La Collection Patrie : un imaginaire de guerre ?

La Collection Patrie est une collection de courtes histoires publiées par la maison d’édition Rouff entre 1917 et 1920. Ces histoires sont destinées au front domestique, plus particulièrement aux jeunes, et retracent divers événements de la Grande Guerre, du quotidien des civils aux grandes batailles, le tout dans un esprit de propagande. Son succès, 20. 000. 000 d’exemplaires diffusés, interroge sur l’influence que cette collection a pu avoir sur la perception de la guerre. Il convient donc de se demander si les représentations de la guerre que véhicule la Collection Patrie sont véridiques ou imaginées ?

Joseph Mongis, Ceux de Vauquois, Paris, éd. F. Rouff, “Collection Patrie”, n°99, 1918, URl: https://icono.ulb.ac.be/cdm/singleitem/collection/shu016/id/98/rec/1

« La bataille est un moment de confusion non représentable1 ».

Cette citation de l’historien de l’art François Robichon, illustre à quel point il est difficile d’illustrer le moment du combat, qui est pourtant le symbole même de la guerre. Cet affrontement se caractérise également par la blessure ou la mort, qu’elle soit donnée ou reçue. Ainsi, comment la Collection Patrie fait-elle pour décrire l’inmontrable ?

Pour représenter ces batailles se déroulant sur plusieurs kilomètres, les illustrateurs peuvent suivre le modèle des peintures de bataille, donnant une vue complète du combat. On peut notamment penser au Passage du Rhin d’Adam-François Van der Meulen. Dans ce tableau, le peintre représente le roi Louis XIV à cheval sur une hauteur semblant donner ses ordres. Tandis qu’au second plan, on peut observer les cavaliers s’élançant vers le fleuve pendant que les canons font feu. Au dernier plan, le Rhin d’où déferle une multitude de soldats chargeant des cavaliers hollandais. On peut ainsi suivre toutes les scènes successives du combat. Or, les illustrateurs de la Collection Patrie ne suivent pas ce modèle. Ils font le choix de représenter des instantanés de la guerre, comme s’ils zoomaient sur certains moments du combat. Par exemple, le volume 46, la Prise de Craonne, présente un assaut de soldats français, mais l’on devine que la dizaine de soldats que l’on peut observer ne sont pas les seuls à prendre part à cette bataille, il s’agit seulement de la représentation précise d’une partie du combat.


(Doc 1) J. Mongis, La Prise de Craonne, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°46, 1917, URL: https://icono.ulb.ac.be/cdm/singleitem/collection/shu016/id/46/rec/1

Là où dans les traditionnelles peintures de bataille le spectateur survole les combats, dans les illustrations de la Collection Patrie le spectateur est placé à hauteur d’homme, comme s’il faisait partie intégrante de l’action. En effet, cette guerre nouvelle, dont les batailles s’étendent sur plusieurs kilomètres et s’étalent dans le temps, rend difficile la représentation classique des combats, vus depuis une hauteur, mettant en scène un nombre importants d’unités tout en respectant la topographie2. C’est pourquoi certains illustrateurs font le choix de privilégier certains éléments considérés comme des symboles de la guerre, tels que l’artillerie ou l’aviation. De ce fait, là où les peintures de bataille donnent la sensation d’être un simple spectateur survolant le champ de bataille, les illustrations de la Collection Patrie font du spectateur un acteur, en le plongeant au cœur des combats. Concernant la bataille en elle-même, elle est décrite, dans la majorité des volumes, de la même manière, divisée en plusieurs phases. Le premier moment est celui de l’attente, les hommes ont été mis au courant par leurs officiers ou par des rumeurs de l’horaire de l’assaut. En cas d’assaut ennemi, ce sont les bombardements préalables qui le signalent. Ainsi commence pour les hommes une attente qui leur semble interminable et sème le doute dans leur esprit.

