Plozévet, concours de binious

Deux fêtes majeures eurent lieu à Plozévet au début du 20e siècle. La première prit place le 15 octobre 1933, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle école des garçons et la deuxième au moment de l’inauguration de la statue des sonneurs de René Quillivic le 22 août 1937. Ces deux événements donnèrent lieu à de nombreux articles de journaux qui nous permettent de comprendre aujourd’hui la place qu’occupait la musique traditionnelle dans la politique de Plozévet.

Dans cette société mouvante du début du 20e siècle les occasions de jeu vont changer avec, par exemple, le développement des machines agricoles qui va peu à peu mettre fin aux différentes fêtes de travaux, demandant de moins en moins de main-d’œuvre. Les instruments et les danses modernes vont progressivement côtoyer les instruments et les danses traditionnels dans les noces, avant de les remplacer. En revanche, le concours de sonneurs va perdurer plus stablement dans le temps. Si le concours met en valeur des acteurs de la tradition, il n’est pas en lui-même une pratique ancienne. Le premier concours de sonneurs eut lieu en 1881 à Saint-Brieuc et fut organisé par la ville dans le but d’attirer les touristes en recherche d’exotisme et donc faire vivre l’économie locale.

Avec l’essor du tourisme, la fonction du sonneur et du danseur qui était jusqu’alors endo-centrée va devenir de plus en plus exogène. En plus du public touristique qu’ils attirent chez eux, les sonneurs et les danseurs vont être demandés pour des manifestations en dehors de leur localité, impliquant des déplacements géographiques de plus en plus importants et une adaptation à ce nouveau public et à ces nouvelles occasions de jeu.

Comme beaucoup d’hommes, dans les années 30 les sonneurs ne portent plus l’habit traditionnel. En revanche lorsqu’ils sont invités à jouer, ils le ressortent et le costume devient un habit de scène, symbolisant la Bretagne traditionnelle. Les sonneurs sont conviés lors de l’inauguration de monuments, ou d’écoles comme il en est le cas ici. Faire intervenir les sonneurs dans ce genre d’évènements permet au maire de valoriser sa culture traditionnelle dans un cadre moderne. Y ajouter un concours peut attirer du public. D’après ce que nous avons pu lire dans les journaux, les courses et les concours sont très prisés dans la première moitié du 20e siècle, on en trouve de toutes sortes : course à la voile, à l’aviron, à la godille, à bicyclette, à pied, à la nage, en sac, aux œufs, aux anneaux, à la valise, course d’enfants, de “vieux”, de chevaux, concours de danse bretonne, de quilles, de fumeurs, de “costumes bretons anciens et de costumes bretons modernes”, de suceurs de biberons, de pêche, concours agricole, de chanteurs bretons…

Nous pouvons nous demander si cette volonté de faire intervenir les sonneurs lors de ces évènements repose sur une fierté du maire vis-à-vis de son patrimoine culturel, ou sur l’instrumentalisation de la culture bretonne dans un but médiatique, touristique, mais aussi politique. En tous les cas celle-ci a permis la mise en valeur et la conservation de certaines pratiques traditionnelles.

1- Le concours de 1933

Le 15 octobre 1933, vous l’aurez compris, la venue des sonneurs n’était pas le sujet principal de la fête, celle-ci ne concernait pas directement la musique mais l’inauguration de l’école, et cela donna lieu, d’après la une du journal Le Citoyen du 19 octobre 1933, à “une grandiose manifestation républicaine et laïque1”. Les sonneurs en costume traditionnel furent invités à jouer leurs airs parmi de nombreux notables en civil : députés, sénateurs, le sous-secrétaire d’État de l’Éducation Nationale Hippolyte Ducos… Quinze discours furent dits en français dans une société où de nombreux habitants ne parlaient encore que le breton. On y servit le vin d’honneur, rappelons que le vin ne se répand à Plozévet qu’après la guerre 14-18. On y écouta la fanfare. Le maire introduit donc les sonneurs traditionnels dans un cadre moderne, peut-être par fierté ou dans un but touristique et politique.

