La Nouvelle Représentation de l’Empereur du Japon hors de l’Archipel.

La confrontation interne du Japon avec son passé n’est qu’une partie du travail sur l’image. C’est dans une optique d’ouverture au monde que l’Empereur doit s’adapter. Notamment par le biais de multiples échanges diplomatiques.  Ces échanges sont rares dans l’histoire du Japon, étant un pays fermé pendant une grande période, l’Empereur n’est alors, une fois en fonction jamais sorti du territoire national au vu d’un voyage diplomatique. Hirohito est le premier empereur régnant avec sa femme à se rendre hors de l’archipel pour visite officielle1. Le 27 Septembre 1971, il se rend dans trois pays européens choisis : la Grande-Bretagne, la Belgique et l’Allemagne de l’Ouest. De plus l’empereur, hors de ce circuit, se rend également en France, au Danemark, aux Pays-Bas et en Suisse. C’est pour Hirohito un retour à une Europe qu’il découvre en 1921, lors de son premier voyage, qui par ailleurs excluait les États-Unis d’Amérique. Les deux nations ayant déjà des relations difficiles notamment sur la question de l’armement mais aussi sur le sentiment national très différent entre les deux peuples. Ce cas inquiète le ministre des affaires étrangères sur un incident potentiel durant la visite2. Celle-ci sera la première vision du monde extérieur pour Hirohito et va le marquer sur sa vision de l’occident. Le concept de liberté individuelle est ce qui se démarque le plus à travers les yeux de celui qui fût éduqué dans la tradition et la pression familiale. De même le monarque suit dès son retour, de multiples habitudes occidentales, son mobilier et ses vêtements sont de style européen et ses repas sont également influencé, prenant des petits déjeuners britanniques.

Le Prince Héritier Hirohito avec le Prince de Galles Edward, 1921.

Ce voyage d’après guerres est donc une occasion de renouer avec l’Europe mais aussi de montrer la nouvelle image qui entoure l’empereur et le Japon. Une image de paix, notamment par le biais de visites sur les tombes de soldats inconnues des différentes nations. Cependant bien que positifs sur de nombreux aspects, ces visites soulèvent de nombreuses méfiances du point de vue européen. Par réticence ou maladresse le séjour d’Hirohito en Europe va souffrir de quelques tumultes, car avec la visite impériale c’est un essor des visites de japonais sur le territoire européen qui est attendu. Et les différences culturelles vont mener à des incompréhensions, notamment sur l’image de l’empereur qui à tort est associée à celle de la famille royale britannique. En effet, il est courant de voir des images de la reine associées à des objets ou ayant une présence proche des regards. Or ce n’est pas le cas pour les japonais pour qui l’imagerie impériale est très détachée du peuple, il n’y a pas de représentation sur des marchandises et les portrait sont en hauteurs, forçant les observateurs à se placer sous la représentation. En plus de ces problématiques liés aux mauvaises interprétations culturelles, des dérives furent présente à Londres, Amsterdam et Bonn. Une partie de la population voit d’un mauvais œil l’arrivée de celui qui à mener son pays durant la guerre. Une contestation d’anciens combattant britanniques fût visible par le refus de participer à la journée ou par le biais de citations envoyés au ministère de la guerre déplorant l’insulte qu’est la remise de décorations à l’empereur3. En Allemagne cette contestation a pris la forme de manifestation envers la personne d’Hirohito et l’impérialisme qu’il a mené4 . La plus grande tension fût aux Pays-Bas le 8 octobre où de nombreux officiels furent absents de la rencontre (Le prince des Pays-Bas alors en Iran et durant une partie le bourgmestre d’Amsterdam, ville hôte de la rencontre)5 . Les indes-néerlandaises étaient une cible de l’expansionnisme japonais et de nombreux méfaits y furent également commis. C’est face à ces actions que le peuple se montre très réticent voir hostile à cette visite, jugeant inadapté l’invitation de la reine envers l’empereur. Des manifestations et des actions violentes ont perturbés la visite, l’ambassade japonaise fût la cible de lancer de briques, la voiture de l’empereur subit des dégâts et des drapeaux japonais furent également brulés. Des demandes d’excuses officielles de la part d’Hirohito ont été demandés par des journalistes hollandais6.

En ce qui concerne les visites en France, en Belgique et au Danemark, l’empereur fût reçu avec un regard indifférent voir plutôt courtois, ce qui permis de mener à bien les visites sans complications. Ces différences d’opinions furent suivies par la presse, qui d’un coté était virulente au sujet de l’empereur et ses actions passés, de l’autre était au contraire plutôt élogieuse sur le couple impérial et sur l’avenir des relations avec le Japon. Notamment en France ou la réception par M. Pompidou était signe d’une future bonne entente entre les deux pays7.

