L’évocation de l’espace et de la conquête spatiale en chanson : élément de structuration générationnelle ?

De “Space Oddity” de Bowie à “Astronaut “de Simple Plan, l’évocation de l’espace est un topos dans la musique populaire, anglo-saxonne notamment, depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Parfois thème principal, parfois simplement présent par son champ lexical, l’espace semble occuper une place importante dans l’imaginaire des paroliers et des compositeurs. Cependant, cette continuité du thème cache des discontinuités de sens ; l’espace a été porteur de différents idéaux et de différentes significations entre 1940 et 2020. Cette évolution du regard porté sur le cosmos, elle pose question, et même questions au pluriel : Pourquoi de telles évolutions ? Comment sont-elles apparues ? A quel point sont-elles cohérentes et de quelle(s) façon(s) : chronologiques, géographiques, sociales ? Plus que tout, peut-on, en partant de cette simple étude de chansons, faire apparaître d’autres phénomènes historiques, sociaux, culturels et/ou politiques plus larges ?

Continuités, discontinuités et statistiques

Tout d’abord, il est nécessaire de cerner précisément où se trouve l’espace dans les chansons. Pour cela, il faut à la fois prendre en compte les différents types d’évocations (espace ou conquête spatiale ? Mots utilisés et leur sens dans le contexte de la chanson ? Utilisation de visuels dans les clips, les pochettes, les décors de scène ? Utilisation d’accords ou de sons particuliers ?) et leur contexte plus général (thèmes des chansons évoquant l’espace ?). En analysant méthodiquement les discographies d’artistes populaires1, on arrive au chiffre relativement impressionnant de 10 % de chansons évoquant l’espace en moyenne, que ce soit avec un mot dans un des vers ou au contraire le thème central de la chanson. Le graphique n°1 illustre ce phénomène sur les 30 artistes les plus populaires depuis le second XXe siècle.

Graphique 1 : Pourcentage de chansons évoquant l’espace dans la discographie des 30 artistes les plus populaires (1954-2020). En rouge, les artistes dépassant la moyenne de 10,3 %

D’autre part, des études plus précises montrent que les chansons évoquant l’espace se trouvent tous les ans, dans tous les pays étudiés et dans tous les genres musicaux, ce qui souligne l’universalité de l’espace. Enfin, une multitude de thèmes sont abordés dans les chansons, de l’amour à la solitude en passant par la religion, la science-fiction ou encore le désespoir. L’espace semble donc flexible, prêt à s’adapter à tous les artistes, qui qu’ils soient et quoi qu’ils veulent dire. C’est également le cas si l’on étudie les clips ou les pochettes d’album. L’étude des musiques en elles-mêmes montre la constitution d’un ensemble de sons et d’accords qui évoquent immédiatement l’espace pour l’auditeur (bien que dans l’espace, il n’y ait pas son…).

Ces études statistiques sont la base à partir de laquelle nous pouvons définir les continuités du thème spatial. Mais en regardant ses évocations au fil des années, on remarque les premières discontinuités qui constituent la base de la réflexion développée ci-dessous : le graphique 2 montre bien qu’il existe des pics d’évocation de l’espace, accompagnés de moments où les étoiles semblent moins inspirer les artistes.

Graphique 2 : Moyenne mobile du nombre de chansons évoquant l’espace selon leur date de sortie (période = 3 ; n = 1356, 1940-2020). En rouge, les années dépassant la moyenne de 17

Ces discontinuités, comment les expliquer ? C’est au moins aussi complexe que d’expliquer la continuité, et peut-être même plus, car les explications ne peuvent pas se superposer de la même façon. Plusieurs facteurs peuvent expliquer une continuité, et mêmes les plus faibles peuvent être considéré, car ils sont de toutes manières cachés par les plus forts. Dans des discontinuités à l’inverse, et particulièrement des discontinuités chronologiques qui s’enchaînent aussi rapidement, il est nécessaire d’être beaucoup plus précis dans les explications avancées, sous peine de les attribuer au mauvais phénomène. Aussi, ne pouvons-nous avancer que des hypothèses pour expliquer pourquoi les chanteurs de 1996 se prennent de passion pour l’astronomie, alors que leurs aînés de 10 ans la boudent.

