Analyse d’un Acte de vente d’un bien immobilier à Châtelaudren entre Madeleine d’Estrac et François de Rosmar datant du 8 Juillet 1549.

Aujourd’hui encore, il existe des archives concernant la Bretagne qui n’ont toujours pas été étudié. Certaines d’entre elles sont situées dans dans les archives du Musée Condé qui est à l’intérieur du Château de Chantilly. C’est ces archives qui vont nous intéressé et plus particulièrement dans le cadre de cet article un parchemin de transaction d’une demeure bâtit dans la ville de Châtelaudren.

Cet acte de vente est tiré des archives bretonne de Chantilly situé dans le musée Condé. Une chose au sein des archives doit être souligné, c’est le nombre d’actes de vente entre le même groupe de personnes et durant une fourchette de temps très courte notamment dans la série 1-F-044. Nous avons 3 actes qui correspondent à l’acquisition et/ou à la vente d’une ou de plusieurs maisons par la comtesse de Vertu Madelaine (Magdaleme) d’Estrac avec plusieurs membres de la famille de Rosmar, vieille famille noble du Goëlo, le tout à partir du 8 Juillet 1549. Il est question de la mention de l’emplacement des demeures, qui sont bien souvent dans des lieux-dits faisant références à un grand pont (il serait logique qu’il soit au-dessus du Leff et relie Guingamp à Saint-Brieuc, ou encore nous avons “place aux Moullins”et même plusieurs fois l’apparition de venelle permettant de rejoindre cette place aux Moullins de lach ville de chastellaudren, on voit cette référence aux moulins à blé et foulleretz très récurrente dans les contrats de vente ce qui semblerait donc indiquer l’importance de ces lieux que ce soit dans un terme économique, ce sont de bonnes sources de revenus, mais aussi social, la population comme les nobles ici présent dans les actes de ventes se repèrent et indiquent l’emplacement des demeures par rapport de leur positionnement et de leurs accès au différents moulins présents dans Châtelaudren, la vie économique mais aussi sociale de Châtelaudren semble ainsi être fortement tourné vers ses moulins.

Contrat n°2 de vente entre Magdaleme d’Estrac et Christophe de Rosmar, 8 Juillet 1549 Châtelaudren (archive musée Condé Chantilly 1-F-044)

Il faut aussi noter que la date des transactions, le 9 juillet 1549, n’est pas anodine pour Madeleine d’Estrac. Dix ans plutôt, Madeleine d’Estrac réalise d’importantes transactions financières avec Jean de Brosse sur des domaines gravitant autour de la ville de Guingamp. Effectivement en 1537 le Roi confie Guingamp à Jean de Brosse, qui fut confisqué à Claude d’Annebaud. Jean de Brosse vend ainsi les domaines autour de Guingamp à Madeleine d’Estrac en 1539 contre 14 000 l. mais aussi par le mariage de François d’Avaugour le Jeune et Charlotte de Pisseleu. Cependant il va manquer 8 000 l. Madeleine d’Estrac décide de vendre les domaine de Châteaulin-sur-Trieux et de la Roche-Derrien pour trouver les fonds manquants. Mais ses dépenses financières ne s’arrêtent pas là car les deux domaines furent vendus à Jean de Brosse qui décida d’affermer ces deux domaines pour 400 l./an à Madeleine d’Estrac pendant 10 ans1. Elle se retrouve donc à dépenser 4000 l. supplémentaire, la Dame d’Avaugour déboursa un total de 18 000 l. en tout et pour tout dans la récupération de domaines autour de Guingamp. Or cette affermage comme indiqué au-dessus avait une durée de 10 ans et débuta en 1539, nos actes de ventes présentes dans les archives datent quant à elles du 8 Juillet 1549 soit dix ans après la fin de la dépense annuelle de 400 l. Plusieurs hypothèses peuvent être émises, se retrouve-t-elle avec de nouveau une épargne suffisante et décide de participer à la transaction d’une ou plusieurs maison dans Châtelaudren ou alors l’affermage ruina ses économies et elle se rend obligée de devoir vendre certaines maisons aux seigneurs locaux telle que les Rosmar. Ensuite il faut aussi indiquer que son fils François III d’Avaugour est potentiellement mourant car il décède 6 jours plus tard, le 14 Juillet 1549, il se peut que Madeleine d’Avaugour (ou d’Estrac) recherche des fonds dans le but de sauver par quelconque moyen la vie de son fils aîné ou bien de façon plus cynique, vend les biens du fils bientôt décédé, plusieurs hypothèses que nous analyserons plus en détail dans la suite de ce travail.

