Le magicien dans les sociétés antiques (grecques et romaines)

Source de nombreux fantasmes et incompréhensions, la magie a toujours suscité l’imagination des hommes. Cette même imagination s’incarne dans des figures imaginaires que l’on retrouve dans nos fictions contemporaines.

De la magicienne Yennefer, en passant par le docteur Strange, il nous est facile de citer des magiciens contemporains. Quand on pense au passé, c’est le nom de Merlin l’enchanteur qui vient en tête. En revanche, quand il s’agit de citer des magiciens pré-chrétiens, les exemples se font moins nombreux.

Pourquoi les magiciens antiques sont méconnus ?

Une des causes de cette méconnaissance est le désintérêt des historiens pour ce domaine.

Le philologue allemand Enno Friedrich Wichard Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff (1848/1931) disait en parlant des papyrus magiques qui sont la source majeure d’informations sur la magie antique.

« J’ai entendu un jour un grand érudit déplorer la découverte de ces papyrus, qu’il ôtait à l’Antiquité l’éclat distingué du Classicisme. C’est indéniablement l’effet qu’ils produisent ; mais je m’en réjouis. Car ce que je veux c’est non pas admirer, mais comprendre mes Hellènes, afin que de pouvoir les juger de façon équitable »1

Cela est caractéristique de la mauvaise image dont jouit la magie grecque, considérée comme une pratique barbare et vulgaire anormalement présente à une époque que les historiens voulaient grandiose et cultivée. Nous citons la civilisation grecque comme un exemple de civilisation cultivée. En revanche, nous parlons moins de leurs magiciens qui pratiquaient des sacrifices humains.

Dans notre article nous allons dresser les contours de cet être à travers un plan en trois parties :

  • L’origine de sa dénomination.
  • La définition de son sexe et de son âge.
  • Deux magiciennes antiques à la popularité diamétralement opposée.

 

Étymologie

D’un point de vue étymologique le mot français « magie »vient du latin « magia »qui lui-même est issu du grec « μαγεία » (mageia), un « magus »définissant à l’origine un prêtre Perse ou quelqu’un d’initié aux règles religieuses.

Les mages formaient une classe sacerdotale chez les Mèdes. Le mot « magia »désigne ainsi, à l’origine, une personne versée dans les arts sacerdotaux perses. Leurs champs de connaissances s’étendant aussi bien à la divination qu’aux sacrifices. Ce ne fut qu’en arrivant en Grèce que le mot reçut une connotation étrangère et après péjorative.

Cette origine est confirmée par le philosophe néo-platonicien Apulée de Madaure quand il reprend les mots du philosophe Platon :

« Les autres, qui font de la providence qui gouverne le monde l’objet de leurs diligentes investigations et honorent les dieux avec dévotion, on les appelle des « magi » au sens vulgaire du mot »2

Ou encore …

« Vous l’entendez : La magie est un art agréable aux dieux immortels. Connaissance du culte à leur rendre et de la manière de les adorer, science pieuse des choses divines »3

D’un point de vue sémantique plus actuel le dictionnaire Larousse définit la magie ainsi :

« Ensemble de croyances et de pratiques reposant sur l’idée qu’il existe des puissances cachées dans la nature, qu’il s’agit de se concilier ou de conjurer, pour s’attirer un bien ou susciter un malheur, visant ainsi à une efficacité matérielle.»4

Cette définition est représentative des éléments qui constituent la magie, à savoir :

  • La croyance d’un lien avec les puissances cachées telles que des Dieux ou des esprits.
  • L’action de conjurer ou de concilier qui implique quant à elle la création d’une relation.
  • L’efficacité matérielle sous-entend que cette relation existe dans un but précis, pour provoquer quelque chose.

Elle se rapproche également de celle de la religion :

« Ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré »5

A la différence que le pratiquant est placé au centre.

Le mot « magicien » possède quant à lui trois définitions qui bien que différentes rappellent le caractère surnaturel et étrange du personnage:

« Personne qui pratique la magie. »

« Personne qui fait des choses extraordinaires, qui a comme un pouvoir magique sur les choses ou sur les personnes »

« Illusionniste qui, grâce à des accessoires truqués, paraît doué de pouvoirs surnaturels. »6

Enfin le mot « Sorcier » ou « Sorcière » vient du bas latin « sorcerius » qui signifie diseur de sorts, venant lui même du latin classique « sors, sortissort »7

Il est à noter que le sorcier possède une connotation péjorative à contrario du magicien. Un sort étant le plus souvent destiné à nuire, ou à agir sur une personne autre que l’utilisateur.