Une explication politique ?

Afin de pouvoir comprendre ces évolutions, il est nécessaire de voir comment le thème de l’espace a été décliné dans la société en général. Deux grandes tendances se dégagent : tout d’abord, l’espace est un thème très politique, particulièrement pendant la Guerre Froide. C’est toute l’époque de la “Course à l’Espace”, qui culmine en 1969 avec les premiers pas d’un homme sur la Lune, l’astronaute américain Neil Armstrong2. Si l’impact de cet évènement est immense (plusieurs centaines de millions de personne le regarde en direct à la télévision3), il n’est finalement qu’un point culminant d’une suite d’avancées scientifiques incroyables allant de la mise en orbite du premier satellite humain par l’URSS en 1957 avec le petit Spoutnik4, au premier alunissage sur la face cachée de la Lune en 2019 par la Chine5. Ces exploits scientifiques ont toujours été très liés au politique ; bien sûr beaucoup plus pendant la Guerre Froide, où la conquête de l’espace par l’une des super-puissances était un symbole extrêmement fort de la domination d’une idéologie sur l’autre. Le président américain John F. Kennedy, élu en 1961, était bien conscient de l’importance de l’espace dans les batailles géopolitiques d’alors. Il nommera son programme présidentiel « The New Frontier »6, nom qui sera donné ensuite à l’espace7, qui apparaît comme le nouveau domaine à conquérir pour étendre à la fois son Hard- et Soft-Power. En lançant le programme spatial américain, il est bien conscient de ce fait ; il dira dans un discours du 25 mai 1961, passé à la postérité sous le nom de “Moon Landing Speech“, « Si nous voulons gagner la bataille qui se déroule dans le monde entre la liberté et la tyrannie, les réussites spatiales spectaculaires qui ont eu lieu ces dernières semaines nous ont démontré, comme Spoutnik l’avait fait en 1957, l’impact de ces aventures sur l’esprit des Hommes […] »8. Ce discours est prononcé quelques semaines après le premier vol d’un homme dans l’espace, le soviétique Youri Gagarine qui fut suivi de près par le premier vol d’un américain dans l’espace, Alan Shepard en avril 619. Ces deux hommes furent accueillis en héros à leur retour sur Terre10, et encore aujourd’hui une statue de 42 mètres de Gagarine trône dans la capitale russe11.

Au vu de l’extrême impact de ces exploits sur les mentalités, peut-on alors corréler l’utilisation du thème spatial en chanson à sa mise en avant politique ? D’un côté, il semble évident que les artistes ne sont pas imperméables aux évènements sociaux, et donc qu’ils ont dû être au minimum au courant des réussites des deux blocs. Pour preuve, on trouve un certain nombre de chansons composées exclusivement pour l’évènement : pensons à “Space Oddity“, sortie opportunément en 1969, où encore une chanson de Pink Floyd, “Moonhead“, composée en l’honneur de l’alunissage américain12. L’analyse statistique de la date de parution des chansons montre également une certaine corrélation, avec des pics au tout début des années 70.