Cette série de visite en Europe a, contrairement à la première visite d’Hirohito en 1921, comme but de traverser les nations alliées, et bien que certaines difficultés soient présentes, Hirohito fût présent sur le sol américain avant ce voyage. C’est en Alaska, à la base d’Edmendorf (proche d’Anchorage), le 26 septembre avant de partir pour Copenhague, qu’Hirohito est reçu par le président Nixon pour un tête à tête de vingt-cinq minutes. Premiers à recevoir l’empereur lors de son premier déplacement, les États-Unis se placent comme le partenaire prioritaire des japonais8. Nixon à appuyé par ailleurs la proximité et l’amitié des deux nations lors de son allocution de bienvenue. Un entretien avec le ministre des affaires étrangères M.Fukuda est prévu pour ce qui relève de la politique et de l’économie notamment sur la question des importations et de la place de la République de Chine (Taiwan) au conseil permanent de l’ONU. La rencontre avec Hirohito n’est que symbolique et participe à placer les américains comme des acteurs incontournables de la scène internationale. Cette rencontre leur permet aussi de rappeler aux japonais qu’ils ont perdu la guerre. La base d’Edmendorf a été créer avec l’objectif de se défendre face au Japon. Les États-Unis entendent bien faire passer l’idée que le Japon doit suivre et non pas concurrencer. Nixon agit dans ce sens en prévoyant une visite à Pékin juste avant le Japon pour montrer que celui-ci n’est pas le seul allié envisageable.

C’est dans ce contexte qu’une visite de l’empereur se place en 1975, du 1 au 14 octobre aux Etats-Unis. C’est l’occasion ici de rapprocher les deux pays mais également pour le Japon de se trouver un contrepoids à la Chine et l’URSS, qui malgré des tentatives d’approche, restent très distants à leur égard. La Chine est réticente à cause du contentieux historique, qui ne s’apaisera que plus tardivement avec le fils d’Hirohito. L’URSS elle, s’oppose aux japonais sur une cause territoriale, les Kouriles qui à leurs yeux sont une revendication infondée. L’Empereur, est ici encore présenté comme le symbole vivant du peuple japonais, partant le 30 septembre, il fait une escale à nouveau à Anchorage puis il fera le tour des grandes villes américaines. Le jour de son arrivé le consul du Japon à Atlanta déposa une couronne de fleur sur la tombe du général Douglas MacArthur au nom de l’empereur, signe de reconnaissance d’avoir pu garder sa place mais également de respect envers les américains. Après avoir passé une journée avec le président Ford, le couple impérial se recueillit comme lors des visites en Europe sur un cimetière militaire9, celui d’Arlington, ou repose des soldats de toutes les guerres américaines. L’Empereur rencontrera également à la fin de son séjour, les japonais-américains à Honolulu.

Cette visite fait écho à la visite du président Ford en novembre 1974 ou il sera accueilli à Tokyo, cependant il y restera peu de temps car cette visite fait partie d’une série incluant Séoul et Vladivostok, de même qu’elle est avant tout diplomatique plus que symbolique. De la même manière le président Reagan, en 1983 fait un voyage de sept jours au Japon et en Corée du Sud. Il sera accueilli lors d’une cérémonie présidée par l’empereur10 dès son arrivée au Japon. La encore le contexte est avant tout économique et politique. Après la cérémonie, le président est convié par le premier ministre du Japon Yasuhiro Nakasone pour y discuter du commerce et de l’équilibre des forces en Asie. C’est par ailleurs avec le premier ministre que le président Reagan fera ses vœux de bonne entente entre les nations.

