L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne: La commanderie du Temple de Carentoir, l’Hôpital du Quessoy et leurs annexes

Chapelle Saint Houardon, commune de La Feuillée, photo tirée de lesmontsdarree.bzh

L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, après sa fondation, a connu une large expansion à travers toute l’Europe médiévale chrétienne. Il s’est enrichi grâce aux nombreuses donations des princes et autres bienfaiteurs, couplées aux privilèges accordés par la papauté. La Bretagne n’échappa pas à cette implantation, les Hospitaliers ainsi que les Templiers s’y installèrent dès le XIIe siècle et y fondèrent de nombreuses commanderies. Elles constituaient les sources de revenus de l’Ordre, lui permettant ainsi d’accomplir ses missions charitables, que sont la protection, l’accueil et le soin des pèlerins, et ses missions militaires contre les musulmans en Terre Sainte et dans la péninsule ibérique. L’origine antérieure des possessions bretonne étant peu connue, il faut travailler sur deux chartes attribuées au duc Conan IV et datées de 1160 et 1182. La charte de 1182 serait apocryphe car le duc Conan IV est mort en 1171, cependant le contenu est intéressant car il renseigne sur les possessions des Templiers en Bretagne. On peut y trouver les noms de plusieurs lieux où ils étaient implantés. La seconde charte attribuée à Conan IV, datée de 1160, est quant à elle donnée en faveur des Hospitaliers. Bien qu’étant elle aussi apocryphe, elle contient l’énumération d’une soixantaine d’établissements appartenant à l’Hôpital. Y sont mentionnés les dons du duc Conan, qui concède un bourgeois dans chacun des châteaux et des villes qu’il possède en la région de Guémené-Héboët, et d’Alain vicomte de Rohan, qui concède quant à lui, un bourgeois dans chacune de ses forteresses. Un homme dans chacune des paroisses du Pays de Retz est aussi donné aux Hospitaliers. Ces deux chartes nous donnent de nombreux noms de lieux qu’il n’est pas possible de tous identifier.

Chapelle de Carentoir, photo tirée de templier.net

I) La commanderie du Temple de Carentoir

Au milieu du XIe siècle les Templiers fondèrent à Carentoir (dans l’actuel morbihan) une maison nommée Le Temple, elle est mentionnée dans la charte de 1182 sous le nom de Karantoe. Les Hospitaliers en héritèrent et en firent le chef-lieu d’une commanderie. En 1566, l’Hôpital de Quessoy fut annexé au Temple de Carentoir, et ainsi se forma le Temple de Carentoir.1 La commanderie du Temple de Carentoir se composait d’une douzaine de membres se trouvant au diocèse de Vannes, excepté le Temple de La Coëffrie, situé en l’évêché de Rennes. Ils formaient au XVIe siècle cinq groupes : Le temple de Carentoir proprement dit, l’Hôpital de Malansac et ses annexes, l’Hôpital de Villenart, le Pont-d’Oust et le Temple de La Coëffrie.

A) Le Temple de Carentoir

Au Temple de Carentoir, les Templiers ont bâti une église, dédiée à Saint-Jean-Baptiste, dont la date précise de fondation est inconnue. Elle fut mise à disposition du clergé paroissial et des fidèles, mais le commandeur avait le droit d’y nommer un vicaire perpétuel, auquel il fournissait un presbytère et une portion congrue. Les dîmes, perçues à la 10e et à la 15e gerbe, appartenaient au commandeur, ainsi que les oblations faites à l’église paroissiale et les prémices sur les bêtes à laine. Le manoir, servant de résidence au commandeur, se trouvait au bourg du Temple de Carentoir, près de l’église paroissiale. Dans ce même bourg, le commandeur de Carentoir avait un four à ban.2