Cependant, autant l’aspect politique de l’espace a-t-il été joué voire surjoué pendant plusieurs décennies, autant il est aujourd’hui beaucoup moins présent dans l’ex-bloc de l’ouest ; les pays qui célèbrent leurs exploits spatiaux ces dernières décennies, ce sont la Chine, les deux Corées, le Japon ou encore l’Iran. Exploits qui font bien peu de bruit en Europe et en Amérique, où se sont plutôt les expériences toujours plus éloignées du système solaire et les humains en orbite dans l’ISS qui intéressent13. Mais justement, le système de valeur de l’espace s’est largement déplacé du champ politique au champ scientifique, et peu de politiciens bâtiraient aujourd’hui leur campagne sur la promesse d’une conquête spatiale. Alors, comment expliquer que le thème spatial continue aujourd’hui de trouver sa place dans de très nombreuses chansons ? Pourquoi 2013 est-elle l’année comptant le plus grand nombre de chansons évoquant l’espace ? C’est ici que le concept de génération commence à pointer. En effet, la succession relativement rapide de pics et de creux de chansons sur l’espace laisse à penser que plusieurs générations d’artistes s’emparent du sujet, mais le traite à leur manière et pour différentes raisons. Avons-nous, depuis les années 90, une évocation due aux réminiscences de l’importance politique de l’espace du début de la Guerre Froide ? Est-ce une simple imitation de leurs prédécesseurs, en reprenant avec leurs mots leurs motivations ? Il ne fait, me semble-t-il, aucun doute sur le rôle que jouent ces facteurs. Cependant, il ne fait également aucun doute que cette seule explication ne suffit pas. Penser que Katy Perry a Spoutnik, Apollo ou Gagarine en tête quand elle chante dans E.T, sortie en 2010, sa rencontre amoureuse et plus-si-affinités avec un alien, semble être au mieux naïf. Ainsi, l’explication politique, si elle apporte des éléments de réponse, ne suffit pas seule à expliquer ces variations.

L’influence de la science-fiction

L’autre tendance d’évocation de l’espace n’est pas politique mais plutôt culturelle. L’espace est un des thèmes favoris de la science-fiction14, si ce n’est son thème favori ; or la science-fiction est un genre qui connaît un développement marqué durant la deuxième moitié du XXe siècle15. Il est important de prendre en compte tous les média qui l’utilisent : évidemment les livres et les films, mais aussi les jeux vidéos par exemple. On trouve des évocations à l’espace dans la majorité (si ce n’est la totalité) des produits culturels existants ; pourquoi dès lors la musique échapperait-elle à ce phénomène? Il semble extrêmement probable que ce développement de la science-fiction ait trouvé son chemin dans un certain nombre de textes. On sait d’ailleurs que plusieurs des grands artistes du XXe siècle l’affectionnaient particulièrement ; c’est le cas par exemple de Roger Taylor et Brian May du groupe Queen16. Si les liens entre science-fiction et chansons sur l’espace semble donc facile à établir, reste à savoir s’il est possible de corréler les évolutions temporelles de l’une avec les autres. Un exemple est donné dans le graphique n°3, qui montre le rapport entre les sorties de films de science-fiction et le nombre de chansons évoquant l’espace sorties chaque années.

Graphique 3 : Nombre de chansons sur l’espace par rapport au nombre de films de science-fiction par an (1940-2020)

On remarque effectivement une certaine corrélation, qui semble trop fréquente et importante pour être le fruit du hasard. C’est particulièrement vrai dans les décennies les plus proches de nous, à partir de la fin des années 90. Gardons-nous cependant d’y voir une explication parfaite, car un certain nombres d’années semblent échapper à cette logique cinématographique (le début des années 2010 notamment). Des recherches ultérieures prenant en compte un nombre plus important de médias culturels différents pourrait donner un plus ample éclairage à la véritable influence de la science-fiction sur le domaine de la chanson.