Si cet évènement fut grandiose et attira près de 1500 personnes, la musique n’étant pas au premier plan de la fête, cela explique pourquoi les journaux ne lui ont pas accordé une grande place dans leurs colonnes. Seulement quelques lignes de cet article remercient “les binious, dont le concours a été très apprécié2”, le journal Le Finistère ajoute que les musiciens furent “longuement applaudis3”, mais ces journaux ne nous offrent pas plus de détails sur le déroulé de ce concours.

D’ailleurs, y a-t-il eu concours ? En effet, nous pouvons nous demander si l’auteur de l’article du journal Le Citoyen n’utilisait pas le terme “concours” dans le sens “participation” et nous n’avons pour l’instant trouvé aucun journal publiant les résultats. D’un autre côté, l’inauguration de la nouvelle école des garçons était un évènement très attendu à Plozévet, qui par sa réussite scolaire, “s’attirait pour une journée les regards de la France4”. L’école n’était pas luxueuse mais “plaçait la commune bien au-dessus de ses voisines [par ses] dimensions importantes5”. Cet évènement hors du commun pu facilement éclipser toutes les animations présentes. De la même manière, le concours de 1937 à Plozévet ayant eu lieu également à l’occasion d’une inauguration, ayant accueilli lui aussi 1500 personnes, et ayant profondément marqué ses participants, a pu remplacer dans la mémoire de ceux-ci le concours de 1933. Nous pouvons le constater dans un enregistrement de collectage où le sonneur de l’Aven Lanig Guéguen parle du concours de 1937 et le place en 19336, mais cette erreur ne suffit pas à prouver qu’il y a eu concours.

D’après les informations de Yann Kaourintin ar Gall publiées dans le livre Musique Bretonne, il y aurait bien eu un concours en 1937 et en 1933 à Plozévet et ce dernier aurait attiré quelques 40 couples du Pays Bigouden et plus largement de la Cornouaille, ce qui est bien au-dessus des chiffres recensés lors des autres concours de binious répertoriés en Bretagne au début du 20e siècle, cités dans le même ouvrage, qui comptent rarement plus de dix couples7. Il est donc d’autant plus étonnant qu’un concours de cette envergure n’ait pas eu une plus grande portée médiatique et que son souvenir n’ait pas été conservé par la mémoire collective.

S’appuyant toujours sur les informations de Yann Kaourintin ar Gall, le livre Musique Bretonne8 continue, affirmant que nous aurions ci-dessous la photographie des vainqueurs de ce concours. Jean Kerloc’h dit Yann Dall à la bombarde et Louis Guéguen dit Jean Pouf au biniou (couple de gauche), tous deux de Plozévet, en catégorie A (Cornouaille Bigoudène). Un couple de l’Aven dont trop de noms différents nous ont été proposés pour pouvoir les identifier (couple de droite) en catégorie B (autres régions de Cornouaille). Nous pouvons reconnaître la cour de la nouvelle école plozévétienne sur la photographie. Bien que rien ne nous ait confirmé que cette photographie ait été prise le jour de l’inauguration nous pouvons nous demander pourquoi ces sonneurs auraient posé dans cette cour en dehors de cette fête. Malgré tout cette photographie ne prouve pas pour autant qu’il y ait eu un concours, ils étaient peut-être là simplement pour l’animation du banquet.

(s.n.), [Jean Kerloc’h, Louis Guéguen et un couple de l’Aven dans la cours de l’école], [années 30], coll. Noël Le Burel.

Nous avons cherché dans les archives municipales, mais nous n’avons rien trouvé pouvant prouver l’existence d’un concours en 1933. Cependant nous n’avons rien trouvé dans ces mêmes archives concernant le concours de 1937 qui, lui, a vraiment eu lieu. Nos recherches auprès de la population et des archives départementales n’ont pas été plus concluantes.

Pour résumer, toutes les informations que nous avons concernant l’existence de ce concours ont été fournies par Yann Kaourintin ar Gall et relayées par la suite mais nous ne savons pas d’où il les tenait. Où a-t-il pu trouver les résultats, où a-t-il pu noter qu’il y avait eu 40 couples de sonneurs à y participer et comment un concours réunissant autant de binious a-t-il pu être oublié par la mémoire populaire ? Peut-être qu’un jour nous retrouverons une médaille ou un diplôme comme cela pouvait être distribué dans ce genre d’évènements mais à l’heure actuelle nous ne pouvons pas affirmer qu’il y a eu un concours en 1933 à Plozévet.

