Historicité du travail : Marx, Postone, Méda

Les Raboteurs de parquet, Gustave Caillebotte, 1875 – Google Art Project

“La catégorie de travail est-elle historique ou transhistorique ?” C’est par cette question que Dominique Méda, philosophe et sociologue du travail, ouvre son article publié en 2010 : Est-il possible de libérer le travail ?1

Dans cet article, que l’on commentera ici, elle va confronter ses analyses à l’œuvre de Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, traduite en français en 2009 (mais publiée en anglais en 1993). Moishe Postone était un universitaire canadien. Il est considéré comme un penseur proche du courant de la Wertkritik, en français « critique de la valeur », courant de pensée contemporain (depuis 1980 en Allemagne, et toujours actuel) qui développe une critique du capitalisme en tant que mode de production (mais qui n’y est pas circonscrite), centrée sur la notion de valeur, et fondée sur des relectures de Marx.

Cet article a pour sujet principal le travail, et la question de l’émancipation qui y est conjointe. Le principal axe de tension est cette question du caractère historique du travail, et les conséquences que cela pose sur son caractère nécessairement aliénant, et la question de l’émancipation (dans le travail ou du travail).

Il est intéressant dans la mesure où il nous permet de dégager les problématiques contemporaines quant à la question du travail (et à la lecture de Marx), et d’aborder les positions marxistes traditionnelles, celles de l’Ecole de Francfort et celles de la Wertkritik. On peut voir cet article comme un exercice de confrontation entre la position de Méda, qui se revendique d’André Gorz, et celle de Moishe Postone, qui représente la critique de la valeur. Il se présente sous une forme linéaire, en première partie la présentation du travail actuel (sous le capitalisme), son historicité selon Méda, et en deuxième partie la question de sa libération et une critique de l’analyse de Postone, sous l’angle de la sortie du capitalisme.

On se demandera comment Dominique Méda se situe et situe l’œuvre Moishe Postone par rapport aux héritages du marxisme traditionnel et de l’école de Francfort, quelles divergences vont être mises à jour et d’où ces divergence trouvent leur source.

On peut commencer par s’attarder sur le titre de l’article : Est-il possible de libérer le travail ? qui amène certaines remarques. On parle de libérer le travail, ce qui implique que l’activité de travail soit soumise à asservissement, on pense tout de suite au concept d’aliénation, qui correspond au fait que le travailleur, soumis aux contraintes de production capitaliste, cesse de s’appartenir. Ce caractère aliénant du travail est un prérequis à l’article.

Parce que libérer le travail c’est tout le projet marxiste : se réapproprier le travail afin qu’il puisse devenir pur accomplissement de soi, alors que dans la situation de production capitaliste il est aliénant et le travailleur est exploité. C’est donc tout ce projet, et ce qu’il implique de fondements théoriques que Dominique Méda entend questionner ici, non pas sous l’angle des conditions matérielles comme c’est souvent le cas (les conditions de possibilité de la Révolution), mais sous l’angle ontologique, du caractère nécessairement aliénant du travail ou non. Le travail peut-il, comme le prétend l’utopie marxiste, devenir plein accomplissement de son humanité si on le sort des rapports de production, voire des rapports sociaux capitalistes ?

La question principale qui traverse cet article est donc annoncée dès la première phrase : « La catégorie de travail est-elle historique ou transhistorique ? ». On se demande ici si le concept de travail est déterminé historiquement, ou si « de tout temps » les humains ont en quelque sorte travaillé. Il est évident que les humains ont toujours subvenu à leurs besoins par des activités productrices, mais peut-on en toute situation historique, culturelle et sociale parler de travail ?

On peut entrevoir dans son introduction une définition ou au moins une préfiguration de ce que Méda prend pour acquis dans ce qui définit le travail : c’est un moyen de transformation de la nature, permettant de subvenir aux besoins. Ce « moyen » comporte pour elle un lot de fonctions dans notre société (intégration sociale, épanouissement de l’individu, subvenir aux besoins, accès aux droits, etc), qui dépassent la simple activité de transformation de la nature, et qui l’imprègnent très fortement.

On peut se demander s’il en a toujours été ainsi, si on peut superposer notre pratique du travail avec la manière dont d’autres populations subvenaient historiquement à leurs besoins. Si non, il conviendrait de définir un moment d’« invention du travail ». On va voir que cette question va être fondamentale, au point de distinguer des écoles de pensée.

