Entresoi : la conception du manoir et du parc de Keransker en 1850.

Théodore Hersart de La Villemarqué (1815-1895) est un écrivain breton, dont l’œuvre principale, le Barzaz-Breiz, a été abondamment critiquée. Il épouse en 1846 Clémence Tarbé des Sablons (1827-1870) et ils achètent le domaine de Keransker en Quimperlé en 1850. Mais ils ne choisissent pas leurs architectes sur le seul critère de compétence.

Avant d’acheter le domaine de Keransker à Quimperlé, le jeune couple La Villemarqué séjourne chez plusieurs membres de la famille, avant d’emménager une dépendance du manoir de Kerbertrand dans la même ville de Quimperlé, propriété de Gabriel de Mauduit de Kervern. Les Mauduit sont une famille aux nombreuses ramifications. Nous avons surtout croisé dans notre corpus la branche Mauduit du Plessis. Par ailleurs, les Mauduit sont tellement liés aux La Villemarqué que CTV propose à son fils Pierre une explication très précise de leurs liens pour clarifier les choses :
Je suis contente que Cyprien soit rétabli, voilà les trois la Villemarqué ensemble, j’espère qu’ils feront bon ménage. Je regrette qu’Emmanuel de Kergos ne soit pas avec vous, il faudra le demander quelquefois. Sa mère est effectivement une tante éloignée, mais c’est la fille de ma tante de Mauduit, de Nantes, que nous aimons beaucoup, et la sœur de René de Mauduit auquel nous servions de correspondants à Paris, après notre mariage. René de Mauduit est marié à Elisabeth de Keridec, et son frère Paul à Anna de Keridec, de sorte que nous sommes parents de tous les côtés. Le père du petit Emmanuel est frère de Mr François de Kergos qui demeure au Kergos.

C’est de Kerbertrand que les La Villemarqué achètent donc les terres de Keransker (quinze hectares) à Monsieur de Roquancourt-Keravel pour la somme de quarante-huit mille francs et qu’ils lancent la construction du nouveau manoir, qui restera la propriété des La Villemarqué jusqu’en 2018. Contrairement à ce qu’affirme Pierre Hersart de La Villemarqué dans la biographie de son père, ce n’est pas La Villemarqué seul qui acquiert les terres. En effet, l’acte d’achat est aux deux noms des époux. Le contrat est clair sur l’importance des capitaux fournis par CTV : cette acquisition ne pourrait pas se faire sans elle, ce qui nous rappelle la longueur des tractations entre les deux familles avant le mariage et les tensions autour des subtilités entre les différents types de contrats. Ici, le notaire est exhaustif :
Savoir : cinq mille francs payés comptant pour la communauté et sauf remboursement ultérieur ainsi qu’il est dit au contrat et quarante-trois mille francs plus les frais de contrat et de quittance à la charge de madame De La Villemarqué et pour lui tenir lieu de remploi. L’intention des époux De La Villemarqué en acquérant cette terre a été d’en faire le lieu de leur habitation. Mais pour cela et pour approprier cette future résidence à l’état de leur fortune des dépenses considérables doivent être faites. Ainsi la maison d’habitation actuelle est inhabitable pour eux en l’état et cette maison et les autres édifices existant sont trop vieux dans un état de délabrement trop grand pour pouvoir servir à leur ancien usage seulement ils doivent être utilisés comme dépendance de la maison principale qui doit être construite. Dans ces dépenses, monsieur De La Villemarqué doit prendre à sa charge la construction de cette maison, et madame De La Villemarqué à la sienne et pour lui tenir encore lieu de remplir les grosses réparation à faire pour l’appropriement des anciens édifices à leur nouvelle destination et autres travaux d’aménagement de cette future résidence. Ce simple exposé suffit pour démontrer qu’il est utile et les époux De La Villemarqué estiment même qu’il est nécessaire de faire dresser un devis estimatif des travaux à faire à la charge de madame De La Villemarqué ; devis dans lequel on sera obligé de se renfermer, afin que la forme remployée pour cet objet soit bien et dûment constatée1.

Cet accord mérite d’être relevé puisqu’à cette époque le droit en usage, défini par le Code Civil, ne reconnaît pas d’indépendance de propriété aux épouses. Mêmes si elles contribuent à l’achat d’un domaine, c’est sous la tutelle de leur mari, ce que confirment entre autres l’article 214 :
La femme est obligée d’habiter avec le mari, et de le suivre par-tout où il juge à propos de résider : le mari est obligé de la recevoir, et de lui fournir tout ce qui est nécessaire pour les besoins de la vie, selon ses facultés et son état2.

ainsi que l’article 217 :
La femme, même non commune ou séparée de bien, ne peut donner, aliéner, hypothéquer, acquérir, à titre gratuit ou onéreux, sans le concours du mari dans l’acte, ou son consentement par écrit3.