2- Le concours de 1937

Dans le cas présent, les nombreux articles de journaux avec la publication des résultats ainsi que les différents témoignages auxquels nous avons eu accès, nous permettent d’avoir la certitude qu’un concours a eu lieu.

La fête des binious du 22 août 1937 fut organisée à l’occasion de l’inauguration de la statue des sonneurs de René Quillivic. Cette manifestation accueillit également 1500 personnes et célébra toute une journée la musique (représentée par les sonneurs), la danse (représentée par les groupes de danse) et la chanson bretonne (représentée par les bardes). Un des facteurs de cet engouement fut la présence de Jean Zay, ministre de l’éducation nationale et des beaux-arts qui accepta de présider la fête.

Lors de ce concours, 10 couples furent classés dont un couple avec cornemuse écossaise. Cela nous montre que même après la guerre de 1914, alors que tous annoncent le déclin de la musique traditionnelle, la fin des grandes noces, l’abandon des instruments, et il est vrai qu’il y avait un déclin, il y avait malgré tout encore une forte pratique, mais aussi et cela va de paire, un public au rendez-vous.

Albert Le Bail, député-maire de Plozévet écrit dans le journal Le Citoyen du 21 août 1937 un article annonçant la fête, la sculpture de René Quillivic, ses craintes sur l’avenir des coutumes traditionnelles, il annonce également :

“Le 22 août, nous aurons à Plozévet les meilleurs binious de chez nous. […] Nous aurons les cinq couples de sonneurs bigoudens, dont les trois de Plozévet, capitale des binious. Chaque soir, actuellement, ils travaillent. Si j’osais l’expression je dirais qu’ils affûtent leur langue, pour qu’au grand concours de binious, devant les sonneurs venus d’ailleurs, ils puissent gagner le maout9 qui, les pattes entravées, attendra le vainqueur.”

Le Bail Albert, “Sonnez, binious et bombardes !”, Le Citoyen, Quimper, 21 août 1937, p. 1.

Il est difficile de définir si cette expression de “Plozévet, capitale des binious” fut introduite alors par celui-ci mais ce qui est sûr c’est qu’elle fut utilisée souvent par la suite, elle montre bien quelle importance les sonneurs avaient et quelle place leur donnait le maire. Nous voyons aussi à travers ces lignes le soutien d’Albert Le Bail pour les sonneurs de Plozévet.

Dans un article du journal Le Petit Breton du 15 août 1937 annonçant la fête, nous pouvons lire :

“Le Poste Parisien de T.S.F. a demandé à radiodiffuser dans toute la France les cérémonies et les fêtes. Il enverra un camion spécial à cet effet. D’autre part, la société américaine ‘Fox-Film’ a demandé à prendre au cinéma parlant toutes les fêtes qui se dérouleront. Grâce à cela, le monde entier pourra apprécier nos chansons populaires bretonnes, nos danses et la qualité de nos binious.”

(s.n.), “Avant la grande fête bretonne du 22 août”, Le Petit Breton, Brest, 15 août 1937, p. 4.

Cela montre quel engouement s’était créé autour de cette fête et quelle importance elle avait eu bien au-delà des frontières bretonnes. Il serait intéressant de pouvoir récupérer ces bandes, pour pouvoir entendre ces sonneurs dont nous n’avons que peu et pour certains pas du tout d’enregistrement.

“Là il y avait du biniou-kozh10” s’exclame Lanig Guéguen lors d’un entretien avec Patrick Malrieu en 1977, il y avait remporté avec Fañch Bodivit le premier prix de la catégorie Cornouaille Intérieur et ils avaient touché 200 francs. Il explique ensuite que chaque couple de sonneurs avait reçu 100 francs pour le déplacement et qu’ils avaient eu tous leurs frais remboursés.

Avec la même nostalgie, nous pouvons lire dans Le Cheval d’Orgueil de Pierre Jakez Hélias les paroles que lui répéta souvent son ami Jean-Marie Hénaff, le biniaouer :

“Mon pauvre Pierre, ce jour-là, j’ai compris que c’en était fait de nous. Ce n’est pas parce que le métier du gars Quillivic est de faire des monuments aux morts, non. C’est parce que des fêtes pareilles ne peuvent avoir lieu qu’une fois, la dernière. Après ça, il ne reste plus qu’à ramasser le sac.”

