Me zo ganet e Bro Bagan / Je suis né au Pays Pagan

L’UBO a reçu la copie d’un manuscrit écrit en breton par une personne née à Plouguerneau en 1932. Le document relate la vie de l’auteur mais aussi de sa famille et celle de ses voisins sur trois générations, dans le Léon. Il permet de remonter dans le temps, avant la guerre de 1914-1918. Il décrit une Bretagne qui nous semble “étrangère”, presque “exotique”, tellement les transformations du monde rural ont été nombreuses à partir des années 1950.

Il s’agit de 98 photocopies en format A3 du manuscrit écrit sur un cahier. Elles ont été confiées au CRBC (Centre de Recherche Bretonne et Celtique). L’original n’a pas été retrouvé. La photo de couverture représente la basilique du Folgoët.

Outre les pratiques agricoles passées et présentes, le manuscrit met en avant le poids de la religion dans l’ancien diocèse du Léon et le rôle de la caste sociale des Julots. Ce n’est pas une autobiographie au sens strict dans la mesure où le manuscrit relate aussi la vie de l’entourage de l’auteur. Il éclaire aussi sur les valeurs propres à l’auteur.

Le manuscrit est écrit en utilisant l’écriture dite “Peurunvan / Unifiée” du breton que l’auteur a apprise en cours du soir. C’est manifestement une langue parlée mise par écrit, comme en témoignent, par exemple, les 134 “hañ / hein” que l’on relève.

L’auteur exerçait le métier de conducteur de camions. Il s’agit donc ici d’une forme de littérature populaire puisque l’auteur n’a pas fait d’études ou de littérature paysanne puisque l’action se déroule entièrement à la campagne.

Un moi élargi

Le manuscrit original.

Cette autobiographie peut être considérée comme un moi de l’observation sociale, un “moi sociologique”.1 L’auteur a observé sa communauté, a recueilli des témoignages dans sa famille et son entourage. Il agit à la manière de Per Jakez Hélias, dans “Le Cheval d’orgueil” publié en 1975, qui raconte non pas ses souvenir personnels mais ceux de ses parents et grands-parents.

Le manuscrit permet de dégager les valeurs qui imprègnent son auteur : le respect de la nature, le souci de l’égalité sociale et l’attitude face au changement et à la disparition d’un monde. “Me a blij din an natur. La nature me plaît” indique l’auteur dans une interview. Il écrit souvent le terme avec une majuscule. L’auteur est très critique envers les Julots, les propriétaires fonciers, les nobles, les prêtres et les notaires devant lesquels il faut s’incliner. Alors que son père s’inclinait devant eux, il refuse de le faire et est traité de communiste par son père.

On apprend beaucoup en lisant le manuscrit. On rit aussi à plusieurs reprises, par exemple quand l’auteur narre les épisodes liés au financement de la 2CV du recteur. Le manuscrit comprend par ailleurs plusieurs scènes d’ébats sexuels. Nous sommes là loin des clichés décrivant le Léonard comme pudibond.

Le portrait de la campagne que dresse l’auteur est loin de l’image romantique que peuvent en avoir les citadins. Les relations entre agriculteurs voisins sont souvent conflictuelles, l’on se bat pour agrandir son exploitation. Avant le statut du fermage du au ministre trégorois Tanguy Prigent en 1946 la “Goumikael / Saint-Michel” , c’est à dire le paiement du fermage, appauvrit les fermiers et les conduit sur les routes en septembre.

L’auteur a été le témoin de la profonde évolution des campagnes. “erru ar cheñchamant er vro / Le changement est arrivé dans le pays”. Mais il ne se situe pas uniquement dans le registre de la nostalgie. Il relève aussi les changements qui ont amélioré la vie quotidienne : “Erru an tredan war ar maez ; ar c’hirri-tan ; an traktourioù / L’électricité est arrivée à la campagne, les voitures et les tracteurs”. “Ar vuhez aesaet / La vie est plus facile”.

