Galeazzo Ciano : ministre et diariste

Galeazzo Ciano, à son bureau du palais Chigi, 19381

Galeazzo qui ?

Les ministres de l’Allemagne nazie, tout le monde les connaît, même juste de nom : Himmler, Göring, Goebbels, Ribbentrop… Mais quand on touche à l’Italie fasciste, il est rare d’entendre un autre nom que celui de Benito Mussolini. Pourtant, s’il y eut un ministre sous le régime fasciste dont le nom devait avoir la même renommée que celle des Allemands, il s’agirait indubitablement de Galeazzo Ciano. Époux de Edda Mussolini, fille préférée du Duce, ainsi que ministre des Affaires Étrangères du régime de 1936 à 1943, il fut officieusement la seconde figure du régime, au point d’être parfois perçu comme le successeur de Mussolini à la tête de la dictature fasciste.2

Là où Mussolini et d’autres figures du régime fasciste, comme Italo Balbo ou Achille Starace, ont été au front durant la première guerre mondiale et ont été acteurs majeurs de l’instauration du régime, le vaniteux3 Galeazzo Ciano est au contraire un parvenu. Fils de l’amiral Costanzo Ciano, véritable héros de guerre en Italie, ainsi que soutien de Benito Mussolini dès les premières heures du mouvement fasciste, le jeune Galeazzo connaît une ascension vertigineuse4, étant catapulté diplomate à Rio puis à Shangaï, avant de revenir en Italie, brièvement comme ministre de la Presse et de la Propagande, puis enfin comme ministre des Affaires Étrangères. Sa rapide ascension lui vaut la jalousie des autres hiérarques du régime, jalousie qu’il leur rend bien, à travers des piques acerbes disséminées dans son journal intime.

Un journal intime ?

En plus de sa politique, Ciano est surtout connu pour avoir tenu un journal intime durant toute sa carrière de ministre des Affaires Étrangères. Le principal défaut de ce journal est qu’il est extrêmement peu fiable, à cause du nombre de mains par lesquelles il est passé avant sa publication. Le soir du 24 juillet 1943, Galeazzo Ciano se porte comme signataire d’une motion de censure rédigée par Dino Grandi. Cette motion implique notamment une défiance symbolique envers l’autorité du Duce, mais également la restitution des pleins pouvoirs au roi d’Italie, Victor-Emmanuel III, et marque surtout le sacrifice du régime fasciste, les signataires préférant abandonner la dictature si cela permet de sortir l’Italie de l’engrenage infernal où elle est depuis le 10 juin 1940.5

Suite à cela, le roi a placé Mussolini en détention, et a promu à sa place le maréchal Pietro Badoglio, qui s’est lancé à une véritable chasse aux sorcières contre les dignitaires de la dictature. Ciano, craignant pour sa vie, a préféré faire confiance à Heinrich Himmler, lui promettant que lui, Edda, et leurs trois enfants (Fabrizio, Marzio, et Raimonda), pourraient s’enfuir en Espagne. Comme il fallait s’y attendre, Himmler n’a pas tenu sa promesse, et Ciano s’est retrouvé placé avec sa famille en résidence surveillée à Munich, subissant des brimades régulières de la part des officiers allemands chargés de leur surveillance. En parallèle Hitler a orchestré l’évasion de Mussolini, qui a établi la République Sociale Italienne, aussi appelée République de Salò. Il s’agit d’une petite république satellite de l’Allemagne, occupant le tiers nord de l’Italie. Les autorités allemandes y ont déporté Galeazzo Ciano, désormais incarcéré à Vérone, alors que le reste de sa famille a réussi à s’exiler en Suisse.

