Le Parti Populaire Français dans le Finistère : un fascisme groupusculaire (1936-1945)

Fondé en 1936 par l’ancien communiste Jacques Doriot, le Parti Populaire Français (PPF) est un parti politique unanimement défini comme fasciste. Surtout développé en région parisienne et dans quelques métropoles françaises (Bordeaux, Lyon, Marseille), le PPF s’exporte néanmoins jusqu’à la pointe bretonne dès l’année 1936. Présent dans le département du Finistère jusqu’à sa disparition en 1945, le PPF fut un échec en termes d’effectifs et de séduction des populations locales ; et ce malgré une intense propagande de ses plus actifs soutiens finistériens.

Drapeau du Parti Populaire Français (PPF).
Source : Wikimedia commons [en ligne], consulté le 01/12/2021.
URL : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Parti_Populaire_Francais.svg

L’apparition du PPF dans le département du Finistère (1936-1939)

Même si les effectifs du PPF ont été volontairement exagérés1 , le parti de Jacques Doriot connait un essor vraisemblablement rapide entre 1936 et 1937. Jean-Paul Brunet évoque un chiffre maximal de 100 000 adhérents à l’apogée du parti en 19382. Ce développement intervient majoritairement en région parisienne – notamment autour de Saint-Denis, fief historique de Jacques Doriot – et dans quelques grands centres urbains français3.

Dans cette perspective, la première section finistérienne du Parti Populaire Français est créée à Brest dès 1936, bien que son activité soit très limitée4. Toutefois, un rapport du Commissariat Spécial de Brest au préfet du Finistère en date du 23 juin 1938 laisse penser que la section brestoise créée en 1936 disparait rapidement ou tout du moins que son activité politique est si faible qu’elle n’est pas citée : ainsi, seule l’existence d’une section à Landerneau est évoqué5.

En effet, au cours de l’année 1938, le Parti Populaire Français connait un développement dans la ville de Landerneau sous l’action de membres du Parti Social Français (PSF) du Colonel de La Rocque6. Ainsi, 25 membres du PSF de Landerneau entrent en rupture avec ce dernier et créent dans cette ville une section du Parti Populaire Français7. Cette nouvelle section est active dès le mois de mai 1938 dans la mesure où elle organise une réunion publique en présence des éléments fondateurs de la section landernéenne ainsi que de plusieurs délégués du parti, notamment le délégué régional Louis Raison ainsi que le Secrétaire Général du parti Henri Barbé8.

Pour autant, la fragile apparition du PPF dans le département du Finistère est rapidement remise en cause par l’évolution de la situation politique intérieure et extérieure française. D’une part, la disparition de la coalition du Front Populaire, cheval de bataille du PPF et combat exutoire de la haine anticommuniste de Jacques Doriot, aboutit naturellement à l’affaiblissement de la position communiste dans le champ politique et social. Or ce changement de paradigme politique remet en cause l’identité même du PPF qui perd à cette occasion la principale source de son combat politique et plus encore la principale composante de son identité. D’autre part, le parti doriotiste ne parvient pas à se relever d’une crise interne traversée au cours de l’année 1938 qui laisse des séquelles dans l’organisation nationale du parti – notamment à cause de plusieurs démissions au sein de la direction.

Ces deux éléments participent de la mise en sommeil progressive du PPF dans le Finistère. En 1939 puis 1940, la mobilisation générale, la défaite française ainsi que l’interdiction des partis politiques par l’occupant allemand viennent mettre un terme définitif à l’existence du Parti Populaire Français dans le Finistère. Philippe Burrin estime que le déclin du PPF entre 1938 et 1940 marque également l’échec de la mise en place d’une organisation purement fasciste en France, échec lié à la faiblesse du rassemblement national prôné par Doriot9.

Renaissance et développement départemental (1941 – fin 1943)

  • L’autorisation du parti en zone occupée

Dans les premiers temps de l’Occupation, la renaissance du Parti Populaire Français après sa mise en sommeil entre 1939 et 1940 est rendue délicate par son interdiction par les autorités allemandes. Les partis nationalistes sont effectivement très surveillés par l’état-major nazi en France qui se méfie du caractère souvent conflictuel et expansionniste de ces partis.

