La diffusion des produits ultramarins dans le Brest du XVIIIe siècle

Une indienne de très haute qualité porté par les nobles et la haute bourgeoisie

Le produit ultramarin qu’est que c’est ? 

Plusieurs notions existent pour qualifier les produits venants des terres lointaines, certains auteurs utilisent le terme produit ultramarin, d’autres produit colonial, d’autres produit exotique, ou encore le terme produit tropical comment le produit ultramarin s’est t’il diffusé à Brest et comme la ville se situe t’elle par rapport à la France ?

1. Désignant plus ou moins les mêmes idées il y a cependant des nuances faites entre ces termes, notamment le terme produit colonial qui désigne uniquement les produits issus des colonies tel le tabac, café, ou sucre, cela exclut les produits venants de l’orient2.

Le produits ultramarin est le terme le plus global pour désigner les produits dont nous traitons, il désigne les produits venants de par delà les océans. 

Le terme produit exotique est utilisé quand on parle de consommation de ces produits et le goût de l’ailleurs, il est surtout utilisé dans le cadre de l’histoire de la consommation et des pensées. Nous utilisons ces différents termes en fonction de la nuance qui convient le mieux, nous avons adapté les termes selon les produits surtout en ce qui concerne la mention de produit colonial. Les produits coloniaux peuvent être définis comme provenant d’ailleurs, d’une terre lointaine contrôlée par le gouvernement d’une métropole comme à Saint-Domingue3, ou dans des comptoirs ce qui est surtout le cas pour l’Orient où de nombreux produits sont échangés. Les produits coloniaux, sont de différentes natures: alimentaires comme le chocolat ou le café, matériel comme le bois des îles, ou la porcelaine.4

Anticstore.com , service en porcelaine pour la consommation d’une boisson colonial

 Service porcelaine pour les boissons ultramarines au XVIII tiré du site anticscore 

Brest au XVIIIe siècle

Brest est au XVIIIe siècle un port d’armement, plus qu’un port commercial, ses eaux profondes ainsi que la rade en font géographiquement une zone stratégique5. Pour autant un commerce des produits exotiques existe en atteste la présence de plusieurs négociants, et de riches commerçants tels des ébénistes ou épiciers6. Cependant la diversité économique de ces commerces est réelle a tel point de voir des revenus pouvant être doublée ou triplée selon le commerçant((Ibidem)). C’est une ville en pleine croissance démographique rien d’étonnant quand on sait que c’est une ville nouvelle et d’une importance capitale pour les guerres7

Carte de Brest au XVIIIe siècle tirée de ”InfoBretagne.com

Ainsi la ville est composée de nombreux marins surtout situés à Recouvrance comme les journaliers8. Pour la plupart ils ont un faible revenu, la ville est aussi composé de petit bourgeois tel des avocats et officier de la marine, ou encore de petit commerçant comme des menuisiers de moyen bourgeois commerçant de tout types de boutiques, et des grands bourgeois tels des négociants ou dans les hauts postes de la ville9

Ainsi à travers le XVIIIe siècle une multitude de nouvelles boutiques ouvrent pour répondre aux différentes demandes liées aux différents statuts.10  Ainsi les moyens revenus préfère eux acheter dans des boutiques ou les produits sont peu couteux comme le tabac, mais aussi des produits avec une qualité réduite tel le sucre, ou le café ou encore la faïence à la place de la porcelaine. Les plus aisées eux achètent dans des boutiques haut de gammes tel des orfèvres ou riches épiciers.11  

L’exemple du café à partir des inventaires après décès

Le café comme je l’ai expliqué est l’un des produits les plus populaires chez la population avec un revenu moyen, alors quand est-il par rapport au reste de la France est-ce une particularité à Brest ou bien est-il semblable en France

Son origine

Le café a été la boisson la plus consommée en France durant le XVIII siècle. On retrouve beaucoup de traces d’objets utilisés dans ce contexte comme des cafetières, des moulins à café, des cuillères, des tasses, des cabarets.12  Quand est-il à Brest ? Le café est connu depuis le XVIIe siècle en France, bien qu’il soit consommé dans les pays orientaux depuis longtemps. Le café est un grain provenant du caféier, un arbuste poussant dans les régions tropicales. Comme ont démontré des récentes fouilles archéologiques, cette plante est originaire d’Ethiopie, ce qui explique la connaissance des pays de l’Orient du produit.13 

Cafetière du XVIIIe siècle du site meubliz.com

Son introduction en France grâce aux négociant Marseillais

Le produit s’est d’abord diffusé en France dans la sphère privée, et notamment dans les entourages très restreints, comme dans des villes comme Marseille ou Paris en tant que cadeau de voyages . Ce n’est qu’avec les négociants Marseillais à Anvers que le produit fait  son apparition dans le grand commerce. Anvers, bien qu’étant une ville sur le déclin en termes démographiques,  connaît une multiplication des produits coloniaux dans les foyers à cette époque.14