À Vérone, Ciano fait la rencontre d’une jeune allemande surnommée “Frau Beetz”, prétendant travailler sous les ordres directs de Himmler et ayant pour rôle de découvrir où le ministre déchu avait caché ses notes de journal. Beetz, de son vrai nom Hildegard Burkhardt, était en réalité une agent double travaillant pour les Alliés, et ayant pour but de récupérer les notes de Ciano, afin qu’elles servent comme preuves contre l’Allemagne nazie, une fois qu’elle sera vaincue. Par son intermédiaire, les écrits de Ciano furent remis à sa femme, toujours en Suisse, qui elle-même les remit à un agent de la CIA, Allen Dulles, qui deviendra directeur de l’agence quelques décennies plus tard. Dulles lui-même fera traduire les notes aux États-Unis, puis elles seront utilisées contre les dignitaires nazis lors des procès de Nuremberg, surtout contre Joachim von Ribbentrop, ministre des Affaires Étrangères du Reich, considéré par beaucoup comme le responsable principal de la guerre.

Partant du postulat que Ciano lui-même n’a pas forcément dit toute la vérité en écrivant son journal, puis en tenant compte du nombre de mains par lesquelles sont passées ses notes avant d’être rendues publiques (Beetz, Edda, Dulles, les traducteurs…), il est certain qu’il ne faut pas prendre ses écrits pour argent comptant. De plus, une bonne partie de ses notes, allant de 1936 à l’été 1937, ont été détruites par des agents de la Gestapo stationnés en Italie avant que Beetz n’arrive à mettre la main sur les notes restantes.

Ministre et diariste ?

Il y a deux ans, quand Roman Polanski a sorti son film J’accuse, les médias se sont embrasés pendant des semaines à coup de débats stériles autour de la problématique “Faut-il séparer l’homme de l’artiste ?”. Sans comparer Polanski et Ciano, il faut cependant admettre qu’il y a trois entités distinctes.

D’un côté, il y a le ministre, perroquet de Mussolini, exécutant ses moindres ordres, l’imitant en public, quitte à friser le ridicule, négociant avec des diplomates de toute l’Europe, préparant le terrain pour l’annexion de l’Albanie, pour la signature du Pacte d’Acier, pour l’implosion de la Yougoslavie… Ce Ciano veille à ce que le jeu des puissances européennes aille à l’avantage de l’Italie, il fait juste son travail, peu importe s’il l’approuve ou non.

De l’autre côté, il y a un être humain avec des opinions bien tranchées. Celui-ci, c’est le Ciano diariste. Si l’on s’intéresse aux définitions du fascisme, force est de constater qu’à cet égard, Ciano est un mauvais fasciste. Respectueux et admiratif de l’armée là où le régime se plaint qu’il s’agisse d’un milieu antifasciste et monarchiste. Amical avec le monarque Victor-Emmanuel III, là où Benito Mussolini souhaiterait simplement s’en débarrasser afin d’avoir les pleins pouvoirs. Et surtout, empreint d’une forte piété, là où le Duce, ancien marxiste révolutionnaire, affiche toujours de façon éloquente un anticléricalisme virulent (bien qu’il ait techniquement défini les frontières du Vatican en 1929 et qu’elles sont toujours identiques aujourd’hui).

Enfin, il y a un troisième Ciano. L’alter-égo mis en scène par le ministre dans son journal intime. Un personnage cynique, ambitieux, et extrêmement sévère. N’hésitant pas à dire de Beck, chef d’état de la Pologne, qu’il a une tête de prédateur d’enfants6, alors que dans le même temps il initie une politique de rapprochement entre son pays et l’Italie. Souhaitant à demi-mot la liquidation de Italo Balbo, simplement car ce dernier était le premier à afficher son scepticisme à propos d’une alliance avec l’Allemagne.7 Osant, seulement quand il se réfugie dans ses écrits, tenir tête aux sorties bellicistes et anticléricales de Benito Mussolini.