Dans les volumes, durant cette attente qui précède le combat, l’artillerie alliée pilonne les positions ennemies. Le narrateur ou les personnages mentionnent également à quel point l’assaut qui les attend est dangereux, les fortifications ennemies étant réputées « imprenable[s]3 ». Complimenter les défenses ennemies permet surtout de valoriser les soldats français qui, dans la suite du récit, se sont avérés capables de réaliser l’impensable. Vient ensuite le moment de l’assaut en lui-même, durant lequel les officiers mènent leurs hommes jusqu’à leurs objectifs. Assaut relaté de manière épique, et durant lequel par exemple, « le caporal Ferrant entame la Marseillaise ; tous les Français l’imitent et c’est au son de l’hymne endiablé et sacré, que les assaillants escaladent de nouveau la colline fatale4 ». Le bilan humain de ce trajet varie en fonction des volumes, certains font état de très peu, voire d’aucune perte : « La première ligne allemande fut enlevée sans perte. Les boches, littéralement abrutis par notre artillerie, puis submergés par notre infanterie, sortaient de leurs abris effondrés, et se rendaient en masse5 ». Tandis qu’à l’opposé d’autres volumes insistent sur l’hécatombe lors de l’assaut : « L’ effectif de la compagnie fondait à vue d’œil, à mesure que diminuait la distance de l’objectif […] les hommes tombaient comme des mouches6 ». De nombreuses expressions de la sorte se retrouvent dans les volumes, on peut notamment lire que les soldats « tombent comme des épis sous la faux du moissonneur7 ». Ces expressions permettent à la fois de rendre compte de la réalité des nombreuses pertes, tout en atténuant la violence des propos.

Pour autant, certains passages choquent par leur description violente des combats – « Un homme chancelle, s’abat. Sa tête a éclaté comme une vessie trop pleine8 » – ou le sort réservé aux blessés : « Chacun prend le pas de course en évitant les blessés qui crient, se débattent ou bien s’accrochent aux soldats valides qui ont autre chose à faire qu’à plaindre et à secourir les camarades. D’aucuns répliquent durement : “Fiche-nous la paix !” ou bien : “Les brancardiers vont venir te porter au poste de secours”9 ». Cette violence trouve son apogée dans le corps-à-corps qui s’engage une fois les tranchées ennemies atteintes. La description d’une mêlée entre soldats anglais et allemands est particulièrement criante :

 « Les deux troupes qui […] s’abordaient à la baïonnette, donnaient l’impression d’une lutte, non d’êtres humains, mais de bêtes furieuses. C’était une ruée, une mêlée confuse et aveugle, une extermination ! Toute la haine des deux races pourtant apparentées depuis quinze siècles se manifestaient en furieux coups de pointe ou de crosse. A tout moment on voyait de grands gaillards vêtus de gris ou de khaki s’affaler, la tête écrasée, la poitrine défoncée ou le ventre ouvert, d’un côté ou d’un autre de la tranchée. Le sang ruisselait partout, sur les uniformes, sur les sacs et à terre, formant aux pieds des combattants des rigoles et des flaques noirâtres, l’instant d’après coagulées10 ».

Dans la majorité des volumes, tous les combats se traduisent par des corps-à-corps épiques, héroïques, violents, dans une confusion totale : « Rien ne peut rendre l’horreur de cette lutte corps à corps dans une obscurité devenue complète. […] Les combattants s’égorgeaient sans se voir, ne distinguant plus les amis des ennemis11 ». Ces affrontements au corps-à-corps sont également présents sur la couverture de nombreux volumes, et traduisent leur importance dans l’imaginaire de la population.

