L’affaire Kravchenko

Publié aux Etats-Unis en 1946, J’ai choisi la liberté ! , l’ouvrage du transfuge soviétique V. A. Kravchenko, paraît en France en 1947, et connaît le même succès qu’outre-Atlantique. Dans ce récit autobiographique, l’auteur dénonce les dérives du régime soviétique. Le 13 novembre 1947, l’hebdomadaire procommuniste Les Lettres françaises publie un article accusant Kravchenko d’être un désinformateur et un agent des Etats-Unis. L’intéressé porte plainte pour diffamation. Ce procès au retentissement mondial devient alors le procès du régime soviétique.

L’écrivain Viktor Kravchenko pendant son procès contre le journal ‘Les Lettres françaises’, le 7 mars 1949, à Paris. (Photo by Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty Images)

Kravchenko n’était pourtant pas le premier à dénoncer la répression en URSS. Depuis les premières années de l’Etat soviétique, des dizaines d’ouvrages ont traité, en France, de la répression en URSS et plus particulièrement des prisons et des camps. Robert Guiheneuf, André Gide, Boris Souvarine, entre autres, ont écrit sur l’imposture du régime soviétique. Nombre d’entre eux se sont rendus en URSS, d’autres y ont vécus. Cependant, face à ces témoignages, l’oreille de l’Occident reste inattentive, celle de la gauche intellectuelle, volontairement sourde. Il existe toujours de bons arguments quand on ne veut pas savoir : les renseignements fournis manquent de crédibilité, car ils sont invérifiables ; la protestation d’anciens partisans désillusionnés pèche par exagération ; et les défaillances d’un régime ne préjugent pas de son succès final. D’autre part, la victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie renforce l’aveuglement. J’ai choisi la liberté ! irrite d’autant plus qu’il concourt à dissoudre les certitudes manichéennes acquises à la Libération. L’URSS, libérateur ou tyran, faut-il choisir ? Le témoignage de Kravchenko se distingue par son succès international ainsi que par le retentissement planétaire du procès qui s’en suit.
Le procès s’amorce en France à une époque où le climat politique est très tendu. La IVème République est très instable et se divise entre gaullistes, communistes et Troisième force. Des grèves violentes, et des débats houleux divisent l’Assemblée.
Le parti communiste représente près du tiers de l’électorat. L’opposition reproche à Maurice Thorez de soutenir des manifestations violentes, certains réclamant même la dissolution du PCF. En 1949, le Parti communiste français est puissant. Nous pouvons de ce fait, à travers ce procès, étudier au
plus près les mécanismes d’aveuglement de personnes soumises à leur idéologie. Pour ce faire, nous pouvons nous pencher sur ce que la presse de l’époque nous dit du procès, et entamer une étude aussi exhaustive que possible du retentissement médiatique de l’affaire. Une lecture de la presse française sur la bibliothèque numérique Gallica s’avère nécessaire. Il faut consulter tout autant la presse de droite que celle de gauche, non moins que la presse « neutre », à laquelle
Kravchenko s’adresse et qu’il veut convaincre. Ces articles nous permettent de suivre l’évolution du procès. De plus, il est possible de nous appuyer sur le compte-rendu sténographique et sur la multitude de livres offrant une retranscription plus ou moins détaillée de l’affaire. Car la question est déjà riche de toute une historiographie. Nous pouvons citer notamment l’ouvrage de la femme
de lettre russe Nina Berberova, Le Procès Kravchenko, qui permet un suivi quasi réel du procès. Kravchenko a lui-même écrit une suite à J’ai choisi la liberté, dans lequel il décrit son aventure judiciaire. Lorsque l’on souhaite étudier ce procès, le choix des lectures est donc vaste, et leur interprétation nécessite une rigueur particulière. Il faut sans cesse rétablir la vérité face à des ouvrages rédigés par des auteurs soumis à une idéologie. Bien qu’écrit en 1982, le livre le plus complet est assurément celui de Guillaume Malaurie.1. Mais l’ouverture en 1991 des archives de l’ex-U.R.S.S a permis depuis lors de vérifier et d’approfondir un certain nombre d’hypothèses contradictoires formulées par une riche historiographie conflictuelle et réactive, constituée depuis plusieurs décennies. Alors que Victor Kravchenko est accusé de mentir sur les purges, les camps, la répression, ces dérives du régime stalinien sont aujourd’hui dénoncées dans des ouvrages tels que Famine Rouge, Histoire de l’URSS,2, Sanglantes Moissons,(( CONQUEST Robert, La Grande Terreur, les purges staliniennes des années 30 précédé de Sanglantes moissons, la collectivisation des terres en URSS, Paris, Editions Robert Laffont, 1995.)) La Grande Terreur ou le livre noir du communisme, qui font autorité.3.

