Les déboires de la chevalerie de Cornouaille au XIVe siècle

Maîtresse des champs de bataille médiévaux en occident, la chevalerie se heurte durement à de nouvelles techniques de combat au XIVe siècle alors que l’infanterie jusque là méprisée renverse l’ancien équilibre des forces. Les chevaliers de l’évêché de Cornouaille n’échappent pas à ce nouvel état de fait et se retrouvent eux aussi durement touché par ces changements.

Le Combat des Trente, Octave Penguilly L’Haridon, 1857, Musée des Beaux-Arts de Quimper

La bataille de Courtrai en 1302, celle de Crécy en 1346 ou encore Poitiers en 1356 se soldent toutes par le massacre des chevaliers français qui se heurtent aux nouvelles tactiques employées par une infanterie qui commence à jouer un rôle central dans les combats médiévaux. Ce nouvel état de fait ne manque pas de marquer profondément l’image du chevalier qui voit sa position dominante sur le champ de bataille péricliter, sans pour autant disparaître totalement, pour le moment. Ces évènements concernent des combats menés par la couronne de France contre ses ennemis alors nous avons été amené à nous demander si ce changement affectait également la Bretagne, tout particulièrement au cours de la Guerre de succession qui représente le principal contexte guerrier des chevaliers de Cornouaille pour le XIVe siècle.

Il est dans un premier temps important de spécifier que ce conflit ne comporte que très peu de batailles rangées qui sont évitées autant que possibles car trop meurtrières et décisives dans le cadre d’un conflit médiéval, ce qui mène les chefs militaires à les éviter autant que possible1. La plupart des affrontements prennent donc l’apparence d’escarmouches et de sièges qui ne se prêtent guère à l’efficacité chevaleresque. Cette réalité guerrière n’est toutefois pas différente en France ou les combats sont menés de la même façon, pour les mêmes raisons.

Toutefois, le conflit n’est pas exempt de grands affrontements qui peuvent éclairer notre questionnement. L’un des premiers est la bataille de Cadoret, menée en 1345. Celle-ci se solde par une défaite sanglante du parti blésiste dont les troupes composées de grands aristocrates sont étrillées par l’alliance anglo-bretonne de Jean de Montfort2. Si cette défaite s’avère relativement similaire à celles connues par les chevaliers français sur les champs de bataille de la Guerre de cent ans sous les flèches des archers anglais, nous n’avons trouvé aucune mention de chevaliers ou d’écuyers cornouaillais présents durant cet affrontement. Il en va toutefois différemment en ce qui concerne la bataille de la Roche-Derrien, en juin 1347, ou les blésistes se font tailler en pièce par les troupes du corps expéditionnaire anglais et où de nombreux chevaliers et écuyers perdent la vie, ou bien sont fait prisonniers durant une attaque nocturne inattendue. Parmi les morts on retrouve notamment Pierre V, seigneur de Rostrenen, qui se fait tuer au combat3. La bataille se solde par un désastre complet durant lequel Charles de Blois lui-même est capturé, et les rangs des nobles ralliés au parti blésiste se retrouvent considérablement éclaircis par les Anglais.

La capture de Charles de Blois à la Roche-Derrien illustrée dans les Chroniques de Jean Froissart (publiées à partir de 1369).

Plus parlante encore est la bataille de Mauron, ayant eu lieu en 1352 et qui se solde une nouvelle fois par une victoire anglo-montfortiste : les archers anglais massacrent les chevaliers franco-blésistes, forcés de combattre à pied et en pente4. Là encore, nulle trace de chevaliers cornouaillais, mais il est peu probable que cette sanglante défaite ayant tout bonnement étrillée une nouvelle fois la noblesse bretonne n’ait pas eu d’échos auprès des hommes d’armes qui n’y ont pas participé. Le massacre des chevaliers de l’Ordre de l’étoile, ordre chevaleresque créé par le roi de France Jean le Bon, à Mauron renforce cette image d’une chevalerie devenue « obsolète », désormais dominée par des procédés tactiques nouveaux. Cet ordre relève toutefois d’une certaine originalité puisque ses membres puisent leur vœu de ne jamais reculer sur le champ de bataille dans des valeurs « chevaleresques » d’honneur et de courage qui étaient sensées animer les chevaliers des siècles précédents et dominer les anciennes façons de faire la guerre5. Cela semble toutefois relever d’avantage du fantasme que de la réalité historique.