I. Le travail, une catégorie historique

Dominique Méda introduit la thèse du caractère historique de la notion de travail, et le définit en se basant sur le travail d’André Gorz dans les Métamorphoses du travail. Le cadre historique est celui du capitalisme industriel, car c’est pour Gorz à ce moment que le concept de travail émerge réellement.

Pour le définir, il s’agit tout d’abord de distinguer le travail des activités de labeur et des besognes. Les besognes recouvrent les activités indispensables à la reproduction de la vie, quand le labeur correspond aux tâches que l’on s’astreint pour en tirer un bénéfice propre. Si la distinction de ces deux catégories n’est pas forcément figée, celle d’avec le travail dans le cadre industriel l’est.

En effet, ce qui le caractérise pour Gorz, c’est d’être dans la sphère publique, et ses buts d’être définis par d’autres. Ici on revient à la position libérale développée par Adam Smith, pour qui le travail est l’activité de production qui s’échange sous forme de valeur sur un marché. Le marché est cette sphère publique, dans laquelle certains requièrent du travail pour poursuivre leurs buts propres, et d’autres répondent à cette demande, pour obtenir rémunération. Il ne s’agit pas de relation interpersonnelle, ce n’est pas pour rendre un service que l’on fournit du travail, c’est par intérêt individuel. Ainsi ce n’est que lorsqu’elle est marchandisée que l’activité laborieuse devient du travail.2

Méda va insister sur le caractère central de ce travail dans notre société : c’est le moyen principal permettant de subvenir à ses besoins, la forme principale d’insertion sociale, et le moyen d’accès à de nombreux droits (sécurité sociale, chômage, retraite). Il est également considéré comme moyen d’épanouissement.3

Elle pose donc ici la thèse d’une forme d’invention du travail par la modernité, sans l’expliciter pour l’instant, mais renvoyant à son travail et à celui de Gorz. Cette mise en évidence de l’invention du travail se fait d’après une étude de textes, mettant en évidence l’émergence du concept à l’ère industrielle. On pourrait prendre, pour appuyer cette idée de l’historicité de la notion, l’exemple de la Grèce antique, dans laquelle la reproduction, les activités permettant de subvenir aux besoins sont assurées dans le cadre de l’oikos (foyer). Au contraire de la pratique industrielle, c’est dans la sphère privée qu’était assurée la reproduction matérielle, l’objectif étant de se dégager de cette sphère, dont la sociabilité et la citoyenneté étaient (en tout cas en théorie) disjointes.

Cette thèse de Méda est héritée de sa lecture de Gorz. Elle formalise sur le plan de la valeur, en tant que valeur morale, cette multiplicité du travail dont l’étude historique est formulée par Gorz. Si il en fait une analyse historique, Méda va présenter une généalogie sociale du concept, afin d’expliquer la multiplicité et le caractère parfois contradictoire des attentes et des discours sur le travail.

Pourquoi mettre en évidence ce caractère historique du travail ? Il s’agit de montrer qu’il n’est pas, sous sa forme actuelle, essentiel à l’être humain, et que l’on peut donc envisager qu’il évolue, ainsi que sa place dans la vie. Il est d’autant plus facile de fonder une utopie de la libération du travail (projet soulevé par le titre de l’article étudié), si celui-ci n’est qu’une caractéristique historique de l’industrialisme. Historiquement d’autres formes de fondation du lien social (citoyenneté, religion, etc) ont existé, on l’a vu avec l’exemple de la Grèce antique. Cela rend possible d’envisager qu’une société post-industrielle pourrait ne plus fonder son lien social sur le travail.

Ce qui découle pour Méda de l’historicisation du travail, c’est le projet de la diminution de sa place dans la vie. Gorz développe en effet, dans l’héritage d’Habermas, l’idée que l’on peut distinguer deux sphères d’activités dans la vie, une sphère « publique », hétérodéterminée (contraire d’autodéterminée), qui correspond au travail, et une sphère « privée », autonome, qui correspond au reste, les activités que l’on fait pour soi, les loisirs, etc. Il conviendrait de faire diminuer l’importance de la sphère du travail, qu’il considère comme inévitable, et de restreindre le temps qui y est alloué afin de privilégier les activités relevant de l’autonomie des individus. Ce qu’avance Méda dans ce paragraphe correspond à cette proposition (« désenchanter le travail »).