Dans le Finistère, les traces de l’autorisation de fonctionnement du PPF sont visibles dans certaines archives. Ainsi, une lettre du préfet délégué du Ministère de l’Intérieur adressée aux préfets de la zone occupée en date du 24 juillet 194110 dresse la liste des « groupements politiques dont l’activité en territoires occupés s’était vu autorisée par le Commandement des Forces Militaires en France ».

  • Création de sections locales

La section brestoise du PPF, fondée dans le département dès l’année 1936, n’avait fait preuve que d’une faible activité avant la guerre. Elle s’était toutefois distinguée par la diffusion d’affiches dans les rues de la ville au cours des années 1937 et 1938 avant de disparaitre face aux crises présentées précédemment. Néanmoins, l’autorisation du parti en Bretagne rend possible de nouvelles ambitions de développement et d’expansion du parti dans le Finistère.

Ainsi, même si le PPF tente d’ores et déjà de se restructurer en France non occupée sous l’impulsion des efforts de Jacques Doriot, le parti reçoit au cours de l’année 1941 les instruments rendant envisageable un nouveau départ à visage découvert, et ce même en zone occupée. Comme le souligne Jacqueline Sainclivier, le PPF bénéficie en outre de sa structure nationale construite et consolidée avant la guerre11 ce qui lui permet de réactiver ses réseaux politiques et partisans, bien qu’une grande partie des anciens du parti ne renouvellent pas leur adhésion après 1940.

Mais le renouveau du Parti Populaire Français dans la région brestoise ne se réalise pas sur le même modèle qu’en 1936. En effet, Tixier, le responsable de la section locale de Brest, est jugé trop peu entreprenant et est remplacé en 1943 par un ex-dirigeant de la section de Toulon, alors bien plus active. Ce remplacement du poste de dirigeant du parti à Brest est attesté dans un rapport des Renseignements Généraux de Brest qui dresse le bilan de l’activité du parti à la fin de l’année 1943. Il est en effet souligné qu’Arghiropol – le responsable venu de la section de Toulon – a pris la direction du parti et lui a donné « une nouvelle impulsion  ». Ce rapport précise qu’à la suite de ce changement à la tête du parti, la section brestoise du PPF a gagné plusieurs adhérents, notamment au détriment du PSF.

En parallèle de la réorganisation du Parti Populaire Français dans la région de Brest, une section locale voit le jour à Quimper au cours de l’année 1942. A l’instar de la section brestoise, cette section quimpéroise connait un développement principal en 1943 avant de lentement décliner. Sa création est attestée par un rapport du commissariat de police de Quimper au préfet du Finistère en date du 30 juillet 194212. Il y est souligné que le PPF possède quelques adhérents à Quimper mais « dont l’activité est nulle ». Ainsi, de la même manière que dans la région brestoise, le PPF de Doriot apparait dans une réelle période de croissance à partir de la seconde moitié de l’année 1942.

Une section du PPF est enfin créée à Douarnenez sous l’impulsion de quelques militants d’abord proche de l’organisation doriotiste à Quimper. Mais il s’avère que la section de Douarnenez, bien qu’elle profite très tôt de l’implantation du parti dans la région, fonctionne en partie à contretemps des autres sections finistériennes : on n’observe pas de traces d’une structure PPF douarneniste active avant la moitié de l’année 1943 alors qu’elle se développe davantage à la fin de cette même année, a contrario des sections de Brest et de Quimper dont l’apogée se situe plus tôt. Toujours est-il que cette organisation locale du PPF participe du mouvement dont le parti fait état dans le département au cours de cette période 1942-1943. Période ponctuée par la participation des membres finistériens à des réunions d’envergure nationale, qu’il s’agisse de Congrès – déjà rapidement évoqués – ou de meetings et défilés.

 

La disparition définitive du PPF dans le Finistère (fin 1943 – 1945)

D’une part, la situation du PPF à l’échelle nationale se complique de manière croissante. D’autre part, l’instabilité générale du PPF est illustrée par l’apparition de tensions à l’échelle du sud-Finistère entre certains militants radicaux et des délégués du parti à la fin de l’année 1943.