Mais arrêtons nous sur le contrat de vente. qui apporte des informations sur la situation de Chastelaudren et des différents bâtiment composant alors l’agglomération mais aussi sur la situation de Madeleine d’Estrac (veuve de François II d’Avaugour depuis 1517) ou encore sur la famille des de Rosmar où plusieurs des membres sont présents dans les actes de ventes.

Le document en question est un parchemin d’à peu près 50 cm de longueur et 30 cm de largeur dont le support lui même est toujours dans un état de conservation tout à fait respectable, mais cela est loin d’être le cas pour les écrits alors présent. Effectivement, toute la première partie en haut en gauche du document est malheureusement illisible, rongé par le temps, on retrouve ces dégradations aussi à la fin de la plupart de chaque lignes. L’acte fut plié en quatre et conservé ainsi obligeant à forcer pour étendre correctement le parchemin. Nous retrouvons en fin d’acte deux signataire, Christophe de Rosmar seigneur de Beaupré et un certain Le Page potentiellement seigneur de la villneuv. Mais n’oublions l’actrice principale de ce document en la qualité de Magdelanne destrac. Nous apprenons d’ailleurs dans la rubrique certains des différents titres que possèdent la veuve de François II d’Avaugour, soit, comtesse de Vertu, seigneur de clisson, d’Avaugour, d’Ingrandes, de Champtocé. A noter quelle n’est pas propriétaire des titres suivants, ils sont en possession de son époux François II d’Avaugour jusqu’à sa mort puis leurs fils François III (mort le 14 Juillet 1549) et Odet d’Avaugour hériteront des titres. Ainsi on constate que bien après la mort de son mari Madeleine utilise la dénomination de ses titres. Le deuxième intéressé est Christophe de Rosmar dénommé comme étant seigneur de Beaupré en la paroisse de Plouagat. Il se pourrait que la dénomination Beaupré soit la même que celle utilisé pour le lieu-dit actuel Beaupré (voir annexe 2), un manoir situé à Plouagat et à 500 mètres à vol d’oiseau de la ville de Châtelaudren. Nous savons de plus que le Manoir de Beaupré fut effectivement occupé par les de Rosmar puis par la suite par la famille de Robien, dernière famille noble propriétaire du manoir. La famille de Rosmar est une très vieille famille noble locale dont l’on retrouve des traces au XIVè siècle ayant comme principal fief Saint-Jean-Kerdaniel.

L’enjeu de cet acte est ainsi une maison situé dans la ville de Châtelaudren comprenant aussi dans l’acte les biens à l’intérieur de la demeure mais aussi des bâtiments potentiels tenant de la propriété : apandances depandances. Un inventaire des meubles est donc présent dans ce contrat de vente. De plus une date limite de libération de la maison fut décrété entre les deux partis, effectivement Madeleine d’Estrac doit il semblerait prendre congé de la maison avant la Toussain de l’année 1549, sachant que le contrat est daté du 8 Juillet 1549, ce qui laisse un battement potentiel de presque 3 mois entre la signature du contrat et l’acquisition définitive de la demeure.

