La couturière, ébauche d’un portrait au travers d’enquêtes ethnologiques comme historiques

Établir un état de l’art du métier de couturière en anthropologie présente quelques difficultés dans la mesure où la mode, le vêtement, la haute-couture tous ces sujets ont été abondamment étudiés, et font l’objet d’une très large production. Pour autant, les conditions de production qui encadrent ces objets anthropologiques, soit un atelier de couturière, ne sont que très peu abordés.

On peut bien sûr citer le travail d’Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : La laveuse, la couturière, la cuisinière. Ainsi que l’ouvrage de Marie-Claire Latry, qui s’inscrit dans la lignée d’Yvonne Verdier, Le fil du rêve. Ces deux œuvres brossent le portrait d’un métier à la symbolique forte, d’un personnage clé dans la vie des femmes, de leur naissance à leur mort. 

En dehors de ces ouvrages majeurs sur lesquels je vais revenir, la couturière fait plutôt l’objet d’une histoire sociale, par le prisme de l’ouvrière dans la société industrialisée du XIXème siècle. L’autre angle sociologique qui a émergé depuis les années 2000 est la question du genre. Michelle Perrot a ouvert la voie avec son article « Qu’est-ce qu’un métier de femmes ? » paru dans Le mouvement social en 1987. En tant que métier exclusivement féminin, bien que les hommes en trouvent petit à petit la porte d’entrée, la couturière a une place bien particulière dans la sociologie du travail. C’est par ce nouveau statut d’ouvrière mis en lumière par le développement de l’industrie du textile, que le constat des femmes travailleuses apparaît. Bien sûr qu’elles travaillaient avant, mais leur labeur restait dans l’ombre de la domesticité. Désormais elles sont salariées, intégrées dans l’ère de production industrielle. Leur statut social est hybride, il varie selon l’espace dans lequel elles évoluent. La plupart travaillent plus de douze heures par jour pour un salaire et une qualité de vie misérable. Certaines qui arrivent à tirer leurs épingles du jeu, grimpent dans la hiérarchie et dirigent les ouvrières, on les appelle au choix vendeuses, contremaîtresses, ou premières. Dans les années 1920 ; l’essor éphémère du luxe de la haute-couture donne à ces couturières un niveau de vie critiqué. On les appelle aussi les modistes, ou marchandes de mode. Ces femmes savent ce qui se porte dans les milieux très chics, et vendent à leur clientes de quoi être dans l’air du temps avec un rien. Un ruban, de la dentelle, un motif à la mode, une manière particulière de porter le chapeau. Elles exercent en boutique ou à domicile, pénétrant ainsi l’intimité de dames qu’elles ne pourraient fréquenter dans le cadre de mondanités. Côtoyer le luxe, le vendre, toucher du doigt la haute société aristocrate et bourgeoise, tout en restant une marchande, une travailleuse, ce paradoxe façonne des femmes qui ne sont jamais tout à fait à leur place. Elles sont autant enviées que critiquées par la classe laborieuse, et si elles sont méprisées par la classe qu’elles servent elles ont su s’en rendre indispensable. On leur prête une vertu légère, un caractère bien trop affirmé et un goût sûr pour la coquetterie et les hommes. Ce sont elles qui vont transformer le métier de couturière et l’exporter de la maison. Avant le développement des marchandes des modes, c’était les drapiers qui passaient de maison en maison pour vendre leur tissus et les domestiques les plus habiles à l’aiguille réalisaient le vêtement voulu par la maîtresse de maison. Avec les modeuses, ce n’est pas la même ambiance, les femmes sont entre elles, le mari n’est pas là pour surveiller les comptes, elles peuvent se permettre quelques jolis colifichets. Avec l’émergence d’une classe bourgeoise, avec de plus petits moyens qu’une maison d’aristocrate, il n’y a plus tout une armada de servantes multi compétentes dans chaque maison. Mais ces servantes savent toujours coudre, et les plus douées réalisent des ouvrages pour les autres, en se faisant payer. Voilà la couturière telle qu’on se la représente aujourd’hui.

24/12/1926, concours des apprenties couturières / photographie de presse / Agence Rol / source : Gallica

Il me faut maintenant évoquer deux catégories de couturière que j’ai pu distinguer au fil de mes lectures, qu’elles soient historiques, anthropologiques ou sociologiques. Il s’agit de leur âge. C’est un prisme presque systématiquement adopté par l’auteur qui écrit sur la couturière. Le propos est radicalement différent quand il s’agit de jeunes couturières, ou de couturières âgées, mûres et expérimentées. Par exemple la différence est flagrante entre l’article d’Anaïs Albert, « Les midinettes parisiennes à la Belle Époque : bon goût ou mauvais genre ? » et l’ouvrage de Marie-Claire Latry, Le fil du rêve.  