Hélias Pierre-Jakez, Le Cheval d’Orgueil, [1975] Genève, Famot, 1979, p. 233.

On comprend à travers ses mots combien la fête avait dû être belle, et différente de ce dont il avait l’habitude.

Cet évènement restera gravé dans la mémoire des sonneurs présents. Louis Guéguen interrogé par le Ouest-France en 1961, un an avant sa mort, leur explique que “son plus beau souvenir est sans contestation l’inauguration des Binious, en présence de M. Jean Zay, ministre. C’était d’ailleurs un spectacle inoubliable que ce parterre de sonneurs dominés par les binious de bronze, on avait l’impression que ces derniers jouaient aussi11.”

La Dépêche de Brest, “Les binious du Finistère devant ‘les binious’ de Quillivic”, 22 août 1937, coll. Médiathèque de Plozévet.

Cette illustration représente bien tout ce que nous évoquons. La foule en civil assiste au spectacle des musiciens bretons, en costume pour l’occasion, qui jouent près du drapeau français. Elle représente donc la spectacularisation du
sonneur, symbole de la Bretagne, qui va jusqu’à être mis en sculpture par le politicien, symbole de la République française. Tous les joueurs de biniou et de bombarde jouent ensemble tandis que le joueur de cornemuse écossaise attend son tour.

Comme dans beaucoup de cas de concours de sonneurs, le jury était composé de personnalités n’habitant pas forcément la région et connaissant souvent peu de chose au sujet de la musique de couple. On aurait pu imaginer que les sonneurs auraient refusé de se faire juger par ces gens. Leur participation nous montre une volonté de jouer, de se démarquer des autres, mais aussi sûrement une fierté de présenter leur répertoire à ces gens de la ville.

Certains sonneurs de Plozévet que nous étudions, comme les frères Bolzer par exemple, sont nés avant la création du premier concours de sonneurs de 1881 : Alain Bolzer est né en 1859 et son frère Jean-Louis en 1864. Leur fonction était jusqu’alors de sonner dans un cadre local. S’il y avait une compétition implicite entre les sonneurs, se faire juger par un public extérieur est nouveau. Pour autant, ils participent dès 1895 au concours des sonneurs de Brest et un Bolzer participe au concours de 1937 également, sûrement Jean-Louis car Alain meurt en avril de la même année. Cela nous montre que même avec un changement de forme et de fonction de leur pratique, les sonneurs réussissaient à s’adapter. Il faut dire également que si peu de sonneurs se déclaraient musiciens, cette pratique constituait un bon complément de revenu. L’idée de pouvoir gagner de l’argent en jouant quelques airs lors d’un concours devait être attractive pour des sonneurs qui avaient l’habitude de partir sonner plusieurs jours aux noces en étant souvent mal logés dans les fermes.

Pour terminer, nous pouvons relever la catégorie intitulée : “Bretagne Nouvelle” pour les couples “bombarde bretonne et biniou écossais”, avec un seul couple classé : Charles Corbel à la bombarde et Gildas Jaffrennou à la cornemuse écossaise. La participation de ce dernier était sûrement liée au fait que son père, le barde Taldir Jaffrennou, faisait partie du jury. Dans cet intitulé il y a donc l’idée d’une Bretagne ancienne et d’une Bretagne nouvelle, celle des binious et celle que nous connaissons aujourd’hui avec la cornemuse écossaise pleinement intégrée, notamment par les bagadoù. La présence de Gildas Jaffrennou au concours symbolise l’essor de cette nouvelle génération d’instrumentistes et le début d’une période où les sonneurs de biniou issus de pratiques sociales locales et les sonneurs de cornemuse écossaise issus de milieux militants, plus aisés, vont se côtoyer.

Les résultats du concours du 22 août 1937 :

Jury : Jean Zay (président du jury), Mesdames Zay, Larquet et Chapelier ; Mr Chapelier, président de la Société des Auteurs et Compositeurs de Musique ; André Dezarrois, conservateur des Musées Nationaux ; Taldir Jaffrennou, président des Bardes bretons ; René Quillivic, ovate, sculpteur-statuaire ; Yves Le Bec, barde, adjoint au maire de Poullaouen ; Gourvil, barde.