(Doc 2) Paul Carillon, Le Chemin des Dames, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°57, 1918, URL: https://icono.ulb.ac.be/cdm/singleitem/collection/shu016/id/56/rec/1

La couverture du document 2 est d’une rare violence, c’est la seule illustration mettant en scène un soldat français donnant la mort main nue, bien qu’on apprenne par la suite, dans le récit, qu’il se ravisera, se refusant à tuer un homme désarmé. Le soldat français les yeux fixés sur sa victime et les dents serrés impose la peur, tandis que le soldat allemand cherche désespérément à s’échapper de cette emprise, une main semblant tendue au spectateur impuissant face à cette scène. La représentation du soldat allemand est conforme aux clichés, une pilosité accrue et une barbe rousse, comparées à la moustache propre du soldat français. En arrière-plan d’autres poilus sont visibles, donnant la mort avec leur baïonnette dans des positions improbables. Cette vision des combats, se déroulant au corps-à-corps, baïonnette contre baïonnette, semble être partagée par une grande partie de la population, comme le mentionne Le Supplément Illustré du Petit Journal, le 20 septembre 1914 : « En 1870 et aujourd’hui encore, les charges à la baïonnette ont maintes fois semé la terreur dans les rangs ennemis12 ». Cette prééminence du corps-à-corps se retrouve également dans les dessins d’enfants, s’imaginant alors la guerre comme un duel sinon comme un meurtre13.

En réalité, les combats au corps-à-corps14 furent minimes. Cédric Marty, qui s’est intéressé au rôle de la baïonnette lors de la Grande Guerre, conclu que « l’abordage ne débouche quasiment jamais sur un combat à la baïonnette proprement dit15 ». Même lors d’opérations de coups de main, dont l’un des objectifs est notamment de faire des prisonniers, les soldats font tout pour éviter le corps-à-corps. Dans ces combats de tranchées, c’est la grenade qui est l’arme la plus utilisée, permettant de déloger les défenseurs cachés dans des trous ou abris16. De plus, le service de santé français comptabilise seulement 1 % de soldats tués à l’arme blanche17.

Si les volumes de la Collection Patrie exaltent les victoires françaises et alliées, il en va autant pour les défaites, comme on peut l’observer avec le titre du volume 72 – La Retraite Héroïque – ou dans cette citation : « Après Charleroi, la retraite a commencé, retraite glorieuse encore, où le terrain n’était cédé qu’après de durs combats mais retraite18 ». Les justifications concernant les défaites ou replis sont toujours les mêmes, et consistent en la supériorité numérique et matérielle de l’ennemi : « Pressés par des forces supérieures, écrasés par l’artillerie allemande, ils avaient dû se replier19 ». Les forces ennemies sont alors comparées à une catastrophe naturelle impossible à arrêter : « C’est une avalanche qui roule et qui grossit sans cesse ; elle est à la fois si compacte et si puissante qu’il semble qu’aucune force humaine n’est capable de l’arrêter20 ». Ces arguments permettent à la fois de justifier les défaites, mais aussi d’accentuer l’héroïsme des soldats français et alliés qui doivent lutter « à un contre cinq21 ». La supériorité numérique de l’ennemi est alors largement surestimée, pour le siège de Liège en Belgique, il est fait mention de « plus de 120 000 hommes22 ». En réalité, l’armée de siège allemande compte au départ 39 000 hommes, puis, à partir du 8 août, une armée de siège de 60 000 hommes supplémentaires est envoyée23. Les volumes tentent également de rassurer sur les pertes françaises : « Si l’ennemi nous avait tué du monde, nous lui en avions tué davantage24 ». Ainsi, quand les volumes ne cherchent pas à enjoliver les défaites, ils s’efforcent de les atténuer ou de les passer sous silence, comme c’est le cas à propos des offensives de 1917 : « Les opérations qui avaient commencé sous de si heureux auspices, furent arrêtées brusquement pour des raisons que l’Histoire connaîtra un jour25 ».