La sphère du travail correspond à une intégration dans un système contaminé par la rationalité économique. Gorz explique dans les Métamorphoses du travail que le processus industriel se caractérise avant tout par la domination de la rationalité économique dans le processus de production. La rationalité économique est la pensée capitaliste qui a pour finalité fondamentale la maximisation du profit. C’est par rationalité économique que l’on développe des procédés permettant d’obtenir le rendement maximal d’un travailleur, que l’on installe des machines, etc. C’est cette rationalité économique qui est au cœur du problème chez Gorz.

Il valorise donc le fait de produire de la valeur d’usage qui ne passe pas par l’échange, ni par le statut de marchandise, qui reste dans un cadre autonome. Dans ce cadre la production peut retrouver un caractère épanouissant, car étant artisan et destinataire, les conditions de production, la qualité du produit et sa finalité sont tangibles sur le même plan pour le producteur. Celui ci est donc libre de produire de la manière qu’il entend, ce qui sort le processus de production du statut de simple moyen en vue d’une fin. On voit dans le fait d’évoquer Habermas la filiation intellectuelle qui se fait, Gorz ayant fondé cette interprétation en grande partie sur son travail, et Méda s’inscrivant dans sa continuation.

Il est cependant important ici de soulever l’ambiguïté de la figure de Marx. Si ces auteurs s’inscrivent dans une approche critique du capitalisme et fondent une grande partie de leur raisonnement sur les analyse de Marx, leurs conclusions entrent visiblement en contradiction avec un certain productivisme communément admis chez lui. On l’a vu plus haut, c’est également lui qui fonde l’idée d’un travail qui soit essence de l’homme et réalisation de lui-même. Le développement des forces productive est aussi considéré comme la condition de possibilité du communisme, et le sens de l’histoire comme processus de domination de la Nature par l’homme. On voit que ce n’est pas anodin. La centralité du travail comme expression de soi est rejetée par ces auteurs, qui entendent fonder une société autrement que sur la production.

1865: Karl Marx (1818-1883) (Photo par Roger Viollet Collection/Getty Images)

Il ressort de la philosophie du XIXe siècle une vision très positiviste, notamment chez Marx. Selon Gorz l’Histoire est pour Marx, dans la continuité de Hegel, le processus d’avènement de la Raison par lequel l’homme assoit sa domination sur la Nature et qui aboutit au communisme (on peut voir le capitalisme comme un « pré-communisme » dialectique). Méda montre néanmoins qu’en réalité deux visions coexistent chez Marx, d’un travail à libérer du capitalisme pour atteindre l’utopie (marxisme), mais également d’un travail nécessairement aliéné, dont la libération se situerait en dehors (assez proche de la vision antique ou de Arendt). Si la tradition marxiste a principalement retenu la première, c’est dans cette contradiction que va s’engouffrer Postone.

Moishe Postone publie donc Temps, travail et domination sociale en 1993. Il s’agit d’une relecture de Marx, basée sur le « Marx de la maturité »4. La spécificité majeure de l’oeuvre de Postone est la lecture d’un Marx non productiviste. Ce qui distingue cette lecture de la lecture traditionnelle est premièrement l’historicité du travail chez Marx.

C’est sur cette question que se distinguent les deux tendances qui vont nous intéresser. Dans ce qu’on va appeler le « Marxisme traditionnel », l’industrialisation va provoquer un asservissement du travail (en tant que phénomène transhistorique) par le capital. Ce travail se retrouve aliéné et exploité par le phénomène de captation privée du surplus de valeur produite par le travailleur et récupérée par le capitaliste. Néanmoins le caractère social de la production contredisant l’accaparement privé de ses fruits va conduire au renversement du capitalisme et à la libération de ses rapports de production. La production sera autogérée, et les profits redistribués équitablement. Le travail n’étant donc plus exploité, les travailleurs ne subissent plus l’aliénation du travail qui devient pur épanouissement. Celui-ci reste cependant central « fondement ontologique de la société »5.

Tout le travail de Postone va être de montrer l’insuffisance de cette lecture, d’abord par l’historicisation du travail : « le travail sous le capitalisme est directement social parce qu’il agit comme activité socialement médiatisante. Cette qualité sociale, historiquement unique, différencie le travail sous le capitalisme du travail dans les autres sociétés et détermine le caractère des rapports sociaux dans la formation capitaliste »6.

