La guerre de Célestin Lainé

Une période de renouveau de l’esthétique et de la pensée bretonne : voilà comment qualifier les années 1970, période charnière pour le mouvement breton, qui se traduit par une explosion de produits culturels en rapport avec une nouvelle image de la Bretagne. C’est en effet une nouvelle Armorique en son et lumière, poussée par des producteurs recherchant du changement dans le domaine musical, qui va emboîter le pas de la vieille image de la Bretagne traditionnelle, rurale, excentrée du reste de la France. Cette nouvelle Bretagne se teinte bien sûr de ses codes traditionnels mais voici une version plus pop, plus à même d’être vendue comme un produit marketing.

Cependant, le bond de la Bretagne sur la scène médiatique n’est pas sans lien avec certains bouillonnement politiques qui peuvent animer la presse sensationnaliste. Ainsi, les procès du Front de Libération de la Bretagne ( FLB) font grand bruit. En effet dès le milieu des années 60 et pendant les années 70, le FLB et sa branche cadette, l’ARB (Armée Révolutionnaire Bretonne) menèrent des attentats dans toute la Bretagne tout en tentant de se restructurer en interne sur des bases idéologiques nouvelles. Les procès de 1972 puis ceux de 1978 et 1979 sont fortement médiatisés et remettent la question du militantisme et de l’identité bretonne au cœur des débats.

Le FLB et l’ARB se présentent comme les derniers groupes armées de « l’emsav » c’est-à-dire du mouvement de construction identitaire breton que l’on découpe en trois phases distinctes : une première que l’on peut faire débuter à la création de l’Union régionaliste bretonne en 1898 et qui se poursuit jusqu’à la Première Guerre mondiale, véritable rupture puis qu’après cela ce rajoute une nouvelle génération construit par la guerre, issue d’une culture de la violence.
Cette deuxième phase se poursuit pendant toute l’entre deux guerres et se termine à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Le Troisième emsav, postérieur à cette dernière guerre se reconstruit tout en s’engageant de façon plus lourde sur des terrains apparemment plus culturels, évidemment le lien entre imagerie bretonne et volonté politique nationaliste est à faire pour comprendre cette réorientation. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que le FLB, marquant en quelque sorte le visage dure de l’emsav présente une phase de reconstruction et déconstruction des-quelles naissent une seconde ARB comparativement à la première qui était républicaine. La raison de cette naissance est liés aux acteurs du deuxièmes emsav encore présent dans le FLB, ceux ci sont pour beaucoup accusé de collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale. Optant pour une approche plus anti-impérialiste du mouvement armé breton, l’Armée Révolutionnaire Bretonne se créer tout en revendiquant l’appellation FLB. On observe donc un fossé entre un mouvement breton plus réactionnaire, plus à droite avec des anciens issus du second emsav accusé de collaboration comme Yann Fouéré et un nouveau mouvement créé en opposition sur une doctrine anti-impérialiste et de gauche marxiste qui n’a par ailleurs pas connue la guerre.
La question de la collaboration est centrale dans le changement opéré lors du troisième emsav car elle provoque une fracture profonde au sein du militantisme breton. Et si beaucoup se se défendent d’avoir collaboré ou rejettent la faute sur d’autres, un nom revient sans cesse : celui de Célestin Lainé né en 1908 Nantes et mort à 1983 en Irlande, fondateur du Bezen Perrot, unité paramilitaire au service du Sicherheitsdienst (SD) le service de renseignement et de maintien de l’ordre de la SS. Ici les actions entreprises par Lainé et sa formation dépasse de très loin la collaboration passive de certains acteurs du mouvement bretons notamment au sein du PNB par exemple car le Bezen Perrot à combattu pour l’Allemagne Nazi dans une doctrine très proche de ce qui pouvait ce faire chez la SS justement. Et c’est bien le problème : le Bezen Perrot est une unité qui a porté l’uniforme de l’ennemi, on ne peut pas le comparé aux autres formes de collaboration et le caractère paramilitaire et l’engagement des hommes de Lainé signale la forte adhérence de ces derniers à l’idéologie nazi, bien que retravaillée par Lainé sous couvert de Celtisme.
Le personnage de Célestin Lainé est intriguant à bien des égards parce qu’il est atypique même au sein du deuxième emsav. Son parcours que nous retracerons ici dans les grandes lignes est le témoin d’un extrémisme idéologique teinté d’une mystique emprunté a l’esthétique celte bretonne et germanique qui le rapproche de mouvement à la fois paramilitaire de son époque mais aussi de sectes. Ce dernier point qui est sûrement la plus grande singularité de cet homme le conduit d’ailleurs, après s’être échappé en Irlande en raison de sa condamnation à mort lors de la Libération, à continuer à promouvoir cette même mystique qui en font une véritable secte portée autour de son propre culte et de celui de la race celtique.