Ces livres ont été écrits après la « révolution documentaire », et permettent de confronter la réalité décrite par Kravchenko aux faits historiques. Dans ces ouvrages, les auteurs racontent par exemple la destruction de l’agriculture russe opérée par Staline au cours des années 1930, celle-ci s’opérant en trois étapes : l’élimination des koulaks censés être les paysans les plus riches, la collectivisation des terres et le regroupement forcé des paysans dans des kolkhoses. Applebaum cite Kravchenko lorsqu’elle décrit la famine organisée qui fit 5 millions de victimes dans la seule Ukraine, dont Staline voulait briser l’identité nationale. A travers ces lectures, nous apprenons la répression sans précédent que Staline et le NKVD infligèrent ensuite au parti, à l’intelligentsia, et à la population dans son ensemble.
Rédigé en 2002 par l’avocat de profession, Etienne Jaudel, L’aveuglement4 offre, lui, un regard plus juridique qu’historique sur l’affaire. Jaudel se dit frappé par « l’obturation mentale »dont fait preuve la défense des Lettres françaises, représentée lors du procès par Claude Morgan et André Wurmser. Pétris par leur idéologie, ils se refusent à reconnaître certaines vérités, et s’enferment dans leur mauvaise foi. Aussi, l’auteur note que bien qu’au sein de la communauté
intellectuelle française, quelques-uns dénoncent depuis plusieurs années les crimes contre l’humanité perpétrés par l’URSS, aucun ne vient à la barre cautionner les récits de Kravchenko. Koestler ou Albert Camus, pourtant invités par l’avocat de Kravchenko à venir s’exprimer, ne se déplaceront pas. Jean-Paul Sartre, présent au procès, ne prendra pas la parole.
Autre point important, l’étude des réseaux d’influence russes et américains. Pour exemple, l’article “Comment fut fabriqué Kravchenko” signé Sim Thomas, repris par Les Lettres françaises, a, en réalité pour auteur, André Ulmann, lequel s’avèrera travailler pour les services secrets communistes. De son côté, Kravchenko a reçu une protection de la part des services secrets américains, lesquels permettront la venue de témoins tels que Margaret Buber-Neumann, auteure de Déporté à Ravensbrück et de Déporté en Sibérie. Son intervention à la barre fit forte impression. Selon Nina Berberova, présente au procès : « son témoignage vaut à lui seul 10 ans de propagande anticommuniste ». Jamais un témoin digne de foi ne s’est exprimé sur l’existence des camps de déportés en Sibérie. Margaret Buber-Neumann livre son histoire avec dignité les communistes accueillent son témoignage avec une grande froideur.

 

Margaret Buber-Neumann au procès Kravchenko (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

En plus du soutien des Américains, Kravchenko est très bien entouré. Georges Boutelleau, son agent littéraire français a convaincu Maitre Georges Izard, ténor du barreau de Paris, de le défendre. La biographie d’Emmanuelle de Bosson nous enseigne que cet ancien député du Front populaire, résistant socialiste pendant la guerre, est convaincu que le plus grand danger pour la France, à ce moment de l’histoire, c’est le communisme. Au fond, d’un certain point de vue, Kravchenko avait tout pour anéantir le Parti communiste: le bruit médiatique, un bon avocat, des témoins, une protection de la part de la première puissance mondiale. Pourtant, nous constatons que moins d’un an plus tard, David Rousset doit toujours se battre pour faire reconnaitre la présence de camps en URSS. A la fin du procès, Kravchenko a donc gagné contre Les Lettres françaises qu’il a fait condamner comme diffamateurs. Cependant, il l’a perdu face au seul tribunal qu’il souhaitait convaincre, l’opinion publique de son temps. La victoire lors du procès n’a pas suffi à éteindre le communisme. Pour quelles raisons ? Alors que le procès des Lettres françaises a tout pour mettre la lumière sur l’imposture du régime soviétique et détruire la légitimité des communistes en politique, il n’y parvient pas. Pourquoi ?

Après l’affaire Kravchenko, la lutte anti-communiste se poursuit. David Rousset, en 1950 se retrouve à son tour, en procès avec les lettres françaises, après avoir dénoncer les camps soviétiques. En 1950, David Rousset, ancien déporté auteur de deux grands livres sur la question: L’univers concentrationnaire et Les jours de notre mort dénonce les camps soviétiques. En novembre 1949, Pierre d’Aix écrit pour Les Lettres françaises l’article « Pourquoi M. David Rousset a-t-il inventé les camps soviétiques ? » avec comme sous-titre, « une campagne de préparation à la guerre ». Dans le sillage du dissident russe, il porte l’affaire en correctionnelle en lançant une assignation contre le journal communiste le 11 février 1950. Il bénéficie en effet de témoins difficilement récusables, souvent auteurs de livres parus ou à paraître, dont l’audience se trouve stimulée par le boom éditorial de J’ai choisi la liberté !. Magarete Buber-Neumann revient à la barre Cette simple affaire de correctionnelle n’entrainera pas moins d’une quinzaine de jugements, huit ordonnances, quatre arrêts suivis de ceux de la Cour de cassation.
La lutte anticommuniste se poursuit à travers la création d’un congrès pour la liberté de la culture. Fondé en 1950 à Paris, le congrès devient l’un des principaux et prestigieux acteurs culturels anti communistes de la Guerre froide. Il se constitue d’un réseau d’intellectuels européens (A. Koestler, R. Aron, I. Silone) et américains55 (J. Burham). En organisant des festivals et des symposiums ou en créant des revues, il combat le puissant sentiment philo-communiste présent en Europe de l’Ouest au début des années 1950. Il défend les valeurs de liberté et de pluralisme et fait un usage polémique de la notion de régime « totalitaire » pour mieux discréditer l’Union Soviétique.

  1. MALAURIE Guillaume, l’affaire Kravchenko, Paris, Editions Robert Laffont,1982. []
  2. WERTH Nicolas, Histoire de l’URSS, Paris, Editions Que-sais-je, 2017. []
  3. BARTOSEK Karel, COURTOIS Stéphane, MARGOLIN Jean-Louis, PACZKOWSK Andrzej, PANNE Jean-Louis, WERTH Nicolas, Le livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1998. []
  4. JAUDEL Etienne, l’Aveuglement L’affaire Kravchenko, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2003. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search