Ce qu’on voit dans cette citation, c’est que ce qui caractérise le travail sous le capitalisme est son caractère « socialement médiatisant », c’est à dire que c’est par le travail qu’on produit et qu’on accède à des biens. Là où dans d’autres sociétés l’accès aux biens est régi par des coutumes, des traditions autres, dans le capitalisme l’accès aux biens est conditionné au travail. On ne produit pas ce que l’on consomme, on produit en intégrant la division du travail, afin de pouvoir accéder à des biens (accès déterminé par le type de poste de travail que l’on occupe). On est dans une société de marché, dans laquelle on échange du travail (sous la forme du salaire). Ce marché étant désormais fondamental dans l’accès à toute chose, le travail détermine les rapports sociaux. Les rapports de travail sont donc ce qui structure le capitalisme, et un dépassement du capitalisme conduirait donc nécessairement à un dépassement de ce travail, notamment de sa centralité dans les rapports sociaux. Pour Postone, c’est déjà de ça que parle Marx. Il ne serait donc logiquement pas possible de se fonder sur des spécificités du capitalisme (prolétariat, rapports de production, travail), pour le dépasser. On voit donc l’importance que prend la question de l’historicité du travail.

On peut observer que pour l’instant, les thèses de Méda et de Postone semblent être plutôt bien compatibles. Pour l’instant tout ce qu’on voit c’est que les deux se distinguent du marxisme traditionnel par le fait de considérer le travail comme catégorie historique. La distinction se fait néanmoins sur un point qui n’est pas négligeable : Méda entend dépasser avec Gorz les thèses de Marx et son productivisme, quand Postone entend se fonder sur lui.

II. Sortie du capitalisme = sortie du travail ?

Méda va poser avec la question « La société post-capitalisme sera-t-elle une société sans travail ou une société libérée du travail ? » un questionnement ontologique, que l’on peut reprendre ainsi : le dépassement du capitalisme implique-t-il un dépassement du travail ou un dépassement de sa centralité ?

La question qui va se poser et qui est entendue dans ce titre, est celle de l’intrication du travail dans le capitalisme. Deux possibilités émergent de l’historicisation du travail :

– L’idée d’une société sans travail, ce qui revient ici non pas à s’imaginer que la production de ferait automatiquement, mais simplement que celle-ci n’aurait plus lieu sous la forme actuelle (dépassement du travail)

– L’idée d’une société libérée du travail, qui correspond globalement à la vision de Méda, dans laquelle le travail serait présent, nécessaire, mais plus central (dépassement de sa centralité, ce qui correspondrait à l’école de Francfort selon Postone).

La vision que l’on présente ici du travail selon l’école de Francfort est celle-ci : Habermas distingue l’agir instrumental de l’interaction. C’est l’interaction (avec la Nature, avec autrui) qui permet l’émancipation. Le travail instrumentalise la Nature et autrui, et en cela est nécessairement, également pour celui qui le pratique, aliénation.

Pour Postone, il y a une confusion chez Habermas entre le travail sous le capitalisme et le travail « en soi », conduisant à considérer à tort que le travail est nécessairement aliéné. On revient ici à la première distinction faite par Méda, entre travail historique ou transhistorique. L’École de Francfort entendrait dépasser le marxisme en pointant que le travail est nécessairement aliéné, et ainsi que l’émancipation requerrait d’éliminer le travail. Sauf que le point que soulève Postone, c’est que pour lui, et c’est la base de son analyse, Marx n’aurait traité du travail que sous son avatar capitalistique, qui certes est aliéné, mais pas le travail en soi. Marx aurait donc, et c’est la lecture des Grundrisse qui nourrit son analyse, clairement historicisé le travail. Ainsi pour Postone, bien que relevant d’une démarche différente, Habermas rejoint le marxisme traditionnel dans le fait de sous-estimer cette historicisation du travail sous le capitalisme.

Postone envisage cette nature non aliénée du travail en distinguant une double nature du travail :

– La nécessité humaine d’activité de transformation de la matière permettant de satisfaire les besoins humains. Cette nature correspond au travail au sens général, comme processus de transformation de la Nature. C’est cette nature du travail qui est transhistorique.

– Le moyen social d’obtention des produits que l’on consomme, qui comporte toutes les spécificités que l’on a vu, notamment le caractère instrumental, et qui est donc charge d’aliénation. C’est cette nature qui est propre au capitalisme.

Il nomme ces deux fonctions « travail concret » et « travail abstrait », et c’est parce qu’elles sont confondues sous le régime capitaliste qu’il est si difficile de les distinguer. Le travail comme nécessité « naturelle » masque la spécificité capitaliste de son abstraction et de sa marchandisation.