B) L’Hôpital de Malansac

L’Hôpital de Malansac fut fondé au XIIe siècle par les Hospitaliers, dans la paroisse de Malansac, au diocèse de Vannes. Il est désigné sous le nom de Eleemosina de Malechac dans la charte de 1160 et sera uni en 1416 à la commanderie du Temple de Carentoir.3 A proximité de cet hôpital se trouvait une chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste. L’Hôpital de Malansac possédait lui-même plusieurs annexes : Le Guerno situé dans la paroisse de Noyal-Muzillac, au diocèse de Vannes, disposait d’une aumônerie, mentionnée dans la charte de 1160 sous le nom de Eleemosina de Guernou,4 d’une chapelle et de plusieurs rentes annuelles et également une église portant le vocable de Saint Jean-Baptiste. A Questemper, il y avait une aumônerie dès le XIIe siècle, dans le diocèse de Vannes, désignée sous le nom de Eleemosina de Kestembert dans la charte de 1160.5 Une chapelle de Saint Jean-Baptiste était située dans le village du même nom à quelques kilomètres au Sud de Questembert, avec quelques rentes et oblations.6 A Limerzel, deux chapelles, l’une dédiée à Saint Jean-Baptiste et l’autre à Sainte Marie-Madeleine.7 A Frescal, le Temple de Frescal, un établissement Templier repris par les Hospitaliers qui rebâtirent la chapelle au nom de Saint Jean-Baptiste.8 A Lantiern, le Temple de Lantiern dans la paroisse d’Arzal, où se trouvait un temple de Saint-Jean-Baptiste, quelques tenues devant des rentes et de dîmes et l’église tréviale de Lantiern.9 Au temple de Gorvello, dans la paroisse de Sulniac, nommé Eleemosina de Corvellou10 dans la charte de 1160, une chapelle de Saint-Jean-Baptiste et une église paroissiale. A La Vraie-Croix, également située dans la paroisse de Sulniac, nommée Hospitalis in Suluniac11 dans la charte de 1160, à une petite lieue du Gorvello, un temple de Saint-Sauveur ou Saint-Jean-Baptiste, plusieurs tenues avec rentes et dîme. Au Cours de Molac, des possessions Hospitalières et Templières : Elemosina de Mollac (Hospitaliers) et Moëllac (Templiers). Les templiers y auraient construit une chapelle Notre-Dame de l’Hermain en Molac. Le Temple Saint-Jean-Baptiste quant à lui fut fondé par les Hospitaliers.12


C) L’Hôpital de Villenart

L’Hôpital de Villenart, dans la charte de 1160, est mentionné sous le nom de l’aumônerie de Ploërmel : Eleemosina de Ploearthmael,13 dans l’évêché de Saint-Malo. En 1677, le membre appelé Saint-Jean de Villenart en la paroisse de Ploërmel, est constitué d’une chapelle Saint-Jean-Baptiste avec quelques aumônes et oblations dédiées au commandeur. Les hommes et sujets des villages de Saint-Jean, La Villenart, La Bretonnière, L’Hospital, Bizon et Crancastel, dont une maison au village de Loyal, en la paroisse de Néant et un autre village appelé L’Hospital de Néant lui devaient des rentes et des devoirs seigneuriaux.14 Les possessions templières dans les paroisses de Guillac et de Saint-Servant y furent rattachées. Il y avait également le Temple de Guillac, mentionné en 1182 et, en la paroisse de Saint-Servant, un hameau nommé l’Hôpital-aux-Robins, ainsi qu’un autre hameau nommé Le Temple où sont dues quelques rentes féodales.15

D) Le membre du Pont d’Oust

Le Pont d’Oust est situé sur le bord de la rivière d’Oust, en la paroisse de Fougeretz, dans le diocèse de Vannes. En 1574, c’était une tenue d’héritage contenant environ 35 journaux de Terres, sur laquelle sont dus 30 sols de rentes et la dîme.16