Ces descriptions des combats témoignent néanmoins de la « brutalisation » des hommes telle que théorisée par l’historien George Mosse. Selon lui, la brutalisation est la « manière dont une guerre d’un type nouveau d’une violence encore inconnue en Occident a rendu brutaux ceux qui y ont participé ou tout au moins une partie d’entre eux26 ». De nombreux passages des volumes traduisent cette brutalisation des hommes au front, qui sont « transformé[s] en homme qui veut tuer à son tour27 » et ne pensent qu’à une seule chose : « Tuer ! Tuer ! Telle était notre unique pensée, tel était notre seul désir28 ». La haine de l’ennemi se manifeste également dans de rares volumes par l’exécution de prisonniers ou soldats désarmés : « Nous ne fîmes pas un seul prisonnier. Ils avaient beau crier, implorer : “Frantzours ! Camarades !” j’étais sourd29 ». Néanmoins, dans la grande majorité des volumes, le soldat français se retrouve dans l’incapacité de tuer un soldat désarmé : « Ces hommes qui se rendent sont sacrés ; il ne sera pas touché à un cheveu de leur tête ; un Français ne frappe pas un ennemi désarmé. Nous n’avions aucun mérite à agir ainsi ; c’était malgré nous, et j’en sais qui maudissaient cette sensibilité qui arrêtait le massacre…30 ».

Ainsi, dans les volumes la mort des soldats ou des civils, alliés ou ennemis est omniprésente. Néanmoins, dans certains volumes, on peut tout de même noter la volonté d’atténuer la dureté de la mort des alliés. En effet, les cadavres de soldats français semblent simplement « s’être couchés sur le dos ou sur le côté pour mieux dormir. Quelques-un ont l’air de fixer une première étoile qui s’allume au firmament31 ». Cette description douce et apaisante, permet de relativiser et calmer l’anxiété ou la peur face à la mort. De plus, chez une population encore marquée par le poids de la religion, la place accordée aux défunts est importante. Ainsi, plusieurs volumes font mention de cimetières mis en place pour honorer les morts : « Des croix noires hérissaient le glacis neigeux : un cimetière militaire y était établi, où dormaient, côte à côte, ceux-là qui étaient tombés le jour de l’attaque et que l’on avait enterrés dans le sol même pour lequel ils avaient donné leur vie32 ». Encore une fois la mort est euphémisée, dans ce sommeil éternel les soldats ne sont pas seuls, et un sens est donné à leur mort. Il n’est également pas anodin que le dernier volume, et la dernière illustration de la Collection Patrie, soient en partie dédiés aux soldats tombés pour la France, avec notamment la représentation du cénotaphe temporaire érigé à Paris en 1919 (Doc 3).

(Doc 3) L. Groc, La voie triomphale, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°154, 1920, p. 19.

Cependant, les illustrations concernant la mort de soldats Alliés sont beaucoup plus rares. Bien qu’il soit difficile d’établir si les soldats sont simplement blessés ou décédés, sur les 154 couvertures, je ne compte que cinq d’entre elles représentant des soldats Alliés morts. La représentation de soldats blessés est plus courante. Quant aux centaines d’illustrations intérieures, seulement une dizaine représentent des cadavres français ou alliés. Cette difficulté à différencier les cadavres des blessés s’explique en partie par l’absence, dans la majorité des volumes, du sang. Dans la Collection Patrie les soldats français sont représentés mourant héroïquement au combat, offrant leur poitrine aux balles ennemies (Doc 4), ou bien déjà décédé et étendu sur le sol.

(Doc 4) G. Spitzmuller, À la rescousse, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°85, 1918, p. 12.

Ces illustrations présentent également une mort douce, les blessures des soldats ne sont pas visibles, le sang n’est pas présent, les hommes semblent plus endormis que morts. Elles dénotent ainsi avec les différentes illustrations concernant la mort de soldats allemands ou ennemis. Ces dernières étant beaucoup plus violentes, on peut ainsi observer par exemple un soldat allemand pendu à un arbre (Doc 5). Ces illustrations et descriptions de mises à mort de soldats permettent de souligner l’héroïsme et la victoire des soldats français, mais également d’assouvir la haine de l’ennemi. Elles préparent aussi inconsciemment les esprits à la mort d’un être cher, car à travers la mort de l’autre, la mort de l’être aimé devient plausible33. La mort, banalisée par ces illustrations, marquent une rupture dans le seuil de la violence, la mort de l’autre devenant une source de réjouissance autorisée. De tels discours touchent notamment les enfants, certains d’entre eux souhaitent alors devenir des poilus pour « tu[er] la germanique34 », d’autres, bien que très rare, vont jusqu’à quitter leur foyer pour tenter de devenir soldat35.