Ainsi, en mettant en évidence cette dualité, et cette détermination historique du travail, il dépasse le marxisme traditionnel et les conclusions d’Habermas, avec l’idée que le travail en tant qu’activité humaine nécessaire peut être dégagée de sa forme capitaliste, par l’abolition du processus fondé sur la valeur et sur le travail comme activité socialement médiatisante. La position de Postone est de soutenir que le caractère instrumental de cette activité est acquis sous le capitalisme. Pour Habermas c’est le fait que cette activité soit en tant que telle objectivante, que le « rapport sujet-objet » soit à sa racine, qui fonde le caractère instrumental, alors que pour Postone, le travail a un caractère instrumental dans sa forme capitalistique et non sa forme en soi, car c’est par la fonction socialement médiatisante qu’il occupe sous le capitalisme, et sous l’influence des rapports sociaux dans lesquels il se trouve, qu’il prend un caractère instrumental.

Un meilleur rapport au travail serait donc possible, mais il y a un point important : cela resterait du travail, et par là, conserverait des contraintes. En revanche, il serait exempt de domination sociale. On voit donc que Postone envisage le travail « désaliéné » comme un travail ne comportant que les contraintes nécessaires de confrontation à la nature, et débarrassé de ses contraintes sociales. Il n’envisage pas comme certains auteurs son dépassement total, juste celui de sa forme capitaliste.

A partir de là, Méda va entreprendre un travail critique de la pensée de Postone en posant la question suivante : qu’advient-il du travail dans cette perspective ? On voit avec la phrase « Postone s’emploie à l’imaginer » l’entrée dans la phase de critique, et déjà le reproche principal qu’elle lui oppose : le caractère abstrait de sa pensée.

La critique soulevée par Méda est celle du caractère abstrait de la pensée de Postone. Le lien direct entre l’abolition de la valeur et la libération du travail est très peu concret. Pour elle, il reste la nécessité d’augmenter la productivité et la production, afin d’augmenter la richesse sociale, ce qui ne règle au final pas le problème du travail (et encore moins le problème écologique).

Finalement on pourrait opposer à Postone la même chose qu’au marxisme traditionnel. Pour le marxisme traditionnel, le travail est aliéné car le capitaliste l’exploite. Le renversement des rapports capitalistes permet de faire advenir un travail libéré, car on travaille pour la collectivité et donc pour soi. Pour Postone, le travail est aliéné car il est soumis à la valeur. L’abolition de cette valeur permet de reconfigurer les rapports sociaux et rendre au travail son but de produire pour (répondre à des besoins) augmenter la richesse sociale, sous contrôle conscient des individus. On reste dans une pensée utopique finalement assez similaire de dépassement du capitalisme, et si celle de Postone est plus exigeante, elle manque de normativité, comme si l’émergence d’un travail non-aliéné allait de soi une fois la valeur abolie.

Méda conclut cet article en mettant en avant l’importance du travail de Postone, qui permettrait selon elle la fondation d’un marxisme adapté aux enjeux contemporains. Elle lui reproche néanmoins que ses propositions soient trop abstraites, et de ne pas remettre en question le développement de la production, se focalisant sur la critique de la valeur. En effet, l’abolition de la valeur permettrait un contrôle conscient des hommes sur le processus de développement. On voit ici l’importance de la notion d’autonomie pour le travail chez Postone. Il s’agit de permettre une réappropriation du travail, et non comme chez Gorz une réappropriation de soi en dehors de la sphère du travail. C’est donc bien dans une perspective marxiste moderne de réappropriation du travail que s’inscrit Postone. L’intérêt de son travail, ainsi caractérisé par une certaine abstraction, se trouve avant tout dans ses fondements théorique, et dans l’ouverture d’une dimension d’interprétation replaçant la critique marxiste dans le cadre du capitalisme.

Finalement, cette analyse reste en quelque sorte pour Méda trop proche de son objet. Le reproche principal qu’elle fait à Postone se fonde en réalité sur ce qui découle de sa méthode. La relecture enrichie de Marx qu’il propose ne peut par définition s’éloigner des fondamentaux de celui-ci, à savoir, pour ce qui pose problème ici, le développement de la production et la croissance. De même, cette relecture voulant renverser les fondamentaux théorique du marxisme se caractérise nécessairement par une certaine abstraction. Ainsi, une tension émerge logiquement avec la pensée de Méda, qui s’inscrit dans une pensée écosocialiste plus concrète. Une forme de critique du processus de production et de ses finalités dans son ensemble est ainsi nécessaire pour elle et c’est ce qui manquerait chez Postone.