E) Le Temple de La Coëffrie

Pour le Temple de La Coëffrie, en 1217, le duc Pierre Mauclerc et sa femme Alix de Bretagne confirment les donations faites aux Templiers par leur prédécesseurs et ajoutèrent le don d’une villa dans le pays de la Mée, quadam villa in Media.17 Après la chute du Temple, les Hospitaliers l’unissent à leur commanderie de Carentoir dès 1391.18 En 1574, le manoir contient plusieurs cours, jardins, prairies, bois de hautes futaie, etc … , Il s’étendait sur environ 15 journaux de Terre. L’église et la chapelle dudit lieu de La Coëffrie sont situées au joignant de ladite maison, le commandeur de Carentoir y jouit de toutes les aumônes et oblations de la chapelle. Il y a aussi un moulin à grain avec un étang et un moulin.19 A l’origine le Temple de La Coëffrie s’étendait dans au moins dix paroisses : Messac, Fogeray, Guipry, Saint-Germain de Rennes, Baulon, Saint-Jacut (Saint-Jacut-les-Pains), Ruffiac, Tréal, Guer et Malestroit.20 En la paroisse de Fougeray, dans évêché de Nantes, à une lieue de La Coëffrie, se trouvait un petit village appelé L’Hostel-Ferré ou La Ruantaye où sont dus 45 sols de rente et obéissance par les habitants dépendant de la commanderie.21 Au bourg de Messac, à une petite lieue de La Coëffrie et proche du cimetière de Saint-Jacques (probablement à l’origine Templière) se trouve une tenue où résident 4 ou 5 personnes qui doivent sols de rente et l’obéissance.22 Au bourg de Baulon, à quatre lieues de La Coëffrie se trouve un autre établissement religieux : Le Temple. Il est composé de deux maisons avec jardins appartenant aux Templiers. Après la dissolution de leur Ordre en 1312, le Temple de Baulon passe au mains des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, faisant partie de la commanderie de La Coefferie. Des prêtres habitués de Baulon, y demeuraient et lorsqu’en 1644 les chevaliers de Saint-Jean voulurent récupérer leur bien, ils firent procès à Dom Vincent Le Prince, lequel dut quitter les lieux. On attribue aux Templiers (ou aux Hospitaliers) la relique de la Vraie Croix donnée à l’église de Baulon.23


II) L’Hôpital de Quessoy

Dans la paroisse de Quessoy, au diocèse de Saint-Brieuc, se trouvait au village de L’Hôpital, un établissement de l’Ordre de Sain-Jean de Jérusalem, qui était le chef-lieu d’une commanderie appelée L’Hôpital de Quessoy. Il tire probablement ses origines d’un hospice fondé pour les besoins des voyageurs indigents,24 il est mentionné dans la charte de 1160 sous le terme de Eleemosina de Kessoe.25 La commanderie de Quessoy remonte donc à l’arrivée des Hospitaliers en Bretagne au XIIe siècle ; elle acquit de bonne heure une certaine importance, mais au XVIe siècle elle se trouvait réduite à peu de choses. A cette époque cependant on lui avait uni trois autres petits établissements : La Croix-Huis, Port-Stablon et Roz-sur-Couesnon.26 Longtemps indépendantes l’une de l’autre, Le temple de Carentoir et l’Hôpital de Quessoy furent réunis en l’an 1566.27 Pour l’Hôpital de Quessoy, en 1643, il y avait une chapelle Saint-Jean-Baptiste ainsi qu’un cimetière devant l’église, derrière un grand nombre de ruines où autrefois étaient les logis et manoir dudit lieu, joignant les ruines un petit jardin doté d’un réservoir, plus proche de la chapelle était le logis de la métairie. Un moulin à blé se trouvait sur le ruisseau proche du lieu.28 Enfin le domaine proche de la commanderie de Quessoy se complétait par la métairie des Granges en Yffiniac et par une dîme à la 12e gerbe au village de l’Hôpital de Quessoy. La chapelle Saint-Jean de l’Hôpital de Quessoy appartenait au XIVe siècle. Le commandeur de Quessoy jouissait d’une haute juridiction et recueillait quelques dîmes et rentes dans les paroisses voisines de Plouguenast, Saint-Aaron, Saint-Gouéno et Plaintel.29 Il se trouvait en Plouguenast une chapelle dédiée à Saint-Jean et en Saint-Aaron un village appelé L’Hôpital.30