Se dessine alors une succession de deux effets : des années 50 aux début des années 80 environ, se serait l’influence du politique principalement qui motiverait l’écriture de chansons sur l’espace. Les années 80 en elles-mêmes sont une période de creux relatif, qui dure jusqu’à la moitié des années 90. A partir de 1995 environ, une deuxième vague apparaît, qui serait cette fois-ci beaucoup plus corrélée à des influences culturelles et sociales que politiques. Le nœud gordien pourrait apparaître tranché ; mais je reste persuadée qu’une explication aussi claire ne peut qu’être simpliste. Pour simple preuve, rappelons-nous que politique, social et culturel sont des domaines loin d’être isolés, et que chacun influe sur l’autre de multiples façons. Simon Frith a par exemple beaucoup étudié les évolutions politiques et économiques de l’industrie musicale au XXe siècle17 et montre très justement cette conglomération des différentes influences qui a façonné la façon dont nous consommons de la musique aujourd’hui. D’ailleurs, il est nécessaire de toujours garder en tête les liens étroits et multiples qu’entretient la musique avec le politique,18 parfois sous-jacents, parfois éclatants, mais toujours influant l’un et l’autre. Ainsi, séparer purement et simplement influences culturelles et politiques dans le temps n’est pas pertinent ; ce qui peut l’être par contre, c’est d’étudier la puissance de ces deux influences au cours du temps, ce qui nous permet de dégager finalement une notion de génération.

Le terme de « génération » en lui-même est sujet à controverses19. D’abord issu du monde du marketing, où il caractérise des comportements marchands et économiques20, il est ensuite repris et réfléchis par des chercheurs en sciences humaines et surtout en sociologie. Plusieurs écoles s’affrontent sur le sujet, notamment en fonction des indicateurs observés. On trouve des partisans d’un unique “tournant générationnel” à la fin du XXe siècle, et ceux qui utilisent les termes populaires comme « Millenials », « Baby Boomers », « Génération X/Y/Z », termes qui s’entrecroisent sans bornes chronologiques parfaitement claires et définies21 , et toujours débattues. Sans rentrer dans un débat qui me dépasse, je pense qu’on peut à partir des remarques faites précédemment trouver dans ce concept global de génération, c’est-à-dire de succession d’humains vivant au même endroit mais de manière différente, car les conditions politiques, économiques, culturelles et / ou sociales ont évoluées22, un élément d’analyse très pertinent. Il apparaît clairement que différentes époques engendre différentes productions musicales en lien avec l’espace. Or, ces productions sont le fruit d’artistes ayant en général au moins une vingtaine d’années ; en prenant ceci en compte, on peut comprendre dans quel monde ils ont grandi, et notamment dans quel contexte spatial. On pourrait alors avancer une première classification des générations, qu’on pourrait appeler « classification OVNI ». Un exemple de son utilisation spontanée d’abord ; lors d’une conférence récente tenue à l’Université Pierre et Marie Curie par Jan Wörner, directeur général de l’Agence Spatiale Européenne, une des auditrice d’une vingtaine d’année à fait référence à elle-même comme faisant partie de la génération Columbia . On définirait alors une succession de générations d’humains qui suit celle des engins spatiaux : Génération « Spoutnik 1 », Génération « Apollo », puis « Mir », « Columbia » et plus récemment, « Génération ISS » depuis les années 2000. Chaque génération a grandi dans un monde où certains exploits scientifiques étaient acquis, et en a vu d’autres se dérouler sous ses yeux ; alimentant ainsi l’intérêt ou non pour l’espace, lieu atteint, touché, puis conquis. Dimension presque psychologique donc, qui vient encore compliquer les politiques et culturelles que nous avions défini. Mais chaque élément de complication nous permet aussi de tisser des liens ; chaque génération a son propre bagage politique, culturel, et personnel lié à l’espace, et donc l’exprime différemment, avec une intensité différentes, dans ses créations musicales.