Au travers de ces trois définitions nous pouvons constater l’éventail de possibilités et d’actions que la magie couvre. Ce terme pouvant regrouper aussi bien des pratiques isolées que des systèmes complexes.

 

Enfin, la magie suit deux grandes règles dégagées par James George Frazer (1854/1941). Celui-ci étant considéré comme le fondateur de l’anthropologie religieuse ainsi que la mythologie comparée ayant notamment compilé et étudié les mythes de différents peuples sur l’origine du feu : Mythes sur l’origine du feu publié en 1930.

  • « la loi de sympathie : le semblable appelle le semblable »
  • « la loi de contagion : ce qui a été mis en contact continue à agir à distance ».8

 

Quelle est sa forme ?

Maintenant, que nous avons cerné le sujet, il est nécessaire de définir le magicien en tant qu’individu.
Dans notre article, nous ne le décrirons pas de manière exhaustive , nous nous cantonnerons à définir son âge et son sexe.

Pour cela, nous avons regroupé dans un tableau les différents magiciens que nous avons dans notre étude.

 

MagicienÂgée♀ ♂ŒuvreDateAuteur
Grec
Circé X  Odysséefin du VIIIe siècle av. J.-CHomère
Médée X  Bucoliques Grecques431 av. J.-CEuripide
Vieille mèreXX  Les éthiopiquesIIIe siècleHéliodore
Vieille sorcièreXX  Idylle III La visite galanteMort vers 250 av. J.-CThéocrite
SimaithaXX  Idylle II, les magiciennes
Latin
Une vieilleXX  Elégie26 / 25 av. J.-CTibulle
Erichto X  Guerre civile, Pharsalele 3 novembre 39 av. J.-C.Lucain
Mœris X  Bucoliques ou ÉgloguesParu en -37Virgile
CanidieXX  Les Satires / Épodesvers 29 av. J.-C.Horace
VéiaXX  
SaganaXX  
Les MagesX  XHistoire naturellevers 77Pline
MéroéXX  Les MétamorphosesNé vers 123 AP JCApulée
PanthiaXX  
Pamphilé X  
Deux autres magiciennes de Thessalie X  
Apulée  X De la magie, Apologia
Pythagore  X 
Zoroastre  X 
Carmendas  X 
Damigéron  X 
Moise  X 
Jannès  X 
Apollobex  X 
Dardanus  X 
Ostanès  X 
Empoisonneuse  X  SatiresFin du I er siècleJuvénal
Charlatans  X 
Cæsonia X  
Méroé X  Bucoliques, Lycidas MopsusVers 280Némésien
Mycalé X  
Mère du villageoisXX  
Total112012    
Tableau receuil des magiciens du 16/12/21

Comme nous pouvons le constater, parmi les 32 individus considérés comme magiciens, 20 sont des femmes et seulement 12 sont des hommes. Parmi ces 20 femmes, 11 sont explicitement décrites comme âgées.

Le pratiquant de magie, dans les sociétés romaines et grecques était ainsi incarné par une femme âgée. Ce qui ressemble fortement à l’image que nous en avons de nos jours : celle de la vieille sorcière.

Pour finir nous allons voir deux magiciennes antiques qui jouissent d’une popularité diamétralement opposée.

Médée

La première est une des magiciennes les plus célèbres de l’antiquité, apparaissant chez plusieurs auteurs tel que qu’Euripide, Sénèque, ou encore Ovide.

Son mythe étant encore joué de nos jours et très récemment à la Criée de Marseille par le metteur en scène Tommy Milliot. 9

Jason et Médée, sarcophage romain de la fin du Ier siècle, Palazzo Altemps (Rome)10

Les grands éléments de son mythe sont connus de tous:

Tout d’abord c’est une jeune fille naïve:

« Cependant un feu violent s’allume dans le cœur de la fille d’Eétès ; elle lutte longtemps ; mais la raison ne peut triompher de son délire : « c’est en vain que tu résistes Médée se dit elle ; un dieu, je ne sais lequel s’oppose à tes efforts ; je serais surprise si ce n’était pas là (ou du moins c’est quelque chose qui y ressemble) ce qu’on appelle l’amour »11

Celle-ci est tombée amoureuse du héro Jason et l’a épousé. Après avoir voyagé ensemble , il finit par la répudier pour épouser la fille du roi Créon.