Le territoire

Les anciens diocèses de Bretagne

L’espace décrit dans le manuscrit correspond à une partie de l’ancien diocèse du Léon, situé au Nord-Ouest de la Bretagne. Il s’agit essentiellement de la partie rurale, Brest n’étant évoqué qu’une fois dans le manuscrit. Le Léon était délimité au nord par la Manche, à l’est par la rivière de Morlaix, à l’ouest par la rade, l’Elorn, Landerneau et au sud par les premières crêtes des Monts d’Arrée (Sizun, Commana, Plounéour-Ménez). C’est dans ce territoire que l’auteur du manuscrit situe les déplacements des Julots vers les foires et marchés, les pardons ou les visites à leurs amis.

L’agriculture, un avant et un après

Publicité pour le tracteur Renault de 1956-1960 (Photo Le blog du tracteur.com)

L’intérêt de l’auteur pour l’agriculture est manifeste quand on mesure les occurrences des termes saout / vaches (139), douar / terre (115), maez / champ ouvert (85), park / champ entouré de talus(61) ou encore chatal / bétail (46).

L’agriculture avait, semble-t-il peu évolué jusqu’aux années 1960. L’auteur du manuscrit écrit : “Setu goude en eil Brezel-Bed veze graet gant ar c’hezeg an holl labourioù, ‘giz er grennamzer / Voilà, après la seconde guerre mondiale tous les travaux s’effectuaient avec des chevaux, comme au Moyen Age”. Une grande ferme c’était “hanter kant dervezh arat dindan geot ; melc’hen douar kemmesket / Vingt-cinq hectares en herbe et trèfle-nain mélangés”.

L’auteur décrit par le menu le travail à la ferme à l’époque de ses parents et grands-parents. “Setu veze goroet ar saout araok an dijuniñ / On trayait les vaches avant le petit-déjeuner”. Les femmes barattaient ensuite le lait en chantant des chants religieux. “keit e veze ret ; lakaet tro an dornikel / Tant qu’il le fallait elle tournait la manivelle”. “Dans la ferme des Julots “Ar mevelien rae al labour / Les valets faisaient le travail”. “Ret skarzhañ ar c’hreier hag berniañ mat an teil ; lakaat kolo fresk dindan ar chatal / Il faut nettoyer les crèches, bien ramasser le fumier, mettre de la paille fraiche sous le bétail”.

Corentin Canévet note dans sa thèse “Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’agriculture bretonne, avec ses petites exploitations familiales de polyculture de 9 à 10 hectares, sa large part d’autoconsommation familiale et sa très faible intégration au marché, sa production de beurre fermier peu considéré sur les marchés extérieurs, sa faible mécanisation et ses rendements médiocres (en production laitière et en céréales) apparaît comme une région attardée”.

A partir des années 1950, l’agriculture intensive se met en place. L’auteur a vécu cette période. “Bremañ deuet ar modernelezh / La modernité est maintenant arrivée”. “sevel kreier bras spontus, meur a mil pemoc’h er c’hreier / ils construisent d’énormes élevages de plus de mille porcs”.

La révolution agricole des années 1950 ne plait guère à l’auteur. Elle conduit, selon lui, les écoles d’agriculture à enseigner comment “Ampoezoniñ an Natur / Empoisonner la Nature”. On devine sa nostalgie de la campagne d’autrefois “leun a gwenan o vleuniata kerkent deuet an nevez-amzer ; leun a balafennoù / Il y a plein d’abeilles qui butinent dès que vient le printemps et plein de papillons”. “Nag a laboused, amprevaned, leun a vleunioù er maezioù / Tant d’oiseaux, d’insectes; une profusion de fleurs dans les champs”. Un des thèmes du manuscrit porte donc sur le changement et la disparition d’un monde.

La terre des prêtres

Calvaire à Plouguerneau (Photo Société archéologique du Finistère)

Le poids éminent de la religion apparaît à travers le rôle du recteur, An Aotrou Person. Ce terme est cité 78 fois dans le manuscrit tandis que le terme Iliz / Eglise apparaît 89 fois, le terme oferenn / messe 52 et le terme Doue / Dieu 47 fois.