La ville est organisée pour que les boutiques soient dans les rues qui correspondent aux habitudes de consommation des catégories de populations qui la fréquentent. C’est ce que l’historienne Laura Van Aert a montré avec son travail sur l’implantation urbaine des magasins, un modèle qui est en partie reproduit en France par la suite.15 Suite à une hausse de la demande, et une volonté d’augmenter les profits tout en réduisant les intermédiaires pouvant faire grandement fluctuer le prix du café, une plantation de café voit le jour à Saint-Domingue et dans les Antilles Françaises au début du XVIe siècle. Au début du XVIIIe siècle, ce modèle économique est calqué sur celui des Hollandais, ultra-dominants sur les mers et dans le commerce ultramarin. Ce sont eux qui sont à l’origine du développement des premières plantations.16

Le développement en France

La France met en place ce modèle hollandais pour répondre à l’augmentation de la demande de café. Lavoisier, bien que n’étant pas forcément bien sourcé, estime la consommation de café à Paris à 2 500 000 livres par an, soit 50 kg par personne en 176017 , un nombre important pour la période, ce chiffre est très certainement faux étant donné son chiffre astronomique, cependant ce gros chiffre nous montre déjà que la consommation est élevée au point que Lavoisier pourtant scientifique surestime la consommation de café.

Cette hausse se traduit par l’ouverture de nombreux cafés, de l’apparition des produits spécifiques à la consommation de café. Les études en province, dont celles de Daniel Roche, montrent que la diffusion du café y est moins importante que dans la capitale : seulement 20% des angevins possèdent une cafetière.18

la consommation à Brest

Brest a proportion semblable d’éléments servant à la préparation du café. Brest en dispose de 15% ce qui représente 36 sur le total de 331 Cela montre que le café semble s’être bien diffusé dans les provinces et qu’il s’agit d’un produit apprécié.19

Il y a une dizaine d’inventaires à Brest où sont cités des noms d’ustensiles, comme celui de Joseph Antoine Lavoine de 1751,20 habitant dans la rue Cariou, qui a en sa possession cinq cafetières et un moulin.  L’élément le plus présent dans les foyers est le moulin, devant la cafetière. Ce sont des éléments absolument nécessaires à la préparation du café.  Le moulin sert à moudre le grain de café. D’abord constitué d’un pilon pour écraser le grain, il devient ensuite cylindrique pour que l’on puisse placer les grains de café à l’intérieur du moulin et les moudre à l’aide d’un brouilleur qui fonctionne en tournant une manivelle. Les grains sont ensuite récupérés grâce à un petit tiroir placé en dessous. On peut moudre les grains sans moulin,21 mais cela reste difficile d’où le nombre assez élevé de moulin dans les inventaires ayant une trace de consommation de café (23 sur 36 à Brest).

Moulin à café au XVIIIe siècle tiré du site gazette druouot.com

le portrait du consommateur de café 

Le café est une boisson très populaire en Bretagne et il n’est pas étonnant d’en retrouver dans les inventaires d’une population moins aisée. Cette habitude de consommation touche toute la population. Dans un premier temps, la majorité des ustensiles nécessaires à sa préparation est retrouvée dans les inventaires d’individus issus des populations les plus aisés.22  Cette boisson est d’abord consommée par cette catégorie de population. Les six premiers inventaires où l’on trouve du café à Brest sont ceux où l’estimation des biens est évaluée à plus de 1200 livres. Par exemple, on peut citer le cas de Jean-Jacques Louis Fayard23, possédant un total de biens équivalant à 1350 livres au moment de son décès : il possède comme ustensile un moulin à café, preuve de sa consommation. Cette consommation s’accélère par la suite et apparaît au sein d’une population moins aisée. C’est le cas dans l’inventaire de Marie Madeleine Arnault, daté de 1748,24 avec une estimation de ses biens au moment de sa mort à 410 livres, avec la présence d’une cafetière. C’est aussi le cas de Jean François Julien, dont l’inventaire est daté de 1744,25 qui, au moment de sa mort, possède un ensemble de biens estimés à 170 livres. Parmi ses possessions, on peut remarquer la présence de café : cela prouve que le café devient populaire, même parmi les populations défavorisées.