La première, la jeune se fait former par la seconde, elle est tour à tour innocente, encore jeune fille, frivole, effrontée, et délicate. La seconde encadre la formation professionnelle de ses apprenties, mais les initie également à la réalité de la vie de femme. Le devoir conjugal, les différentes manières de tomber enceinte ou non, tout ce que leur mère ne leur enseignera pas, par pudeur souvent, par ignorance aussi. La couturière plus âgée est une patronne avant tout, c’est une femme d’expérience qui n’a pas besoin d’un homme pour mener son affaire. C’est aussi souvent une femme célibataire ou veuve. Ce clivage est encore plus prégnant dans les descriptions ethnographiques d’atelier de couture que j’ai pu trouver. Par exemple, l’article « Femmes entre elles » de Frédérique El Amrani1, est une très précise et complète description d’un atelier de couturière à Doué-la-Fontaine durant la première moitié du XXème siècle. On y retrouve de très jeunes femmes qui font l’ouvrage et la patronne, une veuve de cinquante ans qui dirige la production et manie uniquement les ciseaux pour la coupe, étape déterminante et donc prestigieuse. Les employées sont jeunes, jolies, elles parlent des hommes, des toilettes qu’elles veulent porter et des prochaines sorties. Les clientes sont plus âgées, riches et moquées sans ambages sur leur physique par les ouvrières qui jalousent leur richesse. Le schéma se répète. 

Prenons l’ouvrage d’Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire : La laveuse, la couturière, la cuisinière2. Il est publié en 1979, après un terrain de sept ans. Ce terrain a lieu après de femmes qui racontent leur vie, qui racontent leur passé. La réalité du métier de couturière énoncée par Yvonne Verdier date donc d’au moins des années 1900-1950. C’est un terrain célèbre, celui des Dames de Minot. Un terrain qui fait figure d’exemple, pour sa restitution et sa reconstitution de la vie du village. Concernant l’étude de la couturière, Yvonne Verdier est citée en exemple et en modèle dans la totalité des textes, livres ou articles que j’ai pu lire. Si les conditions de travail et de vie ne sont plus du tout les mêmes aujourd’hui, la symbolique démêlée par l’ethnologue reste parfaitement actuelle. Le lieu de l’atelier est un lieu d’initiation. On y instruit les filles de tout ce qu’elles doivent savoir à l’approche de la puberté. Elles y « passent un hiver ou deux » le temps de se faire confectionner un trousseau de jeune femme, et de se faire entretenir des choses de l’amour. De petites filles elles en ressortent jeune fille, elles sont bonnes à marier. C’est à l’atelier que les femmes parlent. Celles qui vont se marier, celles qui parlent de leur mariage déjà bien consommé. Et la couturière qui y siège orchestre tranquillement ce petit monde de femme. Elle a une place à part, elle s’occupe des vêtements qui marquent la vie des autres, mais la sienne reste cantonnée à cet atelier. 

Pour autant cette position sociale explicitée si adroitement n’a plus cours, en tout cas pas dans notre société individualisée, qui a perdu le mode de vie communautaire et son organisation sociale complexe. Il faut noter toutefois, que le travail rigoureux de Y. Verdier fait encore office de référence, à n’en point douter des références multiples croisées lors de mes lectures. 

Marie-Claire Latry, dans son ouvrage Le fil du rêve : des couturières entre les vivants et les morts3 annonce clairement la filiation volontaire existante entre son travail et celui d’Yvonne Verdier. Admiratrice de son œuvre, elle envisage une approche similaire dans un atelier de couturière près de Bordeaux. Son travail très fouillé découle d’un terrain de près de dix ans entre 1984 et 1994. Ces femmes pratiquent la couture, et dans le cadre de cet atelier professionnel, sont aussi échangés des conseils d’un autre ordre. Elles rêvent, et surtout elles interprètent, leurs rêves et ceux des autres. L’atelier est le lieu où les récits oniriques ont leur place. Ils n’en sortent pas. De ces interprétations, on découvre les morts qui hantent le quotidien. Ceux qui préviennent un malheur, ceux qui annoncent une naissance, ou ceux qui font du mal aux vivants, et dont il faut se défaire. Ceci par un pouvoir curatif qu’exerce une des couturière, Anne-Marie Challat. Ce rôle de rêveuse, guérisseuse par le sommeil, et de couturière, Marie-Claire Latry l’appelle Femme qui-dort. C’est donc un rôle de régulation, de rétablissement de l’équilibre qu’incarne la rêveuse. On retrouve le parallèle avec la couturière de Minot qui rythme la vie des femmes de Minot, de leur naissance en passant par leur puberté et leur mariage à leur mort. 

Ainsi se déroule son discours, la couturière et ses outils glissent vers la guérisseuse qui se sert des mêmes outils (l’aiguille qui soigne un orgelet, le fer qui apaise le ventre féminin menstrué entre autres). Qui glisse également vers la rêveuse, la femme-qui-dort afin de déceler les maux dont on ignore la cause. Marie-Claire Latry produit une très intéressante analyse de la place du fer entre le sang menstruel des femmes, leur outils de couturières, et le fer, élément liant, élément aimanté, qui coagule, qui soigne. Elle fait écho à la symbolique de l’aiguille, sujet également traité par Yvonne Verdier. Toujours lié à l’amour, la séduction et aux mauvais et bons présages de mariage, ce qui pique et fait perler le sang possède une symbolique très forte. 

  1. EL AMRANI Frédérique, « Femmes entre elles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest,  n°111, 2004, mis en ligne le 20 juillet 2006, consulté le 21 avril 2021. []
  2. VERDIER Yvonne, Façons de dire, façons de faire : La laveuse, la couturière, la cuisinière,  éditions Gallimard, 1979. []
  3. LATRY Marie-Claire, Le fil du rêve : Des couturières entre les vivants et les morts, L’Harmattan,  2002. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search