Le baptême du feu d’un régiment de réserve : le 248e RI de Guingamp pendant la Première Guerre mondiale.

Ferme des Wacques (sud-ouest de Souain). Au nord de la Ferme. Tranchée nord des Wacques tenue par le 248e RI, dans la tranchée, à droite, commandant Flye-Sainte-Marie du 248e RI, décembre 1914, Argonnaute, VAL 123/128.

« Moi je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu ».

C’est précisément à partir de cette citation biblique attribuée à Jean-Baptiste, que le baptême du feu acquiert un sens en définissant tout simplement la première expérience de combat d’un militaire, c’est-à-dire le moment où il passe de l’initiation à la pratique, où le soldat devient combattant.

Ainsi, le baptême du feu représente le moment où le militaire, et par métonymie la nation, donnent pour la première fois un feu purificateur pour se débarrasser de l’ennemi si on lie le sens biblique1 et militaire.

Ce baptême, chaque militaire doit être prêt à le vivre, car l’objectif de l’instruction pour toute armée est simple : préparer les troupes à se battre et surtout se plier « aux exigences du combat et de la guerre2 ».

Durant quatre années, la Grande Guerre fait couler beaucoup de sang, et cent ans plus tard, elle continue de faire couler beaucoup d’encre. L’histoire militaire dispose de nombreux ouvrages lorsqu’il s’agit de parler des grandes batailles de la Première Guerre mondiale. Cependant, la monographie régimentaire, quant à elle, représente un concept liant la micro-histoire et l’histoire militaire. Si elle représente un renouveau dans l’historiographie française, elle s’avère bien inférieure par rapport à celle des Britanniques et des Américains où les war studies constituent une pratique plus courante3. Le Gall et Flament ont beau avoir travaillé sur les 47e RI et le 19e RI4, il n’y a rien sur les unités de réserve qui restent pour l’heure en dehors du champ des connaissances.

La Troisième République se trouve dans une évolution complexe avec une relation hétéroclite entre l’armée et le politique. La défaite de la France contre la Prusse en 1871 provoque une crise totale pour une armée qui doit se réinventer complètement. L’armée française et la défense nationale doivent être remaniées, pour ces raisons, la période est propice au développement d’idées théoriques et idéologiques. Mais moderniser l’armée française permet avant tout de préparer la revanche en cas d’un nouveau conflit contre l’Allemagne et d’éviter un nouveau désastre. La refonte de l’armée se passe par des lois et des réformes dont le but est de réorganiser l’armée, adopter de nouvelles doctrines de guerre, améliorer la préparation des fantassins pour le combat et déterminer la durée de la carrière militaire. L’armée française se divisait en quatre ensembles : l’armée active, l’armée de réserve, l’armée territoriale et l’armée de réserve territoriale. L’étude présenté ici, concerne un régiment de réserve, le 248e RI de Guingamp. C’est en 1868 que la loi de Niel est adoptée et que la notion de réserve prend place dans l’armée avec la création d’une Garde nationale mobile composée de 400 000 réservistes. Une réforme bien modeste, car elle ne répond ni aux désirs de Napoléon III, ni aux besoins de la défense nationale. De plus, ces hommes sont loin d’avoir reçu le minimum d’instruction militaire qui devait être de quinze jours. La loi Cissey du 27 juillet 1872 demeure l’une des premières réponses à la défaite de 1871 dans le but de mieux répondre aux effectifs de l’armée allemande en réorganisant une réserve militaire, mais cette fois-ci plus instruite.

Cependant le principe d’utiliser une armée de réserve ne fait pas l’unanimité dans les débats parlementaires et militaires5. Elle oppose deux conceptions strictes. D’un côté, certains prônent une armée de métier censée être la seule à être efficace et capable d’affronter l’ennemi. Et de l’autre, la réserve revête pour certains, l’image idéale d’une armée nationale et citoyenne6

Avant 1914, le rôle des unités de réserve était simple dans le dispositif du plan XVII. En théorie, elles devaient rester en seconde ligne, n’être utilisées qu’en dernier recours alors que les unités de l’active se battaient en première ligne. Cependant, bien que les régiments de réserve aient un rôle secondaire, ils se trouvent rapidement en première ligne en août 1914, où ils exécutent les mêmes ordres que les régiments d’actives. C’est ce qui se produit pour des régiments de réserve tels que le 248e régiment d’infanterie de Guingamp qui se bat pour la première fois au mois d’août 1914. L’objectif de cette étude est de retracer une nouvelle histoire militaire à partir d’une unité de réserve axée sur l’expérience de guerre des combattants.

Pour rappel, le baptême du feu signifie bien le premier combat. Mais assembler le baptême du feu et celui d’un régiment de réserve, cela suscite des interrogations. Alors comment se fait-il que des unités de réserve comme le 248e RI se retrouvent dans cette situation en effectuant les ordres comparables aux unités de l’active ? Mais si le 248e RI combat en 1914, les hommes qui le composent étaient-ils prêts à se confronter à leur épreuve du feu ?