Or, le couple La Villemarqué reconnaît le caractère inhabituel de l’équité qu’ils souhaitent établir entre eux, puisqu’en 1851 Théodore semble considérer que c’est son épouse la propriétaire de Keransker, et c’est elle qui souligne que si elle est la propriétaire officielle des terres, dans l’intimité c’est l’idée de partage qui doit régner :
Seulement tu me formalises en appelant Keransker ma terre ; c’est notre terre, nos fonds sont à nous deux, et je n’admets pas les actes. C’est bon pour les notaires mais non pour les mari et femme qui s’aiment, aussi quoique Mr Lefet m’ait corné aux oreilles que je suis seule et unique propriétaire, je maintiens que nous sommes co-propriétaires et je ne veux plus entendre parler d’autre chose. D’ailleurs, j’y trouverai mon compte, car j’ai quelques prétentions sur la maison, et comme tu ne viendras pas me dire qu’elle n’est pas à moi, il ne faut pas dire davantage que la terre n’est pas à toi. Ainsi, c’est convenu4.

Par ailleurs, cette union complète, elle l’éprouve aussi vis-à-vis de sa famille par alliance :
Je me demande comment il se fait que ce soit moi qui te pousse à être affectueux et attentif pour les tiens. Tu me diras avec raison qu’entre nous il n’y a plus ni miens ni tiens, et que tout est nôtres5.

Mais revenons au domaine. Le couple confie les plans du nouveau manoir à Joseph-Antoine Froelicher6), l’architecte d’origine suisse de la duchesse de Berry. Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur ses travaux à Keransker, mais nous tenions à mentionner que cet architecte légitimiste a construit plusieurs chateaux et hôtels particuliers pour la haute noblesse, notamment pour le baron de Rothschild.
Il se trouve dans le fonds La Villemarqué trois documents qui, pour n’être pas d’une importance capitale, soulignent le partage entre les époux des frais de l’aménagement du nouveau foyer. Il s’agit de deux listes et d’une facture portant sur les arbres du parc. La première liste, assez brouillonne, très longue, est de la main de La Villemarqué lui-même. La seconde, écrite par CTV, est une version au propre et plus détaillée de la même liste. Les arbres et les plants y sont rangés – par ensembles ? – et elle y a ajouté une estimation de leurs prix. La facture est beaucoup plus courte et acte de ce qui a effectivement été acheté en 1852 par le couple. De nombreux rosiers (60 rosiers du roi, 45 rosiers souvenir de la Malmaison, 45 rosiers Reine des illes Bourbon…) mais aussi des arbres (trois érables, quatre cèdres, un séquoia…) pour un total de 95,50 francs. Au-delà de l’aspect purement pratique, c’est la dynamique atypique du couple qui ressort, à contre-courant de l’image du père promue à la même époque. Si l’historienne Michelle Perrot, s’appuyant sur de nombreuses études et témoignages – ne serait-ce que les articles du Code Civil que nous venons de citer, et d’autres – peut affirmer que « [l]’histoire de la vie privée au XIXème siècle peut se lire comme une lutte dramatique entre le Père et les Autres7 » alors l’équité qui semble régner chez les La Villemarqué est d’autant plus notable.
Notons enfin que pour l’établissement du parc, les La Villemarqué ne lésinent pas sur la qualité. En effet, ils font appel en 1852 à deux frères qui deviendront par la suite les coqueluches du paysagisme français. Les frères Bülher8, d’origine suisse comme Froelicher, formaient une équipe d’architectes-paysagistes dont la renommée est aujourd’hui largement oubliée mais qui étaient très populaire au XIXème siècle. Parmi leurs travaux d’inspiration anglaise et romantique, citons entre autres le plateau des poètes à Béziers (1867), le jardin des Prébendes d’Oé à Tours (1872), le parc de la Tête d’or à Lyon (1857) ou le jardin du Thabor à Rennes (1868). Ils sont donc au début de leur carrière lorsqu’ils s’occupent du parc de Keransker. Et il ne s’agit pas de leur première collaboration avec Froelicher, puisqu’en 1850, ils dessinent les jardins du château de Kerdaniel à Saint-Jean-Kerdaniel, dont les plans sont l’oeuvre de Froelicher.
En faisant appel à des professionnels visiblement très compétents, le couple ne se contente donc pas de planter des fleurs et des arbres qui leur plaisent, mais s’assurent également que le parc sera harmonieux et ordonné. La Villemarqué, qui a placé la quête du Beau au cœur de ses travaux essaie donc de s’entourer d’un domaine tout aussi plaisant. Si nous ignorons la sensibilité politique des frères Bühler, ce n’est certainement pas un hasard si les La Villemarqué ont engagé pour la construction de leur foyer un homme légitimiste, comme eux.

 Jardin des Plantes, début XXe siècle. Carte postale colorisée du Jardin des plantes de Rennes (parc du Thabor). Le tampon de la poste est daté de 1907. Archives municipales de Rennes, 100 Fi 557.


Citer ce billet
echatel (2021, 13 juin). Entresoi : la conception du manoir et du parc de Keransker en 1850. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9q1

  1. LV47.257 []
  2. Code civil des Français, entièrement conforme à l’édition originale, Paris, Impr. Libr. Renaudière, 1804, p.44. []
  3. Ibid., p.44 []
  4. LV33.082, CTV à THLV, le 20 février 1851. []
  5. LV33.114, CTV à THLV, en 1860, à Keransker. []
  6. Froelicher Joseph-Antoine (1790-1866 []
  7. Perrot Michelle. La vie de famille au XIXe siècle. Paris, Editions du Seuil, 2015, p.52. []
  8. Bühler Denis (1811-1890) et Bühler Eugène (1822-1907) jardiniers paysagistes. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search