L’on priait à plusieurs occasions dans la journée, notamment avant le petit-déjeuner “ret ober sin ar groaz a-raok troc’han un tamm / Il faut faire le signe de croix avant de couper une tranche [de pain]”. Le soir aussi : “poent ar pedennoù eo / C’est l’heure des prières”. Puis, “ur sin ar groaz hag er gwele / Un signe de croix et au lit”.

Le rythme des travaux agricoles est ponctué par les cloches. Quand elles sonnent, le travail s’arrête. “Setu an Anjelus o senniñ eus an iliz Komana ; Ale! Poent merenn eo ! / Voilà l’Angélus qui sonne à l’église de Commana. Allez ! C’est l’heure du déjeuner !”. La religion imprègne aussi l’éducation. Pour un Julot, “Ne vije ket bet brav bezañ skoliet er skol an “Diaoul” gant ar vezh ! / Cela n’aurait pas été convenable d’aller à l’école du “Diable”, quelle honte !”. L’école du “diable” c’est l’école laïque.

Le rôle essentiel de la religion en Léon que décrit l’auteur est corroboré par le livre An tri aotrou (Les trois messieurs) publié en breton en 1981 par Jacques Dourmap, ancien missionnaire. “Er barrez-ma ez eus tri Aotrou. Tri Aotrou ? Ya, tri Aotrou. An Aotrou Doue. An Aotrou Person. An Aotrou Maner / Il y a trois messieurs dans cette paroisse ? Oui, trois messieurs. Dieu, le recteur et le noble”. Par ailleurs, l’on relève une densité de croix et calvaires plus importante en Léon que dans d’autres évêchés, 1649 pour 112 communes.2

Michel Lagrée a analysé dans le détail l’évolution de la religion en Bretagne de 1850 à 1950 et, notamment, ses rapports avec l’économie, la société et aussi l’utilisation de la langue bretonne par cette institution. Près d’un siècle et demi après la révolution, le Léon lui apparaît comme une théocratie. « A l’autre bout de la péninsule, le Léon fait lui aussi figure de théocratie : lorsque Mgr Duparc le visite en 1911, il accomplit une tournée triomphale, accueilli par les maires et les conseils municipaux, des suites de voitures, de cyclistes, de cavaliers, des foules massées aux approches des églises. »

La hiérarchie sociale se retrouve dans l’église. Le manuscrit relève que les Julots ont leur place attitrée près du choeur : “Setu d’an oferenn ; ur plas uhel en iliz / Pendant la messe, une place en haut de l’église” tandis que les pauvres sont assis en bas “ar re paour kichen an nor / Les pauvres sont près de la porte”.

Les Julots commandent

Maison ancienne (XVIIIe ?) à Sizun, hameau de Penavoas (Photo B. Le Bars)

Le lin a fait la fortune de certaines régions de Bretagne, le Léon notamment, entre le XVe et le XVIIe siècle. Le manuscrit en fait mention. “Pa oa leun a barkadoù lin e pep lec’h er vro Breizh / Quand la Bretagne était partout couverte de champs de lin”. Certains auteurs, comme Paol Mingant, le considèrent comme “an aour glaz o reiñ pinvidigezh d’ar vro / l’or bleu enrichissant le pays”.3

Le groupe social des Julots est né du tissage et du commerce du lin à la fin du Moyen-Age. Il est situé géographiquement à Morlaix et dans les communes environnantes au sud de la ville et à l’ouest. Les Julots ont laissé des traces dans le paysage du Haut-Léon puisqu’ils ont largement financé la construction des enclos paroissiaux. Beaucoup de leur grandes maisons sont encore visibles, notamment les maisons dites “à avancée” (cf photo) ou avec un escalier extérieur.

Louis Elegoët a décrit ce groupe social attesté dès le XVe siècle. Il s’agit de paysans-tanneurs, de paysans marchands de toiles. Ce groupe social a connu son apogée vers 1680. Il concernait encore 500 personnes environ au début du XIXe siècle.