Célestin Lainé — Wikipédia

illustration : Célestin Lainé en uniforme SS. Photographie prise après le 31 janvier 1945 ou ce même jour, publiée dans Leach Daniel, Fugitive Ireland: European Minority Nationalists and Irish Political Asylum. Four courts Press, 2009, London

Par ailleurs si l’on observe dans le passé de Célestin Lainé on remarque la récurrence du personnage à créer des mouvements paramilitaire, pas forcement les plus stables en raisons de sa propension à souvent se mettre à dos les autres militants. Par exemple, son activisme commence véritablement en 1930 quand il fonde Gwenn-ha-du (blanc et noir) sur le modèle de l’IRA. Mais cette organisation bien qu’autrice de plusieurs attentats réussis notamment contre l’hôtel de ville de Rennes (7 septembre 1932), est dissoute puis remplacée par Kadervenn (le sillon de combat) toujours sur le modèle de l’IRA. Le Kadervenn évolue en 1940 en Lu Brezhon mais très vite celui ci est concurrencé par le Bagadou stourm a partir de 1941, unité paramilitaire du PNB mais formé par justement les cadres de Lu Brezhon donc Célestin Lainé et dirigé par Yann Goulet. Ce n’est qu’après que les plus convaincu par Lainé le rejoignent pour fondé le Bezen Cadoual en novembre 1943 rebaptisé le Bezen Perrot en décembre 1943.
L’envie de créer une « SS Bretonne » est surtout dû à la proximité idéologique qu’il a avec le Reich et l’opportunisme avec la chute de la France face à l’Allemagne car son modèle comme cité plus haut ce n’est pas en premier lieu l’Allemagne mais bien l’Irlande et l’IRA, modèle celtique donc contre l’empire britannique. De façon miroir Célestin Lainé veut créer une armée celtique contre un empire, cette fois si la France et toute sa vie la haine de la France va guider une grande partie de ses choix et ceux malgré le fait qu’il se construit plus d’ennemis que d’allier y compris dans son camps pourtant déjà bien restreint, les militants nationalistes bretons.

C’est un postulat qui pourtant est partagé par plusieurs de ses interlocuteurs : Olier Mordrel exprime dans la revue Stur approximativement la même origine de sa haine contre la France, la peur d’une culture détruite par l’empire, la peur d’une décadence, que jamais il n’y ait de sursaut national. Mais la différence fondamentale réside comme on l’a dit plus tôt dans le jusqu’au boutisme idéologique de Lainé car si beaucoup de militants nationalistes de cette époque étaient fascinés par l’Allemagne, la Prusse, la SS, peu ont finalement pris les armes contre la résistance ou ont combattu sur le front pour le Reich. Surtout, Lainé avoue lui même observer la lutte contre l’envahisseur franc de façon martiale. Cela ne veut pas dire que la lutte armée n’était pas glorifié par les autres militants mais Lainé ressentait un besoin presque physique de ce battre et s’il n’a pas été celui qui à le plus écrit sur le sujet dans des revues, il est de loin celui qui a le plus participé à la création d’unités paramilitaires. Son rêve absolu de créer une armée bretonne tournée contre la France est un objectif qu’il va activement rechercher à atteindre durant les années 30 mais encore plus après la chute de Paris en juin 1940.