La Guerre de Succession est donc bien loin de nous montrer l’image d’une chevalerie dominante jouant un rôle clé sur le champ de bataille : c’est plutôt même l’inverse puisque les grandes batailles rangées mènent systématique au massacre des chevaliers, quant aux combats d’escarmouches et de sièges qui constituent le gros des affrontements de la guerre, on ne peut pas dire qu’ils permettent aux chevaliers et aux écuyers de briller d’avantage que les simples fantassins. De nombreux chevaliers et écuyers perdent la vie durant les sanglants affrontements de la Guerre de Succession, notamment parmi les hommes d’armes de Cornouaille. La bataille d’Auray, qui règle définitivement la guerre en 1364 est un bon exemple puisque pas moins de six écuyers et chevaliers cornouaillais y perdent la vie : Jean III, seigneur de Kergorlay, le seigneur de Pont-l’Abbé, Guillaume de Kergorlay, Rolland de Poulmic, Maurice de Langueouez, et parmi les prisonniers on retrouve le Vicomte du Faou6.

La Bataille d’Auray dans la Chronique de Bertrand du Guesclin (1380-1392) de Cuvelier.

Il y a toutefois une exception notable que nous devons aborder dans le cadre de ce chapitre, il s’agit bien sûr du célèbre Combat des Trente qui a lieu en mars 1351 entre les garnisons de Ploërmel et Josselin, deux places fortes mutuellement confrontées aux sévices des deux camps. Les capitaines de ces deux places fortes, Jean IV de Beaumanoir et Robert de Bemborough organisent un affrontement « chevaleresque » entre leurs deux places fortes afin de régler le contrôle de la région. Pour ce faire, chacun des deux rassemble une trentaine de combattants. Si la plupart des hommes d’armes monfortistes sont anglais ou inconnus, on retrouve au milieu des guerriers de Beaumanoir trois nobles cornouaillais : Maurice du Parc, chevalier, Tristan de Pestivien et Maurice de Tréziguidy, écuyers7 , ce dernier apparaissant en tant que chevalier dans la montre de Bertrand du Guesclin du 1er décembre 1370, preuve qu’il a été adoubé entre temps8. La mêlée se joue à pied, avec le choix des armes pour chaque combattant. Si le combat est « encadré » par des règles se voulant chevaleresques, il n’en demeure pas moins particulièrement sanglant et cause la mort de plusieurs hommes d’armes, dont beaucoup se retrouvent également blessés. On sait que Tristan de Pestivien, l’un des écuyers cornouaillais du camp blésiste est blessé dans les premiers moments de l’affrontement et ainsi fait prisonnier avant d’être libéré a la mort du capitaine Anglais9.

L’affrontement se solde finalement par la victoire du parti blésiste. Dans le cadre d’un combat réglementé, sur un terrain choisi par les deux belligérants n’avantageant ni l’un ni l’autre et face à des combattants relativement semblables de part et d’autre du point de vue de l’équipement et de la façon de combattre, à un nombre similaire, on constate que les chevaliers blésistes parviennent à l’emporter face aux Anglo-montfortistes, qui les surpassent pourtant à chaque affrontement de grande ampleur. Les sanglantes défaites de la chevalerie française trouvent donc leur écho dans la Guerre de Succession en Bretagne ce qui n’a pu que porter un coup supplémentaire à une chevalerie déjà mise en difficulté, et les chevaliers et écuyers cornouaillais ne sont pas tenus à l’écart de ces évènements puisqu’ils prennent également part aux combats et souffrent de pertes à l’instar du reste de la noblesse bretonne du XIVe siècle.

  1. CASSARD Jean-Christophe, La guerre de succession de Bretagne, Coop Breizh, Spézet, 2006, p.132 []
  2. GICQUEL Yvonig, Le combat des trentes : épopée au coeur de la mémoire bretonne, Coop Breizh, Spézet, 2004, p.30 []
  3. TORCHET Hervé, La Réformation des fouages de 1426 – diocèse ou évêché de Cornouaille, éditions de la Pérenne, Paris, 2001, p.243 []
  4. CASSARD Jean-Christophe, La guerre de succession de Bretagne, Coop Breizh, Spézet, 2006 ; p.102 []
  5. Ibid, p.133 []
  6. MORVAN Frédéric, la Chevalerie bretonne au temps de Bertrand du Guesclin, Centre d’Histoire de Bretagne, 2014, p.93-94 []
  7. Ibid p.514 & 517 []
  8. MORICE Pierre-Hyacinthe, Preuves t.I, p.1643-1644 []
  9. GICQUEL Yvonig, Le combat des trentes : épopée au coeur de la mémoire bretonne, Coop Breizh, Spézet, 2004, p.105 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
blancf (17 décembre 2021). Les déboires de la chevalerie de Cornouaille au XIVe siècle. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search