(Doc 5) H. de Chazelle, Avec une batterie de 95, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°70, 1918, p. 17.

Quant aux blessés, leurs représentations sont plus communes, ils sont généralement entourés de camarades, brancardiers ou médecins qui les prennent en charge. Ces blessés sont présentés comme de véritables héros et comme une source d’inspiration pour leurs camarades : « La toile du brancard était teinte de sang, et le malheureux chantait, défiant la douleur et narguant la mort… Alors, Pistor, tout ragaillardi par cet horrible courage, songea: – Avec de tels hommes, la France ne périra jamais !36 ». De plus, ces blessés sont fiers d’avoir donné leur sang pour défendre la patrie, et si c’était à refaire, ils n’hésiteraient pas : « Il n’a plus qu’un bras, à présent ; mais il ne regrette rien ; son enthousiasme patriotique n’a pas faibli, et c’est lui qui m’a donné, bien des fois, l’exemple de la résignation et de l’acceptation sereine de la souffrance37 ». Car même blessé « quelque chose subsistait dans le désastre de son âme et de sa vie : son Amour pour la France, son amour filial pour sa mère et sa haine encore accrue pour l’Allemand38 ».

Mettre en illustration ces blessés permet à la fois de louer leur courage, mais également de condamner la guerre, et donc les Allemands, jugés responsables de cette dernière. Encore une fois, les enfants sont sensibles à ces discours et représentations concernant les soldats blessés, comme le montre le dessin réalisé par l’un d’entre eux (Doc 6). La légende mentionne un soldat blessé au bras portant son lieutenant ayant les deux jambes fracassées. Pourtant, les blessures de ces deux soldats ne sont pas visibles, le sang n’étant pas présent. Ils se comportent héroïquement, donnant le signal de l’attaque malgré leurs blessures, galvanisant leurs camarades, comme on le devine avec le lieutenant pointant du doigt l’objectif, tandis que d’autres soldats les suivent en arrière-plan.

(Doc 6) « Un soldat blessé au bras, porte son lieutenant qui a les deux jambes fracassées. Malgré ses blessures il donne le signal de l’attaque », anonyme, non daté, collection Le Vieux Montmartre.

Conclusion

Ainsi, les volumes de la Collection Patrie donnent à voir des batailles majoritairement fantaisistes se concluant toujours par un combat au corps-à-corps. Comme l’a démontré Joëlle Beurier en étudiant certains illustrés pour enfants, ces représentations n’informent pas le lecteur sur la réalité des batailles, mais elles contribuent à forger dans leur esprit un type de représentation unique. Ces illustrations de combats servent alors de mises en scène, idéalisant les soldats français aussi bien dans la vie que dans la mort, faisant d’eux des héros. Ainsi, « par le biais de ces images, la mort des siens est sublimée. Elle peut alors être assumée39 ». Ces assauts à la baïonnette font également écho à une guerre de mouvement alors que le conflit s’est enlisé, ils permettent donc de rassurer le lecteur sur la continuité des combats et l’avancée des troupes. Cette vision de la guerre semble également être partagée par les plus jeunes, qui, dans leurs dessins, retranscrivent ces mêlées et l’héroïsme des combattants français. Néanmoins, les volumes ont le mérite d’interroger sur certains points, tels que la brutalisation des hommes au front, et leur perte de sensibilité face aux horreurs d’une guerre nouvelle, une guerre moderne.