C’est cette période précise d’effervescence et d’agitation dans le milieu des militants nationalistes bretons qui m’intéresse dans ce mémoire. Celui-ci porte en effet sur les actions de Célestin Lainé pendant la Seconde Guerre mondiale, du 3 juillet 1940 et la naissance du comité national breton à Pontivy jusqu’à la fuite du Bezen Perrot en Allemagne à partir de Juin 1944.
Travailler sur Célestin Lainé et ses créations, ce n’est pas travailler sur la collaboration ou la LVF (Légion de volontaire Français contre le bolchévisme) puis la division Charlemagne. L’importance donnée à la Bretagne, la haine profonde anti-française de Célestin Lainé et toute la mystique qui entoure le personnage nous font rentrer dans un champs beaucoup plus restreint, presque intime avec différentes unités paramilitaires qui ne sont que le miroir d’un personnage qui pousse à l’extrême des rhétorique raciales, nationales et bellicistes.

Tout le travail autour du Bezen Perrot est finalement assez récent : on note le livre de Philippe Aziz intitulé Histoire secrète de la Gestapo en France1 qui est parmi les premiers à ce pencher sur la question . Le terme d’Histoire secrète est évidement un argument marketing et vendeur. Plus tard Ronan Caoussin évoque le Bezen Perrot dans son livre Les Nationalistes bretons de 1939 à 19452 après Ronan Caoussin3 dans Le rêve fou des soldats de Breiz-Atao. George Cadiou4 dans L’hermine et la croix gammée se penche pour ça part sur le PNB mais assez peu finalement sur Lainé et son Bezen Perrot.


L’étude du Bezen Perrot et de Célestin Lainé a déjà largement était mené par plusieurs auteurs et chercheurs dont Sébastien Carney, directeur de ce mémoire et chercheur au CRBC (centre de recherche bretonne et celtique ) et dont l’ouvrage5 Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948) m’a été d’une utilitée primordiale pour comprendre le personnage de Lainé, mais aussi les autres militants nationalistes d’influences durant la même période. Je dois bien avouer que cet ouvrage est en somme un concentré nécessaire pour au moins cerner la période et établir une véritable psychologie et retracer le parcours des noms que je ne croisais, si ce n’est dans les cours de Mr Carney, sur des bouts de papier et d’obscurs tapuscrits.

Le Bezen Perrot a été très bien étudié par Kristian Hamon qui a notamment écrit Le Bezen Perrot 1944 : des nationalistes bretons sous l’uniforme allemand6, un travail efficace centré comme son nom l’indique bien plus sur l’historique militaire du Bezen Perrot. Même si celui ci ne s’intéresse finalement qu’à deux ans sur les cinq que je propose d’observer dans ce mémoire, lire sur le Bezen Perrot au final c’est lire sur Lainé, je le dis et le redirai tout au long du mémoire car le Bezen Perrot est l’enfant, le rêve fou7 de Lainé, un aboutissement de plusieurs années. De plus les informations sur le Bezen Perrot ne sont pas si nombreuses que cela : dans les archives que j’ai pu consulter, le Bezen Perrot représente un fraction des documents en relation avec Lainé. Et encore, ce sont des informations très confuses, surtout quand ce ne sont pas des documents administratifs. La défaite de l’Allemagne qui entraîne le repli de Lainé et de ses hommes a conduit à une production diminuée de documents par l’unité et par Célestin Lainé lui-même. Voilà donc la pertinence du travail de Hamon, autour de la compréhension du Bezen Perrot mais surtout de ses actions au jours le jours.

Aussi je dois mentionner le travail sur la résistance face la milice de Françoise Morvan dans l’ouvrage Miliciens contre Maquisards. Même si celui-ci semble plus excentré de ma recherche personnelle autour de Lainé, le combat qu’il livrait à la Résistance à très bien été documenté par Françoise Morvan, éclaircissant ainsi beaucoup de zone d’ombres, des événements en Bretagne même, que j’avais beaucoup de mal à comprendre.

1Aziz P., Histoire secrete de la Gestapo en Bretagne, Genève, Famot, 1975.

2Frelant B., Les nationalistes bretons de 1939 à 1945, éditions Beltan, Brasparts, 1985.

3Caoussin R, Le rêve fou des soldats de Breiz-Atao, Nature et Bretagne, 1974.

4Cadiou G., L’hermine et la croix gammée : Le mouvement breton et la collaboration, Mango Document, Paris, 2001.

5CARNEY S., Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Collection « Histoire », 2015.

6Hamon K., Le Bezen Perrot 1944 : des nationalistes bretons sous l’uniforme allemand, Yoran embanner, Fouesnant, 2004.

7Morvan F., Miliciens contre Maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne, Ouest-France, Rennes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search