MARIAGE ANDA COMORES PAR youssrat MAOULIDA

LE MARIAGE COMORIEN (par youssrat MAOULIDA)

Le mariage est un moment symbolique. En effet le mariage en tant qu’union religieuse ou légale est un mode d’officialisation, une étape dans le cycle de vie de certains individus. Étymologiquement, « Le terme “mariage” a une racine latine qui vient du terme mas, maris ce qui signifie : “mâle”. D’origine masculine selon son étymologie, le mariage impliquait que la tutelle de la femme passait du père au mari. Ainsi maritare ou donner en mariage, était un acte passif, un acte par lequel s’établissait le lien mais aussi le nouvel état créé par cet acte. Le suffixe “-age“, signifie embrassade, codage, trouvaille… 1». Ceci étant, le mariage évolue selon le milieu social. En effet dans certains pays, le mariage est non seulement une union de deux personnes mais également un héritage culturel.

En France, à partir de la fin du XX siècle, le mariage intervient de plus en plus dans la vie des couples. En 2001, l’âge moyen du premier mariage est de 30 ans pour un homme et de 28 ans pour la femme. L’institution qu’est le mariage dans la société Française est moins la formation du couple que la transformation d’un couple non-marié en couple marié.

Cependant dans d’autre pays tels que les Comores présentent le mariage d’une façon très propre à leurs coutumes.

Les Comores sont un archipel de 4 îles, situé à l’embouchure du canal Mozambique, à coté de Madagascar et de l’Afrique. Trois d’entre elles composent l’union des Comores, une république indépendante et la quatrième île, Mayotte, fait partie des 101 département français depuis 2011. La religion dominante de cet archipel est l’islam Sunnite.

Aux Comores, le mariage n’est pas seulement un moment symbolique mais une évolution dans la société et une construction de l’identité. On distingue plusieurs façons de célébrer le mariage aux Comores. Cependant, ce qui nous intéresse ici c’est le grand mariage traditionnel comorien ou autrement appelé le « Anda », plus particulièrement en Grandes Comores.

Aux Comores, la tradition est une éducation privilégiée. Effectivement, le mariage traditionnel comorien est plus considéré dans la société que le mariage civil. Le mariage traditionnel est reconnu comme légitime, c’est-à-dire qu’on n’est pas forcé de passer devant la mairie pour que l’union soit légitime.

Après avoir situé notre sujet principal, nous allons voir en quoi le mariage est un patrimoine. Pour une meilleure compréhension de notre sujet, nous allons nous appuyer sur la théorie de la tradition culturelle. Qu’est-ce que la tradition ?

« La tradition se définie traditionnellement comme ce qui d’un passé persiste dans le présent, où elle est transmise et demeure, agissante et acceptée par ceux qui la reçoivent et qui, à leur tour, au fil des générations la transmettent2 ».

Le « anda » est avant toutes choses une cérémonie traditionnelle appartenant au patrimoine propre de l’évolution des Comoriens dans la société.

« Le patrimoine est l’héritage commun d’un groupe ou d’une collectivité qui est transmis aux générations suivantes. Il peut être de nature très diverse : culture, histoire, langue, système de valeurs, monuments, œuvres artistiques…3 ».

Par notre étude, nous allons démontrer en quoi le mariage traditionnel, autrement appelé le « anda », est un patrimoine culturel propre aux Comores.

Nous allons premièrement voir la coutume et les types de mariages des Comores, ensuite les étapes à suivre pour être éligible au Grand Mariage, et enfin, le rôle que joue le Grand Mariage dans la société comorienne, tout en restant sur l’idée de l’institution du mariage correspondant à un patrimoine.

La coutume et les types de mariages aux Comores.

Dans la société comorienne, le mariage est obligatoire du fait de la religion mais aussi par la coutume. En effet, le mariage aux Comores est tout d’abord un cycle de vie. Dès la socialisation primaire, la religion et la coutume sont les principaux sujets abordés par l’entourage de l’enfant, à commencer par ses parents et sa famille mais également par ses professeurs d’école coranique. La coutume étant très valorisée dans la société comorienne, les comoriens ne peuvent que l’appliquer.

« La vie coutumière ou encore la vie sociale comorienne vécue selon les normes traditionnelles, et qui s’imposent avec force à tous les habitants, est complexe. Elle se traduit par des cérémonies religieuses, des fêtes mais aussi par de vives tensions sociales4».

On distingue 3 types de mariages : le « SIRI» , «MDHOIHIRICHO » et le « ANDA » :

  • Le « Siri » est « le minimum » des mariages en Grande Comores. Il consiste à unir deux personnes par la religion. Seuls sont présents les mariés, les témoins et le prêtre et il n’y a donc pas de réception de mariage.
  • Le « Mdhoirhiricho » combine à la fois une union religieuse et une réception de mariage. Cela équivaux à l’invitation des proches du marié et à une cérémonie dansante réunissant les deux familles et les amis.
  • Le « Anda » est le Grand Mariage. Il implique l’union religieuse et le Anda. Il peut aussi concerner un couple marié depuis longtemps, souhaitant faire le Grand mariage.

Quel que soit le mariage, on s’en tient à défendre une identité collective qui repose sur ces 3 cérémonies traditionnelles comoriennes.