  1. François Robichon, « De la peinture à la photographie et inversement… », dans Laurent Gervereau et al. (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, op. cit., p. 39. []
  2. Fabrice d’Almeida, Images et propagande, Paris, Casterman, 1995, p. 24-25. []
  3. Léon Groc, Les Vitriers à Bezonvaux, Paris, éd. F. Rouff, “Collection Patrie”, n°14, 1917, p. 8. []
  4. Georges Dubois, La défaite du Kronprinz en Argonne, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°67, 1918, p. 26. []
  5. L. Groc, Les Vitriers à Bezonvaux, op. cit., p.7. []
  6. L. Groc, La prise de Tahure, Paris, Editions Rouff, « Collection Patrie », n°9, 1917, p. 13. []
  7. L. Groc, La prise de Tahure, op.cit., p. 13. []
  8. Henry Frichet, La bataille de l’Ourcq, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », 1917, n°13, p. 17 []
  9. H. Frichet, Le Grand Couronné de Nancy, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°20, 1917, p. 25. []
  10. Alain Norec, Tommies et Gourkas, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°15, 1917, p. 9. []
  11. A. Norec, La bataille dans les neiges, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°23, 1917, p. 22. []
  12. Le Supplément Illustré du Petit Journal, 20 septembre 1914, p. 2. []
  13. Manon Pignot, Allons enfants de la patrie : génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012, p. 136. []
  14. Voir Dimitri CHAVAROCHE, L’extraordinaire de la guerre. Le combat rapproché et le corps à corps sur le front de l’ouest pendant la Première Guerre mondiale, Paris 1 Sorbonne, 2021. []
  15. Cédric Marty, À l’assaut ! La baïonnette dans la Première Guerre mondiale, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 49. []
  16. D. Chavaroche, André Loez, « “L’opération a été bien menée et vigoureusement exécutée”. Un compte-rendu de coup de main à l’été 1916 », Agone, 2014/1 (n° 53), p. 143-156. []
  17. Stéphane Audoin-Rouzeau, Les armes et la chair : trois objets de mort en 14-18, Paris, Armand Colin, 2009, p. 67. []
  18. Maxime Vuillaume, Paris menacé, Paris sauvé, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°77, 1918, p. 12. []
  19. Jean Petitughuenin, La barrière des Vosges, op. cit., p. 5 []
  20. H. Frichet, Le Grand Couronné de Nancy, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°20, 1917, p. 27. []
  21. Henri d’Orcines, Maîtres du ciel, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°92, 1918, p. 8. []
  22. Maxime Vuillaume, La Belgique à feu et à sang, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°8, 1917, p. 4. []
  23. John Horne, Alan Kramer, 1914, les atrocités allemandes : la vérité sur les crimes de guerre en France et en Belgique, Paris, Tallandier, 2011, p. 39. []
  24. J. Petithuguenin, La Belle défense du château de Grivesnes, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°91, 1918, p. 20. []
  25. Camille Ducray, Le Maréchal Pétain, Paris, éd. F. Rouff « Collection Patrie », n°146, 1919, p. 17. []
  26. George Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette, 2003, p. 14. []
  27. George Spitzmuller, Histoire d’un 75, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie, n°90, 1918, p. 10. []
  28. Joseph Mongis, Ceux de Vauquois, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°99, 1918, p. 22 []
  29. H. Frichet, La bataille de l’Yser, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°54, 1918, p. 28. []
  30. J. Mongis, Ceux de Vauquois, op. cit., p. 23. []
  31. H. Frichet, Le Grand Couronné de Nancy, op. cit., p. 21. []
  32. J. Mongis, Les Diables bleus au Vieil Armand, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°25, 1917, p. 20. []
  33. Joëlle Beurier, « Voir ou ne pas voir la mort ? », dans L. Gervereau et al. (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, BDIC / Somogy, 2001, p. 64. []
  34. M. Pignot, Allons enfants de la patrie : génération Grande Guerre, op. cit., p. 143. []
  35. Voir M. Pignot, L’appel de la guerre : des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, Anamosa, 2019. []
  36. L. Groc, Les Vitriers à Bezonvaux, op. cit., p. 23. []
  37. Jean Mauléon, Ma mitrailleuse, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°16, 1917, p. 2. []
  38. H. D’Orcines, L’Escadrille de la mort, Paris, éd. F. Rouff, « Collection Patrie », n°17, 1917, p. 17. []
  39. J. Beurier, « Voir ou ne pas voir la mort ? », op. cit., p. 65. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search