L’emplacement de la maison ne semble pas non plus anodin. Effectivement si l’on se fit à la description présente dans l’acte, on peut rapidement constater que la propriété est située au carrefour de plusieurs éléments clefs de la ville. La demeure est situé comme étant sur la rue […] par laquelle lon va de Saint-Magloire au grand pont dicelle ville. Ces deux éléments (l’église Saint-Magloire, a ne pas confondre avec la chapelle Notre-Dame du Tertre, et le grand pont) sont facilement identifiable. L’église est aujourd’hui toujours présente et extrêmement bien conservé (voir annexe 3), elle se situe sur la place principale de la ville et juste en face à 100 mètres pour sortir ou rentrer dans le centre nous trouvons un pont passant au-dessus du Leff. Naturellement rien ne nous permet de dire que le pont décrit dans l’acte fut au même emplacement que le pont actuel, on peut se dire sans trop de souci qu’il ne devait pas y avoir beaucoup de pont traversant le Leff et permettant de rentrer directement dans le centre de Châtelaudren face à l’église Saint-Magloire. Nous pouvons supposer ainsi que la maison aurait accès à la place de l’église. De plus il est fait références dans le contrat d’une venelle prunrier menant à une place aux moullins. Plusieurs hypothèses peuvent être émise, tout d’abord il existe une venelle aujourd’hui situé entre la place de l’église Saint-Magloire et le lac de Châtelaudren baptisé comme étant la venelle des Moulins ce qui situerait donc la venelle prunrier entre la demeure et la venelle si tant est que la place aux moullins et la venelle des Moulins sont les même choses. Autrement cette place pourrait être situé logiquement le long du Leff pour profiter de l’énergie de la rivière, mais aussi il ne faut pas oublier que le tracer de la rivière à très bien pus, et à sûrement était légèrement au fil des siècles, rendant ainsi la localisation de la place aux moullins plus compliqué et pouvant par la suite modifié les hypothèses de positionnement de la maison en question. Une autre caractéristique n’est pas non plus à négliger, c’est la mention d’un bâtiment qui aujourd’hui n’est plus présent dans la ville de Châtelaudren. Il y a en effet la notion d’une venelle qui amène à la prinson dicelle ville, ici il est question de la prison que possédait la zone urbaine. Cela n’est en rien d’étonnant car même si la famille d’Avaugour d’y loge pas, la ville n’en reste pas moins le principal fief de cette famille dans le comté de Goëlo et/ou baronnie d’Avaugour, la justice en était ainsi rendu au sein de la ville. Ainsi même si l’emplacement de la demeure ne peut être défini avec grande précision, l’acte de vente apporte des éléments sur l’organisation urbaine de la ville durant ce milieu du XVIè siècle.

Nous avons aussi dans la suite du document et qui est naturellement présent dans un acte de vente, le prix, l’argent à devoir débourser. Ici une première somme est annoncé pour l’achat de la maison par Christophe de Rosmar, soit 1200 livres tournois, une somme qui est bien loin des grands hôtels privé que l’on retrouve dans des villes bien plus peuplé, mais pour autant cela n’est tout de même pas une somme que l’on sort comme cela. Ce coût est représentatif d’une maison cossu d’une bourgeoisie (habitant d’une ville)/ petite noblesse qui cherche à investir dans la pierre pour pouvoir se constituer un patrimoine, ainsi accroître ses revenus ainsi que son capital pour naturellement gagner de l’influence. Pour autant une close indique que si Christophe de Rosmar est dans l’incapacité de payer la maison devra être restitué à Madeleine d’Estrac et que de plus de grosses garanties sont mis en gage, telle que ses autres biens ou même ses héritages, ce qui fait réfléchir sur les fonds que peut posséder Chistophe de Rosmar, soit il est connu pour être souvent défaillant et on l’oblige a avoir d’importante garanties, soit il possède suffisamment de fond pour ne pas être inquiété et se permet d’apporter des gages si développés.