« Médée grand Zeus, et toi, Thémis auguste, voyez-vous ce que j’endure, après les serments solennels qui m’avaient attaché cet exécrable époux ? Puissé je un jour, lui et son épousée, les voir mis en pièce avec le palais, pour l’injure qu’ils osent me faire, les premiers ! »12

Exilée par le roi , elle finit par quitter le pays, après avoir offert à la nouvelle femme de son mari une couronne empoisonnée qui , comme on le voit dans ce passage amène une destiné tragique:

« MÉDÉE. —Que se passe-t-il donc pour qu’il me faille fuir ?
LE MESSAGER. Ils sont morts à l’instant, la jeune Princesse et Créon son père, victimes de tes poisons.
MEDEE — La merveilleuse parole ! Parmi mes bienfaiteurs et mes amis je te compterai désormais.
LE MESSAGER. — Que dis-tu ? As-tu bien ta raison ? N’es tu pas en démence, ô femme ? Après avoir outragé le foyer royal, tu te réjouis, au lieu de trembler à cette nouvelle ?
MÉDÉE. — J’ai, moi aussi, de quoi te répondre. Mais point d’emportement, ami ; parle. Comment ont-ils péri ? Tu redoubleras mon plaisir, s’ils sont morts dans les derniers tourments. ».
13

En partant elle a tué le roi et sa fille et plus tard les enfants qu’elle a eu avec Jason.

Tous ces éléments font d’elle une figure tragique, un drame humain qui transcende les âges : celui d’une femme trahie devenue un monstre.

À l’inverse, peu de personnes connaissent la magicienne dont nous allons parler.

Erichto

La magicienne Erichto n’apparait que dans un passage de l’œuvre La Pharsale de l’auteur romain Lucain. Celle-ci n’ayant été reprise nulle part ailleurs.

L’auteur nous raconte la rencontre de Sextus Pompée et de cette magicienne qu’il est venu consulter pour connaitre l’avenir.
Le personnage la décrit ainsi :

« Ces rites criminels, ces charmes d’une engeance sinistre, la sauvage Erichto les avait condamnés comme trop pieux, et elle avait amené cet art souillé à des rites nouveaux. »14

« Elle découvre son visage en écartant ses cheveux et ceint sa chevelure hérissée de guirlandes de vipères.»15

« Une maigreur affreuse envahit le visage flétri de la sacrilège, et sa face terrible, inconnue du ciel serein, est empreinte d’une pâleur stygienne et alourdie de cheveux en désordre. Si un nimbus et des nuages sombres masquent les astres, alors la Thessalienne sort des tombeaux nus et cherche à capter les foudres nocturnes. Ses pas brûlent les semences d’une moisson féconde et son haleine infecte des brises qui n’étaient pas mortelles»16

Pour faire court nous avons :

  • Un air sauvage.
  • Une chevelure hérissée de guirlandes de vipères.
  • Une maigreur affreuse.
  • Un visage flétri.
  • Une haleine qui infecte des brises.
  • Des cheveux en désordre.
  • Des pas qui brûlent les semences.
  • Une pâleur stygienne.

Ce portrait pour le moins peu flatteur est loin de celui-ci de la jeune fille amourachée et magnifique que représente Médée. Nous avons là celle d’une femme dont l’apparence approche du zombie.

Mais le pire sont ses actions :

« Ainsi par la blessure du ventre et non par où la Nature l’appelait, elle arrache le fruit maternel pour le placer sur des autels fumants, et toutes les fois qu’il est besoin d’ombres sauvages et énergiques, elle-même fait des mânes »17

« Aussitôt s’enfuirent les loups, s’enfuirent, en rentrant leurs serres, des oiseaux inassouvis, pendant que la thessalienne choisit son prophète, et, fouillant les moelles glacées par le trépas, trouve les fibres d’un poumon gonflé et sans blessures, et cherche une voix dans un corps défunt. Déjà les destinées de nombreux hommes arrachés à la vie attendent qui elle veut rappeler sur la terre. »18

Dans ces deux extraits la magicienne fouille des cadavres sur un champ de bataille à mains nue pour en trouver un qu’elle utilisera pour prédire l’avenir.

L’histoire d’Erichto n’est en rien une tragédie ou même une histoire : le personnage va l’interroger sur son avenir, elle cherche un cadavre, l’utilise pour voir l’avenir, informe le personnage, les deux se séparent, fin de l’histoire.