Groupe A. – Cornouaille Bigoudène. – Bombardes et binious.

1er prix, un maout de 225 fr. de valeur marchande : Jean Kerloc’h, biniou, Thomas Bourdon, bombarde, de Plozévet.
2e prix, 200 fr. : Louis Guéguen, bombarde, Christophe Le Goff, biniou, de Plozévet.
3e prix, 100 fr. : Boissel père et fils, de Tréogat.
4e prix, 50 fr. : Jean Douirin, bombarde et Bolzer (sans doute Jean-Louis), biniou, de Plozévet.
5e prix, 50 fr. : Hénaff frères, de Pouldreuzic.

Groupe B. – Cornouaille Intérieure. – Bombardes et binious.

Hors concours : Un voyage à l’Exposition de Paris, offert par M. les Ministres de l’Education Nationale et du Commerce : Salaün père, et Gestin, de Bannalec ; salaire en sus.
1er prix, 200 fr. : Lanig Guéguen, bombarde et Fañch Bodivit, biniou, de Fouesnant.
2e prix, 100 fr. : Sciallour frères, de Saint-Yvi.
3e prix, 100 fr. : Salaün fils aîné, bombarde, et X…, biniou, de Bannalec.
4e prix, 50 fr. : Salaün fils cadet, bombarde, et X…, biniou, de Bannalec.

Groupe C. – Bretagne Nouvelle. – Bombarde bretonne et biniou écossais.

Prix unique, 100 fr. : Gildas Jaffrennou, biniou écossais, et Charles Corbel, bombarde, de Châtelaudren.

La statue des sonneurs de René Quillivic :

Le Pape Carole, [La statue des sonneurs de Quillivic], 2020.

La statue des sonneurs est aujourd’hui tout ce qu’il reste de cette ancienne “capitale des binious”. D’abord placée près de l’ancienne mairie, à la construction de la nouvelle dans les années 1990, elle fut déplacée dans le parc de l’église, ce qui fit beaucoup jaser. Les sonneurs étaient mal vus par le clergé : synonyme pour celui-ci d’abus et de débauche cela pouvait conduire à des sanctions. À Plozévet, Louis Guéguen et Jean Kerloc’h avaient été excommuniés.

Beaucoup d’hypothèses ont été émises concernant les sonneurs sculptés : Jean Kerloc’h et Thomas Bourdon, Philibert Guéguen et Pascal Guéguen, Michel Guéguen et un de ses compères…Tous plozévétiens. Certains racontent que René Quillivic aurait voulu rendre hommage à la légende des Sonerien Du mais au vu des belles broderies sur le costume du joueur de bombarde, cette hypothèse semble peu cohérente.

Au début du 20e siècle, les statues en Bretagne rurale étaient majoritairement réservées aux représentations religieuses et aux morts. Le culte n’étant pas envisageable vu l’image que s’en faisait le clergé, se faire statufier pour le sonneur de cette époque pouvait symboliser la condamnation. Dans un article du Musique Bretonne de juin 198712, Yann Kaourintin ar Gall nous explique que René Quillivic avait eu beaucoup de mal à trouver des modèles pour sa sculpture car il était surtout réputé pour ses monuments aux morts et que les sonneurs de l’époque sous des airs de “libres penseurs”, cachaient en réalité un fond de superstition tenace, aucun d’entre eux ne voulait donc poser. Il continue en disant que Quillivic aurait alors été chercher des sonneurs plus âgés ayant quitté le métier, et dont la mémoire collective aurait oublié les noms. Yann Kaourintin ar Gall mentionne une carte postale, une photographie du début du 20e siècle prise par Capitaine de Plozévet qui aurait servi à la maquette de la sculpture.

Capitaine, PLOZÉVET – Biniou et Bombarde, (s.d.), coll. Dastum.

Lors d’un entretien avec Gilles Goyat13, il nous expliqua que c’était un problème pour pouvoir retrouver qui étaient les deux modèles car la plupart des personnes susceptibles de détenir cette information n’étaient plus de ce monde. Ce qu’il sait, pour avoir fait demander au fils de Quillivic il y a maintenant une quinzaine d’années, c’est que René Quillivic avait payé aux deux sonneurs le voyage de la gare de Quimper jusqu’à Montparnasse pour qu’ils aillent poser dans son atelier à Paris.

