 900 puis à Fez en 1100. Cette industrialisation est poussée par le développement du commerce et par le déplacement du centre des échanges de la Perse vers l’Égypte42. La feuille de papier dans le monde arabe possède des caractéristiques de fabrication comparables à celles de la Chine.

Estampe 40 de la confection du papier,
POLASTRON (L.X.), Le papier, 2000 ans d’histoire et de savoir faire, Paris Edition Imprimerie Nationales, 1999, p.104.

Du Moyen Orient à l’Afrique du nord, la fabrication du papier arabe consiste d’abord à collecter des chiffons ou des cordes de chanvre où de lin comme l’évoque l’ouvrage Umdat-al-Kuttab43. Chiffons et cordes sont ensuite mélangés et humidifiés jusqu’à être ramollis puis sont plongés dans du lait de chaux pendant une journée. La pâte est pétrie à la main et séchée au soleil plusieurs fois pendant trois à sept jours. Quand la blancheur apparaît, il est plié et coupé en morceaux puis est à nouveau plongé dans de l’eau régulièrement renouvelée durant sept jours. Il est ensuite mis dans un récipient propre avec de l’eau où il est dissous jusqu’à devenir une pâte visqueuse et souple. La pâte est travaillée à la main et mise dans un moule puis étalée de manière égale. Enfin, la feuille est mise sur un mur pour être séchée au soleil jusqu’à ce qu’elle tombe du mur. Les papetiers arabes fabriquent jusqu’à neuf formats comme le papier Baghdadi ou le papier-oiseau. Une lettre de Musa ibn Ya kub al-Misri à Yusuf Ibn Da’ud ibn sha’ya envoyée en 1036 évoque une caravane de 28 chameaux qui transporte 6,5 tonnes de papier, soit 90 000 feuilles lui coûtant 157,5 dinars44 . A partir du XIIe siècle, la fabrication du papier traverse la Méditerranée et arrive en Espagne marquant ainsi son entrée en Occident.

En conclusion, La naissance de l’écriture qui apparaît sur quatre continents sur une période de trois millénaires autorise la diversification des supports de l’écrit. Peu à peu le papyrus devient le support privilégié des Egyptiens, des Grecs et des Romains. A partir du IIe siècle de notre ère, l’utilisation du parchemin s’intensifie avec l’apparition du codex. En parallèle, la Chine améliore et développe la technique de fabrication du papier. A partir du Ve siècle, le parchemin supplante totalement le papyrus et devient le support exclusif de l’écrit dans l’Occident médiéval. En Extrême-Asie, la fabrication du papier se développe à l’Est en Corée et au Japon au VIe siècle puis vers l’Ouest dans les villes d’Asie centrale. En effet, la ville de Samarcande, cité carrefour de la Route de la Soie devient le point d’entrée de la fabrication du papier dans les pays arabes puis se développe de Bagdad au VIIe siècle au Maroc au XIIe siècle. En Occident médiéval, jusqu’au XIIe siècle, l’utilisation du parchemin et sa préservation sont réservées uniquement aux communautés religieuses. Mais au XIIIe siècle, les premières universités se créent et la multiplication des ouvrages en langue vernaculaire montre une évolution des lecteurs avec la naissance des bibliothèques privées. Tous ces facteurs entraînent une augmentation de la production qui est alors réalisée dans les librairies. Entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle apparaît en Occident médiéval un nouveau support : le papier. Toutefois, ce support va connaître une plus lente diffusion.