Les vertus principal raison du développement 

Pourquoi cette boisson en particulier est-elle populaire ? Tout d’abord,  elle a des propriétés particulières : sa consommation a un effet stimulant sur le corps humain, qui n’est pas encore défini clairement au XVIIIe siècle. D’autres vertus lui sont accordées au sein des hautes sphères de la population : il est considéré excitant et aphrodisiaque.26 C’est d’abord pour ces raisons que le café se propage, mais cela peut aussi être expliqué par un effet de mode. Par imitation des catégories les plus aisées, une population moins noble et riche adopte les habitudes de ces populations, et par effet de ruissellement, le produit s’introduit au sein des foyers les plus modestes, on peut parler alors de demi-luxe malgré cela le demi-luxe est plus associer à différentes gammes de produits existants.27

Cependant, ce principe d’imitation est permis par une baisse des prix à l’achat, notamment grâce aux plantations. Ces trois raisons expliquent le succès du café. Ce succès se confirme à Brest dans les populations riches, intermédiaires et pauvres,28 bien que pour ces derniers cela arrive plus tardivement. Des cafetiers ouvrent boutique. C’est le cas de Le Fuino Berranger qui en 1770 à Brest,29 dans la grande rue, qui exerce ce métier et qui est bien la preuve de la diffusion de cette habitude de consommation au sein de la population brestoise.

Le rôle des boutiques 

Bien que le principe d’imitation a joué un rôle essentiel, il est plus important d’aller vérifier du coté du rôle des boutiques. Ces derniers ont développé des méthodes marketing, tel le demi-luxe, ou encore la publicité par la presse ou des petits tracts. De plus ont peu se demander si à travers le XVIIIe siècle ce n’est pas finalement l’augmentation de l’offre et la multiplication des échanges à un cout réduit qui a permis le développement des produits ultramarins dans les foyers Brestois, avec la loi de l’offre et la demande. 30

ADF = Archives départementale du Finistère

IAD = Inventaire après décès

AMDB = Archives municipales de Brest

RDC = Registres de capitations

  1. Martin Marguerite, et Villeret Maud. La diffusion des produits ultramarins en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. Texte imprimé. Enquête & Documents. Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2017 []
  2. Ibid.,11 []
  3. Ibid., 15 []
  4. Vitaux, Jean. « Le chocolat ». Hors collection, 2009, 153‑58. []
  5. Le Gallo Yves. Brest au XVIIIe siècle. In: Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 84, numéro 3, 1977. De l’Armorique à l’Amérique de l’indépendance. Deuxième partie du colloque du bicentenaire indépendance américaine 1796 – 1976. pp. 171 []
  6. Archive Municipal de Brest Registres de capitation []
  7. Nières, Claude. “ La hiérarchie par le nombre”. Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle. By Nières. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2004. P. 27. []
  8. AMDB RDC []
  9. IBIDEM). Les nobles cependant sont souvent ceux qui occupent les hauts postes de la marine à Brest, et de décisionnaire de la ville. Brest est donc une ville avec une grande diversité de statuts et de revenus ce qui affecte sa manière de consommer les produits coloniaux. ((LE GRAND Morgane. Brest au XVIIIème siècle, ou l’émergence d’une bourgeoisie négociante. s.l: s.n, 1998. []
  10. AMDB RDC []
  11. IBIDEM []
  12. Archives départemental du Finistère inventaire après décès []
  13. Tissot Pierre. ‘’Production et commerce du café en Ethiopie’’. In: Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale, 19ᵉ année, bulletin n°211, mars 1939. P. 174. []
  14. Aert, Laura Van. « To sell exotic goods day by day. Urban settlement of colonial goods (tobacco, tea, coffee and cotton) in Anvers during the 17th century. » Histoire urbaine 30, no 1 (1 septembre 2011): 41‑65. []
  15. Ibidem []
  16. Ibidem []
  17. Roche, Daniel, Histoire des choses banales, Fayard 1997 []
  18. Ibidem []
  19. ADF IAD []
  20. ADF IAD 23B 105 []
  21. Herda-Mousseaux, Rose-Marie, Patrick Rambourg, Guillaume Séret, et Anne Hidalgo. Thé, café ou chocolat ? : Les boissons exotiques à Paris au XVIIIe siècle. Paris: Paris Musées, 2015. []
  22. IBIDEM []
  23. ADF 23B 101 []
  24. ADF 23B 102 []
  25. ADF23B 103 []
  26. Bouëdec, Gérard Le, Brigitte Nicolas, Philippe Haudrère, et Eric Martin.’’ Le goût de l’Inde’’. Rennes : Port-Louis: PU Rennes, 2008 []
  27. Coquery, Natacha, et Daniel Roche. Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : Luxe et demi-luxe. Paris: Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 2011. []
  28. Ibidem []
  29. ADF 23B 107 []
  30. Coquery, Natacha, et Daniel Roche. Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle : Luxe et demi-luxe. Paris: Comité des travaux historiques et scientifiques – CTHS, 2011. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search