Avant de décrire comment se comporte le 248e RI lors de son baptême du feu il est nécessaire de comprendre qu’est ce que le 248e RI en soit ? Qui sont les hommes du 248e RI en août 1914 ? Les officiers ont-ils déjà connu le combat dans les colonies ? Le régiment était-il bien encadré et surtout bien entraîné ? c’est pour cela qu’il est nécessaire de s’intéresser aux années 1900 à 1914. Les hommes qui composent le 248e RI en août 1914, sont pour une immense majorité compris dans les classes de recrutement entre 1900 et 1914. Un soldat réserviste venant des classes antérieures à 1900 est trop âgé pour qu’il soit dans la réserve militaire en 1914. Il fallait réaliser quatorze ans de service avant de quitter la réserve et être placé dans la territoriale. Le soldat doit alors effectuer ses trois ans de service militaire et enchaîner ses 11 ans de service dans la réserve (selon la législation de 1905). Par exemple un militaire de la classe 1903 (c’est-à-dire né en 1883) a 31 ans lors de la mobilisation de 1914. Ce qui ne lui reste plus en théorie, en temps de paix, que deux années à faire avant de passer dans la territoriale. Bien sûr, ce système est différent par rapport aux officiers de carrière qui peuvent être d’une classe bien antérieure à 1900.

Si le baptême du feu fait partie du champ d’étude, il représente avant tout un moment important de l’entrée en guerre. Comprendre la préparation de guerre d’un régiment, c’est permettre d’analyser plus efficacement ses combats afin de déterminer les dysfonctionnements ou les réussites de l’unité. Les réservistes devaient suivre durant leur temps dans la réserve de l’armée active deux périodes d’exercices. Cependant ces périodes étaient insuffisantes pour préserver l’expérience militaire de la caserne pendant ces onze années dans la réserve. Ils suivaient 58 jours d’instruction de 1872 jusqu’en 1908, puis 40 jours jusqu’en 1914. Par conséquent, les réservistes n’étaient pas assez entraînés lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté.

Arrivée des troupes du 48e RI à Plestin-les-Grèves pour des exercices de tir, collection particulière, sans date.

Cette unité se caractérise par un mélange générationnel regroupant quatorze années de classes, ce qui peut avoir une différence avec une unité de l’active. La réserve est un monde de transition entre l’armée active et l’armée territoriale. C’est-à-dire que le 248e RI est composé d’un côté les jeunes fraîchement sortis de la caserne, et de l’ autre, les plus vieux proches de rejoindre les territoriaux surnommés les « pépères ». Ce cheminement est tout simplement logique dans la mesure où il s’agit d’une étape transitoire dans la carrière militaire. Mais c’est l’une des raisons qui pourrait expliquer cette difficulté à trouver un juste milieu pour déterminer l’objectif réel de la réserve.

Concernant le baptême du feu du 248e RI, le régiment débarque dans l’est de la France le 11 août 1914 à Rethel (Ardennes). Cependant, c’est à partir du 23 août à Mogimont (Belgique) qu’ont lieu les premiers contacts avec l’ennemi. Mais du 11 au 23 août, le régiment exécute des marches de plusieurs kilomètres très éprouvante pour l’unité pendant cette période. Dans la nuit du 23 août, le 248e RI déploie le feu pour la première fois en direction des lignes ennemies avant de recevoir l’ordre de repli sur la rive gauche de la Meuse et éviter les Allemands de franchir la Meuse. Une bataille dont la IVe armée se défend bien pendant trois jours avant le repli général donné par Joffre. C’est durant ces trois jours de combat que le 248e RI reçoit l’ordre d’intercepter les Allemands qui progressent au nord de Saint-Aignan au sud de Donchéry le 26 août 1914. Ce combat a duré douze heures et s’est terminé par un repli des deux camps mais le régiment subit ses premières pertes. Ainsi le 248e RI vit véritablement son baptême du feu ce 26 août 1914.

Quand à l’analyse générale du premier combat du régiment, il faudra attendre l’année 2022 pour apporter plus de matière.

  1. Mathieu 3,11. []
  2. Odile Roynette, Bon pour le service, L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, p.200. []
  3. Erwan Le Gall, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019, p. 500. []
  4. Flament Gwendal, Le 19e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Mémoire de Master 2 sous la direction de Tranvouez Yvon, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2010. []
  5. William Serman, Jean-Paul Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France 1789-1919, Paris, Fayard, pp.313-318. []
  6. Marc Ortolani, « Préparer la guerre. Les réserves dans le discours parlementaire au début du XXe siècle », Cahiers poitevins d’histoire du droit, 2018, cah. 10, p. 147-171. L’article de Marc Ortolani relate parfaitement les principaux arguments qui sont exprimés par les deux camps sur les réserves militaire au début du XXe siècle. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search