A) Le membre de La Croix-Huis

La charte donnée en 1160 aux Hospitaliers mentionne l’aumônerie de La Croix-Huis sous le nom de Eleemosina de Cruce-Hahaguis,31 située en la paroisse de Saint-Cast près de Matignon, dans l’évêché de Saint-Brieuc. Il y avait une chapelle fondée de Saint-Jean-Baptiste, quelque rentes, dîmes et obéissances sur quelques maisons et héritages situés aux environs de ladite chapelle et dans les paroisses de Henan-Bihan, Pléboulle, Pléhérel, Saint-Germain-de-la-Mer, Erquy.32 En Pléboulle, Saint-Germain-en-la-Mer, Quintenic et Henan-Bihan se trouvaient des villages avec des chapelles Saint-Jean. On suppose que le village de La Croix, entre Pléoulle et Saint-Cast, est l’ancienne Croix-Huis.33 En Henan-Bihan la chapelle Saint-Jean s’élevait au bord d’un chemin gallo-romain, les Hospitaliers possédaient dans cette paroisse les aumôneries du Tertre-Conan et de La Grand’Fontaine, nommées dans la charte de 1160 Eleemosine de Tertre-Conaen et de Grandifonte.34 L’Hôpital en Pléhérel était un village appartenant également aux Hospitaliers en 1160 ; il est appelé alors Eleemosina de Pleherel.35 En Erquy on trouvait le village des Hôpitaux et il y aurait eu, lors des croisades, une léproserie à l’usage des soldats atteints de la lèpre et revenant de Terre-Sainte. Il est vraisemblable que ces divers hôpitaux et chapelles devaient à l’origine dépendre de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.36 Quelques rentes étaient recueillies dans les paroisses de Collinée, Matignon et La Bouillie.37 En Matignon le village de L’Hôpital appartenait aux Hospitaliers. L’aumônerie de La Bouillie et ses dépendances leur appartenaient également ; elle est mentionnée dans la charte de 1160 sous le nom de la Bollie cum appendiciis.38


B) l’Hôpital de Port-Stablon

Les Hospitaliers construisirent vers la fin du XIe siècle ou début XIIe siècle un petit hôpital sur les bords de la Rance, dans la paroisse de Saint-Suliac, en l’évêché de Saint-Malo ; appelé l’Hôpital de Port-Stablon. Ils bâtirent dans le village une chapelle Saint-Jean-Baptiste et le village pris le nom de Port Saint-Jean.39 En 1160 le duc de Bretagne confirma les Hospitaliers dans la possession de leur aumônerie de Stablon, Eleemosina de Stablehon,40 dans la charte de 1160. En 1244 le commandeur des Hospitaliers, Pierre de Villedieu approuva la rente faite à l’abbaye de Saint-Aubin des Bois d’un hébergement et d’une vigne situé à l’Hôpital de Port-Stablon.41 La juridiction seigneuriale de PortStablon s’étendait assez loin en 13 paroisses : Hillion, Plaine-Haute, Pleslinn Plaintel, Plouër, Taden, Hénon, Planguenoual, Saint-Aaron, Pléneuf, Caulnes, Pleudihen et Evran. De la même juridiction relevaient aussi deux maisons situées à Dinan et quelques droits en la paroisse de Saint-Judoce.42 Dans la paroisse de Pleudihen, le commandeur de Quessoy avait encore en 1574 le baillage de Pont-de-Terre signalé en 1160 sous le nom de Eleemosina de Ponteterre. En Taden se retrouve également le village de La Grand’Ville qui est l’aumônerie signalée en 1160 sous le nom d’Eleemosina de Grandivilla.43