Il aurait perduré, selon lui, jusqu’aux approches de la Seconde Guerre Mondiale. L’auteur du manuscrit situe plus tard le glas des Julots : “Beteg ar bloavezhioù naontek deg ha hanter kant oant mistri ! / Ils étaient les maîtres jusqu’aux années mille neuf cent soixante !”. Il décrit bien la décadence de ce groupe social. Les Julots doivent désormais travailler “Ret d’ar Juloded kregiñ e-barzh ; da labourat / les Julots doivent crocher dedans et travailler”.

L’auteur du manuscrit décrit bien le fonctionnement de cette caste. L’impératif de faire perdurer la lignée est très présent : “hag evit ma bado al linen eo ” ! / Et la lignée doit se perpétuer !”. Ce groupe social pratique l’endogamie. “Ret dit paotr dimeziñ gant ur plac’h yaouank eus familh ar Juloded / Mon garçon, tu dois te marier avec une jeune fille d’unne famille de Julots”. La notion de rang est omniprésente : “pep hini renkont chom en e renk / chacun doit rester dans son rang”. Les pauvres doivent respecter le Julot. “Ar beourien o soublañ dirazhañ / Les pauvres se courbent devant lui”. L’auteur n’est pas tendre envers les Julots, durs en affaire “Ar re-mañ o c’hounit bernioù arc’hant war kein al labourerien / Ces derniers gagnaient des monceaux d’argent sur le dos des travailleurs”. Le Julot manifeste un mépris de classe envers le pauvre. “c’hwezh fall gantañ, gant e familh leun a vugale / Il sent mauvais avec sa famille nombreuse”.

Le Julot est très croyant. “Setu ar Julod a za gant e familh d’an oferenn-bred gant e wetur / Le Julot va à la grand-messe avec sa famille en voiture”. Les Julots financent l’Eglise. “int gwelet mat gant an iliz / Ils sont bien vus par l’Eglise”.

Il s’agit là d’un manuscrit très riche que l’on pourrait analyser sous d’autres angles. Par exemple celui de la langue bretonne, à la fois celle qui est utilisée, le breton du Léon, et aussi les références qui lui sont faites, par exemple : ” ne ket awalc’h ar memes Brezhoneg / Ce n’est pas tout à fait le même breton “. L’on pourrait aussi étudier la place de la femme dans la société traditionnelle. L’on dispose également dans le manuscrit de matériaux pour dresser une anthropologie de l’alimentation autrefois à la campagne. Une approche ethnologique de cette communauté rurale est également envisageable.

Eléments bibliographiques

Sur l’autobiographie :

BLANCHARD Nelly, “Le manuscrit autobiographique d’Hervé Burel : le peuple dit par lui-même ?”, in La Bretagne Linguistique, volume 14, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2009, p 93-105.

LE BERRE Yves, « L’écriture autobiographique en breton », in Jean-François Courouau (dir.), L’autobiographie et les langues de France, ? , Garae Hésiode, 2010, p. 73-92.

Sur le territoire :

ELEGOET Louis, Le Léon, Histoire et géographie contemporaine, Plomelin, Palantines, 2007.

ELEGOET Louis (dir.), Le Pays Pagan, Histoire et géographie contemporaine, Plomelin , Palantines, 2012.

Sur l’agriculture :

CANEVET Corentin, 40 ans de révolution agricole et agro-alimentaire en Bretagne (1950-1990), Rennes, Institut culturel de Bretagne, 1991.

MENDRAS Henri, La fin des paysans. Suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après, Actes Sud, 1984.

Sur la religion :

DOURMAP Jacques (Tad medar), An tri Aotrou, Guingamp, l’Auteur, 1981.

LAGREE Michel, Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Paris, Fayard, 1992.

Sur les Julots :

ELEGOET Louis, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, PUR, 1996.

  1. Yves Le Berre, “L’écriture autobiographique en breton” in in Jean-François Courouau (dir.), L’autobiographie et les langues de France, Garae Hésiode, 2010, p. 73-92. []
  2. Yves-Pascal Castel, “La floraison des croix et calvaires dans le Léon”, in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, N° 90-2, p. 311-319. []
  3. Paol Mingant, “Glad al lin”, in Ya, N°799, 2 octobre 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search