Comme indiqué plus tôt la maison n’est pas l’unique enjeu de la transaction, il y a aussi les meubles présent en son sein. Nous pouvons constater sur cette acte la diversité de la provenance des meubles présent mais les différentes essences de bois alors utilisé (les meubles restent pas contre qu’en bois). Une précision des pièces alors présente peut aussi être tenté grâce à la localisation des meubles ici présent. Ainsi il est décrit la présence d’une salle basset danlt maison en lon faict la cuisine, une pièce au rez de chaussez où un foyer doit être installé permettant l’élaboration des plats cuisinés.Dans cette pièce l’on retrouve un dressouer de chesne onpure garni de ses armoires, un meubles en chêne robuste on l’on peut imaginer le stockage de nourriture et/ou vaisselle, même choses pour les deux grandz coffres de chesne sans claucnt, deux grands coffres aussi en chêne présent dans la même pièces. Nous retrouvons de plus un grand banc lui même fait de chêne ainsi qu’une table, mais important fournit avec ses tréteaux. Le foyer n’est pas non plus oublié dans la transaction car on retrouve dans la cheminé : deux garniz hastres de fer et une cramaillure. Ensuite il est signalé la présence d’une offize dans laquelle l’on retrouve une table garnie aussi de ses tréteaux mais présent en plus un long escabeau et un petit coffre, une autre table ainsi qu’une chaise l’accompagnant. Nous avons vue à l’instant la présence d’une salle basse, nous avons donc et comme indiqué à juste titre dans l’acte de vente, la salle haute, dans laquelle nous retrouvons aussi présent une autre dressouer dit à la mode d’Orléans et garnit de 7 clefs, un deuxième dressouer est aussi indiqué ainsi qu’une deserte, une desserte proche de la cheminé. D’autres meubles sont encore présent, notons ainsi un banc lui aussi proche d’une cheminé, deux escabeauts, des chaises de boays de nonyer (bois de noyer) ainsi qu’une garde robe de la fazon de Rouan, malheureusement pour ce dernier meubles nous ne savons pas si il est présent dans une pièce a part dédiée au couchée ou alors si il est aussi dans la pièce haute. Notons la présence de viltres, de vitres, biens qui développe à partir du XVè siècle, ce qui est donc sans doute un bien quasiment de luxe dans cette maison. Dans la suite de le descriptif du mobilier, l’on retrouve une pièce décrite comme étant la chambre de ma dame, dans laquelle nous pouvons retrouver deux chaclictz/charlictz de buays de nouyer […] de la fazon dorleans, c’est à dire deux châlits, cadre de bois soutenant le matelas ou la partie dédiée à acceuillir la personne qui dort, en noyer. Mais il est aussi noté la présence d’un autre châlit mais cette fois-ci en chêne et garni de de sauges faictes. Il y a aussi la présence d’une table de bois en if accompagné de ses tréteaux, d’un tapis, d’une autre desserte, d’un dressouer, mais plus curieux la présence de deux autres escabeaux dont les deux ou peut-être seulement un, sont indiqués comme étant en forme de cœur, chose qui semble suffisamment particulier pour que cette caractéristique soit notifiée dans l’inventaire du contrat de vente. Nous avons donc certainement à faire a un travail d’artisanat de qualité. Notons dans une autre chambre potentielle, chambre gallerit, la présence de deux chaises en chêne mais aussi deux châlits en chêne garniz de leus tautes de toille neufve, de toiles neuves, et de deux tapis de laine. Un dresssouer en noyer est de nouveau à notifié et précisé à la mode d’Orléans dans une chambre qualifié sur le porfat, deux nouveaux châlits en noyer avec trois toiles de coton et deux couette sont indiqués comme étant présent dans cette pièce mais en plus il y a aussi un petit coffre des vitres ainsi que 4 bancs ataches auch dressouer. Cette inventaire nous permet ainsi de comprendre la diversité des des origines des meubles qui peut sembler étonnant pour une petite ville comme Châtelaudren. En effet nous retrouvons des meubles dites d’un style de Rouen, ou encore Orléans, ce qui doit indiquer un certain niveau d’artisanat, nous retrouvons bon nombre de châlits indiquant une capacité d’accueil plus que correcte et de plus il ne faut pas oublier la présence de vitre, bien précieux dans une maison. Tout ceci semble donc indiquer que cette demeure n’est pas le luxe d’un château du XVIè siècle mais comme indiqué avant, une maison bourgeoise correcte d’une petite ville de 350 à 500 habitants

1Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne: Au début des temps modernes 1491-1547, Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013.