Concernant le cas coréen, la quête diplomatique japonaise se heurte à un malaise beaucoup plus fort. Les relations entre les Corées et le Japon sont bien plus tendus qu’avec la Chine. La péninsule étant occupée depuis 1895 des suites de la guerre sino-japonaise de 1894 ainsi qu’avec l’établissement d’un protectorat en 1905 fit que la Corée subit dès lors une colonisation japonaise poussée de son territoire, l’identité coréenne étant la cible d’un remplacement linguistique et plus généralement culturel (Incluant une transformation des noms des habitant vers un style japonais). Par la suite le Japon exploita grandement le territoire coréen pour ce qui est de la main d’œuvre et des ressources pour combler les pénuries sur le territoire japonais. Les exactions commises lors de l’occupation du territoire envers les coréens (notamment sur le sujet des « femmes de réconfort » durant la seconde guerre mondiale) rendent difficile l’apaisement des tensions entre les deux peuples, alors voulue par les japonais. Une autre complication vient du fait que la Corée est divisée en deux entités. Pour la Corée du Nord, le Japon a fait des tentatives d’ouverture, cependant aucune normalisation des relations existent et celles-ci restent ambiguës, alternant de l’ouverture à hostilité. En ce qui concerne la Corée du Sud, encore récemment jusqu’en 2004 le Japon subissait un embargo économique sur leurs produits. Cependant des tentatives d’améliorations existent par le biais de voyages diplomatiques, néanmoins, l’empereur ne se rendra pas sur le territoire coréen. C’est le président sud-coréen Chun Doo-hwan en déplacement au Japon en 198411 qui rencontrera l’empereur Hirohito lors d’une visite à la fin de son séjour (Celui-ci n’étant pas convié auparavant du au caractère économique et politique de la rencontre), ce qui est une première pour un président coréen au Japon, cela étant une visite de courtoisie, l’empereur n’ayant aucun pouvoir politique. Hirohito y a exprimé ses regrets concernant les relations « malheureuse » entre les deux peuples. Cependant cela n’est pas suffisant pour la population sud-coréenne et la Corée du Nord quant à elle déclarera ne reconnaitre aucune excuse de la part d’un criminel de guerre. Lors des visites de politiques japonais à Séoul, ceux-ci se font sans aucune intervention impériale, Hirohito restant ainsi que ses descendant, loin du territoire coréen. Qui contrairement à la Chine n’a pas eu cette ambition d’améliorer les relations vis-à-vis de sa famille sans grande contrepartie. Le gouvernement coréen demande fermement de plus amples excuses aux empereurs japonais pour l’occupation et les actions liées à celle-ci. Celle-ci revient régulièrement autour des déplacements diplomatiques menant à une rencontre avec l’empereur.

La Chine de son coté invitera l’empereur à plusieurs reprise, invitations qui seront refusés par le gouvernement japonais de peur d’avoir à plier l’empereur à des discours humiliants. La situation évolue cependant avec son fils Akihito qui entreprendra le premier voyage impérial en Chine.

Ces rencontres diplomatiques autour de la personne d’Hirohito sont au centre de la première tentative du Japon de créer une image apaisée autour de l’empereur. Premier régnant à quitter le sol japonais, il est le symbole du peuple mais aussi du passé militaire. Cette opposition dans son image rend difficile le contact avec les anciens ennemis du Japon qui répugnent ses actions durant la guerre mais qui désirent créer des liens souvent économiques avec cette nation.  Bien que majorité de ces visites soient réussies sur le plan économique, de grandes difficultés subsistent sur l’incapacité au couple impérial de présenter des excuses et de montrer une image différente de celui du criminel de guerre. C’est dans ce cadre que le couple impérial ne visitera que l’occident, la frontière avec l’Asie étant trop complexe voir dangereuse durant la vie d’Hirohito (en grande partie aussi refusé par la classe politique japonaise). Malgré l’hostilité de certaines populations occidentales, les médias locaux ont suivi l’idée voulue par le gouvernement japonais, et américaine lors de la capitulation, de séparer l’empereur de la responsabilité de guerre. Une tentative d’humanisation du couple impérial est mise en place en faisant des descriptions de leurs vêtements, habitudes, passions… Lors de la visite aux États-Unis par exemple, le désir de l’impératrice de peindre les aurores boréales d’Alaska est affiché, de même, l’empereur a pu se rendre à l’institut océanographique de Woods Hole et de La Jolla12.

Le 7 Janvier 1989 survient le décès du 124ème empereur du Japon, des multiples réactions internationales vont s’en suivre. Ces réactions sont en grande partie, à l’image des contentieux envers l’empereur maintenant nommé à titre posthume « Shōwa », sobres et détachés. Parmi les messages soulignant la douleur qui incombe le peuple japonais, certains reflètes la tentative de changement au cours de la vie d’Hirohito. Le président d’Allemagne de l’Ouest, M. von Weizsaecker, souligne par exemple sa capacité à ouvrir une voie nouvelle à son peuple. Des débats concernant les crimes de guerres du défunt compliquent l’envoi de représentant pour les obsèques notamment au Royaume-Uni (Philip d’Edimbourg sera choisi finalement pour représenter la famille royale britannique) et aux Pays-Bas, nations montrant déjà une certaine hostilité lors des tentatives diplomatiques de l’empereur. En Asie et en Océanie, théâtre d’opération majeure de la guerre pour le Japon, les commentaires sont plus détachés voir même virulents. Le ministre de la défense de Nouvelle-Zélande exprimera sa déception de ne pas l’avoir vu se faire fusilier avant la fin de la guerre (le gouvernement se détacha de ces propos), en effet la Nouvelle-Zélande fût parmi les nations absolument opposé à sa conservation au pouvoir par l’occupation Mac Arthur, voulant le voir jugé pour crime de guerre. La Corée du sud verra quant à elle son ministre de la justice s’abstenir de commentaire. En opposition aux réaction étrangère, le président Reagan avancera le rôle héroïque d’Hirohito qui participera à la fin des hostilités entre les deux peuples ainsi que la fondation de leur amitié. 