Notons toutefois que rien n’indique que René Quillivic ait choisi pour modèle des sonneurs plozévetiens, la sculpture a été inaugurée à Plozévet en 1937 mais elle avait été réalisée 29 ans plus tôt.

Si nous ne pouvons pas identifier avec certitude qui a servi de modèle, aujourd’hui chaque descendant de sonneur peut reconnaître son ancêtre dans cette œuvre d’art qui marque la transition entre l’ancienne et la nouvelle génération de musiciens.

En 1974, puis chaque année, la fête des binious sera reprise. En 1983 cette fête se développe, s’ouvre aux autres continents, elle dure maintenant cinq jours et s’est renommée Mondial Folk’, mais le dimanche est toujours consacré à la fête des binious.

En conclusion, nous pouvons dire que les concours tout comme les évènements à vocation politique ou touristique ont changé le sens de la pratique des sonneurs en les réemployant dans un autre contexte, en en changeant la forme et la fonction. Le sonneur qui avait délaissé son costume se remet à le porter avec une idée plus ou moins consciente de spectacularisation pour répondre aux demandes du touriste ou du représentant de l’État qu’il accueille. Ses déplacements géographiques sont de plus en plus importants et lors des concours il se fait juger par des jurys extérieurs pour remporter des prix. Tout cela le sort de sa fonction qui était auparavant endo-centrée. Si cela lui arrivait de sortir de son terroir, son public partageait jusqu’alors la même culture que lui. Avec le développement du tourisme, le sonneur devient le représentant de la Bretagne, un symbole qui va le faire rencontrer un public exogène. Le sonneur autrefois en marge de la société, va jusqu’à être statufié, un honneur qu’on réservait jusqu’alors aux morts et aux représentations religieuses. Entre politique de mise en valeur du patrimoine et instrumentalisation de la tradition, les sonneurs de tradition s’adaptent et perdurent.

Carole LE PAPE

Cet article est une synthèse du chapitre sur les concours de binious issu de mon mémoire de recherche : Pratique musicale et dansée à Plozévet dans la première moitié du 20e siècle – Un angle d’approche de la mutation de la structuration de la société rurale. Si vous souhaitez davantage de détails n’hésitez pas à me contacter par mail : carole.lepape@hotmail.fr.



Citer ce billet
Carole Le Pape (2021, 18 novembre). Plozévet, concours de binious. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9q9

  1. (s.n.), “L’inauguration de la Nouvelle École des Garçons de Plozévet donne lieu à une grandiose manifestation républicaine et laïque”, Le Citoyen, Quimper, 19 octobre 1933, p. 1. []
  2. Ibidem. []
  3. (s.n.), “L’inauguration de la nouvelle école”, Le Finistère, Quimper, 21 octobre 1933, p. 3. []
  4. Burguière André, Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975, p. 282. []
  5. Ibidem. []
  6. Guéguen Lanig et Guillou Per, collecté par Malrieu Patrick, dans Fañch Gaillard et Bodivit -Concours Plozévet 1933, Pleuven, 1977, http://www.dastumedia.bzh/. []
  7. Bigot Laurent, Colleu Michel et Labbé Yves (e.a), Musique Bretonne – Histoire des sonneurs de tradition, Douarnenez, Le Chasse-Marée/ArMen, 1996, p. 388. []
  8. Ibid., p. 382. []
  9. “Mouton” en breton. []
  10. Guéguen Lanig et Guillou Per, collecté par Malrieu Patrick, dans Fañch Gaillard et Bodivit -Concours Plozévet 1933, Pleuven, 1977, http://www.dastumedia.bzh/. []
  11. (s.n.), “À l’ombre des sonneurs”, Ouest France, Rennes, 1961. []
  12. Ar Gall Yann Kaourintin, “Plozévet 1937-1987”, Musique Bretonne, n°72, Rennes, Dastum, juin 1987, p. 20. []
  13. Le Pape Carole, Entretien avec Goyat Gilles, Plozévet, 8 février 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search