  1. GLASSNER (J-J), Écrire à Sumer, l’invention du cunéiforme, Paris, Edition du Seuil, 2000, p.1. []
  2. MARTIN (H-J), Histoire et pouvoir de l’écrit, Paris, Édition Librairie Académique Perrin, 1998, p. 24. []
  3. Ibid., p. 25. []
  4. Ibid., p. 30. []
  5. Ibid., p. 32. []
  6. Ibid., p. 59. []
  7. Ibid., p. 36. []
  8. Ibid., p. 42. []
  9. Ibidem []
  10. Ibid., p. 48. []
  11. Ibid., p. 49. []
  12. Ibid., p. 50. []
  13. Sous la direction de VAUCHEZ (A.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Edition du Cerf, 1997, Volume II, p. 1148. []
  14. DESBOEUF (M-A.), Papyrus et parchemin dans l’Antiquité gréco-romaine, Histoire, 2007, dumas-00278568, p. 16. []
  15. PLINE, Histoire naturelle, Livre XII, Paris, Edition les Belles Lettres, 2002, 23, p. 77. []
  16. LEGRAS (B.), Lire en Egypte, D’Alexandre à l’Islam, Paris, Edition Picard, 2002, p. 62. []
  17. BARBIER (F.), Histoire du Livre en Occident, Paris, Edition Armand Colin, réédition de 2020, p.24. []
  18. AZOULAY (V), « La constitution des Athéniens d’Aristote », L’Histoire, 2015, mars, n°403. []
  19. Sous la direction de FOUCHE (P.), PÉCHOIN (D.), SCHUWER (P.), Dictionnaire encyclopédique du Livre, Paris, Edition du Cercle de la Librairie,volume N-Z, 2011, p. 116. []
  20. DESBOEUF (M-A.), op. cit., p. 40. []
  21. STRABON,Géographie, Livre XVII, L’Egypte et L’Éthiopie nilotique, Paris, Edition les Belles Lettres, 2015, 1, 8. []
  22. BARBIER (F.),op. cit., p.31. []
  23. PLINE LE JEUNE,  Lettre, Livre IV, Pline à Sparsus, Paris, Edition les Belles Lettres, 1962,  lettre 5. []
  24. PIRENNE (H.), Le commerce du papyrus dans la Gaule mérovingienne, Compte rendus des séances de l’Académies des Inscriptions des Belles-Lettres, 72e année, 1928, p.179. []
  25. Ibid., p. 185. []
  26. CASSAGNES-BROUQUET (S.), La passion du livre au Moyen Âge, Rennes, Édition Ouest-France, 2008, p. 11. []
  27. AUDIN (M.), Histoire de l’imprimerie, radioscopie d’une ère : de Gutenberg à l’informatique, Paris, Edition A & J. PICARD, 1972, p. 34. []
  28. DELORS (R.), Les animaux ont une histoire, Paris, Edition du Seuil, 1993, p.19 []
  29. PLATON, Hipparque, Paris, Edition des Belles Lettres, 1962. []
  30. HÉRODOTE, L’Enquête livre V à IX, Paris, Edition Gallimard, 2019. []
  31. PLINE, Histoire naturelle, Livre XIII, Paris, Edition les Belles Lettres, 2002. []
  32. LEGRAS (B.), op. cit.2002, p. 52. []
  33. Traduction de SCHMITZ (P.), La règle de Saint-Benoît de l’abbaye de Maredsous, 2020, consultable ici : http://la.regle.org/. []
  34. YANTE (J-M), En amont du manuscrit, préparation et commerce du parchemin, Quelques pièce du dossier français (XIIIe – XVe siècle), L’histoire face au manuscrit, Du parchemin à la bibliothèque numérique, Louvain, Presse universitaires de Louvain,2012, p. 31. []
  35. FAN YE, Hou Han shu, Pékin, Zhonghua Shuju, 1965, chap. 78, p. 2513.» []
  36. POLASTRON (L.X.). Le papier, 2000 ans d’histoire et de savoir-faire, Paris, Edition Imprimerie Nationale, 1999, p. 16. []
  37. Ibid., p. 74. []
  38. POLO (M.), TUSSEAU (J-P.), Le livre des merveilles, Paris, Edition Ecole des loisirs, 2009. []
  39. BLUM (A.), Les origines du papier de l’imprimerie et de la gravure, Paris, Édition de la Tournelle, 1935, p. 15 []
  40. FARALE (D.), Les batailles de la région du Talas et l’expansion, musulmane en Asie centrale, Islam et Chine, un choc multiséculaire, Paris, Edition Economica, 2006, p. 44 []
  41. POLASTRON (L.X.). op. cit. []
  42. GOODY (J.), Renaissances, Au singulier ou au pluriel, Paris, Edition Armand Colin, 2020, p. 136. []
  43. BRIQUET (C-M.), « Le papier arabe au Moyen Âge et sa fabrication », Berne, Édition Berne imp. de Suter et Lierovv, 1888, p. 11. []
  44. POLASTRON (L.X.). op. cit., p. 104. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
amorvan (3 décembre 2020). Naissance de l’écriture et des supports de l’écrit. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9pp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search