Le corps d’Hirohito est transporté vers son dernier lieu de repos. Getty Images/Archives Sankei

Le vendredi 24 Février 1989 voit se dérouler les obsèques du défunt empereur, obsèques qui ont conviés cent-soixante-trois représentants étrangers. Bien qu’ayant subi quelques complications dû à des manifestations, l’événement fût retransmis à la télévision hors du Japon. Parmi les représentants des différentes nations, certains y voient une occasion de fonder les bases d’une coopération nouvelle, les funérailles passant au second plan face à l’opportunité économique. La France par exemple, représenté par M. Mitterrand va mettre en avant le sommet à Paris qui s’est tenu peu après. Le premier ministre Noboru Takeshita fût ironiquement bien plus en avant que le défunt empereur et son fils, bien que celui-ci ait été sollicité par courtoisie à la fin de certains séjours.

Le 12 Novembre 1990, Akihito est proclamé cent-vingt-cinquième empereur du Japon lors d’une cérémonie traditionnelle. En plus de prêter serment sur le respect de la constitution du Japon, le nouvel empereur s’est engagé à mener son pays sur le chemin de la paix parmi les autres nations du monde conformément au nom de l’ère qui suivra son règne : Heisei où « Accomplissement de la Paix ».

Son intronisation le 12 novembre 1990 conviera cent-soixante-six pays pour l’événement. Bien que dans une optique de modernité internationale, le couronnement se fait néanmoins dans la pure tradition shinto, rappelant à certains égards l’intronisation de son père Hirohito et de son grand père Yoshihito. Ce contraste marque la difficulté au Japon d’allié une nouvelle image à son identité propre. Cependant dans le cadre du respect de la nouvelle constitution, la cérémonie sera adaptée pour correspondre au caractère populaire du titre d’empereur symbole. Par exemple le premier ministre est placé au même niveau qu’Akihito pour prononcer son discours, de plus toute référence au passé militaire mais également au premier empereur légendaire ont été supprimés13. Cette cérémonie est une vitrine de la tentative de modernité du pouvoir mais également de la difficulté à se détacher de la tradition. Tout comme les rites religieux funéraires d’Hirohito, ceux de l’intronisation se font ultérieurement sans présence de représentant étrangers.

Maintenant empereur, et bien qu’en retrait, Akihito garde son image de symbole du peuple, ce qui lui permet dans une certaine mesure d’influencer comme son père l’image du Japon à l’internationale, mais aussi de dépasser le travail commencé par celui-ci. Le 26 septembre 1991, le couple impérial quitte Tokyo pour un voyage de onze jours en Asie, une première, Hirohito n’ayant jamais été dans les nations par le passé occupées. Il se rendit en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie14. Accueillit par le roi Rama IX de Thaïlande, l’empereur au nom du Japon, déclarera que son pays fera tous les efforts pour créer des relations d’amitiés et de paix avec les pays d’Asie du sud-est et que ne se répétera jamais les horreurs de cette guerre. Cependant aucune excuse ne sera formulée, celles-ci étant toujours vu par le gouvernement japonais comme une forme d’humiliation. Ce premier voyage marque un désir de détacher Akihito de son père en lui faisant visiter des nations aux relations plus complexes. Cette visite permet également au gouvernement japonais de tester les capacités du nouvel empereur au sujet des excuses pour la guerre, en lui faisant recréer des liens avec des nations qui sont dépendantes des investissements économiques japonais et donc moins réticentes. Cela est aussi un indicateur vis-à-vis des réactions étrangères à ce voyages en vu de tentatives de rapprochements avec la Chine et la Corée.