Conclusion

Pour conclure, si l’intérêt musical pour l’espace semble fermement établi, les explications pêchent encore. Une multitudes d’influences s’entrecroisent, toutes ayant une incidence presque certaine et parfois démontrable, mais très difficilement quantifiable. Pour répondre aux discontinuités soulevées dans la première partie de cet article, d’autres recherches seront donc nécessaires. Mais on peut d’ores et déjà essayer d’observer cette situation au prisme de l’analyse générationnelle, en montrant que le rapport à l’espace de chaque individu est défini par son cadre temporel, d’autant plus que la conquête spatiale se présente sous forme de paliers séquencés qui facilite ce découpage. Ce rapport à l’espace, à la fois culturel et social, politique et scientifique, il pourrait expliquer les différentes formes prises par l’espace dans ces chansons. Et si, comme le dit Bono dans une interview en 2005, « Un profond désir de communiquer inspire l’écriture de chansons »23, alors comprendre comment et pour quelles raisons communiquent différentes générations permettrait de comprendre ce qu’elles estiment important de communiquer, et donc où elles, différemment de leurs aînés et de leurs cadets, voient briller des étoiles.



Citer ce billet
Mélodie Donnart (2020, 13 décembre). L’évocation de l’espace et de la conquête spatiale en chanson : élément de structuration générationnelle ? Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9pv

  1. La notion d’artiste « populaire » a été définie à partir de listes de ventes d’albums et d’écoutes sur les plateformes des streaming. []
  2. CLERVOY Jean-François, LEHOT Frank. Histoire de la conquête spatiale, 3e édition. Ed. De Boeck, 2019, p.56. []
  3. Ibid. []
  4. PERES Rémi. Chronologie de la Russie au XXe siècle, Histoire des faits économiques, politiques et sociaux. Ed. Vuilbert, Paris, 2000, p.54 []
  5. LEPÂTRE Simon, « La Chine réussit le premier alunissage sur la face cachée de la Lune », Le Monde, 03/01/2019 []
  6. SABATO, Larry, The Kennedy Half-century. Coursera, https://www.coursera.org/learn/kennedy [Consulté en 11/2020] []
  7. BRUNET François, L’Amérique des images. Histoire et culture visuelle des Etats-Unis. Ed. Hazan, 2013, p. 5. []
  8. JFK Presidential library and Museum, Adress to joint session of Congress, May 25, 1961. https://www.jfklibrary.org/learn/about-jfk/historic-speeches/address-to-joint-session-of-congress-may-25-1961 [Consulté le 15/12/2019] []
  9. CLERVOY Jean-François, LEHOT Frank. Histoire de la conquête spatiale, 3e édition. Ed. De Boeck, 2019, p. 20/26 []
  10. Ibid. []
  11. SUMPF Alexandre, De Lénine à Gagarine : une histoire sociale de l’Union soviétique, Paris, Gallimard, 2013, p. 651. []
  12. HELLER Jason, « The Moon Landing inspired Pink Floyd’s most overlooked song », The Atlantic, 20/07/2019 []
  13. On peut prendre pour exemple l’engouement français autour de la mission de Thomas Pesquet à bord de l’ISS. []
  14. BAUDOU Jacques, La Science-Fiction, Paris, PUF, 2003, p. 73-81. []
  15. Ibid., p. 41. []
  16. RIEPPI Laurent, BINAME Antoine, We will rock you – Queen de A à Z, Belgique, Ed. Universal Music Books, 2017. p. 10. []
  17. Voir par exemple FRITH Simon, « Popular music and the local state », in BENNETT Tony, FRITH Simon, GROSSBERG Lawrence, SHEPHERD John, TURNER Graeme (Eds.), Rock and Popular Music – Politics – Policies – Institutions,  Taylor & Francis e-library, Ed. Routledge, 2005, pp. 15-24. []
  18. BENNETT Tony, FRITH Simon, GROSSBERG Lawrence, SHEPHERD John, TURNER Graeme (Eds.), Rock and Popular Music – Politics – Policies – Institutions, Op.Cit. []
  19. FERREIRA, Vitor Sérgio (Ed.), Youth Studies and Generation, Values, Practices and Discourses on Generation, MDPI, 2020, p. ix []
  20. Ibid. []
  21. Ibid. []
  22. Ibid, p. x []
  23. KOT Greg, « Bono : ‘We need to talk’ », Chicago Tribune, 22/05/2005. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search