L’activité du Parti Populaire Français dans le Finistère décline donc rapidement à partir de la fin de l’année 1943. Cette chute se traduit à la fois par une baisse de l’activité publique, une propagande et un recrutement au point mort ainsi que l’érosion de la base militante. Un rapport des Renseignements Généraux de Quimper résume la situation du PPF dans le département en 1943 : « L’activité du Parti Populaire Français au cours des trois mois écoulés a été presque nulle. Aucune réunion n’a été tenue, ni publique, ni privée, et la propagande s’est bornée à quelques inscriptions à la craie et quelques distributions du tract « L’Alerte – Bulletin de combat de la Région bretonne du Parti Populaire Français – Chef Jacques Doriot13 ». Il est également précisé que les effectifs du parti sont stationnaires et peu agissants.

Le Parti Populaire Français connait ainsi une situation de crise nationale et logiquement, par répercussion, départementale et locale au fur et à mesure que s’avance la guerre et que reculent les positions allemandes. Malgré une façade hiérarchisée et structurée, le parti de Doriot semble rongé par des tensions à tous les étages de son organisation et entre progressivement dans une léthargie dont il ne se réveillera pas. Surtout, plus qu’à cause de failles internes, la croissance du PPF est rendu impossible par la pression constante exercée par l’opinion publique et par la Résistance qui s’est développée au cours de l’Occupation. Déjà ultra-minoritaire, le collaborationnisme se retrouve dans une position plus que délicate, considéré comme un ennemi de la nation et sujet à des attaques qu’il ne peut éviter dans la mesure où celles-ci visent l’empreinte du parti dans l’espace géographique et symbolique.

Le PPF disparait finalement brutalement au cours de l’année 1945. D’abord, Doriot est abattu par l’aviation alliée alors qu’il se rendait à une réunion avec Déat et Darnand pour finaliser son gouvernement le 22 février 1945. Par la suite, après la défaite finale de l’Allemagne nazie, les membres du PPF et des autres partis de la collaboration exilés outre-Rhin sont arrêtés, jugés et condamnés – à l’exception de ceux parvenus à échapper aux arrestations. La Libération et l’Épuration en France entérinent la position de traîtres des membres de partis collaborationnistes, et particulièrement du PPF, en pointe dans l’action collaborationniste. Les membres du PPF finistériens n’échappent pas aux mandats d’arrêt puis aux jugements prononcés par les tribunaux spéciaux, les Cours de Justice et les Chambres Civiques.

  1. Jean-Paul Brunet note que les responsables locaux et régionaux du parti gonflent leurs effectifs, Jean-Paul Brunet, Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Balland, 1986 []
  2. Donc a minima trois fois moins que les chiffres annoncés par l’organe du PPF L’Emancipation Nationale []
  3. Notamment à Marseille derrière Simon Sabiani, à Lyon sous la direction d’Albert Beugras, ou encore à Bordeaux sous l’action de Jean Le Can []
  4. L’existence de cette section brestoise est rapportée dans une lettre des Renseignements Généraux du 17 décembre 1943 : Archives Départementales du Finistère (ADF), 208 J 179 []
  5. ADF, 1M227 []
  6. Fondé sur les bases de la ligue des Croix de Feu, interdite en 1936, et situé à l’extrême-droite du champ politique, le PSF fait office de véritable parti de masse en France avant la Seconde Guerre mondiale, comptant environ un million d’adhérents []
  7. ADF, 1M227, Rapport du commissaire de police de Landerneau au sous-préfet de Brest, 4 février 1938 []
  8. ADF, 1M227, Rapport du commissaire de police de Landerneau au sous-préfet de Brest, 9 mai 1938 []
  9. Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, Paris, Seuil, 2003, p. 336-337. []
  10. ADF, 200W49, Lettre du préfet du Ministère de l’Intérieur aux préfets de la zone occupée, 24 juillet 1941. []
  11. Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans la guerre, 1939-1945, op. cit., p. 73. []
  12. ADF, 200W56, Rapport du commissariat de police de Quimper au préfet du Finistère, 30 juillet 1942. []
  13. ADF, 200W49, Rapport des RG de Quimper sur la situation politique, 20 septembre 1943. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search