Le 3 septembre 1993, Akihito se rend en Europe pour seize jours ou il sera présent en Italie, au Vatican, en Belgique et en Allemagne. Ce voyage est le premier de son règne en Europe et fait suite à celui de son père en 1971. C’est l’occasion pour le nouvel empereur de se réunir avec les deux nations anciennement alliées au Japon et de « se servir de cette expérience pour l’avenir »15. Bien que visitant des pays aux tentions moindres, il est important de noter l’amélioration de l’accueil en comparaison à son père par le passé. La visite fût placée sous le signe de la prise de conscience par rapport au passé et les responsabilités futures de l’Allemagne, l’Italie et du Japon. Ce déplacement plus court fait écho aux réceptions de représentant étranger sur le territoire japonais les années précédentes. Ce sont les représentants des nations alliés et de l’URSS qui feront le déplacement à Tokyo, évitant en quelque sorte à l’empereur de se rendre sur leurs territoires tout en maintenant une relation avec le Japon (En parallèle des hostilités survenu lors du voyage d’Hirohito). Bien que majoritairement courtois, les échanges avec les européens furent parfois houleux. Mme Thatcher, première ministre britannique, M. Chirac, maire de Paris et M. Giscard d’Estaing, président français eurent un entretien rapide avec l’empereur sans heurts. Cependant lors de l’audience de la Reine Beatrix des Pays-Bas, elle insista sur les graves crimes commis par le Japon lors de la guerre envers les hollandais.

Toutes ces réceptions eurent comme point commun de placer l’audience avec l’empereur à la fin des séjours, passant alors après le premier ministre. Akihito n’accueil plus les représentants mais sert dorénavant de clôture, de passage symbolique et rapide avant le départ, marquant le déclin de l’importance de son titre dans la diplomatie internationale du Japon.

Les relations entre le Japon et l’URSS divergent sur plusieurs points des autres nations. M. Gorbatchev est le premier représentant soviétique à se rendre au Japon depuis la proclamation de l’union. C’est dans ce contexte de relations froides entre les deux peuples, que l’empereur recevra le président de manière plus ample que pour ses homologues européens, représentant alors le symbole d’une entente cordiale à venir. Cette réception sera exceptionnelle, reprenant lors de la visite de M. Eltsine, alors président de Russie, en octobre 1993, un éloignement de la personne impériale, se plaçant dans la même logique qu’avec les correspondants européens.

De la même manière qu’avec Hirohito, les États-Unis vont à nouveau tenter de développé une relation particulière avec le Japon en passant par l’empereur. Cependant une seconde nation jouera un jeu similaire : la France. Ces deux nations agiront dans le sens contraire des autres pays « alliés » qui évitent de trop se représenter avec la famille impériale japonaise (Bien que des tentatives beaucoup moins développées existent au Royaume-Uni ou l’empereur à pu rencontrer la reine Elizabeth II à Londres en mai 1998, se déroulant cependant sous les hués des vétérans de guerres et l’hostilité de la population locale). Un voyage aux États-Unis est prévu le 12 juin 1994, pour dix-sept jours durant lesquels comme pour Hirohito, l’empereur passera par des monuments aux morts, cependant le gouvernement conservateur japonais interdira la visite à Pearl Harbor décalant alors celle-ci au cimetière de « Punch Bowl »16. Bien que la rencontre fût très cordiale entre le président Clinton et l’empereur Akihito, des manifestations eurent lieu pour demander à nouveau les excuses de la famille impériale.

Le gouvernement français quant à lui invite Akihito pour le 3 octobre 1994 dans l’optique de nouer des liens fort et de soutenir le Japon diplomatiquement notamment à l’ONU sur la question du siège permanent. Cette visite sera placée sous le signe de l’humilité face au passé mais également sur les liens entre France et Japon, soulignant par exemple les attitudes communes des deux nations envers l’art et la culture. L’Empereur aura l’occasion de visiter le muséum d’histoire naturelle de Paris, faisant de la France le seul état avec les États-Unis à courtiser la personne de l’empereur plus que son titre, cherchant ainsi à se rapprocher du peuple japonais. A la fin du séjour, le lycée La Fontaine accueillit le couple impérial, Akihito y déclarera qu’il espérait « une meilleure connaissance entre les peuples, qui à long terme contribuerait à la paix mondiale »17. En 1997 sera inauguré la maison de la culture du Japon à Paris par le président Chirac en compagnie de la fille de l’empereur, la princesse Nori, constituant à nouveau un geste envers le peuple japonais et la famille impériale.

Vient la question de la Corée et de la Chine dans laquelle l’image de l’empereur est très importante vis-à-vis des populations face à « l’occupant ».