Annexe :

Contrat n°2 de vente entre Magdaleme d’Estrac et Christophe de Rosmar, 8 Juillet 1549

1/ En nostre court de chastelaudren par devant nous soubzignez notaires Jurez et Receveur en Icelle sont comparuz Idaulte et pour vante dame madame Magdelanne destrac comtesse de vertu

2/ [illisible] clison champtore chanformont Ingrande nf dune pare et gmon de Rosmar sz de beaupré apart demeurant en la paroisse de plouagat ; lach dame en lav [illisible]

3/ [illisible] entant que besoign est se sont submises a la jurdicion et oboruan de nrdch court quant à faire tenir ; entheonir le contenu en cestes ; qin [illisible] et vont [illisible]

4/ [illisible] exepter de bavre juge ne sergent pour y estre trourfiz ; coimenuz de ouirfaire en huirtaine sans exception dindures ceix de jurdicion ne aultre [illisible] qoit son[illisible]

5/ [illisible] vend davant nous alach dame aceptante une maison oses court tardem establis ; pourprins apandances ; depandances sans anleuvé Reseonar font le [illisible]

6/ [illisible] Rosmar poura Recouvrer ; avoir dedans la toussains prchaine ven en la quelle maison aput demeure lach dame ; feune soubz le fye ; inodre [illisible]

7/ [illisible] son et jardin sur la rue de fach ville par laquelle lon va de saint magloire au grand pont dicelle ville daultre endroict sur la plaze de lach ville [illisible]

8/ et daultre lach vennelle prunrier dicelle place aux moullins de lach ville ; daultre a rue aultre venelle pour aller de la prinson dicelle ville aux moullins duch lien de chast[elaudren]

9/ en jour celle dame ses hour cane avantz theoitrerement/theritrisement a fumans auch filtre de vante quelle aestre faictr pour la somme de douze centz livres tournoises dont et an valloir lach [illisible]

10/ a congueu avoir Recen cinque escuz dor sol bons ; de pays daveques le seigneur du Restmeur qin les debuort a lach dame et aultre a lach vaille auch cle (Christophe?) Rosmar vus assignanon de la [illisible]

11/ de cent escuz dor sol sur seigneur de peurien qin les doibt alach dame ; amon seigneur son filz ; le perenssur desch douze centz tournoises promert et soblige ladict dame [illisible]

12/ lypotheque et obligarn dict maison ; de touz ses aultres biens les les payer auch de Rosmar jurontmant apres la propriauze parelle faict de lach maison ce que elle sera/pera [illisible]

13/ faire jurentmant et le plus tot quelle poura dedans feste de toussains seclame vermante et paranltaiz/par aultruiz que opposrtuans on/ou empeschemens perant mis ou/on donnez alach dame sur la [illisible]

14/ ou toussan allach maison que lech de Rosmar bront en deffault de mestre les opprins on empeschemens thres ; au de dellnire dedans lech terme jcellun ferant passt croir

15/ de Rosmar a promis/aprouve et sest oblige rendre ; restituer alach dame lesch cent cinquante escuz dor sol et quant ace faics ; fournir a oblige touz ; ehmes ses biens meubles ; heritages et dabondant len anns aplege principal

16/ tenir ; oblige pour lui comme pour les propres deniers et affaires du Roy/Ron (pareillament) François le Page seigneur de la villneuvn quel son rest constitue et sest pavailleurt/travailleurt submit somme lesch de Rosmar ala Jurdicion de nuech court [illisible]

17/ lech de Rosmar a promys len acquicter ; hiberer et acelle fin aublige (pareillament) touz esh biens ; dimisament ces meubles en apors desclaires qin sont demeurez en lach maison connue lech de Rosmar dict et affir[ma]

18/ Sauvir en la salle basset danlt maison en lon faict la cuisine aput ungn dressouer de chesne onpure garni de ses armoires trouverzs ; lem aneurez item deux grandz coffres de chesne sans claucnt

19/ Item ungn aultre petit claneure ung grand banc de chesne une table de brays/buays et ses treteauts en la cheuminer deux garniz hastres de fer et une cramaillure en la petitte cinsintque len dict

20/ l’offize aput sur table ; treteautx ungn long escabeau ung petit offre aveques ung aultre plus petit coffre item une table garnir de ses treteaux et ungn churmir es faict en la despancet en la salle haute