C) Le membre de Roz-sur-Couesnon

On sait peu de chose sur le membre qu’avait le commandeur de Quessoy, en la paroisse de Roz-sur-Couesnon au diocèse de Dol. C’était une chapelle dédiée à Saint-Jean, construite au bord de la mer, au village de l’Hôpital. Auprès de cette chapelle se trouvait un petit logis avec jardin et pièce de terre.44 Le commandeur de Quessoy jouissait d’un trait de dîme dans les paroisses de Roz-sur-Couesnon et de Saint-Marcan. Il y avait également un village appelé La Poultière où était dues quelques rentes, dîmes et obéissances. Il est possible que les biens suivants dépendaient également à l’origine de l’Hôpital de Roz-sur-Couesnon : les tenues et fief de La Villaze-Chartrain, en la paroisse de Pleine-Fougères ; le baillage de l’Hôpital, en Pleuguenec ; un petit baillage en Bécherel, au village de la Barre, et un dernier petit fief en la paroisse de la Chapelle-Chaussée.45 La commanderie de Carentoir s’étendait au XVIe siècle en 66 paroisses disséminées dans les 6 diocèses de Vannes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Dol, Rennes et Nantes. Elle comprenait une église paroissiale, 4 églises tréviales et 16 chapelles ; elle avait 3 manoirs et une demi-douzaine de moulins. Dans tous ses fiefs le commandeur de Carentoir exerçait une haute, moyenne et basse justice.46

EZANNO Samuel

  1. A. Guillotin; de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne, Durance, Nantes, p. 120. []
  2. Ibid, p. 121. []
  3. D. Morice, Mémoire pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, tome I, 1742-1746, p. 638. []
  4. Ibidem []
  5. Ibidem []
  6. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 132. []
  7. Ibid, p. 133. []
  8. Ibid, p. 134. []
  9. Ibid, p. 136. []
  10. D. Morice, Ibid, tome I, p. 638. []
  11. Ibidem. []
  12. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 140. []
  13. D. Morice, Ibid, I, p. 638. []
  14. Archives de la Loire-Atlantique, B, 184. []
  15. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 142. []
  16. Ibid, p. 143. []
  17. Archives de la Loire-Atlantique, H, 460, D. Morice, op. cit., tome I, p. 836. []
  18. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 145. []
  19. Ibidem. []
  20. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 149. []
  21. Ibid, p. 148. []
  22. Ibidem. []
  23. René CHESNAIS, Baulon, 1968, p. 24. []
  24. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 149. []
  25. D. Morice, op. cit., tome I, p. 638. []
  26. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 150. []
  27. A. de Barthélemy et Geslin de Bourgogne, Anciens évêchés de Bretagne, tome VI, 1864,  p. 255. []
  28. G. du Mottay, Répertoire archéologiques des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, 1872, p. 202. []
  29. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 153. []
  30. Ibidem. []
  31. D. Morice, op. cit., tome I, p. 638. []
  32. Procès-verbaux d’« améliorissement » et description des biens de la commanderie de Carentoir, Archives départementales du Morbihan, 58H. []
  33. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 154. []
  34. Ibidem. []
  35. D. Morice, op. cit., tome I, p. 638. []
  36. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 154. []
  37. Ibid, p. 155. []
  38. Ibidem. []
  39. Ibidem []
  40. D. Morice, op. cit., tome I, p. 638. []
  41. A. de Barthélemy et Geslin de Bourgogne, op. cit., VI, p. 255. []
  42. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 156. []
  43. D. Morice, op. cit., tome I, p. 638. []
  44. A. Guillotin de Corson, op. cit., p. 157. []
  45. Ibid, p. 158. []
  46. Ibid, p. 167. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search