Poursuivant alors une optique de rapprochement entre japonais et coréens, de multiples rencontres entre les deux gouvernements se sont fait durant le règne d’Akihito. Le 24 mai 1990 le président sud-coréen Roh Tae-woo fût reçu par l’empereur qui lui exprima ses intenses regrets ainsi que cita son père sur le passé malheureux entre les deux peuples. Cependant il ajouta l’idée claire que c’est son pays qui créa ces souffrances. Bien que le président coréen exprimât le retour impossible sur les événements passé, il invita le Japon à entré dans une ère nouvelle de coopération18. En 1992 Roh Tae-woo était à nouveau à Tokyo cependant il y eu très peu d’interactions directes avec l’empereur, l’éloignant encore de la représentation internationale. N’étant pas son père, Akihito ne créer pas un blocage aussi fort vis-à-vis des coréens, qui lors de ces rencontres exprimèrent des invitations à son égard. Invitations qui ne furent jamais acceptés. Ces refus nourrissent un mécontentement chez les nouvelles générations en Corée, les voyant comme un affront, bien que ces personnes soient moins marquées par les atrocités passées. Malgré son détachement de la scène médiatique et internationale, l’empereur poursuit les gestes d’apaisements. Il commémorera par exemple la déportation de coréen et à tous ceux qui ont perdu la vie sur l’ile de Saipan le 28 Juin 2005 devant un mémorial coréen ainsi qu’un américain. Ce lieu fût choisi car doté d’une symbolique forte mais également car il ne nourrit pas autant de rancœur qu’ailleurs dû à la prospérité de l’ile durant son occupation.

La seconde difficulté diplomatique du règne d’Akihito est la relation entretenue avec le peuple chinois. Le 23 octobre 1992 l’empereur japonais se rend en Chine (à Pékin, Xian et Shanghai) pour faire suite à la déclaration conjointe sino-japonaise signé vingt ans auparavant avec les deux nations chinoises. Cette déclaration permis de normaliser les relations diplomatiques entre les deux peuples, ce qui amena la Chine à proposer une invitation au couple impérial à Pékin. Bien qu’Hirohito fût invité par Deng Xiaoping en 1979, le gouvernement du Japon refusa catégoriquement la venue de l’empereur sur le sol chinois19 car celui-ci était personnellement impliqué dans la guerre, de plus, la jeune génération chinoise à une vision plus reculée sur le sujet n’étant pas impliquée elle non plus. Cette rencontre est capitale pour les deux gouvernements, ceux-ci veulent avancer dans l’apaisement entre les peuples pour pouvoir échanger économiquement bien plus aisément, les deux puissances étant très dépendantes l’une de l’autre dans la région. Pour ce qui est du Japon cela lui permet de se placer dans ce nouvel équilibre diplomatique en Asie face à son plus grand rival mais cela est par conséquent ce qu’il y a de plus difficile à accomplir, le peuple chinois y voyant un prédateur militaire devenir également un prédateur économique. Cette réticence du peuple est partagée entre indifférence et contestation de voir le fils de celui qui mena la conquête de leur territoire (cette réticence est également entretenue par le parti communiste chinois qui basa une partie de sa légitimité sur la lutte contre le Japon durant la guerre20 ). Ce voyage, bien que symbolique est également l’occasion pour les deux géants de débattre de leurs différents économiques et militaires (Bien que des visites aient eu lieu avant celle-ci par des ministres des deux nations, celle incluant l’empereur à l’avantage d’être visible mondialement, permettant aux deux géants de s’imposer diplomatiquement sur la scène internationale).

L’Empereur Japonais Akihito et le Président Chinois Yang Shangkun le 23 Octobre 1992. China.org

Le gouvernement chinois durant le séjour dû redoubler d’effort de sécurité et de contrôle pour garantir la bonne tenue de la rencontre. Des protestations populaires demandèrent en plus des excuses de l’empereur, des réparations de guerres, cependant ces actions durent être mises sous silence. De même qu’à Hong-Kong une manifestation se déroula devant le consulat du Japon demandant également des excuses claires. De multiples policiers furent mis en place sur le trajet de l’empereur dans la capitale chinoise passant par la place Tiananmen. Ces manifestations de mécontentement mirent le gouvernement chinois dans une position délicate, devant réprimer les débordements pour ne pas gêner le séjour tout en ne le faisant pas trop pour ne pas paraitre à la solde des japonais. Son séjour inclut des visites de lieux historiques et universitaires, mettant en avant la personne de l’empereur et reléguant les discussions d’états au second plan, de plus il fût exclu de visiter des lieux ayant subi des trop gros préjudices, comme Nankin (en relation avec le massacre de 1937). Akihito formulera ses regrets quant aux actions passées de son peuple, discours qui aurait dû se conformer aux routinières demandes du gouvernement japonais et bien que dans sa globalité similaire,  l’empereur utilisa des termes plus profonds qu’a l’accoutumé en avançant ses remords et la culpabilité du Japon dans ces souffrances.