Commentaire :

Cet article nous a donc montré certaines problématiques principales de la philosophie du travail aujourd’hui, en particulier son historicité et la complexité que pose la volonté d’améliorer le rapport au travail, car selon les prémisses sur lesquelles on se base, on aboutit à des propositions complètement différentes. On pourrait lire par exemple la distinction entre les propositions de salaire à vie (Bernard Friot) et de revenu universel (Philippe Van Parijs, André Gorz) selon la grille de la centralité ou non du travail dans la vie, basée sur l’historicité ou non du travail. On voit également la difficulté que peut poser l’intégration du paradigme écologiste dans le fondement des utopies du travail, et les frictions que cette nécessité pose face à la lecture marxiste, nécessairement en décalage face à des enjeux très différents de ceux qui prévalaient au XIXe siècle.

Finalement ce qui distingue le plus ces pensées, c’est la démarche. Dominique Méda a la volonté d’adopter un discours normatif, de fonder un nouveau rapport au travail basé sur les enjeux actuels, tandis que Postone entend fonder une analyse théorique permettant de mettre au jour les mécanismes qui sous tendent le capitalisme, afin de dégager les enjeux fondamentaux d’une philosophie critique centrée sur la notion de valeur. C’est cette distinction entre les démarches qui explique également le rapport à Marx de ces deux auteurs, ainsi Méda entend s’en détacher quand le projet de Postone est justement de l’actualiser afin de fournir un système philosophique critique riche.

Cependant, si Méda écrit à plusieurs reprises que Postone nous présenterait un Marx « écologiste », il est difficile de voir, avec les éléments qu’elle a dégagé, en quoi. Le Marx de la critique de la valeur perd certes la dimension productiviste qu’on lui attribue habituellement, mais c’est tout (c’est justement la critique de Méda d’ailleurs, qu’il n’y a pas d’écologisme). Il serait plus juste de parler d’un Marx « pas incompatible avec l’écologie ».

Ensuite, elle ne cite jamais la critique de la valeur, qui est un mouvement philosophique contemporain auquel est rattaché Moishe Postone, alors que l’analyse qu’elle propose se fonde sur ce qui chez lui caractérise justement cette pensée critique. C’est donc assez surprenant. Ainsi elle ne situe pas sa démarche, et présente son travail comme une singularité. De fait sa critique perd en pertinence, d’autant que la démarche de Postone est bien de présenter une relecture de Marx et une critique précise du capitalisme, le problème du caractère trop abstrait de son analyse n’en est pas un, et est propre à sa démarche, qui vise à fonder un marxisme contemporain. D’où une nécessaire abstraction et l’absence de propositions normatives sur la manière de fonder le travail dans une utopie post-capitaliste.

De même elle ne traite que de manière assez superficielle de cette notion de valeur qui, on l’a vu, est centrale. Si elle l’évoque, ce n’est que dans la fin de l’article dans la partie critique, sous l’angle de son abolition. Or il me semble que si le projet de la pensée de Postone est l’abolition de la valeur, c’est bien parce que celle ci est centrale dans la constitution des rapports sociaux capitalistes et déterminante pour comprendre la façon dont il envisage le travail. Si le travail est déterminé historiquement sous le capitalisme c’est bien pour Postone parce qu’il y est objectivé sous la forme de valeur. C’est cette objectivation de l’activité de travail qui est à l’origine de son caractère instrumental, de l’aliénation, de l’exploitation. Ainsi, si l’historicité du travail est primordiale, il semble manquer une partie de l’analyse de la valeur dans l’article de Dominique Méda, qui passerait donc un peu à côté du projet de Postone. Celui-ci n’est pas de fonder un marxisme empreint d’écologie, mais de fonder une critique véritable du capitalisme, fondée sur la critique de ses catégories constituantes, la valeur, le travail et le capital.

  1. Méda, Dominique. « Est-il possible de libérer le travail ? », Le Philosophoire, vol. 34, no. 2, 2010, pp. 55-69. https://doi.org/10.3917/phoir.034.0055 []
  2. Cette position est développée par Gorz dans la première partie des Métamorphoses du travail. []
  3. Cette centralité est au cœur de son essai Le travail, une valeur en voie de disparition ?. []
  4. C’est-à-dire principalement le Capital (1867) et les Grundrisse (Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857) ) []
  5. Méda, Dominique. « Est-il possible de libérer le travail ? », Le Philosophoire, vol. 34, no. 2, 2010, pp. 55-69. Par. 12 []
  6. Ibid []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search