Bien que ses 3 mariage révèle de la tradition de cette société, ce qui nous intéresse sur ses 3 types de mariages c’est le « Anda ».

Les étapes à suivre pour être éligible au Grand Mariage.

Le Grand Mariage comorien est célébré différemment selon les îles car chaque îles à sa coutume. L’étude de Anold Vann Gennep sur le « systématique à travers l’espace et le temps », définit le mariage comme étant un rite de passage. Effectivement, dans cette théorie on peut supposer que le Grand Mariage comorien est un rite de passage puisqu’il se déroule en plusieurs étapes.

Aux Comores, les étapes à suivre sont toujours les mêmes. Il faut savoir que ses étapes concernent seulement les hommes. En effet, les femmes sont dispensées de ses étapes car elles sont les mariées donc ce sont elles qui reçoivent. Cette cérémonie est normalement dédiée aux grandes filles de la famille. Cependant certaines familles exigent que leur belle fille réponde à certaines exigences, telles que venir d’une famille noble et de préférence du village.

La première étape est de rejoindre les « Wana Mdji ». Les « Wana Mdji » est un groupe de personnes, souvent constitué par des jeunes. Ce groupe est composé de personnes que l’on invite chez soi à chaque fois qu’il y a un mariage dans sa famille. On peut, soit leurs donner de l’argent ou les inviter à manger. Il faut savoir que cette initiation des démarches du Anda est le premier rite de passage des jeunes garçons de la société comorienne.

Ensuite, on évolue en allant dans un autre groupe appelé « Beya ». Ce groupe demande une invitation, et une enveloppe d’une somme très importante en guise de remerciement.

Et enfin, le derniers groupe, le « Vouvouliya », est à intégrer pour pouvoir faire le Anda. Ils sont ceux qui annoncent le Anda. Le « Msamio » est la dernière invitation qui va être composée par les deux groupes d’initiation.

Une fois ses étapes accomplies, on peut faire le Grand Mariage.

Le rôle que joue le Grand Mariage dans la société comorienne.

Dans la société comorienne, le Grand Mariage est le derniers rite de passage de l’homme dans la société. Ces fêtes traditionnelles engendrent un sentiment d’appartenance à une communauté et un partage d’une identité collective communautaire. Ceci étant, le Grand Mariage est tout d’abord une question d’honneur. En effet, l’honneur ne se traduit pas par un parcours professionnel exemplaire, ou par la richesse mais par le Grand Mariage. L’honneur dépend de cette tradition qui est assez coûteuse car le Anda n’est pas une cérémonie d’une journée mais de 30 jours consécutifs.

Pendant ses 30 jours, l’homme intègre la notabilité et gagne une place d’honneur dans son village et dans son pays. Les femmes comoriennes sont propriétaires de leurs maisons et les hommes habitent chez leurs femmes après le Mariage.

Les cérémonies du Grand Mariage :

  • La cérémonie à la mosquée et le paiement de la dote
  • Le repas collectif offert par la famille de la mariée
  • Le « Twarab »
  • La famille du marié qui rend visite à la famille de la mariée.
  • La famille du marié montre à la foule les parures d’or composées généralement d’un ou plusieurs ensembles.
  • Le Djaliko
  • Le Madjilis
  • Le « Oukumbi », la cérémonie de la mariée en robe blanche ou traditionnelle.

Dans la société comorienne, la notabilité est très valorisée. Par exemple, si un parent que ça soit le père, l’oncle, le grand-père, etc., n’a pas eu les moyens de faire le Anda, cela devient une affaire familiale afin d’éviter que ces derniers soient insultés ou dévalorisés.

La société a fait de cette coutume une source de motivation pour des personnes diminuées et souvent sources de pauvreté et de non-développement pour le pays.

Conclusion

En Grandes Comores, le Grand Mariage correspond à un rite de passage d’un groupe générationnel à l’autre et donne lieu à des échanges généralisés et ostentatoires dont la liste est codifiée mais dont le contenu n’est pas limité. Le Grand Mariage est passage obligé pour être promu au sommet de la hiérarchie sociale aux Comores. Ce processus, qui se transmet de générations en générations, continue d’attirer l’attention. De nos jours, la nouvelle génération, assez modernisée, se contente du « Mdhoihiricho » pour calmer les familles. Avec cette nouvelle génération, qui est plus impliquée dans le développement du pays, se voit moins investie dans le Grand Mariage. Ceci étant, le Anda est une coutume et elle reste tout de même présente dans la société comorienne. L’honneur se gagne d’une autre manière, avant pour occuper une place dans le gouvernement il fallait être notable afin d’éviter les conflits de positionnement, mais de nos jours c’est avant tout la compétence qui est requise.

Bibliographie

1https://www.preparation-mariage.info/le-mariage/je-minterroge/lhistoire-du-mariage-1

2Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, sous la direction de Pierre Bonte et Micel Izard, pages 710,

3http://www.toupie.org/Dictionnaire/Patrimoine.htm

4La réflexion de Jean-Claude Rouveyran , Le Grand mariage Comorien, https://www.persee.fr/doc/tiers_0040-7356_1968_num_9_33_2421#tiers_0040-7356_1968_num_9_33_T1_0097_0000


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ymaoulida (24 mai 2022). MARIAGE ANDA COMORES PAR youssrat MAOULIDA. Master civilisations, cultures et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9qm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search