La visite en Chine de l’empereur permet de mettre en exergue un problème majeur de la diplomatie japonaise d’après-guerre, celui de la question de la responsabilité. Celle-ci est sous-estimée par les japonais qui n’ont par conséquent jamais fait acte officiel de repentance, cela est visible dans les discours transmis à l’empereur, il n’adressera jamais d’excuses concrètes aux victimes de la guerre. Plusieurs raisons existent sur cette difficulté, premièrement, contrairement à l’Allemagne, le Japon sous Mac Arthur n’a pas subi d’épuration totale de la classe politique, celle-ci en partie reconvertie dans les partis traditionnels agit sur les actions de l’empereur. Cette même différence avec l’Allemagne, que son jugement fait relativiser les japonais sur leurs actes n’ayant pas subi aussi grande punition. Le second point est que le Japon est une puissance économique majeure, celle-ci se faisant régulièrement courtiser, les japonais ne se sentent pas coupable face à ce paradoxe entre demande d’excuse et courtoisie. Troisièmement, le Japon se sent victime de l’agression atomique dont il est le seul à souffrir encore aujourd’hui. Enfin, la population japonaise ayant des connaissances sur la guerre est en recul, la jeune génération est loin du conflit et l’éducation à ce sujet est succincte21.

Cette difficulté est visible par exemple lors de la soixantième commémoration envers les victimes de la guerre du pacifique. Le Japon qui certes rend hommage aux nombreuses vies perdues, appuie principalement sur les pertes japonaises civiles, ce qui est reproché par les coréens et chinois qui accusent le Japon de minimiser ses actes. Le gouvernement japonais est alors régulièrement accusé depuis la fin de la guerre d’un certain négationnisme sur les faits et les victimes.

Pour conclure :

Face à cette diplomatie expiatoire, deux réactions internes sont alors dominantes dans les contestations (bien que celle-ci soient minoritaires dans la pensée populaire). La droite nationaliste refuse de voir l’image de l’empereur s’abaisser face aux étrangers et au gouvernement vu comme vendu aux occidentaux. Allant jusqu’à considérer Hirohito comme un traitre national face à l’empereur Meiji22 (Allant jusqu’au actions violentes, dont des attentats à la bombe23 ). Ce conflit remontant déjà lors de l’alliance du Japon à l’entente durant la première guerre mondiale, de plus ce même conflit face aux décisions de l’empereur s’étendent à ses choix de mariage (avec une femme issue d’une famille non traditionnelle) et de vie très occidentaux. Cette idée d’un refus de l’occident est commune avec les revendications de l’extrême gauche refusant de se soumettre au capitalisme américain mais également d’être représenté par une figure impériale illégitime à l’étranger, ignorant ou tentant de gêner les réceptions de l’empereur de représentants étranger par le biais de manifestations parfois violentes. Cependant ces revendications sont en grande partie liée à la présence même de l’empereur au Japon et du drapeau national qui seront développés dans une prochaine partie. La presse japonaise suivra tous les déplacements d’Hirohito avec attentions, et ceux d’Akihito avec plus de recul, commentant les actions du gouvernement vis-à-vis des discours et des choix de partenaires, sujet qui entrera alors dans les débats classiques de la scène politique japonaise. Alternant refus de voir l’empereur s’humilier ou au contraire se demandant pourquoi sa famille ne s’excuse pas pour les nombreux morts. La représentation internationale de l’empereur du Japon est au centre d’un désir politique de montrer le Japon comme une nation de paix après la guerre. Se faisant à travers Hirohito et son fils Akihito, cette image diffère cependant entre les deux hommes. Le gouvernement japonais par le biais de discours ou de voyages transmet une difficile image de repentir mais également une vision plus humaine de celui qui autrefois à amener son pays à causer la mort de nombreuses personnes. Ces voyages sont alors l’occasion de faire connaitre aux peuples avant ennemis les personnes que sont les empereurs. Cependant les accueils sont en grande majorités hostiles voir impossibles concernant Hirohito et bien que cela évolue en bien pour son fils cela reste, notamment en Chine et en Corée, une épreuve difficile. Cette mise en avant du personnage impérial est paradoxalement de concert avec le recul médiatique et international de ce même personnage. En effet, durant la vie d’Akihito celui-ci passe de plus en plus au second plan derrière le premier ministre, reléguant le symbole populaire en tant que formalité lors des voyages officiels (De même que médiatiquement, le nombre d’article sur le sujet de l’empereur diminue au fil du temps). L’image de l’empereur ne devient alors qu’un instrument de la politique japonaise d’apaisement, refusant de l’humilier par des excuses mais l’utilisant néanmoins comme symbole de repentance. Celui-ci ne pouvant contrôler ses dires à l’internationale mais également au sein de son pays. La « nouvelle diplomatie » japonaise se concentre désormais sur l’idée d’un Japon grande puissance économique, jouant habilement entre utilisation de l’image impériale au but d’apaisement et mastodonte économique en quête d’expansion. Cependant l’incapacité du Japon de reconnaitre sa culpabilité et la présentation d’excuses met à mal sa stratégie de puissance incontournable d’Asie et du monde.