Il n’y a pas de rebondissement, ce n’est qu’un étalage de toutes les horreurs et monstruosités auxquelles l’auteur a pu penser. Ce qui explique pourquoi son mythe ne s’est pas popularisé. Il est cependant intéressant de par son opposition avec l’image de la magicienne Médée qui semble alors n’être qu’une exception parmi toutes celles que nous avons vue dans les œuvres.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons dire que le magicien dans les sociétés grecques et romaines souffre de plusieurs faits qui suscitent un désintérêt de la part des chercheurs et public:

  • Ils sont pour la plupart propres à leurs auteurs : les magiciens n’apparaissent que dans une seule œuvre.
  • Ils assombrissent la vision glorieuse de la civilisation grecque que nous trouvons dans les livres d’histoire.
  • Les exemples les plus connus (Médée, Circé) ne sont pas représentatifs de l’ensemble. (Erichto, Méroé, Pamphilé…)

  1. Wilamowitz, Reden und Vorträge, Berlin, 1902, p.254. Citation reprise dans Graf F., La Magie dans l’Antiquité Gréco-romaine, Paris, 1997, p. 20 et p. 267, note 36. []
  2. Apulée, Apologie, XXVI : Partim autem, qui proidentiam mundi curiosius uestignat et impensius deos celebrant, eos uero uulgo magos nominent. []
  3. Apulée, Apologie, XXVI : Auditisne magian, qui eam temere accusatis artem esse dis immortalibus acceptam, colendi eos ac uenerandi pergnaram, piam scilicet et diuini scientem. []
  4. Éditions Larousse, « Définitions : magie – Dictionnaire de français Larousse », consulté le 13 février 2021, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/magie/48531. []
  5. Éditions Larousse, « Définitions : religion – Dictionnaire de français Larousse », consulté le 16 février 2021, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/religion/67904. []
  6. Éditions Larousse, « Définitions : magicien – Dictionnaire de français Larousse », consulté le 13 février 2021, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/magicien/48530. []
  7. Éditions Larousse, « Définitions : sorcier – Dictionnaire de français Larousse », consulté le 16 février 2021, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/sorcier/73519. []
  8. James George Frazer, Nicole Belmont, et Michel Izard, Le Rameau d’or, Bouquins (Paris: Robert Laffont, 1981). []
  9. « L’époustouflante “Médée” tout en épure de Tommy Milliot », consulté le 11 décembre 2021, https://www.lemonde.fr/culture/article/2021/09/30/l-epoustouflante-medee-tout-en-epure-de-tommy-milliot_6096617_3246.html. []
  10. Par Jastrow (septembre 2006), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1345668 []
  11. Ovide, Les Métamorphoses. VII, 11-13 : Concipit interea ualidos aeetias ignes Et luctata diu, postquam ratioen furorem Vincere non poterat : « frustra, medea, repugnas ; Nescio quis deus obstat ; » ait « mirumque nisi hoc est Aut aliquid certes simile huic, quod amere uocatur []
  12. Euripide, Médée, 160-172. []
  13. Euripide, Médée, 1124-1135. []
  14. Lucain, La Pharsale, VI, 510 : Hos scelerum ritus, haec dirae carmina gentis. Effera damnarat nimiae pietatis Erictho. inque nouos ritus pollutam duxerat artem. []
  15. Lucain, La guerre civile, 654-658, uultusque aperitur crine remoto []
  16. Lucain, La Pharsale, VI, v. 515 à 523. Tenet ora profana Foeda situ macies, caeloque ignota sereno Terribils stygio facies pallore grauatur Inpexis onerata comis ; si nimbus et atrae Sidera subducunt nubes, tune Thessala nudis Egreditur bustir nocturnaque fulmina captat Semina fecundae segetis calcata parussit Et non letiferas spirando perdidt auras. []
  17. Lucain, La guerre civile: la Pharsale, trad. par Abel Bourgery, Collection des universités de France 39 (Paris: les Belles lettres, 2003), liv. VI. 557-560. uulnere sic uentris, non qua natura uocabat, extrahitur partus calidis ponendus in aris; et quotiens saeuis opus est ac fortibus umbris, ipsa facit manes. []
  18. Lucain, liv. VI. 626-634. Continuo fugere lupi, fugere reuulsis unguibus inpastae uolucres, dum Thessala uatem eligit et gelidas leto scrutata medullas pulmonis rigidi stantis sine uulnere fibras inuenit et uocem defuncto in corpore quaerit. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ypichon (16 décembre 2021). Le magicien dans les sociétés antiques (grecques et romaines). Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qe


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Cécile Le Chevalier dit :

    Bonjour,

    Coquille un peu gênante à l’intertitre « Qu’elle est sa forme ? » –> « QUELLE est sa forme ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search