Son combat

De ministre des Affaires Étrangères à ministre de la Guerre, il n’y a pas une si grande différence dans la politique menée par Ciano. En effet, les premières tâches qu’il a eu à assumer sont de faire reconnaître l’annexion de l’Éthiopie par l’Italie à la Société des Nations, et intensifier en permanence la participation italienne à la guerre d’Espagne, au point que l’on surnommait cette guerre la “guerre de Ciano”.

Ciano, c’est quelqu’un qui a milité ardemment en faveur de l’alliance entre l’Italie et l’Allemagne. Au point d’injurier ses collègues quand ceux-ci étaient sceptiques vis-à-vis des intentions du Reich envers l’Italie. Ce militantisme pro-allemand lui a cependant fait faire une erreur fatale, à savoir accepter de signer le Pacte d’Acier (pacte militaire liant l’Italie à l’Allemagne) sans même le lire, juste parce que Benito Mussolini lui avait donné l’ordre de le signer.

Son combat, c’est aussi d’avoir rapidement mis de l’eau dans son vis au sujet des Allemands8. Réalisant que l’Anschluss, puis l’annexion de la Bohême-Moravie, n’étaient que des préquelles à un cataclysme européen, Ciano a rapidement pris ses distances avec l’Allemagne,9 au point de tout faire pour regagner la sympathie de la France et de la Grande-Bretagne quand la Pologne a à son tour été menacée et attaquée. Cet événement a été le déclencheur d’une véritable croisade antigermanique chez Ciano, déterminé à tout faire pour que le Duce n’entre pas en guerre aux côtés du Reich. Le point de basculement définitif de Ciano contre l’Allemagne étant quand Joachim von Ribbentrop lui a assuré à propos de la Pologne “Nous voulons la guerre !”.10

Toutes ses tentatives ont échoué, au point que le 10 juin, Benito Mussolini par un discours prononcé depuis le balcon du Palais de Venise, déclare la guerre à la France et à l’Angleterre. Ciano est alors partagé, d’un côté il est dans les intérêts du fascisme que l’Allemagne gagne, et que l’Italie voit ses revendications territoriales acceptées, mais de l’autre côté, une victoire de l’Allemagne aurait de grands risques d’amener à la disparition de la souveraineté italienne, l’Europe n’ayant plus aucune grande puissance valide pour dire non à Adolf Hitler.

La fin

C’est à cause de ces contradictions, ayant eu pour conséquence un lent et fort détachement avec le Duce,11 ainsi que sur fond de querelles familiales, qu’il sera congédié de son poste de ministre en février 1943, et qu’il achèvera l’écriture de son journal par la même occasion. Il n’en reprendra l’écriture qu’une fois incarcéré à Vérone, où il rédigera l’ultime entrée de son journal, servant à la fois d’introduction et de conclusion à son oeuvre. 

  1. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/25/Galeazzo_Ciano01.jpg/220px-Galeazzo_Ciano01.jpg []
  2. Michel Ostenc, Ciano : Un conservateur face à Hitler et Mussolini, Éditions du Rocher, 2007 – p.133 []
  3. Ian Kershaw, Hitler, Flammarion, 2010 – p.441 []
  4. Ray Moseley, Mussolini’s shadow: The double-life of count Galeazzo Ciano, Yale University Press, 1999 – p.4 []
  5. Dino Grandi, La fine del regime, Le Lettere, 2005 – p.40 []
  6. Galeazzo Ciano, Diario – 8 mars 1938 []
  7. Galeazzo Ciano, Diario – 14 décembre 1937 []
  8. Filippo Anfuso, Du palais de Venise au lac de Garde, Perrin, 2016 – p.21 []
  9. Giuseppe Bottai, Diario vol.1, Rizzoli, 1982 – p.138 []
  10. Giovanni Ansaldo, Il giornalista di Ciano, Il Mulino Storia, 2000 – p.177 []
  11. Giuseppe Bottai, Diario vol.1, Rizzoli, 1982 – p.187 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
topresco (6 mai 2021). Galeazzo Ciano : ministre et diariste. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9pz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search