Citer ce billet
jbguigard (2020, 5 décembre). La Nouvelle Représentation de l’Empereur du Japon hors de l’Archipel. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9pq

  1. Hirohito Plans First Trip Abroad by Reigning Japanese Emperor. (1971, 24 février). The New York Times, 2. []
  2. Bix, H. P. (2016). Hirohito and the Making of Modern Japan. HarperCollins. P.105 []
  3. La population de Londres a accueilli avec politesse mais sans enthousiasme l’empereur du Japon Les Britanniques n’ont pas oublié la guerre. (1971, 7 octobre) Le Monde. []
  4. MESURES DE SÉCURITÉ EN ALLEMAGNE POUR LA VISITE DE L’EMPEREUR DU JAPON. (1971, 12 octobre) Le Monde. []
  5. L’empereur Hirohito a été l’objet aux Pays-Bas de plusieurs manifestations hostiles. (1971, 11 octobre) Le Monde. []
  6. Hirohito Is Booed and Jeered in Amsterdam. (1971, 10 octobre). The New York Times, 2. []
  7. L’empereur Hirohito et M. Pompidou souhaitent que la France et le Japon multiplient leurs échanges. (1971, 5 octobre) Le Monde. []
  8. President to Meet Hirohito in Alaska. (1971, 21 août). The New York Times, 1. []
  9. HIROHITO ITINERARY IN U.S. IS ANNOUNCED. (1975, 14 août). The New York Times, 13. []
  10. PRESIDENT BEGINS 7-DAY TRIP TO ASIA. (1983, 9 novembre). The New York Times, 3. []
  11. Japon LA FIN DE LA VISITE DU PRÉSIDENT CHUN Plusieurs problèmes bilatéraux restent en suspens entre Tokyo et Séoul. (1984, 11 septembre) Le Monde. []
  12. HIROHITO ITINERARY IN U.S. IS ANNOUNCED. (1975, 14 août). The New York Times, 13. []
  13. Akihito, empereur-symbole L’intronisation du nouveau souverain japonais témoignera de la continuité entre un passé prestigieux et le monde moderne. (1990, 11 novembre) Le Monde. []
  14. JAPON : première tournée asiatique d’un empereur nippon. (1991, 27 septembre) Le Monde. []
  15. JAPON : l’empereur Akihito entreprend un voyage en Europe. (1993, 3 septembre) Le Monde. []
  16. Emperor Visits Site Near Pearl Harbor. (1994, 25 Juin). The New York Times, 8. []
  17. La visite de l’empereur Akihito à Paris Cours de japonais au lycée La Fontaine. (1994, 07 octobre) Le Monde []
  18. JAPON L’empereur Akihito présente à la Corée son ” plus intense regret ” pour le ” passé malheureux “. (1990, 26 mai) Le Monde. []
  19. Jacquet Raphaël. La visite de l’Empereur japonais en Chine. In: Perspectives chinoises, n°8-9, 1992. pp. 42-46. []
  20. Jacquet Raphaël. La visite de l’Empereur japonais en Chine. In: Perspectives chinoises, n°8-9, 1992. pp. 42-4 []
  21. Seizelet Éric. Akihito en Chine. Les limites de la diplomatie expiatoire. In: Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°39, juillet-septembre 1993. pp. 55-71. []
  22. Bix, H. P. (2016). Hirohito and the Making of Modern Japan. HarperCollins. P.99 []
  23. JAPON : manifestations contre le voyage de l’empereur en Chine. (1992, 6 octobre) Le Monde. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search