21/ ung dresssouer de lons de nonner faict a la mode dorleans garnit de sept clefs ; claneures item ungn aultre dressouer de pareil boys garnir de ses claneures item la deserte du roste de la cheminee item une table

22/ sur une cavret se fermantz a conplertz garnit du banc prochein de la cheminer ola Reger andessins ; deux escabeauts item ses chaises de boays de nonyer item une garde Robe en forme chbhu de la fazon

23/ de Rouan item les viltres armunes estants en lach maison item deux grands landires ungn bouilloinir clestein et une de cerf osa sarmture/garniture en la la chambre de ma dame deux charlictz/chienlit/chalitz

24/ de buays de nouyer aupures en de la fazon dorleans item ungn aultre charlict/chalict de chesne garni de sauges faictes ; courtines une table de boays dif farnit de treteaux ; dun tapis aveque ungn desert en mamir

25/ de dressouer en deux landires deux escabeaux de chesne faictz en forme d’un ♥ (cœur) item troys tapis ; ssauges delame rouge a la fazon de caen deux deux chaises de chesne en la chambre gallerit deux charlict/chalitz

26/ de boays de chesne garniz de leus tautes de taille/toille neufne et deux tapis de laine faictz abestes ; meune verdure une table ; son tapus item en la chambre sur le porfat ungn dresouer de nouyer a la mode

27/ dorleans deux charlitctz/chalictz de mesme buays onpures garniz de fautes ; tour trois de toille de coton deux couettes pouirtes item une table close ungn banc ; ung tapis de Ronan/Rouan ; ung petit coffre et en ce quest

28/ des viltres non armoyes estantes en lach maison ungn clresouir/resouir au bys/vys de la chemninee de la salle et les bancs 4 chaises ataches auch dressouer , a ung aultre parrait dresouer qin demeure auch de Rosmar [illisible] cbuze/ douze couettes

29/ estantes en icelle maison lach dame les aura paraillamt et en jouira par lech maurth et dg aput aeste lach dame mise en pocession Ruelle/ Rcelle/ Reklle de lache maison et sen est lech de Rosmar dessaesy faut de la propriecte que pocession

30/ en a Repute lach dame alhumage/alhamge/alhomage de monseigneur le baron davaugour son filz ets a promis en arquictr les vantes ; aulcunes proint delnes/debnes a aultres que auch seigneur vens lequel lach dame acquictera du tout si adavantage

31/ prumis lech de Rosmar pour lun et ses boirs/hoirs faire ; porter alach dame ses hoirs/ boirs ; cour un aulz ven et/venet suffizant garentage en perpetive et fun en Randre a la fin du payement des dictz douze cens livres les contractz de la cquest

32/ que fist laech de Rosmar de lach maison ensamble les banies et aproprieurt et oultre lacord dentre il et les enfens de Rene ? Infamie chastel/christophe sa feue femme et lech aproprieur faict promer lach dame oar son serment

33/ parponer lach somme de douze centz livres et quant atc faict a oblige ; ypotheque touz ses biens vaillantz que sur trentz les de Rosmar puisse avoir touz mamert derecion faict pas vautr ; subhastacon debien

34/ comme gaiges/gages fonz jugez ° Jugement decourt suffizament gardez aurest on vante dessomrtz/deffomrtz et reucinz aporten alach dame et touz aultres moyene qin pour les propres deniers ; affaires Roy pereneur

35/ estre exerzes pour la contrainct de payeur et font ce ont lesch parties promis ; jure et nout estre de leurs assinfemeus ; aleurs requestes candepuiz ce fut faict ; grace en la maison huictiesme

36/ Jour de Juillet lan mil cinq centz quaran ; neuf dmtsoligne pareillement assmit

37 / Resomar de Chraustauffe Le Page passe


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
kfer (1 décembre 2020). Analyse d’un Acte de vente d’un bien immobilier à Châtelaudren entre Madeleine d’Estrac et François de Rosmar datant du 8 Juillet 1549. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9po


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search